Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 10:15
Il ne doit pas être agréable de se trouver associé aux assassins inventeurs du totalitarisme : les "socialistes" sentent le vent tourner. Ils opèrent un virage à 180 degrés et abandonnent "l'idéal" révolutionnaire. Je m'en félicite, seulement il reste encore comme une marque de fabrique du "socialisme" (sans Dieu) qu'ils ne sont pas encore prêts à abandonner.

"Le député européen Henri Weber et les secrétaires nationaux Alain Bergounioux et Béatrice Marre ont dévoilé rue de Solferino cette « Déclaration de principes » (la cinquième depuis 1905). Composée de 21 articles, elle pourra être amendée par les militants avant l'adoption finale lors de la convention nationale du 14 juin.

La principale évolution est la prise en compte de la sauvegarde de la planète et surtout l'abandon clair et net de toute référence à un objectif révolutionnaire. Le PS se définit désormais comme réformiste et se déclare favorable à l'économie de marché, mais pas n'importe laquelle : « Une économie sociale et écologique de marché. » Hormis les réserves de Jean-Luc Mélenchon sur l'Europe, le texte est le résultat d'un consensus entre toutes les sensibilités du parti." (
Le Parisien, Les socialistes abandonnent la révolution, 22 avril 2008).

Reste encore la prétention et l'orgueil... de "réformer", de changer (thématique du "changement" portée par Ségolène Royal lors des présidentielles...), d'améliorer la société et les droits de l'homme, sans Dieu, et souvent contre Dieu. 

Reste cette prétention satanique, de bâtir la société en la séparant totalement de Dieu (séparation étanche entre les pouvoirs temporel et spirituel, loi de séparation de 1905). Cette prétention de définir les "droits de l'homme" et de bâtir la société en dehors du Christ "pierre d'angle" de tout édifice, pierre que les maçons-bâtisseurs ont rejetée... (Evangile selon Saint-Matthieu 21,42), se termine par la chute des "bâtisseurs" (ici, le Sauveur prophétise la venue de "bâtisseurs", et que ces "bâtisseurs" échoueront...) La pierre rejetée par les maçons se brisera sur eux, elle les écrasera (Mat., 21,44). Cette prophétie est à mettre en parallèle avec la chute et la ruine de la République "française", le déclin, le déclassement et la décadence de la France. "Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas" (Mat., 24, 35).

Il serait de toutes façons vain de penser qu'un régime fondé sur l'illusion, la mystification et le mensonge puisse durer éternellement. 

La société, l'ordre naturel, les authentiques droits de l'homme "trouvent leur fondement dans la loi naturelle inscrite au cœur de l'homme... Détacher les droits humains de ce contexte signifierait restreindre leur portée et céder à une conception relativiste. ... Ce ne sont pas les droits seulement qui sont universels, mais également la personne humaine, sujet de ces droits. ... Les droits de l'homme ne peuvent pas faire l'économie de la dimension religieuse de l'homme" (Benoît XVI, Discours aux Nations-unies, 18.04.2008).
Partager cet article
Repost0

commentaires