Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 07:05

De Contre-info lu sur e-deo :

"Ce sont deux représentants de la noblesse française, Charles Emmanuel de Bourbon-Parme et Gil de Bizemont, qui se lancent aujourd’hui dans un commerce assez particulier : les préservatifs « de luxe » pour le marché américain.

Rc Misant à fond sur leur image de Français et de nobles, comparant leur produit aux marques de luxe françaises, les deux pornocrates espèrent sans doute rendre plus nobles les réceptacles en latex à usage unique… Le site internet de la marque promet de reverser un pourcentage des bénéfices à la recherche contre le sida et à des ONG. Les deux associés affirment (apparemment sans rire) que leurs préservatifs n’auront qu’une forme classique, « afin de préserver nos traditions, et nos valeurs ». Sic.

On remarquera que Charles Emmanuel de Bourbon, dit Prince de Parme, est un soutien actif de Louis XX et du courant légitimiste. Une mise au clair de ce côté serait la bienvenue…"

 

Via http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/01/la-classe-des-pr%C3%A9servatifs-royalistes.html

 

Nous rejetons ce commerce de la luxure qui ne saurait en aucun cas être légitimé. Prince Charles-Emmanuel , revenez à Dieu, abandonnez et quittez immédiatement ce projet satanique auquel vous ne sauriez vous compromettre en rien!

 

- Les chiffres de l'OMS prouvent que l'usage du préservatif aggrave l'épidémie du sida

- Une étude scientifique vient d'établir le lien entre la pilule et le sida

- Préservatif : on vous ment (le virus du SIDA est de l’ordre de 100 nanomètres soit un 10ème de micron, les pores du latex atteignent 1,5 microns, soit 15 fois la taille du virus du SIDA : le VIH passe.) 

Partager cet article
Repost0

commentaires

T

On peut légitimement se méfier de ce genre de "soutien"...

A croire que ce genre d'action est fait spécifiquement pour discréditer l'idée royale.


Répondre
L

Comment ? Tu ne veux pas faire commerce avec Monseigneur ???


Répondre