Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 17:24
Source : https://www.lifesitenews.com/news/vatican-inst/

Source : https://www.lifesitenews.com/news/vatican-inst/

(Traduction)

 

Le Père Massimo Pampaloni, SJ a été transféré au Brésil pour avoir refusé les injections de COVID entachées d'avortement, selon Church Militant.

 

mar 29 mars 2022 - 22 h 46 

ROME ( LifeSiteNews ) – L'Institut pontifical oriental (POI) aurait pénalisé un doyen et éminent érudit jésuite pour avoir refusé les injections de COVID-19.

 

Church Militant a rapporté que le doyen de la faculté des sciences ecclésiastiques orientales de la POI, le P. Massimo Pampaloni, SJ, a récemment été envoyé au Brésil en raison de ses objections de conscience aux injections.

 

Le Père Pampaloni, un consulteur de la Congrégation pour les Eglises Orientales et un éminent spécialiste de la christologie syriaque, a rejeté les injections obligatoires malgré la pression des autorités et de ses supérieurs, a déclaré à Church Militant un spécialiste des études orientales basé à Rome.

 

Plus tôt cette année, l'Italie a rendu les injections COVID obligatoires pour les résidents de plus de 50 ans. Le mandat expire le 15 juin. Le Vatican a également émis un mandat direct pour tous les employés en décembre. Le Vatican a également émis une obligation d'injection  pour tous les employés en décembre.

 

"Qu'un doyen et un érudit de premier plan de la plus prestigieuse école pontificale d'études orientales au monde soit démis de ses fonctions et renvoyé vers un autre continent par sa propre communauté jésuite alors que le Vatican déclare que la vaccination est volontaire est sans précédent", a déclaré une source de Church Militant. Pr. Pampaloni a précédemment occupé le poste de vice-recteur au POI entre 2010 et 2016.

 

Pratiquement tous les autres jésuites de Rome ont pris les injections entachées d'avortement, a ajouté la source.

 

"Pour des raisons de protection de la vie privée, nous ne donnons aucune information à ce sujet ", a déclaré à Church Militant le bureau du recteur de la POI, le Père David Nazar, S.J., à propos du cas du Père Pampaloni.

 

Pr. Pampaloni est maintenant professeur invité à l'École jésuite de philosophie et de théologie, un collège jésuite de Belo Horizonte, au Brésil. Le site Web du POI l'inclut toujours sur sa page de faculté.

 

''L'Institut pontifical oriental ne peut pas se permettre de perdre trop longtemps un universitaire aussi remarquable. Actuellement, ils ne peuvent tout simplement pas lui trouver un remplaçant – c'est pourquoi ils jouent le jeu en le bannissant et lui permettront ensuite de revenir d'exil après avoir fait de lui un exemple'', a déclaré le spécialiste des études orientales.

 

À un certain stade du développement, tous les vaccins COVID-19 disponibles reposaient sur des lignées cellulaires dérivées de bébés avortés qui étaient très probablement encore en vie lorsque leurs tissus ont été extraits. Les injections ont également été associées à des effets secondaires graves, notamment la maladie immunitaire, le syndrome de Guillain Barré et des problèmes cardiaques potentiellement mortels, comme la myocardite.

 

La Congrégation pour la doctrine de la foi du Vatican a souligné l'année dernière dans une note que "la vaccination n'est pas, en règle générale, une obligation morale et que, par conséquent, elle doit être volontaire".

 

L'ordre jésuite a néanmoins poursuivi de sévères obligations vaccinales COVID pour les prêtres, ainsi que pour les étudiants et les employés des écoles dirigées par des jésuites à travers les États-Unis.

 

La Boston College High School (BCHS), un établissement jésuite de préparation aux études supérieures, a essuyé une vague de critiques pour avoir séparé les élèves non vaccinés derrière des cloisons en plexiglas lors du déjeuner. Un autre lycée géré par des jésuites, le Brophy College Preparatory de Phoenix, a exigé l'an dernier que les élèves fassent les injections pour les activités extrascolaires.

 

Plusieurs collèges et universités jésuites, dont l'Université de Georgetown, l'Université Fordham et le Boston College, ont rendu obligatoires les injections de COVID pour les étudiants, les professeurs et le personnel. La province jésuite de l'Ouest aux États-Unis a également ordonné aux prêtres jésuites de se faire piquer, a rapporté Church Militant .

 

L'action de la POI contre le père Pampaloni survient après que le pape François a renvoyé ce mois-ci l'évêque Daniel Fernández Torres du diocèse d'Arecibo, à Porto Rico, après que l'évêque ait publiquement défendu les objections de conscience aux injections de COVID-19 et refusé de séparer les paroissiens en fonction de leur statut d'injection.

 

La mère générale Marilla, mère supérieure du couvent Tyburn de Londres, a également été récemment dénoncée au Vatican pour son opposition aux injections. Et la semaine dernière, la Mère Supérieure d'un monastère bénédictin à Pérouse, en Italie, a déclaré que son couvent risquait d'être fermé par la Congrégation du Vatican pour les Instituts de Vie Consacrée parce que les religieuses restent sans injection.

 

Source

Partager cet article
Repost0

commentaires