Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

16 septembre 2022 5 16 /09 /septembre /2022 10:11
Évoquant lors du vol du Kazakhstan vers l'Italie le jeudi 15 septembre 2022, la dégradation morale de l'Occident, notamment en ce qui concerne l'avancée de l'euthanasie légale, le pape François a déclaré que la région avait pris le mauvais chemin et que le meurtre devrait être laissé "aux animaux".

Évoquant lors du vol du Kazakhstan vers l'Italie le jeudi 15 septembre 2022, la dégradation morale de l'Occident, notamment en ce qui concerne l'avancée de l'euthanasie légale, le pape François a déclaré que la région avait pris le mauvais chemin et que le meurtre devrait être laissé "aux animaux".

SOURCE : CNA

 

(Traduction)

 

Évoquant jeudi lors du vol du Kazakhstan vers l'Italie la dégradation morale de l'Occident, notamment concernant l'avancée de l'euthanasie légale, le pape François a déclaré que la région avait pris le mauvais chemin et que la tuerie devrait être laissée "aux animaux".

 

"Il est vrai que l'Occident dégénère", a déclaré le pape lors de sa conférence de presse en vol le 15 septembre en réponse à une question sur la perte des valeurs en Occident, et en particulier à la pression pour l'euthanasie légale en France, en Italie. , et la Belgique.

 

"Ce n'est pas, en ce moment, au plus haut niveau d'exemplarité... L'Occident a pris les mauvais chemins", a déclaré le pape.

 

Pressé sur le problème de l'euthanasie, le pape François a déclaré : « Tuer n'est pas humain, point final. Si vous tuez - avec motivation oui - à la fin vous tuerez plus. Ce n'est pas humain. Laissons la tuerie aux animaux.

 

Le pape François s'est rendu au Kazakhstan du 13 au 15 septembre, participant au septième congrès des dirigeants des religions mondiales et traditionnelles, un sommet interreligieux, et rendant visite aux catholiques et aux fonctionnaires de l'État d'Asie centrale.

 

Au cours de la conférence de presse en vol, le pape a également abordé la guerre russo-ukrainienne et le droit de l'Ukraine à se défendre, les relations entre le Saint-Siège et la Chine, et les critiques selon lesquelles la participation au congrès interreligieux kazakh risque l'indifférence.

 

Concernant les préoccupations relatives à la liberté religieuse en Chine, et en particulier à Hong Kong, le pape François a déclaré : « Comprendre la Chine prend un siècle. Et nous ne vivons pas dans les siècles. La mentalité chinoise est une mentalité riche, et quand elle devient un peu malade, elle perd sa richesse. Pour comprendre, nous avons choisi la voie du dialogue.

 

"Il y a une commission bilatérale Vatican-Chine qui", a-t-il dit, "va bien".

 

« C'est lent parce que le rythme chinois est lent. Ils ont une éternité pour avancer. Un peuple d'une infinie patience. Mais des expériences que nous avons eues avant, nous pensons aux missionnaires italiens qui sont allés là-bas et ont été respectés en tant que scientifiques. Nous pensons aussi aujourd'hui aux nombreux prêtres ou croyants appelés dans les universités chinoises parce qu'ils valorisent la culture », a-t-il déclaré.

 

"Ce n'est pas facile de comprendre la mentalité chinoise mais il faut la respecter. Je respecte toujours. Et ici, au Vatican, il y a une commission de dialogue qui marche bien, le cardinal Parolin la préside et c'est lui, en ce moment, qui connaît le mieux la Chine et le dialogue avec les Chinois. C'est une chose lente mais toujours des pas avancent.

 

 

 

Le pape a mis en garde contre la "classification" de la Chine dans un binaire démocratie-antidémocratie, "parce que c'est un pays si complexe avec ses rythmes".

 

"Et c'est vrai qu'il y a des choses qui nous paraissent antidémocratiques, c'est vrai", a-t-il ajouté.

 

"Plus que de classer, j'essaie de soutenir la voie du dialogue", a déclaré le pape. « Dans la voie du dialogue, tant de choses sont clarifiées. Et pas seulement de l'Église mais d'autres domaines ; mais par exemple l'étendue de la Chine, les gouverneurs des provinces sont tous différents, il y a aussi des cultures différentes à l'intérieur de la Chine, qui est un géant. Comprendre la Chine est une chose énorme, mais ne perdez pas patience, cela demande beaucoup. Mais nous devons aller de l'avant avec le dialogue.

 

S'adressant à l'Ukraine, le Saint-Père a déclaré qu'armer le pays "peut être moralement acceptable", rappelant que "se défendre n'est pas seulement licite mais aussi une expression de l'amour du pays". Il a affirmé le droit d'une nation à se défendre en cas de besoin.

 

Évoquant le dialogue avec la Russie, le pape François a déclaré qu'« il est toujours difficile de comprendre le dialogue avec les États qui ont déclenché la guerre… C'est difficile, mais nous ne devons pas l'écarter, pour donner la possibilité de dialoguer à tout le monde, à tout le monde. Parce qu'il y a toujours la possibilité qu'avec le dialogue les choses changent, même en offrant un autre point de vue, un autre point de vue.

 

Il a poursuivi : « Mais je n'exclus pas le dialogue avec toute puissance en guerre, même si c'est l'agresseur. Parfois, le dialogue devrait être fait comme ça, mais il faut le faire. Ça pue, mais il faut le faire. Toujours un pas en avant. La main tendue, toujours, car au contraire on ferme la seule porte raisonnable de la paix. Parfois ils n'acceptent pas le dialogue — c'est dommage — mais le dialogue avance toujours, il est au moins offert. Et cela est bon pour celui qui offre.

 

Sur le risque d'indifférence, le pape François a déclaré que « s'il n'y a pas de dialogue, il y a soit ignorance, soit guerre. Mieux vaut vivre en frères; nous avons une chose en commun, nous sommes tous humains. Vivons comme des humains, avec de bonnes manières : qu'en pensez-vous, qu'est-ce que j'en pense ? Mettons-nous d'accord, parlons-en, apprenons à nous connaître.

 

Développant sa discussion sur la dégénérescence de l'Occident, le pape François a demandé : "Qu'est-ce que l'Occident a perdu, pour oublier d'accueillir ?" Il a noté son besoin de croissance démographique, compte tenu « de l'hiver démographique que nous avons. Nous avons besoin de gens, à la fois en Espagne, en Espagne surtout, mais aussi en Italie.

 

À cette fin, il a souligné la nécessité d'accueillir, de promouvoir et d'intégrer les immigrants.

 

Le pape a mis en garde contre le populisme et a déclaré que l'Occident "pourrait… expirer un peu".

 

«Mais nous devons reprendre les valeurs. L'Europe devrait adopter les valeurs des pères qui ont fondé l'Union européenne - ces grands », a-t-il déclaré, après avoir fait référence plus tôt au Vén. Robert Schuman, Konrad Adenauer et Alcide De Gasperi.

Partager cet article
Repost0

commentaires