Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 14:26
Ce procès (Afp 24/12/2007 13:35) implique une affaire qui relève d'une sorte de néo-esclavagisme moderne, ce que l'ethnologue Bernard Lugan, au micro de Radio Courtoisie le 15 novembre 2007, appelle une "recolonisation humanitaire", sous couvert de bons sentiments. Un commerce humain où il s'agit d'enlever à leur milieu des enfants africains pour les emmener à des milliers de kms (déracinement, enlèvement d'enfants, perception de royalties au passage) et des africains eux-mêmes partie intégrante du business ne sont pas exempts de tout reproche. Le traumatisme vécu par ces enfants est irréparable. 

C'est l'avis du professeur Bernard Lugan qui l'
explique très bien (Dailymotion Bernard Lugan contre l'Arche de Zoé). Lugan se met à la place des Africains et à la place de l'Afrique. Il s'interroge sur l'image que cette opération a donné en Afrique. "C'est absolument détestable", dit-il. "On ne peut pas imaginer l'ampleur des dégâts, parce que le traumatisme qui a été causé au point de vue mental est irréparable. Voilà deux logique totalement inconciliables, totalement opposées. Une logique, celle des humanitaires qui consiste à dire: ces enfants souffrent, nous les prenons, nous les transplantons en France; donc des universalistes, des universalistes complètement coupés de toutes les réalités. Mais pour les Africains, la réaction est totalement différente et je m'étonne qu'il n'y ait pas encore eu de réactions plus violentes. ... Que pense tous les Africains? C'est une insulte à l'Afrique: des blancs sont venus acheter des enfants. Même si cela est faux, voilà l'image qui est perçue en Afrique. ... Entendre tous les jours que l'on parle en France de contrôle des naissances, d'avortements, de préservatifs, de naissance de moins en moins importantes. Les Africains se disent: ces blancs ne font pas d'enfants et ils viennent nous voler les notres? Ils viennent nous acheter les notres. Mais ces blancs-là, ce sont des esclavagistes. Voilà ce qu'ils disent. Même s'ils ont tord, voilà ce qu'ils disent.  ... J'ai des amis africains, un professeur d'université dans l'Ouest africain, un de mes collègues me téléphone ces jours-ci et me dit qu'il n'est pas compréhensible pour les Africains que les familles dites d'accueil ne soient pas poursuivies en justice pour complicité dans ce que eux Africains considèrent comme une opération de kidnapping massif d'enfants. Vous rendez-vous compte de l'incompatibilité entre les deux logiques? Pour l'Afrique, c'est un rapt massif. Et cet ami me disait: "écoute, quelle aurait été la réaction en France si vous aviez appris que 100 ou 110 enfants français avaient été enlevés par telle ou telle population pour être tansplantés dans le reste du monde?" C'est exactement la même chose. Mais c'est encore plus grave pour les Africains. Pourquoi? Parce que les Africains ignorent l'individu. L'individu n'existe pas en tant que tel: l'individu est indissolublement lié à son lignage. Et dans ce type de société, l'orphelin n'existe pas. Il n'existe pas parce que l'enfant est à la fois le rejeton du couple et du groupe. Or dans le cas présent, le couple est encore en vie. Sur les 110 enfants, 92 avaient au moins un parent, père ou mère. Mais même si ces enfants n'avaient ni le père ni la mère, ils n'auraient pas été pour autant orphelins au sens africain du terme. Parce qu'un enfant qui perd son père, qui perd sa mère, est pris en charge par sa tante, par son oncle, par un grand-père, par des cousins, par un grand frère, par n'importe quel membre du lignage. Et si le lignage a disparu, par n'importe quel autre membre du clan. C'est pour cela que dans ces pays, l'adoption est interdite. C'est un crime, l'adoption. C'est un crime, pourquoi? Parce que l'adoption consiste à enlever un enfant dans un lignage pour augmenter la force d'un autre lignage. C'est donc un rapt. Voyez-vous la différence de logique, la différence de culture? He bien ces abrutis qui ont voulu faire les marioles avec leur opération dite 'humanitaire' ont complètement foulé aux pieds tout l'ordre social africain, toutes les croyances africaines, toute la philosphie d'existence, toute la sociologie africaine. ... Voilà le résultat de l'ingérence humanitaire. Voilà le résultat de ce que je dénonce depuis 20 ans. ... On aboutit à des dérèglements avec des dérangés qui vont faire des commandos humanitaires. Le Figaro parlait de ces gens comme des "corsaires de l'altruisme". Les Africains sont hystériques quans ils entendent ça. C'est ce qui choque le plus les Africains, le fait que nous minimisions ce qui pour eux est un rapt. C'est pour eux une forme de racisme dans sa forme la plus abjecte. Alors ce n'est pas la peine de faire des 'testings'. C'est pas la peine de faire des lois 'antiracistes' en France. La France, les blancs en général,  ont montré qu'ils étaient racistes. Voilà le dégât qui est fait par cette opération. Et c'est un des dégâts qui n'ont pas fini de s'exercer. Nous ne sommes qu'au tout début des conséquences. Parce que dans nos pays, une information chasse l'autre. Dans quinze jours on en parlera plus, mais pas en Afrique: en Afrique, le passé et le présent sont liés. Et ces évènements vont être complètement intégrés au raisonnemment global qui va être fait par une bonne partie des populations et des élites. ... La responsabilité incombe à ceux qui ont défini cette philosophie, à ceux qui depuis vingt ans nous font toutes ces campagnes, avec ces larmoyances, avec les enfants qui souffrent et qu'il faut aider, sans prendre compte de ces réalités. Alors que des organisations humanitaires travaillent d'une manière remarquable en Afrique: les Chevaliers de Malte par exemple, la Croix-Rouge, deux ou trois autres, mais ces petites Ong qui sont composées de cowboys de l'humanitaire font n'importe quoi. Aujourd'hui, vous montez n'importe quelle ong avec pour thème "aider les enfants d'Afrique", vous allez faire la tournée des rotarys, des lions clubs ou des conseils généraux, vous avez de quoi vous acheter deux trois landrover blanches, vous acheter une ford, vous partez avec des sucettes vitaminées et vous allez amplifier la catastrophe sur place. C'est ça le problème. Il faudrait interdire à ces ong de sortir de France. Et laisser sur place les missions catholiques, les chevaliers de Malte, la Croix-Rouge et les organisations compétentes, mais non pas ces charlots de l'humanitaire." 

Sur le 'rapt' dont parle Bernard Lugan, l'article Afp indique: "Les familles tchadiennes ont demandé lundi, devant la Cour criminelle de N'Djamena qui juge les six Français de L'Arche de Zoé pour "tentative d'enlèvement", 200 millions de francs CFA (304.000 euros) de dommages et intérêts pour chacun des 103 enfants "volés" selon elles par l'association. 

... L'Arche de Zoé rejette depuis le début de son procès la responsabilité sur ses intermédiaires locaux, qu'elle accuse d'avoir présenté comme orphelins du Darfour les 103 enfants, mais elle peine à justifier les conditions de leur exfiltration avortée. ... le président de L'Arche de Zoé Eric Breteau ... s'en est vivement pris aux deux principaux intermédiaires qui ont "fourni" les enfants à l'association: le Soudanais Souleïmane Ibrahim Adam, inculpé des mêmes faits, et le Tchadien Mahamat Eritero, arrivé samedi à la barre comme simple témoin et reparti en fourgon cellulaire pour la prison.

"Les enfants nous ont été présentés par Mahamat Eritero et Souleïmane Ibrahim comme des orphelins du Darfour", région soudanaise en guerre civile, a lancé devant la Cour Eric Breteau, rejetant sur eux tout "mensonge ou tromperie sur leur état civil". Un autre intermédiaire cité comme témoin, Moktar Fadoul, a reconnu samedi que L'Arche de Zoé demandait des orphelins du Darfour.

Les explications du vieux marabout Souleïmane Ibrahim Adam, pressé de toutes parts, sont apparues plus confuses. Il a d'abord reconnu sa signature au bas de documents attestant que les enfants sont des orphelins du Darfour, mais a estimé, sans plus de précisions, que sa vigilance avait été "trompée". Il a assuré que ces 63 enfants étaient en fait tchadiens, sans vraiment convaincre sur le fait qu'il les a présentés comme tels."

Partager cet article
Repost0

commentaires