Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 18:33
Via le Club Acacia, dans l'émission d'Rtl 19h15-20h, "On refait le monde", Guy Carlier, cet éditorialiste qui se dit "toujours de gauche de cœur"…, avoue que son milieu a peur que ses enfants se fassent dépouiller par les "racailles"..., et met en garde contre le danger d'amalgamer toute la banlieue avec les racailles. "Il faut faire très attention, dit-il, parce que là on arrive à une violence et on va arriver à presque un état de guerre civile." ...

Question à Guy Carlier: une guerre de qui contre qui, une guerre contre quoi? Guy Carlier, cet éditorialiste "de gauche de coeur", ne craint-il pas plutôt une sorte de conjonction infernale des mécontentements? Celle des Français banlieusards de souche et des jeunes immigrés, les uns en révolte contre un système qui les a spoliés depuis des générations, détruit la France et livrés au pouvoir de l'étranger, les autres contre un système qui a  instrumentalisé "le racisme" comme un business plus qu'autre chose? 

C'est là le danger pour lui. L'amalgame entre toute la banlieue et les racailles. Si une telle conjonction se produisait, qu'arriverait-il ? C'est la préoccupation centrale de Guy Carlier. Guy Carlier qui pointe du doigt "les racailles" qu'il s'agit d'isoler du reste de la banlieue, pratique la division pour mieux régner, monte les banlieusards contre "les racailles", et monte "les racailles" (qu'il compare aux "nazis qui brûlaient les bibliothèques") contre les banlieusards... Qui pousse à la guerre civile ici? Dans quel(s) but(s)? Conserver le pouvoir, bien sûr. 

Surtout, "ne pas amalgamer toute la banlieue avec les racailles"... 

Mais, dans ce pari audacieux, la clique au pouvoir ne joue-t-elle pas son va-tout ? La révolution qu'elle aura elle-même provoqué risque de l'emporter avec son déchaînement de violences et de sang. Ce n'est pas prudent de jouer avec le feu. Après avoir jeter les racailles contre le gouvernement, c'est bien tout le peuple français que ces fous risquent de jeter contre le système en place lorsque les Français se rendront compte des décennies d'asservissement, de mensonges, de dictature dirigée directement contre eux. Après, comment cela finira-t-il? C'est une autre histoire.
 
A noter en fin d'émission, cette découverte d'Anne Sophie Mercier, journaliste à Charlie Hebdo et Arte : "A partir du moment où la valeur ultime de la société c'est la consommation, he bien il y a ceux qui y ont accès et il y a ceux qui n'y ont pas accès. Et ceux qui n'y ont pas accès, en effet, qu'est-ce qu'ils veulent? Ils veulent de la marque, ils veulent Adidas, ils veulent Cartier. Ils veulent de la marque. A partir du moment où c'est une valeur ultime, la violence est inscrite dans les faits". Les contrerévolutionnaires catholiques nationalistes ne disent pas autre chose... depuis deux cents ans! Je cite Mgr de Ségur: "Dans notre monde moderne, qu'est-ce qui enfante ruines sur ruines, révolutions sur révolutions? N'est-ce pas la fausse notion de la liberté? Tant qu'on en vivra, on en mourra." (Mgr de Ségur, La Liberté, Editions Saint-Rémi, p. 254). Le jour et la nuit, la liberté et la servitude.
Partager cet article
Repost0

commentaires