Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 21:55

Dans un entretien fort intéressant à un site internet belge "Femmes de chambre", publié ce 31 décembre 2013, Dieudonné fait le diagnostic que nous avons établi ici le 19 septembre 2012 quand nous disions "la démocratie n'a jamais existé nulle part".

 

Il expose un risque que peu jusqu'ici entrevoient (et il est salutaire d'en parler) que la "révolution" qui se passe sur "internet", débouche sur "cette crise" servant comme "une sorte de guerre civile" qui profiterait à "ceux qui nous dirigent"...

 

Dieudonné met donc tout le monde en garde contre le risque bien identifié de la récupération oligarchique.

 

 

Dieudo en loge face au miroir

 

"La République et la démocratie se sont construites avec le temps. Il a fallu y croire, partager avec un maximum de gens cette utopie qu’était la démocratie. Pour un petit nombre, elle est devenue réalité mais pour beaucoup, elle ne l’a jamais été. Aujourd’hui, ce système est en crise. Personnellement, je pense que la démocratie n’a jamais existé mais ceux qui en profitent grassement n’arrivent plus à nous faire croire que ce projet est réalisable tel quel …

 

 

(Dieudonné, Entretien à "Femmes de Chambre", 31 décembre 2013)

 

À la question "vous espériez « une révolution » : s’en approche-t-on aujourd’hui ?", l'humoriste répond parfaitement :

 

"Oui, mais cette révolution ne viendra pas de ce système qui est complètement fermé. Prenons simplement le vote électronique que vous avez aussi en Belgique : il faut avoir une foi indestructible dans le ministère de l’Intérieur pour croire en la démocratie, puisque c’est ce ministère qui se charge du dépouillement virtuel. Cela n’a plus aucun sens ! Il faudrait avoir confiance. Or, nous sommes dans une période de doute absolu … Donc, cette histoire de vote électronique, il faut arrêter ça et revenir au moins au dépouillement manuel. Pour que les gens raccrochent un peu… Je pense que malheureusement ce n’est pas l’objectif. L’objectif de ceux qui nous dirigent, c’est de tenir en force ou peut-être ont-ils anticipé ce qui est train de se passer et que, finalement, cette crise sert une sorte de « guerre civile » qui leur profiterait ? En fait, la révolution, c’est Internet ! Lorsque Roger Cukierman (président du Conseil Représentatif des Institutions juives de France, ndlr) essaye de m’interdire de communiquer sur Internet, on sent bien que c’est par là que ça se passe. C’est par la toile que des millions de gens vont se rassembler et puis vont mener des actions de résistance. La révolution ? Oui, on s’en rapproche… J’ignore si on peut les qualifier de « révolutionnaires », mais on a vu qu’au départ des printemps arabes, il y avait les réseaux sociaux. La France et l’Europe n’échapperont pas à cette libération-là. En tout cas, j’y crois !"

 

 

Dans cet entretien, Dieudonné fait sécession, il applique la "solution à la russe" (ne laisser sur place plus qu'une coquille vide qui s'effondrera toute seule comme l'Urss en 1991). Il explique qu'il fait ce qu'ont déjà commencé de faire des Résistants face aux medias qui ajoutent, retranchent, modifient, inversent, il refuse désormais de leur parler :

 

il n'a "plus aucun intérêt, dit-il, à les aider dans leur entreprise". Il fait des "salles de spectacle" "pleines", il "communique avec des millions de personnes grâce à d’autres réseaux". Pour lui, ces journalistes "n’existent plus", il n'a "aucune raison de collaborer avec eux". Quand ils viennent le voir, "ils passent au guichet comme les autres... C'est 35 € la place ou moins, ça dépend s’ils ont une réduction : à priori, ils ne sont pas encore chômeurs, mais ils pourraient le devenir assez rapidement …"

 

 

Au sujet des accusations d'antisémitisme de Dieudonné dans son dernier spectacle à propos de Patrick Cohen et des "chambres à gaz", il explique :


qu'"il n’y a pas « d’affaire Cohen ». Juste un énorme bruit médiatique nourri par un amoncellement de mensonges. L’extrait de France 2 sur lequel se base cette histoire est frauduleux. L’objet du « délit » est un vol revendiqué d’images auquel ils font dire ce qu’ils veulent."

 

Il précise qu'il a :

 

"confié l’affaire" à ses avocats. Il ne voit "pas comment" il pourrait "être condamné pour ça. ... Non seulement ces médias de l’ancien système s’effondrent mais en plus, ils sont fiers de leurs méthodes de voyous. Si je faisais la moitié du quart de ce que fait France 2 en volant des images, j’aurais déjà le parquet de Paris sur le dos !"

 

 

Deux, trois autres questions intéressantes :

 

FDC : Dans votre dernier spectacle, vous déconseillez pourtant à votre fils d’entreprendre une carrière d’humoriste ; vous dites que « l’humour n’a plus d’avenir » et que vous vous « y employez tous les jours » …

 

D. : Je pense qu’à un moment donné lorsque le rire se rapproche du soleil de la vérité, eh bien, celui-ci illumine … Je parlais de Coluche, qui a carrément amené l’humour aux élections présidentielles ; moi, dans ce bâton de relais qu’on se donne, j’amène le rire jusqu’aux portes de la raison. C’est-à-dire que « nous » sommes la raison et « le sérieux » n’était pas raisonnable. Ceux qui le représentent n’étaient pas raisonnables, regardez où ils nous ont conduit ; avec leurs règles et leurs dogmes extrêmement sérieux, regardez ce qu’ils ont fait de nous … Tout se recoupe, notamment lorsqu’on discute avec des gens qui ont la foi, je pense que Jésus comme le Prophète de l’Islam avaient de l’humour. C’était des hommes qui souriaient. Des personnes qui avaient une paix intérieure qui leur permettait d’avoir un sourire permanent sur la vie et sur les gens. Ce sourire est l’origine du rire. Même si le rire est une outrance, une forme un peu excessive du sourire. Quand je dis à mon fils que « c’est bientôt fini », j’estime qu’on va passer du rire au sourire. Et on va enfin, tous ensemble, sourire sur ce qui est vrai et ce qui est faux.

 

 

FDC : Au lendemain de la qualification inattendue de l’équipe de France de foot pour la Coupe du monde 2014, grâce aux 2 buts de Mamadou Sakho devenu « héros national », vous avez diffusé une photo de ce joueur faisant avec vous une quenelle. D’aucuns estiment que vous avez instrumentalisé Sakho et l’avez, quelque part, « mis dans la merde » …

 

D. : Cette perception, c’est si l’on juge que je devrais prendre en considération le fait que je suis une personne justement diabolisée parce que dangereuse. Or, je ne me considère pas comme ça et Mamadou Sakho est venu amicalement voir mon spectacle – je ne lui ai pas demandé de le faire. Il vient ensuite amicalement me saluer dans ma loge. Et, de manière spontanée, on me demande à faire une photo avec lui et sa compagne. Et hop, on fait une quenelle ! Je ne sais même plus si c’est une idée collective ou si c’est Sakho qui l’a demandé. Mais tout cela s’est déroulé de façon spontanée et sans contraindre qui que ce soit. Comme avec Tony Parker, Teddy Riner et plein d’autres qui sont venus faire des quenelles dans ma loge ! Oui, Sakho est venu me voir et j’ai trouvé que ce n’était pas gênant de diffuser cette photo.

 

En plus, je viens d’apprendre aujourd’hui même (le 21 décembre 2013, ndlr) que c’est un service de communication qui a écrit « sa réponse » sur twitter : « Je me suis fait piéger ». Donc, ils ont parlé à la place de Mamadou Sakho ! Or, à l’évidence, Sakho ne s’est pas fait piéger et cette réponse est évidemment un problème. Qui dit « piégé » dit que Sakho ne savait pas qu’il faisait une quenelle, après avoir vu mon spectacle où je parle de ça pendant 1h20 …

 

Bref, si on vient après dans ma loge faire une quenelle avec moi, c’est en toute connaissance de cause. Aujourd’hui, je crois comprendre qu’il a bien été piégé, mais pas par moi : par son service de communication… Je lui souhaite maintenant de devenir un excellent sportif. À la fois sur le plan technique et du jeu – comme c’est le cas actuellement – mais également dans la vie, sur le plan des valeurs. Il a aussi un rôle à jouer dans l’émancipation de tous ces gens qui réclament justice et vérité. Mais lui plus que d’autres. Parce que cela m’a été rapporté, beaucoup, dans son environnement, lui ont dit : « Mais non, Mamadou, tu ne t’es pas fait piéger : on fait tous la quenelle à la maison ! Et chez toi ? On ne fait pas la quenelle ? ». Ben évidemment, chez Mamadou, à la maison, on fait tous la quenelle, je sais ! (rire). Il faut désormais qu’il devienne plus imperméable aux pressions, tout en restant ce sportif de très haut niveau…

 

 

 

... "Au niveau idéologique et politique, avez-vous conscience que vous ne pouvez l’emporter dans le rapport de force avec les lobbies français pro-israéliens (Licra, Crif, AIPAC) et l’État d’Israël ?"

 

"Il est clair que, sur papier, le combat pour l’émancipation de l’esclave est un combat perdu d’avance. Mais c’est la raison pour laquelle il doit être mené ! Peu importe : le but, c’est l’état d’esprit dans lequel on accomplit le parcours. Il s’agit de se libérer. Même si la libération intervient quelques générations plus tard. Au moins, on se sera inscrit dans ce chemin-là."

 

En effet, Dieu ne nous demande pas de gagner la bataille, mais de la mener. Et de mener le bon combat.

 

Source et suite de l'entretien: http://www.femmesdechambre.be/dieudonne-je-veux-aller-en-prison/

 

 

Un r inversé : le printemps français a son symbole de la résistance

Pour celles et ceux qui souhaiteraient aller plus loin, ils peuvent se reporter notamment aux articles suivants :

 

-  Dieudonné dénonce les "forces d'Occupation": une "guerre" qui est faite à la France "à l'extérieur et à l'intérieur"

- La crise de la modernité et les moyens d'en sortir

- République absolue et nihilisme d'Etat : les moyens d'en sortir

- Contre le Nouvel Ordre mondial : en finir avec la "révolution"

- Et après la révolte ? Louis XX, Roi de France, réunit les Français, la République les divise !

 

Partager cet article
Repost0

commentaires