Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 07:42

"Des Turcs, des Mammelus, des Perses, des Tartares ;
Bref, par tout l'univers tant craint et redouté,
Faut-il que par les siens luy-mesme soit donté ?
France, de ton malheur tu es cause en partie ;
Je t'en ay par mes vers mille fois advertie :
Tu es marastre aux tiens et mere aux estrangers,
Qui se mocquent de toy quand tu es aux dangers,
Car sans aucun travail les estrangers obtiennent
Les biens qui à tes fils justement appartiennent."

Ronsard (poète français du XVIe siècle), Discours à G. des-Autels, Oeuvres complètes de Ronsard, éd. La Pléiade, tome II, p.568.

Source: http://lafrancecouronnee.xooit.fr/t1931-France-de-ton-malheur-ru-es-cause-en-partie-Ronsard.htm

--------------------------------------------

Merci à Dominique

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
TROP TARD ILS SONT là et bien là des millions !! comment voulez vous les bouter !!
Répondre
R
IL N'EST JAMAIS TROP TARD pour les bouter c'est très simple il suffit de faire comme ils ont fait aux pieds noirs
O
Voici l'extrait correct :<br /> <br /> …/…<br /> Sceptre qui fut jadis tant craint de toutes pars,<br /> Qui jadis envoya outre-mer ses soldars<br /> Gaigner la Palestine et toute l’Idumée,<br /> Tyr, Sydon, Antioche, et la ville nommée<br /> Du sainct nom, où Jesus en la Croix attaché<br /> De son précieux sang lava nostre peché ;<br /> Des Turcs, des Mammelus, des Perses, des Tartares ;<br /> Bref par tout l’univers tant craint et redouté,<br /> Faut-il que par le siens luy-mesme soit donté ?<br /> France, de ton malheur tu es cause en partie ;<br /> Je t'en ay par mes vers mille fois advertie :<br /> Tu es marastre aux tiens, et mere aux estrangers,<br /> Qui se mocquent de toy quand tu es aux dangers,<br /> Car sans aucun travail les estrangers obtiennent<br /> Les biens qui à tes fils justement appartiennent. …/...<br /> <br /> Discours à G. Des-Autels (La Pléiade Tome II pages 564 à 570)<br /> paru d’abord à la fin des Poëmes dans la première édition collective,<br /> celle de 1560 : Élégie à Guillaume des Autels, gentilhomme Charrolois,<br /> poète, humaniste et jurisconsulte.<br /> Le texte remanié en 1562 remplace la persuasion, sous l’influence des Guise,<br /> par le recours aux armes, mais le texte de 1584, et c’est là l’intérêt des variantes et variations de Ronsard,<br /> revient à la note plus apaisée, qui est celle du début.<br /> (Notes de la page 1093 : Discours des misères de ce temps)
Répondre
M
évocation des poètes antiques et référence à Nostradamus dans ce poème complet... ne pas l'oublier...
Répondre