Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 20:02
il devrait en parler à Poutine !!!

Dollar-Christian Noyer regrette l'hégémonie du dollar

Amende BNP Paribas: Christian Noyer regrette l'hégémonie du dollar

 

Le gouverneur de la banque de France s'est voulu rassurant sur les capacités de BNP Paribas à absorber les sanctions américaines. Mais il a aussi souligné les risques juridiques que posait l'hégémonie du dollar.

 

 

Source lexpansion.lexpress.fr via: https://www.facebook.com/republikpopulairedudonbass/posts/1451919965060090

 

Poutine avait dit le 1er juillet « Nous sommes au courant de la pression que nos partenaires américains exercent sur la France pour qu’elle renonce à la livraison des Mistrals … Et nous savons même qu’ils ont suggéré que si les Français ne livraient pas les Mistrals, ils élimineraient sans bruit les sanctions contre la banque ou du moins les minimiseraient. » Puis il a qualifié l’attitude américaine de « chantage ». La banque mentionnée par Poutine, sans la nommer, est la BNP qui a fait l’objet d’une enquête des Etats-Unis pour avoir enfreint des sanctions imposées par les USA à des pays comme le Soudan, l’Iran ou Cuba (raison officielle). Aux yeux des Européens, l’amende de 8,9 milliards de dollars imposée à la société de services financiers française BNP Paribas pour avoir violé les sanctions américaines contre Cuba, l'Iran et le Soudan semble excessive. Le président français François Hollande a demandé au président américain Barack Obama d’intervenir en vue d’une réduction de l'amende, tout comme le commissaire de l'Union européenne pour le marché intérieur et les services, Michel Barnier.


L'affaire a coïncidé avec la crise en Ukraine où la plus grande mesure coercitive menée par les États-Unis a été des sanctions financières et économiques sur la Russie, dont les plus importantes sont encore l’objet de menaces. À une époque où les États-Unis sont réticents ou incapables d’utiliser la puissance militaire pour soutenir ses objectifs de politique étrangère, le pays cherche à utiliser la puissance financière comme substitut. Cette méthode pourrait induire une contre-réaction financière à l'avenir.

 

La dé-dollarisation lancée d'abord entre la Russie et la Chine, puis poursuivie entre la Chine et l'Angleterre rentre dans ce schéma. Une "alliance anti-dollar" conçue par des experts russes comme arme anti-guerre pour stopper la politique d’agression militaire et financière des USA dans le monde.

Partager cet article
Repost0

commentaires