Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 07:47

Les Bretons coiffés du bonnet rouge, artisans, commerçants, salariés, paysans, pêcheurs, entrepreneurs, se rassemblent aujourd'hui à Carhaix contre le matraquage fiscal et la dictature jacobine parisienne.

 

Espérons que les "cahiers de doléances" distribués n'ont pas été rédigés par des frères la truelle comme cela fut le cas en 1789. Ce ne semble pas le cas compte tenu des raisons données plus bas.

 

Rappelons en effet que  les "cahiers de doléances" de 1789 ne furent pas des cahiers de paysans...

"Dans l'ensemble, les élections donnèrent bien ce qu'en attendaient les clubs philosophiques. L'énorme amas de cahiers de plaintes, dont une petite partie seulement est convenablement éditée, en témoignent nettement. Les Cahiers de campagnes ne sont presque jamais des Cahiers de paysans... presque partout ils ont été proposés, rédigés ou copiés par des hommes de loi... Ils reproduisent les modèles non seulement dans leur esprit, mais dans leur style - qui les trahit. Parfois le tabellion lettré qui a tenu la plume les a embellis de citations latines, de vers anglais, de passages de Fénelon, de Montesquieu, de Le Trosne, d'invocation à la Nature ou de remerciements à l'Etre suprême [...], dans le goût du Vicaire savoyard. Parfois, un laboureur tenace et rusé y a fait ajouter des revendications plus précises, ou une liste puérile de criailleries locales..." (Pierre gaxotte, La Révolution française, Nouvelle édition établie par Jean Tulard, Éditions Complexe, Bruxelles 1988, p. 103).

"Je viens de relire attentivement les cahiers dans lesquels clergé, noblesse et tiers-état avaient déposé l'expression libre et sincère de leurs voeux et de leurs sentiments; car "il n'y eut jamais d'élections plus libres que celles de 1789" (Ch. Chassin, Le génie de la Révolution, t. Ier, les élections de 1789, d'après les brochures, les cahiers et les procès-verbaux manuscrits, p. 217).

"On n'y trouve rien de pareil. Tout le monde est d'accord pour conserver les bases fondamentales de la société française: le gouvernement monarchique, l'inviolabilité de la personne sacrée du Roi et l'hérédité de la couronne de mâle en mâle; la religion catholique dominante, ayant seule le culte public dans le royaume, etc. (Rapport sur le dépouillement des cahiers par le comte de Clermont-Tonerre, le 27 juillet 1789, Histoire parlementaire, t. II, p. 177). Rien de tout cela n'est remis en question dans aucun cahier, et le tiers-état ne se montre pas le moins enthousiaste lorsqu'il s'agit de témoigner son attachement à la royauté (Chassin, t. Ier, Tiers-Etat de Bordeaux, de Nantes, de Bar-Le-Duc, de Rouen, de paris, de Vannes, du Forez etc., p. 240 et suiv.)

"C'est donc un fait absolument avéré, un fait hors de tout conteste, que l'idée d'une révolution radicale est totalement absente de ces cahiers préparés par l'élite intellectuelle de la nation, écrits par les commissaires élus de chaque assemblée plébénienne, noble, ecclésiastique, discutés, comparés, et enfin approuvés par la masse des électeurs délibérant et votant en pleine liberté." (Mgr Freppel, La Révolution française, Autour du centenaire de 1789, 1889, p. 7-8)


 Aujourd'hui, ces "cahiers de doléances" 2013 semblent réellement indépendants. L'oligarchie s'acharne en effet contre les bonnets rouges qu'elle assimile à l'"extrême-droite". Ne fonctionnant que par la diabolisation et le diviser pour régner, elle fait semblant d'ignorer qu'artisans, commerçants, employés, peuvent être unis aux patrons contre le matraquage fiscal... et le centralisme maçonnique jacobin... Elle les accuse donc de "poujadisme" et de connivence avec le "patronat", car elle ne contrôle pas le révolte fiscale venant de la base et non du haut de la pyramide.

 

27/11/2013 – 18H00 Carhaix (Breizh-info.com) - Breizh Impacte a publié son manifeste, véritables cahiers de doléances, qui « appellent tous les Bretons à se rassembler » à Carhaix le 30 novembre, et « à se serrer les coudes pour réclamer le pouvoir et les moyens permettant à la Bretagne de prendre en main son destin ».

 

Le collectif Vivre, Décider et travailler en Bretagne appelle quant à lui à la suppression totale de l’écotaxe – pour l’heure reportée en 2015 –, à un « réel électrochoc de simplification administrative », à la relocalisation des décisions – que celles concernant Rennes ou Nantes soient prises sur place et non à Paris – et à « la fin du dumping social et des distorsions de concurrence insoutenables pour les entreprises ».


Au bas de l’appel nous apprenons que des cahiers de doléance seront distribués aux manifestants par des volontaires de BreizhImpacte afin de collecter des idées « pour construire la Bretagne de demain ». Et conforter le projet de BreizhImpacte, sans doute.


A noter que la première manifestation des Bonnets rouges à Quimper avait réuni près de 30.000 personnes dans une ville où tous les commerces avaient baissé leur rideau en signe d’assentiment et de solidarité. Depuis, la fronde des Bonnets rouges s’est étendue à toute la France, tant contre les bornes écotaxe que les radars mais aussi parmi diverses catégories socio-professionnelles ou strates de la société qui ont enfilé des bonnets de diverses couleurs et sont sortis dans les rues. De fait, le gouvernement a amorcé un demi-recul, puisque la mise en place de l’écotaxe a été repoussée en 2015, tandis que les radars fixes atteints n’ont toujours pas été remplacés.


 

Source: http://www.breizh-info.com/4121/actualite-politique/des-cahiers-de-doleances-seront-proposes-aux-manifestants-carhaix/

 

 

Revendications, défilé, mais aussi musique, chanteurs et stands de restauration. Tel est le programme du rassemblement des «bonnets rouges» qui se tient ce 30 novembre en Bretagne à Carhaix (Finistère), le fief du porte-parole du mouvement, Christian Troadec (DVG), le maire de la commune. Après le succès de la manifestation de Quimper, qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes au début du mois, les organisateurs ont décidé de donner un esprit kermesse à cette nouvelle mobilisation contre l'écotaxe et pour l'emploi en Bretagne. «Toutes les conditions sont réunies pour accueillir les participants en famille», indique d'ailleurs les «bonnets rouges» dans un communiqué.

Après des portiques partis en fumée, des radars endommagés et des échauffourées à Quimper, le collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne, qui est à l'initiative de cette journée, a tout intérêt à éviter les incidents. Et cela même si, selon les organisateurs, ces faits répréhensibles ne sont pas liés aux «bonnets rouges». «À Paris, on déforme notre mouvement», met en garde Claude Rault, responsable du Collectif des transporteurs de Bretagne, qui se déplacera ce samedi sous bonne escorte… Une cinquantaine de camions partira avec lui de Pontivy et rejoindra le lieu du rassemblement.

Pour empêcher tout acte de vandalisme, Christian Troadec a donc choisi ­Kerampuilh, le site des Vieilles Charrues qui accueille chaque année en juillet le festival de musique. Situé en pleine nature, ce lieu qui devrait être occupé de 15 heures à 20 heures a été retenu à dessein, comme l'explique Christian Troadec. «On veut une manifestation calme et pacifique, et les casseurs ne devraient pas venir à un rassemblement organisé hors de la ville», dit-il. Et s'ils venaient quand même, il n'y a rien à casser dans les champs…

«Mais en accueillant chez lui ce deuxième rendez-vous, le maire, figure de proue du mouvement, a personnellement intérêt à ce qu'il n'y ait aucun débordement, car sinon cela rejaillira sur lui», note un observateur. Et les syndicats qui fustigent la démarche «poujadiste» des «bonnets rouges» feraient bien de reprendre en main ce mouvement qui leur échappe depuis le début… Le week-end dernier encore, les quatre manifestations lancées à l'appel de plusieurs organisations syndicales ont moins mobilisé que les «bonnets rouges» à Quimper.

 

[C]omme à Quimper, la foule devrait être hétéroclite: artisans, commerçants, salariés, paysans, pêcheurs, entrepreneurs devraient se rassembler autour des mêmes thèmes: la fin des portiques et la sauvegarde de l'emploi en Bretagne. «N'en déplaise aux syndicats, les ouvriers manifesteront avec les patrons, car le problème commun à tous, c'est le gouvernement», souligne Claude Rault. D'ailleurs, un cortège d'ouvriers partant de la gare de Carhaix à 13 heures rejoindra le site des Vieilles Charrues. «Les syndicats veulent diviser ce mouvement que l'on diabolise volontairement. Mais, s'il est si hétéroclite, c'est parce qu'il représente un peuple qui se soulève», selon un porte-parole, Mathieu Guillemot. À la tête de la fronde depuis le début, le responsable de la FDSEA du Finistère, Thierry Merret, sera aussi présent, emmenant avec lui un cortège de tracteurs qui stationneront autour du site.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/politique/2013/11/29/01002-20131129ARTFIG00521--carhaix-les-bonnets-rouges-veulent-demontrer-que-la-flamme-brule-encore.php

 

Add. 17:26. Le Figaro 17.000 bonnets rouges selon la préfecture

Le rassemblement des Bonnets rouges à Carhaix a réuni "au plus fort 17.000 personnes", assure la préfecture du Finistère.
Les organisateurs annoncent de leur côté plus de 40.000 participants.
15:00 Christian Troadec, le maire de Carhaix et leader des Bonnets rouges, avait invité les Bretons à venir en famille. Il a été écouté. Des parents manifestent avec leurs enfants. C'est le cas de Sophie, exploitante de porc dans la région. "Il faut une décision politique forte pour relancer l'économie. Aujourd'hui nous prenons des décisions liées sans cesse à de lourdes contraintes et non fonction d'une saine gestion. Il faut desserrer l'étau administratif".
Le chômage, l'emploi, le pouvoir d'achat sont les préoccupations essentielles des manifestants sur place. Pour Nelly, opératrice dans l'agro alimentaire, le gouvernement prend des risques à ne pas écouter les Bretons. "On va descendre sur Paris. On y songe de plus en plus" dit-elle en indiquant fièrement avoir été là à tous les rassemblements. "J'ai fait Montauban quand on a voulu s'en prendre au portique, le Pont-de-Buis où un autre portique a été démonté et j'étais à Quimper pour le premier rassemblement". 
Pour Jean-Yves, ce mouvement rassemble comme à Quimper patrons et ouvriers. "Je suis un ancien industriel reconverti dans le camping. La solution viendra de la Bretagne et non de Paris", dit-il en rappelant que ce mouvement échappe aux syndicats et aux partis politique.  
La manifestation se déroule dans le calme. Les stands de restauration sont pris d'assaut par les manifestants.

16:46 "Carhaix-Quimper : 1 à 0!"
 
"35000 à Carhaix! Mieux qu'à Quimper! Carhaix-Quimper: 0 à 1!", a lancé l'un des organisateurs du rassemblement. 
La vaste prairie, qui pour le festival des Vieilles Charrues, est en capacité d'accueillir 30 000 personnes semble pleine à craquer.  " Il faut se resserrer les rangs car d'autres personnes ne peuvent venir sur le site", a déclaré au micro  un membre du collectif  invitant  les manifestants à davantage s'avancer vers l'estrade. 

17:02 Le nom de Hollande hué
Pendant le défilé de discours, le nom de François hollande est à chaque fois hué. Des cartons rouges contre le gouvernement qui ont été distribués aux manifestants sont brandis.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/30/20002-20131130LIVWWW00300-en-direct-ecotaxe-les-bonnets-rouges-en-colere-des-routiers-bloquent-les-routes.php

 

. F. Hollande confond les Bonnets rouges avec l'"inversion de la courbe du chômage" d'ici la fin de l'année

. Écotaxe : EN DIRECT. La manifestation des Bonnets rouges samedi 2 novembre à Quimper

Partager cet article
Repost0

commentaires