Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 16:33

Adam Weishaupt, Danton, Jules Ferry, Laurence Rossignol, Vincent Peillon... Farida Belghoul remonte à la source... explique d'où vient la théorie du genre qui "n'existe pas" et met le feu au gouverne-ment ! ...

 


Adam-Weishaupt--Danton--Jules-Ferry--Laurence-Rossignol--Vi.jpg

 

« Il faut pourtant gagner à notre Ordre le commun du peuple : le grand moyen pour cela est l'influence sur les écoles (...) C'est à la jeunesse qu'il faut aller, c'est elle qu'il faut séduire, elle qu'il faut entrainer, sans qu'elle s'en doute... Allez à la jeunesse, et si c'est possible jusqu'à l'enfance. » Adam Weishaupt (1748-1830)

 

« Les enfants appartiennent à la république avant d'appartenir à leurs parents: l'égoïsme des pères pourrait être dangereux pour la République. Voilà pourquoi la liberté que nous leur laissons ne va pas jusqu'à élever leurs enfants autrement qu'à notre gré. »  Georges-Jacques Danton (1759-1794)

 

« Il existe un père de famille qui les comprend tous: c'est l'Etat. » Jules Ferry (1832-1893) 


« Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents. » (Laurence Rossignol, Secrétaire d'Etat à la famille, en fonction depuis le 9 avril 2014)


« Il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire son choix. (...) Et donc, l'école a un rôle fondamental puisque l'école doit dépouiller l'enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l'élever jusqu'à devenir citoyen. » (Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale,

 

La "théorie du genre n'existe pas!" : qu'en disent les détracteurs des JRE ?


Source : Farida Belghoul, porte-parole des Journées de retrait de l'Ecole (JRE) pour l'interdiction de la théorie du genre à l'école https://www.facebook.com/jre2014/photos/a.433335193459952.1073741828.432904346836370/512100602250077/?type=1

 

 

Quelques autres citations historiques à connaitre :

 

« Vous devez sans cesse former de nouveaux plans, afin de voir comment on peut dans vos provinces s'emparer de l'éducation publique, du gouvernement ecclésiastique, des chaires d'enseignement et de prédication. » (Adam Weishaupt, Code des Illuminés de Bavière, 1777. Cf. Barruel, Opus. cit., t. II, p, 243, édition de 1819, cité in Jean Ousset, Pour qu'Il règne, Editions DMM, Niort 1998, p. 260.)


Xavier-Martin--Nature-humaine-et-Revolution-francaise--Du.jpgIl faut « saisir les enfants à l'époque où ils reçoivent des impressions décisives, pour préparer des hommes dignes de la République » (Robespierre, 13 août 1793, Archives parlementaires, 1/72/126/1, cité in Xavier Martin, Nature humaine et Révolution française, Du siècle des Lumières au Code Napoléon  , Dominique Martin Morin, Mayenne 2002, p. 112)

 

« La patrie seule a le droit d'élever ses enfants » (Robespierre, 18 floréal an II, Arch. parlem., 1/82/138/2, cité in Xavier Martin, ibid., p. 112.)


« (La famille) est un fédéralisme domestique qui rétrécit les âmes en les isolant » (Robespierre, 18 floréal an II, 7 mai 1794, Archives parlementaires, 1/82/138/2.,  cité in Xavier Martin, ibid., p. 113.)


« Tout se rétrécit dans l'éducation domestique » (Danton, 13 août 1793, Arch. parlem., 1/72/126/2., cité in Xavier Martin, ibid., p. 113.)

 

« Mon fils ne m'appartient pas, il est à la république » (Danton, 13 août 1793, Arch. parlem., 1/72/126/2., cité in Xavier Martin, ibid., p. 112.)

 

« Les enfants appartiennent à la République avant d'appartenir à leurs parents » (Danton, 22 frimaire an II, 12 décembre 1793: Moniteur n° 84, 24 frimaire, 14 décembre, p. 339/2., cité in Xavier Martin, ibid., p. 112.)

 

« Il serait heureux pour l'espèce humaine que tous les enfants ne connussent point leur père  » (Lequinio, Les Péjugés détruits, Paris 1792, p. 144, cité in Xavier Martin, ibid., p. 111.) Lequinio était un député à l'"Assemblée législative" où le signalaient des propositions d'avant-garde... puis conventionnel régicide et représentant en mission particulièrement pugnace.

 

« Toute sa doctrine (à l'éducation nationale) consiste donc à s'emparer de l'homme dès le berceau, et même avant sa naissance; car l'enfant qui n'est pas né, appartient déjà à la patrie.  » (Rabaut Saint-Etienne, Arch. parlem., 1/55/346/2., cité in Xavier Martin, ibid., p. 113.)

 

« Elle (l'éducation nationale) s'empare de tout l'homme sans le quitter jamais en sorte que l'éducation nationale n'est pas une institution pour l'enfance, mais pour la vie tout entière  » (Rabaut Saint-Etienne, 21 décembre 1792, Arch. parlem., 1/55/346/2, cité in Xavier Martin, ibid., p. 115.)


« Pour rendre le peuple heureux, il faut le renouveller, changer ses idées, changer ses lois, changer ses moeurs, changer les hommes, changer les choses, tout détruire, oui, tout détruire puisque tout est à recréer    »  (Rabaut-Saint-Etienne cité in Henri Delassus, La Conjuration antichrétienne, Le Temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise catholique, 1910, rééd. Expéditions pamphiliennes 2007, p. 280.)

 

Devinette : quel était le point commun de tous ces personnages ? Ils étaient tous francs-maçons..., rosicruciens et autres "illuminés"...

 

A aucun moment le peuple n'a été consulté sur ce programme républicain d'"éducation" des enfants pour les "élever jusqu'à devenir citoyen" (V. Peillon), "pour préparer des hommes dignes de la République" (Robespierre)... A aucun moment la théorie du genre introduite en douce et sans débat... à l'école, n'a été médiatisée, présentée au peuple, discutée et approuvée.  

 

Quod omnes tangit ab omnibus tractari et approbari debet (QOT). "Que ce qui touche à tout le monde soit discuté et approuvé par tout le monde" ! Une maxime qui signifie que tout pouvoir nécessite le consentement de ceux sur qui il s'exerce ! (Sinon il s'agit d'une tyrannie...) Et une maxime qui nous vient tout droit de la démocratie médiévale !

 

Il est temps de demander la déclaration officielle des lobbys maçonniques à l'"Assemblée nationale" ! Transparence oblige ! Il est temps que le gouvernement s'explique devant le peuple de ses manigances depuis 1789... s'agissant de l'éducation des enfants ! QOT !

 

 

. La franc-maçonnerie derrière le "mariage pour tous" : Un "grand maître" franc-maçon avoue

. "Le gouvernement s'est engagé à s'appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités" (Vincent Peillon)

. Vincent Peillon : "La Révolution n'est pas terminée. On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique"

.  Charte de la laïcité : une religion d’Etat pour tous !

. Le long travail de corruption des moeurs

. "Morale laïque" de Vincent Peillon : encore une de ces fumisteries totalitaires franc-maçonnes 

. Le peuple français fait face à une entreprise totalitaire (Henri Hude)

Partager cet article
Repost0

commentaires

oceane 26/05/2014 01:43


Le Vatican déclare à l'ONU que l'enfant n'est pas la propriété de l’Etat


NEW YORK, 23 mai (C-FAM) L'ambassadeur du Vatican à l'ONU a déclaré cette semaine aux dirigeants du monde que l'enfant n'était pas la propriété de l'Etat.


Monseigneur Francis Chullikatt a affirmé devant une assemblée d'ambassadeurs et de représentants des ONG réunis pour fêter la Journée internationale des
familles que les enfants ne sont pas membres de « groupes d'intérêts dont les agendas politiques sont incompatibles avec leur existence. Puisque les enfants sont notre avenir, nous ne
pourrons jamais nous résoudre à confier ce futur à des gens qui ne veulent même pas permettre aux enfants de respirer ne serait-ce qu’une première fois».


Fort d’une longe expérience des batailles à l'ONU, Monseigneur Chullikatt a découvert que les personnes qui causent le plus de remous au siège de l'organisation sont les enfants à naître.  


Monseigneur Chullikatt a présidé une table ronde aux côtés de Monseigneur Vincenzo Paglia, président du Conseil pontifical de la famille, en voyage à New York à l’occasion de la préparation de ce
qui pourrait devenir le premier voyage du Pape Francois au Etats-Unis, l'an prochain, à l'occasion de la Rencontre mondiale des familles qui se déroulera à Philadelphie.


Mgr Paglia à lui aussi été ferme dans ses propos au sujet la vie et la famille. Dans un discours de vingt minutes, il a fait mention à plusieurs reprises de l’importance des termes « l’homme et
la femme » et « parent et enfant » dans la définition de la famille.


Il a déclaré que « la famille n’est pas seulement « importante », elle est au cœur même du développement humain, indispensable et irremplaçable, ainsi que
belle et accueillante ».


Les festivités de la Journée internationale de la famille s’annoncent au moment même où des négociations enflammées sur le remplacement des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) par
les Objectifs du développement durable (ODD) sont en cours. Ces futurs accords mobiliseront beaucoup de temps et de ressources financières. Au crépuscule des OMD,
il se pourrait que les termes des accords voient l’avortement d’un œil favorable. Mais un tel langage avait fait l’objet d’un rejet explicite lors des négociations des OMD. Depuis des années, un
combat contre les militants l’avortement a été mené sur tous les fronts, pour éviter que ces termes soient inclus aux nouveaux accords, qui devraient entrer en vigueur en 2015.


Monseigneur Paglia a fait mention des discussions récentes entre les hauts fonctionnaires de l’Onu, à Rome, et le Pape François. « La vie humaine est sacrée et inviolable, de la conception à sa
fin naturelle » avait-il déclaré. Monseigneur Paglia a cité les critiques du Pape contre l’ « économie de l’exclusion » , la « culture du jetable » et la « culture de mort », en référence à
l’avortement.


Donna Bethell, présidente du conseil d’administration de l’université  américaine Christendom College en Virginie, a déclaré aux diplomates « les régimes totalitaires de gauche ont toujours
essayé de jouer le rôle de parents et d’influencer l’éducation et la formation des enfants. Ils voulaient que les familles produisent plus de petits communistes et fascistes ». Donna Bethell a
plaidé en faveur d’une « contre-attaque, pour que l’on rassemble toutes les forces existantes dans le but de rétablir comme norme sociale l’unité indispensable de la famille fondée sur le
mariage. »,  


D’autres intervenants, dont un diplomate musulman et un leader juif, se sont également exprimés en faveur de la famille traditionnelle et se sont opposés aux efforts de ceux qui veulent modifier
la définition de la famille pour la rendre conforme aux idéologies actuelles.


Le fait que l’Onu ait nommé la fête « journée internationale des familles » est révélateur de l’aspect polémique de ce sujet. Le terme « famille » est généralement utilisé au pluriel pour
signaler l’intention d’étendre la définition conservatrice de « la famille ». Le débat onusien est, après tout, un débat d’idées et de mots, et une discussion sur la manière de les utiliser.


http://c-fam.org/en/francais/volume-17/7853-le-vatican-declare-a-l-onu-que-l-enfant-n-est-pas-la-propriete-de-l-etat