Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 17:41

 

 

 

 

Au sommaire de cette édition du 13 janvier 2014 :

 

 

Affaire Dieudonné : le pathétique le disputerait au ridicule, si ce n'était de la censure totalitaire

 

"Oubliez licenciements, théorie du genre, dette, hausse de la TVA, criminalité galopante, baisse des retraites, harem du président, l'urgence, on vous le dit, en Hollandie c'est l'interdiction des spectacles de Dieudonné maître quenellier. Pauvre spécialité lyonnaise ainsi martyrisée, devenue un symbole pour le président du Crif (LICRA), lobby très peu représentatif des Juifs de France mais très présent dans les arcanes du pouvoir, Roger Cukierman (il s'agit en fait d'Alain Jakubowicz, président de la Licra. Cukierman lui a défini la quenelle comme un "salut nazi à la mode Dieudonné", NdCR.) qui voit en elle un salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah. L'oracle a parlé, la signification ne peut être autre. Mieux que l'Académie française ou le Littré, le Crif définit tout, sentence, autorise, met à l'index les mots, les gestes, les pièces et les scenari. Et même si une analyse psychatrique semble nécessaire pour M. Cukierman Jakubowicz, les ministres, les journalistes, les juges, les simples mortels sont priés de s'y soumettre.


La meute est lancée, car depuis qu’elle existe, la « quenelle » a été pratiquée par bon nombre de comédiens, sportifs, chanteurs ou même présentateurs de télévision, puisque chacun n’y voyait qu’un bras d’honneur à la bien-pensance ou au politiquement correct. Les plus en vue s’excusent platement. Certains assument, comme Jean-Marie Le Pen, Bruno Gollnisch ou le joueur de foot Annelka. Quant aux petits, les sans grades, les anonymes, ils se font massacrer, ficher sur des sites que la Gestapo n’aurait pas reniés, donnant leurs nom, adresse, et employeur, afin qu’ils perdent leur emploi.
 
Quand Dieudonné se faisait les dents sur les Musulmans, les Noirs, les Blancs ou les Catholiques, dans ses spectacles auxquels assistaient des Musulmans, des Noirs, des Blancs et des Catholiques, personne ne s’est senti obligé de pratiquer la censure. D’ailleurs, il continue de le faire.
Personne n’est obligé à se rendre dans les spectacles de Dieudonné.  Personne n’est obligé de rire à ses blagues sur les chaînes du service public puisqu’il y est interdit d’antenne. Il ne doit d’ailleurs pas toucher beaucoup de subventions publiques.
Ce n’est pas le cas de Marc Jolivet, qui dans l’émission « Vivement dimanche » de Michel Drucker, sur France2, pour faire rire sans doute, a déclaré avoir rêver « que la tête coupée de Marie-Antoinette lui faisait une fellation ». Pourtant il peut toujours s’exprimer, malgré le trouble à l’ordre public que cela peut causer chez les Royalistes, les féministes, ou tout simplement les amoureux de la France et de son histoire…
Ce n’est pas le cas des Femen, qui commettent sacrilèges et déprédations contre l’église catholique. Pourtant elles peuvent toujours s’exprimer, malgré le trouble à l’ordre public que cela peut causer chez les Catholiques, les amoureux du patrimoine ou tout simplement les gens de bon goût…
Ce n’est pas le cas des groupes de rap, qui veulent tuer du flic et du blanc, ou niquer la France. Pourtant ils peuvent toujours s’exprimer, malgré le trouble à l’ordre public que cela peut causer chez les Français, les forces de l’ordre, ou tout simplement les mélomanes…
 
Deux poids, deux mesures. Ou plutôt non. C’est l’officialisation d’une dictature socialiste, jacobine, léniniste. Par le procédé d’amalgame, commun à toutes les dictatures, Manuel Valls déclare bien sûr qu’il est un défenseur de la liberté d’expression mais que celle-ci naturellement « exclut la défense du régime de Vichy, l’antisémitisme, le racisme, l’islamophobie, l’homophobie » comme le précise sa note aux Préfets.
On notera au passage, que l’antichristianisme, lui, n’est pas concerné. Les Femen ont de beaux jours devant elles.
 
Ensuite, sous l’imputation « de défense du régime de Vichy », on peut interdire tout ou presque, les débat sur le changement de société : la pertinence des syndicats, la politique familiale, l’organisation territoriale…
Sous l’imputation d’ « homophobie », on peut interdire tout mouvement qui promeut une société naturelle fondée sur la famille, la protection de l’enfance…
Sous l’imputation d’ « islamophobie », on peut aussi interdire tout mouvement politique considérant que l’Islam est une résultante d’une immigration incontrôlée, dangereuse lorsqu’elle est manipulée à des fins politiques par l’Arabie Saoudite ou le Qatar, comme c’est le cas en Syrie, dans le Caucase et, qui sait, demain dans les banlieues françaises…
Sous l’imputation de « racisme », on interdit déjà tout débat sur la préférence nationale, l’identité et la souveraineté.

 

L'instrumentalisation de la justice par Manuel Valls montre à quel point le système est pourri. Voir le Conseil d'Etat, Cour suprême du droit administratif en France, s'abaisser à cette parodie de justice, peut légitimement en choquer plus d'un à l'instar d'Anne Baux , la présidente de l’Union syndicale des magistrats administratifs , qui est abasourdie par l'empressement du Consel d'Etat : «Je n’ai jamais vu ça, ça ne s’est jamais fait car pour qu’il y ait procédure contradictoire devant le Conseil d’Etat la requête du ministre doit être communiquée au défendeur» pour qu’il puisse préparer l’audience. «Même en droit électoral on ne juge pas aussi vite.» (Fin de citation)

 

... Comment s'étonner après qu'un bon nombre de Français juifs commencent à se faire entendre pour que l'on cesse de parler et de condamner en leur nom, car ils sentent bien qu'obliger tout le monde à prendre partie pour ou contre la quenelle de Dieudonné risque fort de se retourner contre eux qui n'ont rien demandé, et pour le coup de créer un véritable antisémitisme.

 

On va donc arriver au paradoxe complètement délirant où dans les textes, en Hollandie, le salut nazi n'est pas condamnable, mais une quenelle oui.

 

S'il fallait faire taire toutes les personnes qui risquent de porter atteinte à la "cohésion sociale" on pourrait peut-être commencer par le gouvernement. ... Comme pour le "mariage" gay un lobby ultra-minoritaire au sein même de la communauté qu'il prétend représenter a réussi à imposer ses volontés à un gouvernement de soumis.

 

Le kremlin de Kazan et la rivière KazankaLes communautés juive, chrétienne et musulmane peuvent très bien vivre ensemble dans la paix et l'harmonie comme à Kazan en Russie pour peur que les lobbies au services d'autres Etats comme Israël, le Qatar ou l'Arabie Saoudite n'instrumentalisent pas les confessions au prix de la cohésion nationale, au prix du contrat de démocratie.

 

Un grand écrivain français a écrit à propos de ce contrat démocratie au moment de la guerre d'Espagne que "chaque bulletin de vote représente un fusil dont la minorité renonce à se servir en échange de l'engagement solennel que ses droits seront respectés." Le déni de justice, l'inégalité, et l'arbitraire sont des cas de rupture de contrat. Je vous laisse alors imagine ce qui se passe tôt ou tard lorsque c'est la majorité qui voit ses droits bafouer par une minorité n'ayant que ses propres intérêts religieux ou sexuels à imposer !

 

http://www.prorussia.tv/Affaire-Dieudonne-le-pathetique-le-disputerait-au-ridicule-si-ce-n-etait-de-la-censure-totalitaire_v707.html


. Sans surprise, le Conseil d'Etat entérine le diktat du Lobby qui n'existe pas, Arno Klarsfeld jubile 

. Le Président de la LICRA Alain Jakubowicz assimile la quenelle à "un salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah" !

. Terrible lapsus d'Arno Klarsfeld sur l'affaire Dieudonné : "Les consignes d'Isr... sont "

. Un stage au Mémorial de la Shoah pour les auteurs de quenelles

. Le conseiller de Benyamin Netanyahou, Meyer Habib, propose en France une "loi anti-quenelle"

. Chaque jour, JSS News livre en pâture des dizaines de «nazillons» coupables de quenelles pour ruiner leur vie

 

 

- Un officier de gendarmerie, le général Soubelet, met les élus face à la ruine du système judiciaire français

 

C’est un homme d’honneur, un officier, qui s’est exprimé le 18 décembre devant la commission parlementaire de « lutte contre l’insécurité ». Il aura fallu un mois, pour que les propos du Général Soubelet, propos qu’il savait enregistrés, arrivent aux oreilles du public. Et les Français ont pu découvrir que le n°3 de la gendarmerie, n’avait ni sa langue dans sa poche, ni des œillères, fut-ce au prix de sa carrière. Pendant les 90 minutes qui lui furent accordées, ce général 4 étoiles s’est à la fois fait l’avocat de l’excellence de ses hommes et le procureur d’un système judicaire à bout de souffle, qui ne fonctionne qu’à l’idéologie et au dogmatisme. Ses propos posés, ceux d’un grand professionnel, en charge des opérations et de l'emploi, à la Direction générale de la gendarmerie nationale, ont dérangé beaucoup de monde.
 
Évoquant en préambule de son intervention, la lourdeur des procédures «sur le plan juridique», qui complique le travail des gendarmes, le général Bertrand Soubelet lâche je cite, que « les délinquants le savent et profitent du système (…) et il assène : Les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des victimes ». Il précise qu'en 2013, le travail de la gendarmerie a permis une hausse de 4% de personnes mises en cause, alors que le nombre de placements sous écrou « a diminué de 33% ». Et ça, c’est de la responsabilité de la justice.
 
Sans fard, loin du politiquement correct, il affirme que « les auteurs d'atteintes aux biens (cambriolages, vols...), les plus importantes numériquement, bénéficient d'un traitement pénal qui leur permet de continuer à exercer leurs activités ». Chiffres à l’appui, il illustre ses propos devant les députés : 65% des cambrioleurs interpellés dans les Bouches-du-Rhône, en novembre 2013 sont déjà dans la nature… Et le phénomène touche l’ensemble du territoire, puisque, je le cite à nouveau : « La notion de sanctuaire rural et périurbain n'existe plus (…) la délinquance et l'insécurité frappent au cœur de nos territoires, dans la ruralité profonde ».  Un phénomène lié à : une « migration importante de la population française en dehors des 25 agglomérations les plus importantes, vers la zone gendarmerie ».
 
Le général Soubelet s’interroge également : « Quand vous lâchez 65% de ceux qui se sont rendus coupables d'un certain nombre d'exactions, comment voulez-vous que les chiffres baissent ? ». Et il conclut : « c'est tout à fait impossible. Vous pouvez multiplier par deux, les effectifs de gendarmes dans les Bouches-du-Rhône, cela ne changerait rien. La réalité, c'est celle-là, je pense que c'est mon devoir de vous le dire, de manière peut-être un peu crue ». Pour bien faire comprendre que le problème de l’insécurité et celui du sentiment d’insécurité bien réel qui préoccupe les Français, ne sont pas générés par une défaillance des forces de l’ordre, il cite en exemple un autre département qu'il ne nome pas, où affirme-t-il encore : «le parquet recommande de mettre dehors les présumés délinquants mineurs étrangers, faute de moyens pour trouver un interprète ». Même laxisme de la justice, lorsque le « critère de valeur » pour une garde à vue, est qu'à « moins de 300 euros » de préjudice, « on remet tout le monde dehors ».
 
Rien de très neuf, en réalité.


Il est évident que le laxisme des juges, ne posant plus de barrières et de distinction claire, entre le bien et le mal, encourage la récidive, puisqu’elle s’apparente à une quasi-totale impunité. Et plus tôt intervient le rappel à la loi, plus tôt le délinquant peut avoir une seconde chance. Ce n’est pas le laxisme qui est humainement et socialement acceptable, mais bel et bien l’exemplarité de la sanction qui confère à la victime, comme au criminel, sa place dans la société. Ce qui est nouveau, en revanche, c’est qu’un officier parle publiquement, au nom de ses hommes. Il semblerait que ce corps d’élite en ait assez, de voir ses rapports confidentiels, finir au fond des corbeilles d’élus inconscients de la réalité du terrain, et tente de leur rappeler que la devise de la gendarmerie est : « Pour la patrie, l'honneur et le droit », trois notions que la Hollandie bafoue sans doute, un peu trop à leur goût.


http://www.prorussia.tv/Un-officier-de-gendarmerie-met-les-elus-face-a-la-ruine-du-systeme-judiciaire-francais_v708.html

 

- Cela fait 20 ans que l'ALENA et Bruxelles promettent le paradis sur terre, et ils veulent récidiver avec le traité transatlantique.

 

Certains y verront une simple coïncidence, d'autres y verront peut-être une date fixée dans un calendrier bien préparé. Ce début d'année 2014 est l'occasion en effet de célébrer les 20 ans du traité de libre-échange nord-américain intitulé Alena, ou NAFTA en anglais. C'est ce traité qui sert de modèle au traité de libre-échange transatlantique qui devrait être appliqué, ou plutôt imposé aux peuples européens et nord-américain courant 2015.

 

Rien de nouveau pour un projet porté dès 1990 au lendemain de la chute de l'Union soviétique sur les fonds baptismaux de la religion du commerce débridé car mondialisé et dont les financiers sont les prophètes. Des "négociations" qui s'opérèrent dans la plus totale opacité ont rassemblé négociateurs officiels et lobbyistes visant un objectif commun : le règne unique et la primauté du marché par l'abrogation de toutes frontières politiques, économiques, sociales ou sanitaires.

 

20 ans plus tard, à la veille de déposséder les européens du peu d'indépendance qu'ils conservaient jusqu'à présent, cette aniversaire est l'occasion de refaire le point sur les méthodes de manipulation et les résultats qui en découlent.

 

Premier constat : les promesses mensongères n'ont pas pris une ride.

Partant du principe qu'un mensonge répété dix mille fois ressemble à s'y méprendre à une contre-vérité, les promoteurs du traité transatlantique répètent à l'encan que cet évènement historique créera, comme le prétendirent les responsables européens avec Maastricht en 1992 ou le président Clinton en 1993 avec l'ALENA, plusieurs millions d'emplois en conséquence de l'augmentation du commerce. Les promesses de création d'emplois n'ont pas été au rendez-vous. Le nombre total d'emplois détruits est estimé à près d'un million. À comparer à la création de 20 millions d'emplois promise initialement. 

 

Ce bilan provisoire ne tient pas en compte la pression à la baisse des salaires pour les travailleurs états-uniens induite par les délocalisations et qui a contribué à leurs stagnations relatives.

 

On passera sur l'attente des résultats européens alors que se multiplient les fermetures d'entreprise sur le continent et se raréfient les solutions de reprises économiques locales en raison notamment d'un centralisme bruxellois suicidaire.

 

http://1.bp.blogspot.com/-d0vopM1vVH0/T1drNt04pFI/AAAAAAAACQI/2_zjHOUlOgY/s1600/USA+tentes+SDF+camp.JPGLes similitudes sont pourtant frappantes. L'ALENA a permis aux entreprises américaines de mobiliser leurs fonds d'investissements pour mettre en place des unités de production le long de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Profitant ainsi des salaires, du droit du travail et des normes environnementales bien plus faibles côté mexicain pendant que les usines fermaient aux Etats-Unis.

 

Si les grandes entreprises ont pu dégager des profits très importants, les conditions de travail de par et d'autres se sont elles considérablement dégradées. Les travailleurs se sont vus imposés des baisses de salaires, tandis que le chômage a augmenté.

 

L'analyse de Washington sur des pays européens affaiblis se précise et l'Union européenne n'est plus l'élément de puissance, de protection, qu'elle prétendait incarner. Au contraire, elle devient ce qu'elle n'a visiblement jamais cessé d'être : l'exécutant de la mise au pas des peuples européens avant leur asservissement complet par la puissance atlantiste.

 

L'Union européenne n'a été construite qu'autour de l'Argent comme valeur la plus élevée et de la finance comme autorité suprême. Les fusions, acquisistions se multiplient, notamment la prise de possession des banques européennes par les banques américaines.

 

La véritable force de frappe des Etats-Unis demeure sa capacité à imprimer des billets verts. La guerre des devises semble avoir repris de plus belle, pouvant entraîner des risques d'inflation dans le monde.

 

Le futur qui s'annonce sera difficile. De nombreux observateurs estiment que le Vieux monde est en train de subir un changement radical. La Grèce et Chypre sont des avertissements.

 

La dictature des marchés qu'implique le traité transatlantique est un déni de l'origine politique de l'Union européenne.

 

. Nouvel Ordre Mondial: Le 14 juin 2013 ont débuté entre Washington et Bruxelles les négociations en vue de la création de l'Accord transatlantique pour le commerce et l’investissement (TTIP)

. 150e anniversaire - De Gettysburg à Goldman Sachs : D'un monde libre à un monde communiste

 

- Israël met en place une politique d'apartheid contre les populations immigrées venues de l'Afrique noire

 

 

Malgré sa politique ultra sécuritaire de sanctuarisation de son territoire et les moyens titanesques mis en place pour limiter les incursions (mur de 4 mètres, clôtures électrifiées, drônes et miradors de surveillance), Israël vient d'être confronté pour la première fois de son existence à des manifestations importantes de demandeurs d'asile africains. Entrés illégalement selon les autorités, ils étaient plus de 30.000 à participer à une manifestation monstre dans le centre de Tel Aviv, après avoir défilé devant les ambassades occidentales. Près de 10000 d'entre eux se sont rassemblés dans le calme devant la knesset à Jérusalem face à un important dispositif policier, pour protester contre la politique d'immigration du gouvernement.

 

Le président du parlement qui a refusé de recevoir une délégation pourtant invitée par quelques élus a évoqué (tiens lui aussi NdCR. !) des "risques de troubles à l'ordre public" que susciterait leur présence au sein du bâtiment.

 

Originaires principalement d'Érythrée et du Soudan, deux pays ravagés par la guerre, les protestataires revendiquent leur présence sur le territoire hébreu en tant que réfugiés et dénoncent le refus des autorités d'examiner leur demande, ainsi que le placement en rétention de centaines d'entre eux.

 

Selon une loi votée le 10 décembre 2013, les immigrés clandestins peuvent dorénavant être placés jusqu'à un an en centre de rétention sans autre forme de procès. Une sépcialité nationale si l'on tient compte des 7383 palestiniens actuellement en détention sans inculpation ni décision de justice.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1e/Benjamin_Netanyahu_portrait.jpg/220px-Benjamin_Netanyahu_portrait.jpgInflexible comme à son habitude, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a déclaré (le 6 janvier lors d'une réunion avec les députés likud, NdCR.) qu'il ne cèderait pas. Je cite : "Ils peuvent protester autant qu'ils veulent, ça ne fera pas bouger Israël d'un cheveu de sa décision de les expulser. Je veux être clair, aucune protestation ou grève ni fera rien de la même façon que nous empêcherons les migrants d'entrer illégalement en Israël. Nous renverrons ceux qui ont réussi à entrer dans le passé."


Le Ministre de l’Intérieur Gideon Saar a quant à lui précisé (le 6 janvier 2014 à la radio de l'armée, NdCR.): je cite « Israël n’est pas leur maison et nous allons nous efforcer de garantir qu’il ne devient pas un pays d’infiltrés ».

 

Une position somme toute légitime, pour tout pays de par le monde, qui entend protéger l’intégrité de son territoire et maintenir la sécurité de sa population.
 
Alors faut-il s’étonner que des êtres qui ont fui les conflits, les persécutions, voire échappé à des génocides, cherchent à partager leur souffrance et à trouver refuge dans un pays comme Israël ? Une nation dont l’économie n’est certes pas florissante et qui ne peut accueillir toute la misère du monde, mais qui dispose au moins du soutien inconditionnel des pays occidentaux et d'aides financières annuelles. De plus, Israël intervient depuis de nombreuses années dans la course aux matières premières et alimentaires qui se déroule sur le continent africain.
Comme la France en son temps, l’Etat hébreu est devenue victime de son succès et de sa popularité. Tel Aviv ne sait d’ailleurs plus comment faire, pour endiguer l’arrivée de ces réfugiés qui n’aspirent qu’à retrouver une terre promise où règnerait enfin la paix. Cet afflux de migrants, pourtant moins important proportionnellement, que son équivalent en Europe, bouleverse visiblement l’équilibre national. Les actes de racisme se multiplient et les Falashas en font les frais : brimades, postes subalternes, refus de don du sang, agressions diverses, etc. ont amené cette population juive, de race noire, à réclamer l’égalité avec les juifs blancs. Une polémique a même éclaté à propos d’une directive qui prévoirait la stérilisation forcée des femmes de races noires.
 
Israël a beau soigner son image à l’international, une ségrégation, qui n’en porte pas encore le nom et qui ne touche pas que les palestiniens, parait s’installer dans le pays. Au nom de mesures sécuritaires, les autorités de l’Etat Hébreu multiplient les atteintes les plus évidentes aux Droits de l’Homme, sans que cela n’émeuve les innombrables philosophes, artistes, journalistes, politiciens ou hommes publics occidentaux, d’habitude si diligents à traquer toute forme de discrimination. Heureusement qu’il existe en Israël des citoyens, pour briser le mur du silence et rappeler l’origine de l’Etat hébreu. Nul doute alors, que le traitement présent de cette situation, ne dépend que d’une sensibilité politique des plus crispées et que les autorités, dans leur ensemble, sauront trouver les solutions finalement les plus humaines pour répondre aux besoins, de ces populations en souffrance.

 

http://www.prorussia.tv/Israel-met-en-place-une-politique-d-apartheid-contre-les-populations-immigrees-venues-de-l-Afrique-noire_v710.html


.  Affaire Dieudonné : une coupure de presse explosive

 

- Irak, Libye, Syrie : à chaque fois que les USA ont joué aux apprentis-sorciers, c'est l'obscurantisme qui gagne

 

On savait que l’Armée américaine ne s’essuyait jamais les rangers lorsque les Etats-Unis envahissaient un pays. Mais elle ne fait pas non plus le ménage après son départ. Comme en Libye, le chaos succède à la pax americana, ou plutôt OTANA. Après avoir accusé sans aucune preuve Saddam Hussein d’avoir participé aux attentats du 11 septembre 2001, de massacrer sa population et de détenir des armes de destructions massives, l’Irak est envahi en 2003 par une coalition qui prétend apporter la liberté dans ses bagages, mais aussi la destruction et l’horreur. Le pays maintenu artificiellement sous perfusion occidentale est aujourd’hui livré à lui-même et aux démons qui ont été réveillés.
 
Les populations irakiennes subissent aujourd’hui de plein fouet, la situation régionale découlant de la destruction de la Libye et de la tentative de subversion de la Syrie. Aidée par des tribus locales, elles-mêmes d’obédience sunnites, l’armée irakienne a lancé une offensive dans la province d’Anbar faisant partie du soi-disant «triangle sunnite» pour tenter d’en déloger des rebelles affiliés à Al Qaïda qui cherchent à prendre le contrôle de l’ouest de l’Irak et d’une partie de la Syrie pour y fonder un Etat islamique fondamentaliste.
 
Faute de moyens, ou en raison d’un redéploiement stratégique, Washington estime sa mission locale comme accomplie et n’envisage pas de renvoyer de  troupes combattantes, laissant depuis 2011 le terrain aux entreprises de sécurité privées qui y foisonnent. C’est ce qu’a déclaré le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, lors d’une visite en Israël, je cite : « C’est un combat qui appartient aux Irakiens (…) Nous n’envisageons pas de revenir ». Sauf cynisme assumé, il semble que la situation échappe complètement à l’administration américaine qui a toujours su jouer sur les antagonismes religieux et créer les conditions de violences confessionnelles entre chiites et sunnites, faisant ainsi des dizaines de milliers de morts et servant les intérêts atlantistes. Le conflit armé entre les forces gouvernementales et les insurgés a éclaté dans la ville de Ramadi et s’est étendu à Faloujah après que la police ait tenté de disperser des manifestants et causé la mort de 13 d’entre eux. Des appels à la « guerre sainte » - un djihad – ont été prononcés contre la monopolisation du pouvoir par la minorité chiite.
 
En Syrie la lutte d’extermination entre factions rebelles et fondamentalistes se poursuit. Eprouvés, les deux camps n’en finissent plus de régler leurs comptes et de tenter d’obtenir une légitimité des plus discutables sur le terrain pour avoir le droit de siéger aux négociations de Genève 2. Pendant ce temps-là, les massacres de dizaines d’otages  continuent. Mais l’armée nationale syrienne poursuit sa libération des zones occupées et annonce avoir détruit, plusieurs centres de commandement, 36 missiles téléguidés et plusieurs camions et véhicules chargés de munitions.
 
Ainsi va le monde pour les Etats-Unis et ses alliés les plus proches dans la région : les alliés sunnites en Syrie deviennent des ennemis en Irak et inversement pour les populations chiites. Une doctrine stratégique qui a déjà fait ses preuves lorsque le 23 juin 1941, au lendemain de l'invasion allemande du territoire soviétique, le président Truman a déclaré, je cite : «  Si nous voyons que l'Allemagne est en train de gagner, nous devrions aider la Russie et si la Russie est en train de gagner, nous devrions aider l'Allemagne. Nous devons leur donner l'occasion de s’entretuer autant que possible ". fin de citation. La Russie avec ses 20 millions de morts a retenu la leçon. Lors d'une réunion à Moscou, entre diplomates russes et une délégation de hauts responsables américains, dirigée par la sous-secrétaire d'État Wendy Sherman, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que l'insurrection, qui est soutenu par des étrangers, fournit une menace pour l'avenir de la Syrie et de la stabilité dans la région. Ce trouble jeu et cette politique américaine illustre parfaitement l’étonnante position occidentale qui perd chaque jour un peu plus en crédibilité sur la scène internationale. Si la nécessité morale impose d'aider les rebelles à renforcer leur position en vue des négociations qui auront prochainement lieu à Genève, pourquoi ne pas poursuivre ce raisonnement absurde et responsable du prolongement du martyr des populations civiles ? Washington et ses alliés ne devraient-ils pas selon leur propre politique aider les différents groupes armés Palestiniens à renforcer leur position afin de consolider leurs revendications, dans les négociations actuellement en cours, avec les Israéliens ? A moins que tout cela ne soit réglé d’avance.Tout dépend en général de la puissance du lobby qui hante les couloirs de Washington. 

 

http://www.prorussia.tv/Irak-Libye-Syrie-a-chaque-fois-que-les-USA-ont-joue-aux-apprentis-sorciers-c-est-l-obscurantisme-qui-gagne_v711.html

 

 

- Les conséquences de la catastrophe de Fukushima dépassent largement les frontières du Japon et personne n'en parle

 

Une catastrophe sans précédent semble se dérouler dans le Pacifique nord dans une indifférence quasi générale. Depuis le 12 mars 2011, soit presque trois ans déjà, des quantités importantes de matières radioactives s’échappent de la centrale nucléaire de Fukushima, suite au tremblement de terre et au tsunami qui ont balayé cette région du Japon et détruit une partie des installations. L’accident a été classé au plus haut niveau de dangerosité, soit le niveau 7, identique à celui de Tchernobyl. Cependant, il semblerait que la radioactivité soit bien plus importante et la catastrophe qui s’annonce plus terrible encore. Malgré des déclarations, qui se veulent rassurantes, de la part du gouvernement japonais, la situation n’est absolument pas sous contrôle et ne permet toujours pas le redémarrage des réacteurs et cela 3 ans après les faits.
 
Les observations démontrent au contraire, une augmentation anormale du niveau de rayonnement sur le site, depuis le mois d’août dernier. Il est à ce jour, près de 8 fois plus élevé que la norme. Le taux autorisé de radionucléides émetteurs de rayons bêta dans l'eau est de 10 becquerels par litre. Il avoisinerait aujourd’hui le niveau record de 2,1 millions de becquerels par litre, pour les eaux souterraines qui se déverseraient dans l’océan. L’entreprise TEPKO tente d’expliquer cette hausse, par les pluies torrentielles qui se sont abattues cet été et qui auraient provoqué de nouvelles fuites d’eau radioactive, malgré les cuves souterraines de stockage spécifiquement adaptées. Une explication qui ne convint guère les spécialistes, notamment les spécialistes russes, qui s’inquiètent des conséquences d’une mauvaise gestion de la situation par les techniciens japonais, visiblement dépassés par l’ampleur de l’accident.
 
Apparemment, quelque chose s'est passé au sein de l’usine depuis le mois d’août dernier, quelque chose qui n’a pas été révélé au public. Le Ministère de la Défense russe affirme avoir détecté le 31 décembre 2013, deux explosions atomiques souterraines de «  bas niveau » dans la zone de la catastrophe de Fukushima. La première explosion mesurée à 5.1 d’intensité, a été suivie d'une plus petite évaluée elle, à 3,6 sur l'échelle de Richter. A titre de comparaison, la bombe atomique larguée sur Hiroshima en 1945 par les Etats-Unis, représente 16 kilotonnes de TNT, soit un séisme de magnitude 6 sur l’échelle de Richter. Ce rapport rappelle en outre, que l'architecte du réacteur 3 de Fukushima, avait averti dès le 17 Novembre 2011 qu'une explosion hydro-volcanique  était « inévitable » en raison du combustible atomique fondu qui s’échappe de la cuve de stockage.
 
Alors comment expliquer le silence des médias traditionnels sur un sujet aux conséquences si dramatiques pour l’humanité ? Certainement en raison des consignes émanant des pouvoirs politiques qui, comme à l’époque de Tchernobyl, tente d’éviter la panique des populations. Souvenez-vous que lors de cette catastrophe, qui a coûté tant de vies, les pouvoirs publics occidentaux avaient nié la dangerosité du nuage radioactif qui s’était propagé sur l’Europe, se refusant même à publié officiellement les études à posteriori, traitant de l’apparition des tumeurs ou des pics de cancers divers (sang, poumons, foie, gorge, thyroïde, et ainsi de suite) qui s’étaient déclarés dans les années qui suivirent. A quoi bon paniquer des populations et céder à un quelconque « catastrophisme ». En témoigne une vidéo saisissante, postée sur Youtube pendant le réveillon de Noël, d’un homme utilisant un compteur Geiger dans une ville côtière de la côte ouest américaine. Le rayonnement mesuré atteint jusqu'à cinq fois le niveau normal. Réalité ou faux grossier, les agences officielles qui ont effectué de nouveaux tests ont annoncé qu’elles n’avaient pas constaté de « danger pour le public ». Un bel euphémisme. A noter, que la faune maritime directement touchée, comme les poissons ou les crustacés consommés par les populations, ne rentraient pas dans le cadre de ces études.
 
Un fait troublant demeure cependant. Les Etats-Unis semblent avoir passé commande, dès le 6 décembre, de près de 14 millions de doses d'iodure de potassium, un composé qui protège le corps contre l'empoisonnement radioactif à la suite d'accidents nucléaires graves. Un nombre de doses, qui est loin de couvrir les besoins de la population entière. Elles seront livrées en février 2014, et pourraient être utilisées préventivement pour une partie de la population, directement exposée aux déchets nucléaires et aux eaux radioactives rejetées dans l’océan.
Les grands médias, pourtant si prompts à exploiter la moindre vidéo sur internet, dès lors qu’elle sert à illustrer la version officielle en cours, ont été remarquablement silencieux et ne l’ont même pas mentionné. Surtout pas de panique ! La décontamination de la centrale nucléaire de Fukushima devrait prendre au moins trente ans et coûter 125 milliards de dollars (environ 100 milliards d’euros). De quoi recruter tous les sans-domicile-fixe de la planète, en plus de ceux du Japon, déjà engagés pour nettoyer le site. Une solution comme une autre de résoudre un problème l’un après l’autre.

 

http://www.prorussia.tv/Les-consequences-de-la-catastrophe-de-Fukushima-depassent-largement-les-frontieres-du-Japon-et-personne-n-en-parle_v712.html

 

 

- "Lorsqu'un péché devient une norme de conduite, la société cesse d'être viable" c'est le message du Patriarche Cyril à l'occasion du Noël orthodoxe.

 

 

Patriarche Cyrille : toute société peut mettre fin à la légitimation légale des péchés

La plupart des chrétiens orthodoxes célèbrent la fête de la nativité, autrement dit Noël, selon le calendrier Julien, le 07 janvier, soit deux semaines après la plupart des églises chrétiennes occidentales qui respectent elles, le calendrier grégorien. Le Président Russe a pris coutume de visiter différentes églises russes lors des grandes fêtes religieuses. Préférant demeurer à Moscou pour la fête de Pâques, Vladimir Poutine a pris l’habitude de voyager dans toute la Russie pour les fêtes de Noël. Il a ainsi assisté à de nombreuses messes de Noël à travers le pays, à Saint-Pétersbourg où il fut baptisé. Dans la région de Tver, où ses parents avaient été baptisés. Dans la région de Kostroma, en Carélie, dans la ville de Velikiy-Ustyug, dans la région de Moscou, mais aussi en Yakoutie où les températures avoisinent le plus souvent les moins 50 degrés Celsius. Cette année, le Président de la fédération de la Russie assistait, avec environ 400 personnes, à la messe de Noël de l’église de « La Sainte Face du Christ Sauveur », nouvellement construite à Sotchi, sur les fondations d’une église byzantine du 9ème siècle. Après avoir écouté la retransmission du discours du patriarche Kirill, il a offert à l'archimandrite Flavien, une icône russe du XIXème siècle en tilleul et feuille d’or, représentant la Sainte Face du Christ Sauveur.
 
Le Premier Ministre Dimitri Medvedev assistait de son côté à Moscou à l’office de la cathédrale du « Christ Saint-Sauveur », accompagné de son épouse. Le Patriarche de Moscou et de la Russie Cyrille qui procédait à la cérémonie, lui a souhaité de continuer à servir sa patrie avec l’aide de Dieu. Rappelons que lorsqu’il était président, Dimitri Medvedev avait tenu à faire son premier voyage officiel à Paris et le couple s’était recueilli dans la cathédrale de Notre-Dame, à l’immense surprise des officiels Français. Cette année une exposition exceptionnelle s’est tenue dans la cathédrale du Christ Sauveur, permettant aux croyants d’admirer les cadeaux que les mages d’Orient ont présentés au nouveau-né Jésus. Ces précieuses reliques ont quitté pour la première fois, le monastère Saint Paul sur le Mont Athos dans lequel elles sont conservées depuis le XVe siècle. Elles voyageront ensuite à Saint-Pétersbourg, puis à Minsk en Biélorussie et enfin à Kiev en Ukraine, afin de rappeler l’indéfectible lien spirituel qui unit les populations orthodoxes. La légende raconte que peu de temps avant sa mort, la Vierge Marie a fait don de ces cadeaux à deux femmes. Plus tard ces reliques ont été apportées à Byzance, et après la conquête turque en 1453, elles ont été amenées au Mont Athos par une religieuse serbe, prénommée Marie. Les moines du mont Athos croient que les présents des rois mages ont le pouvoir de guérison et témoignent ainsi de la venue du Christ en ce monde.
 
Dans un entretien accordé à la principale chaîne publique russe, le patriarche Cyrille a mis en garde contre la justification des péchés au niveau juridique. L’Église orthodoxe russe a exprimé à plusieurs reprises, sa préoccupation face aux processus se déroulant en Europe, dont la légalisation des mariages homosexuels, je cite : « Nous vivons une époque où, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, un péché est légalisé, implanté de force par l’État… Lorsqu’un péché devient une norme de conduite, la société cesse d’être viable ». fin de citation. Quoi de plus normal pour un pays qui revendique ses racines chrétiennes retrouvées et une spiritualité qu’une idéologie avait tenté de lui arracher. La fréquentation des offices a été multipliée par 7 et le nombre d’orthodoxes en Russie a quadruplé en 24 ans. Le nombre d’athées quant à lui a diminué, passant de 32 % à 19 %. Rien que dans la capitale russe, plus de 230 000 personnes ont participé aux services religieux, dans les 362 églises que compte le territoire de Moscou. Voilà de quoi faire réfléchir nombre d’Européens qui subissent le militantisme antichrétien de rigueur, de leurs autorités. Comme en France : où le gouvernement offre une impunité totale au groupe des « Femen », où les dégradations des églises se multiplient ; où l’on interdit aux cloches de sonner, quand on ne détruit pas les églises au lieu de les vendre ; et où fêter l’épiphanie devient « anti-républicain » dès lors qu’est mentionnée l’origine religieuse de la fête. Une note d’espoir cependant, la construction à Paris d'une nouvelle église orthodoxe russe, récemment autorisée par la France, qui doit débuter en juin 2014. Elle comprendra un centre cultuel mais aussi culturel et une école franco-russe. Un futur havre de paix et de recueillement en plein Paris.


http://www.prorussia.tv/Lorsqu-un-peche-devient-une-norme-de-conduite-la-societe-cesse-d-etre-viable-c-est-le-message-du-Patriarche-Cyril-a-l_v713.html

 

.  Cyrille : la légitimation des péchés peut détruire n'importe quelle société

  •  

Source: http://www.prorussia.tv/Journal-hebdomadaire-13-janvier-2014_v714.html

Partager cet article
Repost0

commentaires