Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 10:00
La doctrine maçonnique du naturalisme est "répulsion de la nature à l'égard de l'ordre surnaturel et révélé" (Jean Ousset, Pour qu'Il règne, DMM, Niort 1998, p. 88-89).

C'est la révolte de Satan contre le Fils de Dieu, le non serviam satanique. Cette révolte fut celle des Juifs refusant que le Christ règne sur eux : Evangile selon saint Jean, XIX, 12-22 : "Dès lors Pilate cherchait à le relâcher. Mais les Juifs vociféraient, disant : "Si tu le relaches, tu n'es pas ami de César : quiconque se fait roi, s'oppose à César". ... Les Grands prêtres des Juifs dirent à Pilate : "N'écris pas : 'Le Roi des Juifs', mais : 'Cet homme a dit : Je suis le roi des Juifs'. Pilate répondit : 'Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit'."; Evangile selon saint Luc, XIX, 14 : "Mais ses concitoyens le haïssaient et ils dépêchèrent à sa suite une ambassade chargée de dire : 'Nous ne voulons pas que celui-là règne sur nous'."

Par une parenté satanique, ce refus de la Royauté du Christ est celle des républicains prétendus "laïques" et irrigue toute la pensée politique moderne de l'Ump au parti socialiste. Cette doctrine assimile la créature (l'homme) au Créateur (Dieu) et octroie à l'homme les pouvoirs du Créateur. C'est l'Hérésie Humaniste selon laquelle l’homme, placé au centre de l'Univers, à la place de Dieu, agirait dans le “processus de création universelle”, tel un "superman"... (attention, lien renvoyant vers un site martiniste rejettant des pans entiers de la foi catholique...).

Il s'agit là de la quintessence du "martinisme", (illuminisme dit “français”), ce maçonnisme ésotérique gnostique qui a été fondé au XVIIIe s. par le juif Martines de Pasqually (source) auquel le lien ci-dessus renvoie.

Notez qu'à part cela, et selon l'Anti-France, la franc-maçonnerie n'aurait pas de liens avec le "judaïsme", "le judéo-maçonnisme n'existe pas" (!)... Propos tenus de la part de soit-disant "monarchistes"..., mais aussi de soit-disant nationalistes tels que Bernard Antony, auteur d'un ouvrage sur la franc-maçonnerie, réalisant le tour de force d'occulter les liens entre le judaïsme et la Secte maçonnique. Le site en lien ci-dessus donne cette définition très claire du martinisme :

"Le martinisme est un courant de pensée Théosophique dont les origines sont, dans l'absolu, aussi anciennes que la tradition à laquelle il se rattache : la mystique judéo-chrétienne, elle même héritière de la connaissance qui a essaimé dans tout le bassin méditerranéen.
Louis-Claude de Saint Martin (1743 - 1803), sous l'égide duquel l'Ordre Martiniste a été fondé, est un théosophe. "La Théosophie est la doctrine chrétienne des XVIe et XVIIe, tantôt populaire et mystique, tantôt érudite et philosophique, représentée par Paracelse, Boehme, Weigel, Fludd, etc., et qui se caractérise par la réflexion analogique ou l'illumination intérieure, l'expérience spirituelle, les notions : d'émanation, de chute originelle, d'androgynat, de sophia, de réintégration, d'arithmosophie, et surtout de double force". (A. Faivre, Encyclopaedia Universalis, t. 15). ...
Certains chercheurs n'ont pas hésité à donner comme source de ce mouvement les confréries hermétiques du XIe siècle. Robert Ambelain, notamment, cite l'Ordre des Frères d'Orient, qui aurait été fondé à Constantinople en 1090, et fait remonter la généalogie de l'Ordre aux courants gnostiques alexandrins des Ier au Ve siècles.
La Martinisme constitue l’ésotérisme orthodoxe du Christianisme, c’est en cela qu’il est gnostique, la Gnose étant la Sagesse intérieure à une Tradition. ... Le christianisme éclairé auquel le martinisme se rattache est issu de la rencontre entre l’hellénisme platonicien et pythagoricien et le judaïsme initiatique.
... Il  existe une  distinction  historiquement fondamentale  entre le martinisme du XVIIIe siècle et de ses pionniers et celui fondé par Papus en 1891. Trois hommes sont à l’origine du martinisme : Martinez de Pasqually, Louis Claude de Saint-Martin et Jean-Baptiste Willermoz.
Martines de Pasqually : le théurge (Ndlr. forme de magie, qui permettrait à l'homme de communiquer avec les « bons esprits », c'est-à-dire en réalité le "spiritisme", qui n'est rien d'autre que le commerce avec les démons et, selon les exorcistes comme Don Gabriele Amorth, l'occasion pour Satan de posséder les âmes)

 Le Martinisme est un courant de pensée issu de la doctrine transmise par Martinés de Pasqually. Sans cette doctrine dont les grandes lignes furent fixées dans le « Traité sur la réintégration des Êtres * » il n’y pas de Martinisme.

* écrit à Bordeaux aux alentours de 1770/1771. "

(Fin de citation) Source : http://rhely.blogspot.com/2009/11/le-martinisme-en-son-essence.html

Le monde a été créé par Dieu, l'homme est une créature de Dieu, l'homme n'a aucune part dans la Création et ne saurait RE-crée le monde. La (les) créature(s) ne saurai(en)t être confondue(s) avec le Créateur. Pourtant, comme par hasard, - car « il n'y a pas de complot » (sic) -, cette doctrine satanique plaçant l’homme au centre de l’univers comme égal à Dieu et participant à la Création, avec l’aide des Anges (doctrine ésotérique gnostique martiniste) - non non vous ne rêvez pas (!) - est également celle de l’Umps (!), refourguant ce vieux thème jacobin révolutionnaire, à chaque élection : “changer le monde”, "faire un monde nouveau", “recréer le monde”, (dixit le protestant franc-maçon Rabaut-Saint-Etienne à la "Constituante" en 1790). Ceci aboutit au dernier clip de l'Ump, « Lipdub jeunes Ump 2010 ».

Cette entreprise prométhéenne (Prométhée, personnage mythologique qui créa l'homme avec de l'argile et l'anima avec le feu qu'il avait dérobé aux dieux...) se retrouve ainsi dans tous les totalitarismes au XXe siècle, faire l'homme soviétique (homo sovieticus), l'homme aryen dans l'Allemagne "nationale-socialiste", et à présent faire l'homme métissé dans la "France d'Après" de Nicolas Sarközy...


----------------------------
- Pour en finir avec l'expression "judéo-christianisme"
- "Changer le monde" avec les jeunes de l'Ump
- Jean-Paul II a condamné l'illuminisme
-
Illuminés de Bavière : l'illuminisme au XVIIIe siècle
Partager cet article
Repost0

commentaires