Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 11:40

Mis à jour Christ-Roi, 12/04/2014, 09h12

 

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/03/chouans-565x250.jpg

 

Français, continuons : ça va craquer !

 

Boulevard Voltaire, Le 9 avril 2014

 

La république est une idéologie. N'étant pas fondée sur l'ordre naturel, elle s'écroule de n'avoir d'autre pilier qu'elle-même.

 

Nos illustres aînés du 6 février 1934 en avaient rêvé, Hollande l’a fait : la gueuse craque de toutes parts.

 

Il ne faut pas bouder son plaisir. Voir des gamines des beaux quartiers tenir tête à des hordes de gendarmes mobiles habillés en Robocop est un signe que la peur a changé de camp. Si nos parents étaient effrayés à l’idée même d’être soupçonnés de la moindre illégalité – c’était leur version du sens de l’honneur, fort respectable, bien entendu -, la génération actuelle récolte ses galons en garde à vue rue de l’Évangile. Mais ce faisant, il ne commettent aucun péché, puisque l’illégalité est désormais du côté des forces de l’ordre, forcément du côté du pouvoir, donc – et c’est nouveau en France – entièrement contre le peuple.

 

La République est une idéologie, ou, si l’on écoute Vincent Peillon, une religion. N’étant pas fondée sur l’ordre naturel – s’y opposant même violemment -, elle s’écroule de n’avoir d’autre pilier qu’elle-même.

 

Leur internationalisme – leur haine des Français – les perd peu à peu. Mais ce « peu à peu » s’accélère. Bien loin des faces souriantes qu’ils nous servent, nous avons appris à l’occasion du remaniement ministériel qu’ils sont au bord de la crise de nerfs.

 

Le Monde nous révèle que Christiane Taubira – Dieu! que ce prénom est mal porté ! – était une nouvelle fois prête à rejoindre sa Guyane qui lui manque tant. « J’ai envie de rentrer chez moi. Ça suffit. Tout ça me gonfle », a-t-elle même expliqué. Tout ça la gonfle. Nos Veilleurs qui la regardent droit dans l’âme la gonflent. La France qui ne veut pas mourir la gonfle. Les familles qui se défendent la gonflent. Quinze siècles d’histoire la gonflent. Clovis, Saint Louis, Louis XIV et Napoléon la gonflent. Notre manteau de cathédrales et nos cloches qui sonnent l’angélus la gonflent. « Moi, j’ai plus envie de mon Amazonie. » Dans notre grande mansuétude, nous compatissons. Un charter pour Christiane, vite !

Il fut un temps qui faisait écrire à un visiteur étranger que « la cour de France est si étonnante : on peut rencontrer le roi dans n’importe quel couloir, aux Tuileries. Il n’est jamais gardé. »

En 2014, on arrête et questionne pendant trois heures des jeunes filles à serre-tête parce qu’elles se tiennent droit debout place Vendôme.

Le roi est mort.

J’étais l’autre soir dans le salon d’une ville cossue de la banlieue parisienne. L’aînée des quatre enfants de la famille, qui se prépare à être une taupe dans les arcanes du pouvoir (excellente élève, elle sert à ses professeurs la doxa obligatoire tout en essaimant la contre-révolution autour d’elle), m’a résumé du haut de ses seize ans l’état d’esprit de sa génération :

« Vous l’avez théorisé. Nous le ferons. »


Ainsi soit-il.

 

Source : http://www.bvoltaire.fr/robindelaroche/francais-continuons-ca-va-craquer,55881

 

 

Place Vendôme jeudi 3 avril : plus ridicule que jamais, la police a demandé à une jeune femme de se disperser…

 

 

 

Source : http://www.ndf.fr/article-2/05-04-2014/video-place-vendome-jeudi-dernier-plus-ridicule-que-jamais-la-police-demande-a-une-jeune-femme-de-se-disperser

 

- "Obéissance à la loi dispersez-vous!" pour une seule jeune fille ! "Première sommation, on va faire usage de la force!" (à partir de 6:40 dans la video ci-dessus)

 

- Réponse de la jeune fille à la trentaine de policiers politiques en face d'elle : "Vous allez m'embarquez pour un attroupement d'une seule personne ?"

 

- "2e sommation: on va faire usage de la force!"

 

place-vendome-jeudi-3-avril.jpg

Place Vendôme jeudi 3 avril une jeune fille doit se "disperser" !

 

place-vendome-jeudi-3-avril---2.png

 

 

 

 

 

Les "Sentinelles", isolées, éloignées les unes des autres de plusieurs mètres, calmes et pacifiques, le 9 avril 2014, Place Vendôme, 18h30 :


 

 

Publiée le 10 avr. 2014

 

On entend une sentinelle embarquée déclarer : "avec 432-4 vous vous exposez à 100000 euros d'amende et sept ans de prison".

 

En effet :

 

Article 432-4 du code pénal :

 

"Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, agissant dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission, d'ordonner ou d'accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté individuelle est puni de sept ans d'emprisonnement et de 100000 euros d'amende. Lorsque l'acte attentatoire consiste en une détention ou une rétention d'une durée de plus de sept jours, la peine est portée à trente ans de réclusion criminelle et à 450000 euros d'amende."

 

Article 122-4

 

"N'est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte prescrit ou autorisé par des dispositions législatives ou réglementaires. N'est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte commandé par l'autorité légitime, sauf si cet acte est manifestement illégal."

 

Des Sentinelles veulent se tenir ce soir là place vendôme comme à leur habitude.

 

Elles sont alors regroupées et parquées derrière des grilles dans un coin de la place par les forces de l'ordre, sans possibilité de sortir. Une fois regroupées, la police chassera les Sentinelles pour "manif non-déclarée". Or le fait de participer à une manifestation non déclarée ou interdite ne suffit pas à caractériser l'infraction.

 

L’Assemblée (du Conseil de l'Europe, Ndlr.) rappelle que la liberté de réunion et d’association, y compris lors de manifestations non organisées et non autorisées, est un droit essentiel dans une démocratie, garanti par l’article 11 de la Convention européenne des droits de l’homme (STE n°5), et évoqué de manière constante par la Cour européenne des droits de l’homme dans sa jurisprudence. (Résolution 1947 2013). Source : http://assembly.coe.int/ASP/Doc/XrefViewPDF.asp?FileID=20002&Language=FR

 


Vers 21h35, une femme des Sentinelles a fini par se sentir mal. Malgré sa demande s'assistance médicale aucune force dite "de l'ordre" n'y a répondu. Ce qui s'appelle de la "non-assistance à personne en danger". Vers 21h50 elle est finalement évacuée par des pompiers appelés à l'initiative des Sentinelles.


La monarchie en 1789 a-t-elle demandé aux manifestants parisiens une déclaration préalable en "service de préfecture" pour avoir le "droit" de manifester ? Non. Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent, a toujours répété la doxa républicaine.

 

Voilà qui nous rappelle "les heures," etc. :

 

4

Source photo : Rafle en vue Place Vendôme http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/04/rafle-en-vue-place-vendome-.html

 

À 22h10, arrivée d'un avocat qui s'entretient avec le commissaire qui donne une version contraire à la réalité selon laquelle les Sentinelles constituaient "un rassemblemet qui prenait les caractéristiques d'une manifestation non déclarée. Nous les avons gentiment invités à se regrouper de l'autre côté", alors que ce sont les forces de l'ordre qui les ont parquées derrière des grilles. Ce à quoi une Sentinelle répond qu"ils n'ont "pas du tout été invités à se rassembler, on a été amenés ici de force".

 

22h20: certaines sentinelles peuvent partir une à une...

Partager cet article
Repost0

commentaires