Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 14:02

Les européens sont de vilains résistants au Nouvel Ordre Mondial de la dette... La croissance est à l'arrêt en zone euro (1) avec une croissance nulle au deuxième trimestre selon Eurostat (l'office européen de statistiques), une prévision de croissance pour 2014 pour la zone euro revue à la baisse de 1% à 0,9%. Acceptez donc votre propre esclavage et mettez-vous vous mêmes les chaînes aux pieds semble être le commandement des oligarques.

 

La contre-performance européenne montre que "l'activité économique de la zone euro a souffert au deuxième trimestre de l'accroissement des tension géopolitiques, en particulier la crise russo-ukrainienne, qui a pesé sur l'investissement" a souligné Howard Archer, d'IHS Global Insight. Dans le détail, les investissements des entreprises ont diminué de 0,3% au deuxième trimestre quand les dépenses de consommation des ménages ont augmenté de 0,3%.

A l'exception de l'Espagne qui réalise sa meilleure performance depuis fin 2007 (+0,6%), les grands pays du noyau dur de la zone euro ont enregistré de mauvaises performances, au premier rang desquels l'Allemagne avec une baisse de 0,2% du PIB confirmée par Eurostat. Les chiffres pour l'Italie sont jugés plus inquiétants, qui a vu son PIB reculer de 0,2% après une précédent recul de 0,1%, tout comme ceux de la France dont le PIB stagne comme au premier semestre.

 

La Banque Centrale Européenne (BCE) a révisé hier à la baisse ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) de la région pour 2014 et 2015. Elle a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2014 et 2015, à respectivement 0,9% et 1,6% , et corrigé à la hausse celle pour 2016 à 1,9%. (2)

La baisse de l’activité au cours du deuxième trimestre tient en grande partie aux mauvaises performances du commerce extérieur. Alors même qu’il est encore trop tôt pour y voir un éventuel impact de l’embargo décrété à l’encontre de la Russie, la progression des exportations a été « inférieure » à celle des importations, explique Destatis. Les investissements ont également pesé sur l’activité allemande. (3)

 

 

Pour relancer la croissance, la Banque centrale européenne (BCE) a également abaissé hier ses taux d'intérêt pour la septième fois en moins de trois ans son principal taux directeur à 0,05%, le plus bas niveau de son histoire. La dernière baisse, à 0,15%, datait de juin.. Elle offre ainsi un argent gratuit aux banques et supporte une partie de leur risque de crédit. À charge pour elles de prêter aux ménages et aux entreprises pour qu’ils relancent la machine économique aujourd’hui menacée par la déflation. En parallèle elle renforce son arsenal de mesures afin de ranimer l'économie, sans aller toutefois jusqu'à briser le tabou du financement direct des États qui devrait bientôt sauter dans le meilleur des Mondes du Nouvel Ordre Mondial...

 

La BCE se fait banque de l'économie réelle

 

Pour la première fois de son histoire elle va jouer les banques privées, ou presque. Quel miracle ! L'institution « va acheter un large portefeuille de titres adossés à des titres de créances (ABS) », des produits financiers qui permettent à une banque de transformer les crédits qu'elle fait en argent.

 

En les achetant la BCE se fait le banquier du ménage qui acquiert un appartement ou prend un crédit-bail pour sa voiture, ou de l'entreprise qui s'endette pour remplacer ses machines. Concrètement, les banques devraient être poussées à octroyer des crédits puisqu'elles ont la possibilité de pouvoir se débarrasser du risque auprès de la BCE via des ABS.

 

Le dernier tabou qui devrait bientôt sauter (règne usurier de la dette oblige...) : financer les États à quelques conditions...

 

La BCE a mis un pied jeudi dans ce que la planète finance appelle le « QE » (quantitative easing), l'assouplissement quantitatif, qui voit une banque centrale prêter à l'économie réelle. L'institution de Francfort va, bien qu'indirectement, prendre à son compte des créances au secteur privé.

 

Mais, et c'est là le dernier tabou en particulier pour l'Allemagne: la BCE ne franchit pas le pas d'acheter la dette émise par les États, comme au Japon et aux États-Unis (4) et dans toute économie dirigée néo-communiste (Cf. Lire le "libéralisme" capitaliste s'est mué en communisme planétaire, une immense prison...)

 

La BCE, qui n'a déjà pas eu l'unanimité pour les mesures annoncées jeudi, « met tout sur la table pour ne pas en arriver là », juge Frederik Ducrozet, économiste chez Crédit Agricole CIB.

 

La baisse généralisée et durable des prix, dans laquelle les acteurs économiques reportent achats et investissements pour aboutir au blocage de l’économie, est le cauchemar des gouvernements. La spirale déflationniste frappe le Japon depuis quinze ans... malgré l'achat des dette de l'état nippon par la banque centrale du Japon.

 

La Fed américaine mais aussi les banques centrales japonaise et anglaise, ont sorti l’arme atomique pour combattre cette menace. Elles font tourner la planche à billets en rachetant des dettes d’État (et privé). La déflation s’éloigne mais des bulles spéculatives (notamment immobilières) sont à craindre.

 

L’Europe n’y a pas recours. Au sein de la BCE, les Allemands y sont hostiles nous dit-on. Surtout si aucun effort budgétaire et aucune réforme structurelle (assouplissement du marché du travail par exemple... possibilités de licencier sans retenue, salaires de misère...) ne sont réalisés par les gouvernements de la zone euro.

 

http://static2.dmcdn.net/static/video/436/285/14582634:jpeg_preview_medium.jpg?20110829143624Bandes de brigands plongés dans les ténèbres de l'obscurantisme, validez donc vous-mêmes l'esclavage moderne tout en vous mettant les menottes aux poignets et les chaînes aux pieds !

 

La Banque centrale européenne doit racheter les dettes des états, faire comme n'importe quelle banque d'état, prêter de l'argent à l'Union européenne, faire de l'argent gratuit..., puisqu'on vous le dit ! Dormez braves gens...

 

De toutes façons, les djihadistes sont aux portes de l'Europe, n'est-ce pas ?!...

 

Notes

 

(1) http://www.itele.fr/monde/video/croissance-a-larret-pour-la-zone-euro-92335

(2) http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/09/04/97002-20140904FILWWW00213-zone-euro-previsions-de-croissance-en-baisse.php

(3) http://www.lesechos.fr/monde/europe/0203703483721-la-zone-euro-en-croissance-nulle-au-deuxieme-trimestre-1033032.php

(4) http://www.ouest-france.fr/zone-euro-ce-que-la-bce-veut-faire-pour-relancer-la-croissance-2798114

 

Partager cet article
Repost0

commentaires