Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 12:29

Image Hosted by ImageShack.us17/03/2009 – 19h00
PARIS (NOVOpress) - Avec le recul de la Bourse et de l’immobilier, le patrimoine des Français devrait, pour la première fois depuis 30 ans, accuser une baisse de 3 % en 2008, selon une
étude de l‘INSEE publiée ce mardi.

Sur les 30 dernières années, la valeur du patrimoine net des Français a été multipliée par 8 (par 2 si on retranche l’inflation), avec une hausse de 10 % par an sur la dernière décennie, jusqu’à représenter 7,5 années de leur revenu disponible brut en 2007, contre 4,4 années en moyenne sur la période 1978-1997. Il a été évalué fin 2007 à 9 500 milliards d’euros par la Cour des comptes - soit 380.000 euros par ménage. A titre de comparaison, le patrimoine des Américains a fondu de 17,9 % en 2008 (avec un patrimoine de 51 477 milliards de dollars, soit 330.000 euros par ménage).

Les Français détiennent plus des trois-quarts du patrimoine national. Il est constitué pour deux-tiers d’actifs non financiers, essentiellement des biens immobiliers : les logements possédés par les ménages représentent 27 % de l’ensemble de leurs actifs et les terrains sous-jacents 35 %. Selon l’étude, 58 % des ménages étaient propriétaires de leur logement en 2007, contre 47 % en 1978. La hausse du patrimoine non financier des Français est essentiellement liée à l’envolée des prix du marché immobilier, beaucoup plus qu’à l’investissement en logements neufs.

L’assurance-vie reste le placement financier préféré des Français avec 14 % de leur patrimoine, talonné par les actions et titres, 11 %. Crise boursière oblige, leur portefeuille de titres représentait 27 % de leurs actifs financiers en 2007, contre moins de 20 % en 2008…

L’Insee fait observer que l’accroissement de la richesse des Français est en grande partie fondée sur du virtuel, les ménages s’étant en effet largement endettés depuis 30 ans. Les prêts à long terme (assimilables à des crédits immobiliers) représentent ainsi 69 % de leur revenu disponible brut en 2007, contre 26 % en 1978. Sur le long terme, les Français se montrent pessimistes. Dans un sondage réalisé par TNS Sofres en octobre 2008 pour le ministère du Logement et de la Ville, 60 % des Français jugent en effet possible qu’eux-mêmes ou leurs proches se retrouvent un jour sans domicile fixe… Bienvenue dans la France d’Après ?


[cc] Novopress.info, 2009, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Partager cet article
Repost0

commentaires