Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 18:54

De visite en Allemagne où le salaire minimum n'existe pas..., François Hollande a, pour le 150e anniversaire du SPD, loué les réformes de Gerhard Schröder, "homme de gauche" social-démocrate qui, élu chancelier en 1998 à la tête de la première coalition rouge-verte contre Helmut Kohl aux élections législatives fédérales pour combattre l'ultra-libéralisme, n'a rien fait durant son premier mandat, à part libéraliser les procédures de naturalisation, avant dans le second de faire une politique ultra-libérale avec la mise en place de l'"agenda 2010" ! Un paquet de réformes ultra-libérales qui ont provoqué une hausse du chômage, la colère de son électorat, une chute de sa popularité et entraîné son échec aux élections de 2005 qui vit l'arrivée au pouvoir d'Angela Merkel, ancienne adhérente de Jeunesse libre allemande (Freie Deutsche Jugend), mouvement de jeunesse marxiste-léniniste officiel des 14-25 ans ... ralliée à l'économie de marché et à l'ultra-libéralisme après la chute du mur de Berlin. Schröder s'est retiré de la vie politique et lancé dans le monde des affaires... Que du beau monde !

 

Les "réformes Schröder" louées par Hollande, du nom d'"Agenda 2010", avaient pour "objectif de 'faire un choc de compétitivité'" par une remise à plat du 'marché du travail', se conjuguant par des mesures intéressantes pour les patrons comme la 'baisse du coût du travail', la 'baisse de l'impôt sur les sociétés', mais moins avantageuses pour les travailleurs : 'licenciements facilités', 'durcissement de l'assurance chômage', établissement des 'mini-jobs', ces travaux précaires très mal payés. Au moins on sait maintenant quelles "réformes" nous prépare Hollande !

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires