Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 23:10
https://www.rubikon.news/artikel/der-letzte-tanz-der-tyrannen

https://www.rubikon.news/artikel/der-letzte-tanz-der-tyrannen

Traduction Christ Roi

 

La dernière danse des tyrans

 

Pour la première fois dans l’histoire de l’après-guerre, des personnes pourraient aller en prison ce printemps non pas pour ce qu'elles ont fait, mais pour ce qu’elles sont. Les personnes non vaccinées pourraient bientôt être dépouillées par leur gouvernement et, à défaut, être emprisonnées pour un statut personnel comme en 2019 ou 2020. Alors qu'une minorité de citoyens sont restés eux-mêmes au cours des deux dernières années, le monde qui les entoure a sombré dans une fureur morale croissante : il ne suffit plus d'avoir extorqué le consentement de 60, 70 ou 80 % des citoyens pour la vaccination, tout le monde doit "le faire".

 

Et comment réagissent la plupart des citoyens ? Ils dirigent leur agression vers ceux qui pointent du doigt l'oppression, plutôt que vers ceux qui les oppriment. Kai Strittmatter décrit très bien la mentalité des sujets dans son livre sur la Chine :

 

« Un stade particulier de la surdité est celui où le sujet hait tout ce qui est bon et juste. Tout idéaliste est pour lui un hypocrite, tout partisan de la justice est un opportuniste éhonté qui n'agit en réalité que pour lui-même.

 

Pourquoi donc?

 

"L'impression d'infériorité morale éveille partout des réflexes de défense chez les gens. En Occident aussi, des études ont montré que ceux qui sont les seuls dans un groupe à agir moralement ne s'attirent pas l'admiration, mais la haine. Ils montrent aux autres leurs propres défauts et leur rappellent qu'il est possible d'agir autrement après tout.

 

[...]

 

La peur de la vérité


La situation actuelle est assez absurde. La pression de la vaccination semble s'intensifier au fur et à mesure que l'inefficacité de la dite injection pour une protection réellement efficace est démontrée. Plus le récit dominant s'effrite - en particulier celui de l'effet prétendument efficace de l'injection -, plus ses défenseurs semblent se montrer sûrs d'eux et intolérants. Nous ne pouvons qu'espérer, comme le suggère le psychiatre viennois Raphael Bonelli, qu'il s'agisse de la dernière d'une série de phases de "défense" - un terme psychologique désignant la résistance à une vérité qui se révèle au cours du processus thérapeutique et qui est ressentie comme insupportable par le patient.

 

Des personnes meurent en raison d'une vaccination. Mais le constater n'est que la première étape. La deuxième consisterait à laisser ce fait venir à soi, y croire et en tirer les conclusions nécessaires - par exemple se méfier de la campagne de vaccination massive actuelle ou reconsidérer sa propre intention de se faire vacciner. Pourquoi tant de nos contemporains ne voient-ils pas l'évidence et soutiennent-ils - même à gauche ! - de rester fidèles au gouvernement dans le cadre de la pire attaque contre la liberté depuis 76 ans ? Selon Bonelli, cela a beaucoup à voir avec la dynamique de refoulement bien connue des psychiatres.

 

Les personnes vaccinées vulnérables


Regardons en arrière : au début de l'automne 2021, 60 à 70% des personnes étaient déjà doublement vaccinées. Au lieu de faire baisser le niveau de la maladie Covid à la suite de cette injection soi-disant bénéfique, des "cas" en forte hausse ont été signalés. Il s'en est suivi une vague de discrimination sans précédent dans l'histoire de l'après-guerre à l'encontre d'une certaine partie de la population.

 

Mais une fois de plus, tout cela ne semblait servir à rien, alors que l'incidence augmentait à nouveau. Et on lisait partout des informations sur des unités de soins intensifs débordées - principalement parce qu'il y avait eu une diminution du personnel soignant pendant l'épidémie, et non parce que l'objet physique "lit" était devenu rare. Il s'en est suivi une chasse aux sorcières moderne de la pire espèce : les personnes non vaccinées "squattent" soi-disant les rares places d'hôpital réservées aux personnes honnêtes.

 

Pourtant les chiffres officiels concernant la proportion de personnes vaccinées et non vaccinées dans les unités de soins intensifs peuvent être remis en question sans hésitation - souvent, on ne dispose même pas de chiffres utilisables. Quoi qu'il en soit, l’effet de l'injection n’est pas si impressionnant que l’on ne puisse pas également respecter le renoncement à celle-ci comme une décision rationnelle et humainement compréhensible.

 

Des chiffres récents de l'Institut Robert Koch suggèrent même désormais qu'il existe une plus grande probabilité de contracter la variante omicron pour les personnes vaccinées que pour les personnes non vaccinées, comme le rapporte notamment Gunnar Kaiser dans une vidéo. "Sur 5.116 cas d'omicron dont le statut vaccinal était connu, 4.020 personnes étaient complètement vaccinées". Parmi les personnes complètement vaccinées, les "boostés" étaient beaucoup mieux loties. En résumé, on peut dire qu’une personne sur cinq n’a pas été vaccinée, une autre a été boostée, les trois autres "seulement" vaccinées deux fois.

 

Il semble donc que les personnes doublement vaccinées constituent actuellement un groupe particulièrement vulnérable par rapport à l'omicron - et ce après qu'on ait voulu nous vendre ce statut pendant un an comme le nec plus ultra. Les personnes ainsi menacées ne peuvent plus que chercher leur salut dans le prochain "boost", puisqu'il n'est pas possible de revenir à l'état de non vacciné. Entre-temps, même les partisans passionnés de la vaccination semblent avoir compris que la protection vaccinale a une date d'expiration assez proche - après deux à trois mois, l'immunité diminue rapidement.

 

Et bien que toutes ces informations auraient dû réfuter de manière impressionnante la fixation sur la vaccination comme soi-disant seule solution, la réponse des partisans est : plus de vaccinations. Peut-être aussi d’autres vaccins "mis à jour". Le "sabotage de la vaccination", qui n'était jusqu'à présent qu'un tableau dressé par d'incorrigibles théoriciens de la conspiration, semble désormais s'approcher sérieusement de l'humanité.

 

En route vers un abonnement vaccinal


Il va de soi que les responsables politiques et médiatiques, qui ont jusqu'à présent soutenu cette campagne de vaccination d'une insistance sans précédent, auront du mal à vendre un marathon de vaccination sans fin à des personnes qui ont été jusqu'ici si patientes. Tôt ou tard, des millions de personnes passeront du statut de suiveurs de la discrimination des non vaccinés à celui de discriminés. À un moment donné, presque tout le monde ne sera plus en mesure de suivre.

 

Les pouvoirs publics devraient donc soit promouvoir ouvertement la vaccination à vie, soit admettre que toute la logique qu'ils ont promue pendant deux ans était extrêmement fragile. Il faudrait que ce soit clair: étant donné que les vaccins n’apportent majoritairement aucun avantage pour les sujets de recherche, mais – en dehors d’éventuels dommages causés par le vaccin – , mais qu'ils augmentent même la probabilité d'une infection (!) au moins dans le cas d'Omikron, l’obligation de vaccination devrait être mise de côté en comme une idée historique démente.

 

Mais les acteurs jouent encore la montre. Du point de vue des lobbyistes pharmaceutiques et de "leurs" politiciens, cette tactique est tout à fait logique. Même si tout le château de cartes s'effondre au milieu de l'année 2022 ou 2023, des millions de doses de vaccin pourront encore être injectées d'ici là. Ces messieurs et dames jouent au poker.

 

Ils essaient de donner l'impression, par un rayonnement sûr de soi complètement déconnecté de la réalité, que cela peut durer éternellement et que céder à l'appel de la vaccination est pour des années la dernière chance pour tous de mener une vie à peu près sans danger. Être citoyen de cet État - cela signifie devoir acheter sa liberté face au harcèlement de l'État à intervalles réguliers, en offrant son corps aux vaccins avec résignation, en espérant que cela se passe encore bien et qu'il n'y ait pas d'atteintes plus graves à la santé.

 

Il semble déjà que les "non-boostés" seront les nouveaux ennemis de 2022, aux côtés des non-vaccinés qui ne sont de toute façon pas satisfaits. Nous sommes face à une boucle sans fin de soulagement saisonnier, de nouvelle vague, de nouvelle panique, de nouvel échec de la vaccination, de nouveau booster et ainsi de suite. Même avec l'augmentation du "taux de vaccination" extorqué par l'Etat, on continuera à rendre les 20, 10, 5 ou 2 pour cent de non vaccinés restants responsables de la misère.

 

Cependant, un rythme annuel – comme pour la vaccination volontaire contre la grippe – ne semble pas suffisant. Si vous pensez à cette logique jusqu’au bout, les jeunes de 20 ans d’aujourd’hui pourraient devoir être vaccinés 120 ou même 240 fois au cours de leur vie restante. Et même si les dommages actuels causés par les vaccins sont encore considérés comme relativement mineurs – ce qui reviendrait à se moquer des personnes touchées – un tel fardeau permanent de substances douteuses et mal testées restera-t-il ce "peu" d’incidents ? La charge ne s’additionnera-t-elle pas à chaque nouveau boost ?

 

[...]

 

Il existe également des prévisions plus optimistes, à savoir qu'Omicron, en tant que variante contagieuse avec des évolutions relativement légères, pourrait signifier la fin de la crise Corona. L'orchestre de panique politique hésitera à pouvoir se séparer de son cher semblant de répression, mais d'autres dossiers pourraient suivre ses pas : l'éco-totalitarisme, une nouvelle vague de réfugiés, les pénuries d'approvisionnement, la crise financière, la crise énergétique, la tension avec La Russie ... Une population aussi molle peut faire cela encore plus tordue et réduite en forme de ver à volonté par une élite au pouvoir déterminée.

 

L'orchestre de panique politique hésitera certes à se séparer de son cher prétexte de répression, mais d'autres thèmes pourraient suivre ses traces : le Totalitarisme écologique, une nouvelle vague de réfugiés, des difficultés d'approvisionnement, une crise financière, une crise énergétique, des tension avec la Russie... Une population aussi molle peut ainsi continuer à être maltraitée à volonté par une élite au pouvoir déterminée et être ainsi réduite à l'état de ver de terre.

 

[...]

 

Il ne faut pas se laisser aller à une résignation paralysante maintenant, car quelque chose est en train de s'ouvrir. Je recommande à tous de participer à de tels événements au niveau régional. Mon éloge de cette forme "silencieuse" de contestation ne signifie pas que j'oppose aux autres manifestations des discours analytiques et combatifs. Mais ce dont nous avons besoin maintenant, c'est de prudence, de détermination et de persévérance contagieuse.

 

Transformons l'espoir naissant en la certitude d'une réalité meilleure. Déjà maintenant — déjà en 2022 !

Source : RubikonNews

Partager cet article
Repost0

commentaires