Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 15:32

Dans un article du New York Times du 22 juillet 2014 « Putin’s Crime, Europe’s Cowardice », en forme d'une litanie d'inversions accusatoire, le djihadiste juif BHL, reprenant l'argument du vol Malaisie abattu, accuse les européens de lâcheté et d'"esprit munichois". Il souhaite envoyer les européens faire la guerre à la Russie ! Qu'il y aille lui-même !

 

BHL-Libye-Syrie-Israel-Ukraine.jpg

 

Putin’s Crime, Europe’s Cowardice

By BERNARD-HENRI LÉVYJULY 22, 2014

New York Times

 

Essai de traduction Christ-Roi

 

Crime de Poutine, la lâcheté de l'Europe

Par BERNARD-HENRI LÉVYJULY 22, 2014
 

TANGER, Maroc - dans l'est de l'Ukraine, Vladimir V Poutine  a joué avec le feu.

Il a mobilisé les pires éléments que l'on trouve dans la région.

Il a pris des voyous, des voleurs, des violeurs, des ex-détenus et les vandales et les transformer en une force paramilitaire.  

 

Il a permis aux commandants ad hoc de groupes séparatistes de tuer ou chasser des intellectuels, des journalistes et d'autres autorités morales des villes de Donetsk et Lugansk.

 

Il a regardé comme une armée des canailles imbibés de vodka détruisant ou reprenant le contrôle de bâtiments publics, d'hôpitaux, d'écoles et de bureaux municipaux du pays qu'elle fait semblant de libérer. 

Il a permis une véritable guerre de gangs de s'installer - sans se soucier qu'il est en train de perdre le contrôle des forces qu'il a déchaînées, avec des bandes rivales opposées l'une à l'autre et se tailler des fiefs au milieu de l'anarchie croissante.

 

Davide Cameron, le Premier ministre britannique, a plaidé pour des sanctions plus sévères contre la Russie.

 

Malgré la colère provoquée par le jet abattu, l'Europe se dérobe aux sanctions contre la Russie le 22 juillet 2014.

 

Le plus troublant de tout: Pour ce monde souterrain sans structure ou discipline, à ces voyous indisciplinés qui ne connaissent que la loi de la jungle, à cette nouvelle marque de la force qui n'a seulement qu'une idée obscure de la guerre et aucune idée du combat, Dieu sait, des lois de la guerre - à cette collection hétéroclite M. Poutine, le président russe, a donné un arsenal terrifiant avec lequel les soldats amateurs ne sont pas familiers et avec lequel ils ont joué, comme des enfants avec des feux d'artifice.

 

Nous savons que la Russie a fourni de grandes quantités d'armes lourdes aux séparatistes et les a formé à utiliser le système de missile-aérien SA-11  - le genre qui aurait été utilisé pour abattre le vol Malaisie  17.


On peut envisager la célébration victorieuse du gang avec son trophée, jouant avec lui comme s'il s'agissait d'un jouet - qui peut atteindre des altitudes de plus de 70.000 pieds.

On peut de même imaginer officiers militaires russes - pas si secrètement affectés par le Kremlin pour veiller sur les missiles et leur utilisation par les équipes d'artillerie amatrices ciblant les avions militaires ukrainien - être dépassés par les événements et pris de panique.

 

On peut même imaginer leur consternation quand Igor Strelkov, le ministre de la République de Donetsk défense auto-proclamée, revendiqua la responsabilité d'avoir abattu un avion militaire ukrainien - qui s'est avéré être le vol 17.

 

Nous savons ce qui s'est passé.

Quel que soit le résultat de l'enquête finale - une enquête rendue  presque impossible par ces chiens de guerre qui n'ont ni foi ni loi, qui, tant ils ont horrifié le monde en laissant les corps de leurs victimes abandonnées dans les champs ou entassés dans un train de voitures mal réfrigéré , tant ils se sont délectés de leurs 15 minutes de gloire en déplorant devant les caméras de télévision du monde que les 298 âmes perdues avaient eu le mauvais goût de "poser" sur des maisons du peuple ou dans des réservoirs utilisés pour l'eau potable, ont également dérobé le plan des boîtes noires, l'organisation de l'exportation vers la Russie d'éventuels débris compromettant , et le prélèvement par hasard des corps de leurs objets de valeur - quel que soit le résultat de l'enquête de tout cela, le résultat indéniable a été un carnage, un crime de guerre, une attaque sur l'Ukraine, les Pays-Bas et la Malaisie à la fois.

 

Pour toutes ces raisons, il était difficile de ne pas se ranger du côté du président de l'Ukraine, Petro O. Poroshenko, - qui, il faut le noter, a montré dans les terribles jours suivant l'accident les qualités de sang-froid, de dignité et d'autorité qu'il a exposées durant sa campagne pour le poste -, il a demandé à la communauté internationale de classer comme des organisations terroristes les «républiques populaires» de Donetsk et Lugansk.

 

Il est également difficile de ne pas être d'accord avec M. Porochenko lorsque, quelques heures après la tragédie, parlant sans émotion et sans aucune trace de haine, il a rappelé au président de la France, François Hollande, que le colonel Mouammar el-Kadhafi avait été mis à l'index par le monde pour son implication présumée dans une attaque similaire sur un avion de ligne, le vol Pan Am 103, au-dessus de Lockerbie en Ecosse, en décembre 1988. 

  

Face à ce nouveau Lockerbie, ferons-nous à l'Ouest pas plus que les prières de M. Poutine pour fournir un accès "libre et complet" au site de l'accident et offrir "l'entière collaboration" dans le rétablissement des preuves ?



N'avons-nous pas l'obligation morale de tirer des conclusions logiques d'un tel crime qui à cause de ses raisons politiques incendiaires et irresponsables profondément indignes du président d'une grande puissance, comme M. Poutine qui est, à la fin, entièrement responsable?

 

Dans ces circonstances - avec M. Poutine n'ayant pas encore décidé de faire marche arrière en Ukraine, beaucoup moins en Crimée - comment la France peut-elle justifier moralement son plan pour offrir à la Russie deux navires de guerre de classe Mistral, actuellement aménagés dans le port ouest de St  Nazaire? Voulons-nous qu'ils deviennent les joyaux de la couronne d'une flotte russe à Sébastopol et, peut-être, Odessa?

 

Voir l'Union européenne agir si lâchement est très décourageant. La France veut conserver ses contrats d'armement pour les emplois qu'ils sont censés sauver dans ses chantiers navals. L'Allemagne, un centre d'opérations pour le géant russe de l'énergie Gazprom, est pétrifiée de perdre sa propre position stratégique. La Grande-Bretagne, pour sa part, malgré des déclarations récentes du Premier ministre David Cameron, peut encore ne pas être prête à renoncer aux flux colossaux d'argent mal acquis des oligarques russes sur lesquels la Ville, le quartier financier de Londres, a appris à compter.

 

Dans le langage européen, c'est ce qu'on appelle l'esprit de Munich - l'apaisement. Et c'est une honte.

 

Source: http://www.nytimes.com/2014/07/23/opinion/putins-crime-europes-cowardice.html?_r=0

 

Un article du 26 juillet de Boulevard Voltaire rapporte cet article de BHL : "BHL veut faire la guerre à la Russie : s’engagera-t-il ?"

 

Bernard-Henri Lévy vient d’accuser les Européens de lâcheté dans le New York Times. Il demande la guerre contre la Russie – qui servira à anéantir le Vieux Continent. Mais que ne fera-t-on pas pour éviter le Munich numéro 1000 des « néocons » à la française ?

Le bougre occupe depuis quarante ans le devant de la scène intellectuelle française, comme on dit. Il est l’intellectuel institutionnel que l’on doit écouter et le commandeur des croyants auquel on se doit maintenant d’obéir, le doigt sur la couture du pantalon, surtout quand on est président de la République et que l’on rêve de n’importe quel exploit martial pour éviter de trop ramer dans les sondages. Et cela, alors que le ludion en question était déconsidéré depuis longtemps par tous ses pairs, Aron, Sartre et Bourdieu y compris.

L’escogriffe plumitif traîne depuis bien longtemps au Quartier latin sa carcasse de précieux dégoûté. Aussi, je ne me moquerai pas de son riad avec laquais, de ses chemises à 700 euros, de son dandysme de Prisunic, de sa discourtoise insuffisance. Je ne soulignerai pas non plus que ses succès en librairie ont vingt ou trente ans, qu’il vend maintenant à 3.000 exemplaires, que ses postures ont fini par lasser le grand public qui le découvrait il y a maintenant 40 ans ou presque, au temps du toujours extasié Pivot. Car BHL est à Marcel Proust ce que Doc Gynéco est à Jean-Philippe Rameau.

Par ses poses, il me fait penser aux libéraux américains ou même russes. On sait donc que tout libéral qui se respecte déteste son pays, son histoire et ses racines, et l’idée même d’identité. On sait que, comme tout libéral qui se respecte, il n’a de cesse de souligner que ce pays est viscéralement raciste et antisémite. Et l’on sait que, comme tout aigri qui se respecte, il n’a de cesse de dénoncer comme nationaliste ou populiste tout esprit qui s’opposera à ses schématisations artisanales et à ses imprécations teigneuses : cf. sa diatribe sur le populisme américain et le maccarthysme local toujours renaissant qui refusait de faire de ce cancre las l’émule de Tocqueville !

Puissance malfaisante, ce représentant attitré de la gauche caviar et du néo-conservatisme azimuté synthétise toutes les tares de la charia moderne : le monde ne sera vivable que lorsqu’il sera en tout point identique et mort. C’est le rallye mondain du Paris-Qatar. Les moins riches se loueront une chambre à Gaza en remerciant les journaux de lutter contre le racisme.

Il serait temps pourtant que je reconnaisse ses intenses mérites, que je lui tresse des lauriers. Car c’est ici qu’avec son argent, son bagout, ses réseaux, son sens du chantage il m’impressionne et maintenant me fait peur. Ce nouveau grand inquisiteur triomphe avec toute la force de sa mauvaise volupté.

Je fais un pari : après la Libye, il imposera sa guerre mondiale à la foule fatiguée des zombies européens.

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/nicolasbonnal/bhl-veut-faire-guerre-russie-sengagera-t-il,95438

 

 

  . Russie : Le but stratégique de l’Otan, destituer Poutine, détruire la Russie

Partager cet article
Repost0

commentaires