Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 12:05

 

 

http://0.gravatar.com/avatar/eeb396c3da2571dead9d69da6ba282c3?s=170&d=blank&r=GEntretien réalisé par Baudouin de Saxel.

 

Alors que le texte sur le mariage pour tous sera de retour devant l’Assemblée nationale mercredi prochain, Béatrice Bourges, le porte-parole du « Printemps français », revient sur la genèse de son mouvement et ses futurs combats au sein de la société. Elle en appelle aussi et surtout à l’unité en tendant la main à Frigide Barjot, qui lui a reproché ses actions coup-de-poing.

 

Comment présenter le « Printemps français » ?

 

C’est un mouvement spontané du peuple, de la France qui ne s’exprime pas, des gens qui sont indignés par ce qu’ils peuvent voir. Ils ont cet objectif commun de préserver la dignité humaine et de protéger l’Homme. À l’occasion de mes conférences et au gré des différentes rencontres que j’ai pu faire dans toutes les régions de France, j’ai senti comme une fracture entre le monde silencieux et le monde de ceux qui nous gouvernent. Ce peuple, longtemps méprisé, est enfin prêt à se lever et à s’élever contre des décisions qui l’humilient. C’est dans cet esprit de ras-le-bol généralisé et de résistance pacifique qu’est né le « Printemps français » ; afin que chacun puisse ouvrir sa gueule. Notre leitmotiv n’est pas de mettre à bas un régime mais de combattre une idéologie de terrorisme intellectuel en vertu de laquelle on ne peut rien dire sans se faire traiter de fasciste. On va dire que Robert Ménard est d’extrême droite, que je suis catholique intégriste et cela suffira pour nous enfermer dans un tiroir à triple tour et nous bâillonner ! Vous savez, les Français ne sont pas des imbéciles et se rendent bien compte qu’ils se font manipuler. Simplement, aujourd’hui, ils n’en peuvent plus et décident de sortir des clous pour se faire entendre.

 

En désaccord avec vos méthodes, Frigide Barjot menace de déposer plainte contre le « Printemps français ». Si les avis divergent sur les moyens à mettre en œuvre pour arriver à vos fins, les revendications sont identiques. Comment expliquer une telle scission ?

 

Il y a des divergences dans l’esprit philosophique de nos mouvements. Le nôtre a vocation à être résistant, non-violent et transgressif. Il reflète davantage la voix des régions tandis que la Manif pour tous est sans doute plus centralisée, et tant mieux. Aussi, nous sommes moins dociles et disciplinés qu’eux. Ce désaccord entre Frigide et moi ne doit pas plomber la mouvance. Comme dans toutes les familles, on se fâche parfois avant de revenir calmement dans les bras les uns des autres. Il ne s’agit pas d’une scission à proprement parler.

 

Vos camarades semblent exaspérés par ces escarmouches…

 

Raison pour laquelle j’en appelle à l’unité. Je reconnais à Frigide d’immenses qualités ; nous avons simplement deux caractères différents ; ce qui devrait plutôt créer une stimulation et une émulation du mouvement. La Manif pour tous est la partie émergée de l’iceberg tandis que le « Printemps français » est la partie immergée. Nous avons chacun besoin l’un de l’autre pour défendre notre vision de la société. Il ne faut pas qu’une querelle stérile occupe le terrain au détriment du fond de notre combat.

 

Vous dénoncez la violence mais êtes une adepte des actions coup-de-poing…

 

Je suis convaincue que ce printemps qui est en train de voir le jour, de tracer son sillon, est assez mûr pour que quelque chose de nouveau naisse dans ce pays. Alors si je dois servir de paratonnerre, m’en prendre plein la tronche et résister à l’aide d’actions coup-de-poing, je ne le fais pas de gaieté de cœur, mais je le fais. Je peux comprendre la violence de certains individus, car la violence émane de la frustration. Sans la soutenir, je l’écoute et accompagne les gens qui ont besoin de s’exprimer d’une manière ou d’une autre. On m’a reproché d’être rebelle ; c’est mon caractère et j’aspire à mourir ainsi.

 

Quels seront vos prochains combats, vos revendications, vos luttes ?

 

Nous mènerons les combats pour un humanisme durable et contre tout ce qui touche à la dignité humaine. Le « Printemps français » aura à cœur de dénoncer une dictature de la pensée guidée en partie par le Grand Orient de France et les LGBT. On s’attaque à un énorme morceau. Quand Pierre Bergé dit que le ventre d’une femme est comparable aux bras d’un ouvrier, c’est injurieux envers la femme et l’ouvrier. Au nom de quoi peut-il donner des leçons et imposer sa pensée ? En vertu de quoi les professeurs pourront désormais dire aux élèves de six ans : « Vous serez filles ou garçons en fonction de votre désir » ? On nage dans une déstructuration complète de l’humanité.

 

Béatrice Bourges, le 14 avril 2013

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/beatricebourges/printemps-francais-afin-que-chacun-puisse-ouvrir-sa-gueule,19041

 

- Les neuf principes de fonctionnement du Printemps français

Principes d'un Printemps français légitime

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Ca rassure de lire de telles paroles! Advienne que pourra!
Répondre