Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 21:07
Source : https://multipolar-magazin.de/artikel/das-narrativ-wird-zusammenbrechen

Source : https://multipolar-magazin.de/artikel/das-narrativ-wird-zusammenbrechen

"Le récit va s'effondrer"

Efrat Fenigson vit en Israël et travaille comme responsable du marketing pour une entreprise internationale. En même temps, elle est l'une des porte-parole de la résistance contre la politique israélienne du corona. Dans l'interview multipolaire, elle explique : « En réussissant à nous diviser, les gouvernements nous détournent du vrai problème - la violation de nos droits humains fondamentaux. » La militante souligne : « Dès que nous sommes souverains sur nous-mêmes, nous créons de nouveaux réalités, un monde parallèle pour ceux qui ne veulent pas participer à l'expérience."

 

Remarque : Cette interview est disponible en anglais .

Multipolaire : Officiellement, 62% de la population en Israël, environ six millions sur 9 millions d'Israéliens, ont été vaccinés deux fois. Environ 5 pour cent ont reçu une seule dose. Israël célèbre la politique de vaccination comme un grand succès. Efrat Fenigson, vous êtes en réseau avec un grand nombre d'activistes, de journalistes et de scientifiques. A votre avis, que disent les chiffres ?

Fenigson : Sur les près de six millions qui ont été vaccinés deux fois, seuls quatre millions ont reçu la troisième dose. Cela en dit long. Car la campagne est en cours depuis août. On voit aussi que les infections persistent après le rappel vaccinal. Les personnes qui ont reçu la troisième dose reçoivent toujours Covid-19, mais selon la campagne, les non vaccinés font avancer cela et provoquent les infections. Les chiffres sont manipulés par le ministère de la SantéUn jour, certains chiffres sont affichés sur le tableau de bord public, et quelques jours plus tard, ces chiffres ont changé. Chaque jour, les gens suivent ce qui est publié par les organismes officiels, le comparent et signalent les écarts. Même avec les données que je donne ici, je ne sais pas si elles ont été validées, c'est-à-dire si elles sont vraies.

On voit aussi qu'à chaque fois qu'ils veulent passer à l'étape suivante de la campagne, par exemple vacciner les enfants, il y a toujours une augmentation du nombre de cas dans cette tranche d'âge. Maintenant, les médias soulignent soudainement que les enfants attrapent Covid. Les médias rapportent les effets à long terme chez les enfants et d'autres phénomènes qui peuvent survenir si les enfants ne sont pas vaccinés. Bien sûr, ils présentent les enfants comme un danger pour les personnes âgées.

Multipolaire : de nombreuses personnes en Israël suivent le discours du gouvernement selon lequel la vaccination est presque le seul moyen de lutter contre Covid-19, dites-vous.

Fenigson : Oui, beaucoup n'en ont aucune idée, croient tout ce que les médias et les autorités sanitaires disent sans questionner ni critiquer. Mais en ce moment, de plus en plus de gens, surtout en ce qui concerne la vaccination des enfants, se réveillent pour découvrir qu'aucune vraie question n'est posée. Il n'y a pas de véritable critique des décisions du gouvernement, sauf de la part de groupes de braves citoyensJe pense que le public est de plus en plus critique. Lors de la dernière grande manifestation à Tel-Aviv, nous avons vu des centaines de nouveaux visages qui n'étaient venus que parce qu'ils avaient eux-mêmes été vaccinés deux ou trois fois, mais n'étaient pas prêts à accepter les vaccinations de leurs enfants et la vaccination obligatoire. Nous voyons de plus en plus de personnes poser des questions et remettre en question les données sur les soi-disant faits qui sont présentés.

Multipolaire : Votre critique est que le gouvernement et aussi les médias rapportent presque exclusivement sur les aspects positifs de la vaccination Covid. Les effets négatifs seraient cachés.

Fenigson : La seule chose que les autorités représentent, c'est le succès, combien de personnes ont été vaccinées, à quel point c'est génial que nous soyons les premiers ou que nous soyons en tête ou tout ce qu'elles veulent promouvoir, ce qui n'est vraiment pas pertinent. Ils ignorent complètement le fait qu'il y a des gens qui souffrent d'effets secondaires graves. Des dizaines de milliers de rapports montrent que des personnes, des proches, des familles et des amis ont été blessés ou sont décédés.

Multipolaire : comment mesurer cela ?

Fenigson : De deux sources. L'un est un comité public qui a été formé l'année dernière. Les gens là-bas signalent les effets secondaires de la vaccination parce que le ministère de la Santé n'a créé la possibilité pour le public de le signaler qu'il y a environ trois ou quatre semaines, lorsqu'il a commencé à être critiqué. Les rapports du ministère de la Santé sont désormais très partials. Vous remplissez un formulaire, mais les données ne sont pas rendues au public, c'est comme un trou noir. Ce comité est donc la première source.

La deuxième source, ce sont les gens eux-mêmes, sur les réseaux sociaux. Chaque fois que le ministère de la Santé écrit sur le succès du vaccin, les gens commentent les publications. Vous écrivez : J'ai les effets suivants : mon fils a été blessé, mon frère, ma mère, mon père est décédé. Les gens signalent par leur nom complet. Fin septembre, il y a eu un cas où le ministère de la Santé a publié sur Facebook à quel point le vaccin était excellent. Là-dessus, 25 000 citoyens ont commenté, le ministère de la Santé l'a qualifié de menteur. "Il y a des effets secondaires, mais ils prétendent que la vaccination est tout simplement géniale, mais ce n'est pas vrai, cela ne correspond pas à la réalité." Le ministère de la Santé a supprimé 5 000 commentaires cette même nuit. Puis attaquéles médias grand public l'ont repris parce que les citoyens l'ont signalé et ont publié des articles disant que le ministère de la Santé essayait de le cacher au public.

Et il y a une autre source de témoignage : Le projet des témoignages .

Multipolaire : Vous dites que la plupart des médias grand public ne rapportent que ce que le gouvernement pense qu'il est. Le journal Haaretz, par exemple, était considéré comme un journal de gauche avec des reportages équilibrés. Est-ce que quelque chose a changé depuis Corona ?

Fenigson :Haaretz aime actuellement publier des articles de propagande contre les personnes non vaccinées qui constituent un « danger pour la société » et explique pourquoi elles constituent un danger. Mes amis et moi-même avons lu Haaretz et certains journalistes ont combattu à nos côtés l'année dernière lorsque nous sommes descendus dans la rue contre la corruption de Benjamin Netanyahu. Cela vous brise le cœur de voir comment les médias trahissent les gens, peu importe où vous vous situez dans le spectre, qu'ils soient de gauche, de droite, religieux, laïcs, juifs, arabes, éthiopiens, peu importe. À l'heure actuelle, il y a une nouvelle division : il s'agit de choix en matière de santé, pas du corps. C'est le nouveau gouffre. Ce que je ne pense pas que les gens voient, c'est que toute la discussion sur la vaccination est une tactique classique de partage et de conquête.

Multipolaire : Sur Twitter, vous le décrivez comme une sorte de chasse aux sorcières contre les non vaccinés.

Fenigson : Soit vous suivez les règles et faites ce qu'on vous dit, soit vous êtes le nouvel ennemi. Ainsi, vous pouvez voir comment les médias de gauche et de droite s'allient contre ce nouvel ennemi. Cela s'applique également à Haaretz et à de nombreux autres médias en Israël. C'est très décevant. Beaucoup de gens pensent qu'il n'y a pas de vrai journalisme en ce moment. Je peux compter sur une main ceux qui sont assez courageux et qui ont un avis différent de l'officiel. Comme Orly et Guy , deux journalistes indépendants, les seuls à oser présenter les deux côtés. Vous travailliez pour les médias grand public. Ou Dr. Yaffa Shirraz, récemment licencié pour avis critique et maintenant rédacteur en chef d'une nouvelle publication indépendanteest. Mais nous voyons aussi que les citoyens prennent les choses en main et commencent à faire rapport. Ils organisent des sessions en direct sur Facebook et Twitter. Vous produisez des podcasts et rédigez des chroniques. Il y a un nouveau journal qui est maintenant lancé par certaines des personnes qui vivent ici. Il y aura beaucoup de nouvelles formes de médias, car très peu parlent de l'autre côté, des autres opinions. Là où il y a un vide, il sera comblé.

Multipolaire : Comme vous pouvez le lire sur les réseaux sociaux, il y a de nombreuses manifestations en Israël, bruyantes et essentiellement pacifiques. En Allemagne, les grandes démonstrations sont interdites depuis de nombreux mois en raison du risque présumé d'infection. Auparavant, des dizaines de milliers de participants étaient discrédités par les médias et les politiciens en tant qu'extrémistes de droite.

Fenigson :Je pense que ces manifestations sont formidables car elles rassemblent des personnes de groupes très différents. En Israël, ils ne sont pas qualifiés de droite ou de gauche parce qu'ils savent qu'ils ne peuvent pas le faire. Il y a des religieux, de droite et de gauche, des Arabes, beaucoup de gens de différents groupes sont en contact les uns avec les autres. Chaque samedi soir il y a une manifestation, chaque jeudi soir il y a deux manifestations à Jérusalem. Haïfa et de nombreuses autres grandes villes d'Israël participent également avec leurs propres activités. Les citoyens organisent des pique-niques devant les cafés pour les personnes qui n'y sont pas autorisées. Même de petites manifestations de réveil par deux ou trois personnes juste devant les maisons des fonctionnaires, tôt le matin, par des manifestants courageux, avec un mégaphone et un ami faisant la diffusion en direct sur Facebook. Les initiatives sont nombreuses et toutes ces actions sont diffusées. Il existe donc un réseau d'information et de synchronisation entre les différents groupes de résistance. Nous sommes en train de construire une sorte de monde parallèle. Nous comptons sur des personnes de confiance pour faire rapport sur place et essayer d'ignorer ce qui se passe à l'extérieur. Car il est difficile de supporter le niveau de sédition, de haine et de propos violents.

Multipolaire : Vous avez dit dans l'entretien préliminaire que le récit s'effondrerait tôt ou tard - le récit selon lequel la vaccination est le seul moyen de lutter contre le virus, que les personnes non vaccinées sont dangereuses pour la société. De plus, il existe un récit en Allemagne selon lequel les critiques sont de droite. Comment ça se passe en Israël ?

Fenigson : Je pense qu'au début, c'était très réussi que les personnes non vaccinées soient un danger pour la société, les gens le croyaient. Maintenant, il s'agit des enfants. On dit que si on ne vaccine pas les enfants, tout le monde est en danger. Ils ne sont pas très réussis avec ce récit. Et c'est exactement pourquoi ils essaient de détourner l'attention en signalant que les responsables du ministère de la Santé sont menacés. Il a déjà été prouvé qu'il n'y avait pas eu d'attaques mettant la vie en danger.

Les médecins sont désormais ciblés comme une autre menace pour la société, des médecins courageux prêts à aider les gens et à s'exprimer. Il y a donc des détournements en place pour essayer d'éviter de parler du fait que les enfants qui ne sont pas vaccinés vont se rétablir. Certains scientifiques, comme le Dr. Geert Vanden Bossche , virologue indépendant et expert en vaccination qui a précédemment travaillé pour la Fondation Bill & Melinda Gates, entre autres, explique que les enfants qui ne sont pas vaccinés sont notre dernier bastion protecteur. Il saitSoulignez que si nous vaccinons l'ensemble de la population, ce qu'Israël essaie de faire, nous mettons toute la société en danger de ne pas faire face aux prochaines mutations. Nous devrons toujours développer de nouveaux vaccins pour faire face à la prochaine mutation. Les enfants sont donc très importants pour notre protection. Mais le gouvernement essaie de convaincre tout le monde qu'ils sont une menace en ce moment.

Mais revenons à la question du récit : je ne doute pas que le récit va s'effondrer. La seule question est quand. Parce qu'il y a des vérités qui ne peuvent pas être cachées. Les gens sont blessés. Vous ne pouvez pas le cacher longtemps. Peut-être que les gens essaient de le couvrir. Peut-être que les médecins ne le signalent pas. Mais à un moment donné, la vérité est trop puissante pour être cachée.

Multipolaire : Le 10 novembre, Israël a décidé de recommander le vaccin BioNTech/Pfizer pour les enfants de plus de cinq ans. La campagne de vaccination a déjà commencé . Selon une étude de la compagnie d'assurance maladie israélienne Meuchedet d'octobre 2021, environ 48% des parents interrogés feraient vacciner leurs enfants.

Fenigson : Je ne pense pas que la majorité croit vraiment à ce récit. Au fait, je ne dis pas que les vaccins sont mauvais. Je crois que la plupart des gens qui se font vacciner vont bien. Mais certaines personnes ont été blessées dans le processus, et nous devons en tenir compte. Et nous ne devons pas faire de mal aux enfants. Nous voyons déjà des effets secondaires graves comme la myocardite chez les adolescents. Ceci est généralement balayé sous le tapis. Mais beaucoup de parents se réveillent maintenant et disent, d'accord, je me suis occupé de moi, je suis protégé parce que je suis vacciné. Mais je ne ferai pas l'expérience sur mon enfant.

Multipolaire : que va-t-il se passer maintenant en Israël ?

Fenigson : Plus la campagne de vaccination des enfants est agressive - j'ai entendu quelque chose de similaire de la part d'amis en Angleterre - plus la société est restrictive. S'il y a des infections à l'école, les enfants peuvent toujours aller à l'école, mais sont ensuite mis en quarantaine à la maison. Une prison moderne. C'est une nouvelle règle en Israël pour dix jours. Pendant ces dix jours, ils doivent faire un test d'antigène tous les jours et un test PCR le dernier jour. On leur fait sentir qu'ils sont dangereux et que nous devons nous en protéger. Ils ont peur de faire du mal à quelqu'un. Et quand ils vont à l'école ou retrouvent des amis, ils apportent toute cette peur avec eux. Ils commencent à s'intimider les uns les autres.

De nombreux enfants et adolescents sont en mauvaise santé mentale. Il y a eu de nombreux appels à des professionnels de la santé mentale, à des psychologues et psychiatres, et à des directeurs d'école faisant état de violences dans les écoles, et nous voyons maintenant que les médias commencent même à les couvrir, ce qui signifie qu'elles sont trop "bruyantes" pour les cacher. Mon inquiétude est que le nombre de suicides augmente, comme en Australie. C'est très effrayant. Nous devons nous rappeler que ces enfants et ces jeunes sont notre avenir. Si nous ne prenons pas soin d'eux maintenant, qu'ils se sentent en sécurité, que nous les aidons à traverser cette période difficile, qu'ils se sentent aimés et qu'ils ne mettent personne en danger, nous aurons de nombreux problèmes à l'avenir.

Multipolaire : En Allemagne, nous avons maintenant la 2G dans la vie publique, la 3G sur le lieu de travail et aussi dans certaines universités de sciences appliquées la règle 1G, une discrimination ouverte contre les personnes non vaccinées. Il existe un laissez-passer vert en Israël.

Fenigson : Si vous n'avez pas été vacciné, récupéré ou testé - et que le Green Pass israélien n'est valable que six mois - vous ne pouvez pas aller aux concerts, aux restaurants, aux cafés ou au cinéma. On ne peut pas participer à la vie sociale. Et pire encore, beaucoup de gens perdent leur emploi s'ils ne veulent pas se faire vacciner. Le gouvernement devrait adopter une nouvelle prorogation de la loi dans quelques jours, prolongeant l'état d'urgence jusqu'à fin 2022. [NDLR : cela s'est produit entre - temps La loi d'urgence a été prorogée le 29 novembre en présence de 19 députés (sur 120 membres). Pendant ce temps, il y avait une manifestation devant la Knesset.]Dans le cadre de cette extension, les mesures discriminatoires et coercitives avec le Passeport Vert peuvent se poursuivre et il est proposé d'ajouter de nouvelles mesures, telles que l'introduction obligatoire des tests PCR. Ceux qui refusent s'exposent à une amende ou à une peine d'emprisonnement. Deuxièmement, il existe déjà une loi qui permet aux policiers d'entrer dans votre maison sans mandat de perquisition. Nous attendons donc avec impatience un tel avenir. Cela montre que l'ensemble "gauche et droite" est la même tactique de division. Les politiciens qui étaient « de gauche » et censés protéger les droits humains, comme les partis « Meretz » ou « Labour », soutiennent et promeuvent des restrictions et des lois qui violent les droits humains.

Multipolaire : Pourquoi n'y a-t-il pas de vaccination obligatoire ?

Fenigson :Tout d'abord : on pourrait en arriver là. Et si oui, alors à mon avis ce serait une grosse erreur en termes d'image du pays. L'explication en est que des pays comme Israël, l'Allemagne et d'autres doivent continuer à prétendre qu'ils sont des démocraties. Et quand ils disent que les vaccins sont une obligation légale et que vous devez les utiliser ou vous serez poursuivi, ils montrent au monde et à leurs propres citoyens qu'ils ne sont plus des démocraties. Je ne pense pas qu'ils veuillent détruire leur image démocratique. Et pourquoi? Parce que toute leur présentation est basée sur l'idée qu'ils font cela pour nous protéger. "Les compromis sur les droits de l'homme et les libertés sont pour votre mieux". Et beaucoup de gens croient à cette histoire. S'ils deviennent plus agressifs qu'ils ne le sont aujourd'hui, ceux qui qui leur achètent cette histoire, se réveillent et comprennent que le gouvernement n'est pas de leur côté car il prend des mesures coercitives contrairement à une "démocratie". Et le gouvernement ne peut pas risquer de perdre toute la confiance du public en lui.

Multipolaire : Pourquoi pensez-vous que si peu de gens se lèvent ?

Fenigson :Les gens veulent vivre comme ils sont habitués. C'est très difficile de trancher : d'accord, tu veux m'interdire de faire ça ? Pas de problème, je vais continuer ma vie sans toutes ces choses. - Je le comprends, je sais juste qu'un nouveau monde nous attend dans lequel nous pourrons décider quoi faire de nos vies et de nos corps. Dès que nous nous tenons dans notre souveraineté, dès que nous nous tenons dans notre vérité et acceptons le changement dans la réalité, nous acceptons le changement dans nos circonstances - nous créons simplement de nouvelles réalités. Nous créons des alternatives. Je peux vous parler d'Israël : il y a de nouvelles communautés autour de la culture, des festivals qui se déroulent, des cinémas, des extérieurs. Il y a des cafés que les gens installent dans leurs quartiers. Il y a des rassemblements sociaux, des fêtes, tout pour les gens

Ainsi, nous pouvons construire une société alternative, une culture alternative. C'est juste que c'est beaucoup de travail et nous avons peur du changement alors bien sûr nous y résistons. Je respecte vraiment tout le monde et ce qu'ils font. Je ne suis pas contre les vaccins en général. Je suis contre la coercition qui s'exerce. On dirait que c'est la minorité parce que les gens sont relativement calmes. Mais il y a beaucoup de bonnes personnes autour de nous. Une chose dont je suis sûre : rien, aucune menace pour un emploi, aucune privation de luxe, aucune interdiction de la vie culturelle ne se fera au détriment de ma souveraineté et de ma liberté. Je le sais juste et c'est ce qui me guide.

Multipolaire : Bien que vous soyez attaqué pour cela.

Fenigson : Il existe des groupes de surveillance numérique à la recherche de personnes ou de médecins influents, prenant des captures d'écran de leurs activités et les diabolisant, que ce soit sur les réseaux sociaux ou les médias grand public. Je ne vais pas me taire juste parce que quelqu'un n'aime pas mon opinion. Je pense que la liberté d'expression est l'une des dernières choses qu'il nous reste. Et si nous abandonnons, que nous reste-t-il ?

Multipolaire : Mais une partie est convaincue que ceux qui ont été vaccinés mettraient des personnes en danger.

Fenigson : Il s'agit des droits de l'homme, des droits personnels fondamentaux par opposition aux droits collectifs. Si l'on place le collectif au-dessus de l'individu, on restreint les droits fondamentaux de l'individu. C'est comme dans un régime socialiste où le gouvernement, le pays, le collectif passent avant l'individuel. Je pensais que nous suivions le Code de Nurembergappris quelques choses immédiatement après la Seconde Guerre mondiale - qu'il existe une autonomie physique, un libre arbitre et un libre choix. Nous avons des droits fondamentaux en Israël. Nous avons 30 droits humains fondamentaux qui sont bafoués à maintes reprises. Nous sommes une humanité collective traversant ensemble cette terrible expérience. Et si nous tombons dans ce gouffre, ce sera notre fin. Nous devons trouver un moyen de nous connecter et de nous respecter, malgré toutes les différences.

 

 

A propos de l'interviewé : Efrat Fenigson , né en 1980, est un citoyen australo-israélien. Après des études d'informatique en Australie, elle a d'abord travaillé comme programmeuse puis à des postes de marketing pour diverses entreprises, principalement dans le secteur de la technologie, tant pour de grandes entreprises que pour des start-up. Elle est mère célibataire et vit à Tel-Aviv, en Israël. Elle rend compte des manifestations contre la politique de Corona en Israël via ses réseaux sociaux . 

Source :

 

https://multipolar-magazin.de/artikel/das-narrativ-wird-zusammenbrechen

https://uncutnews.ch/das-narrativ-wird-zusammenbrechen/

 

Partager cet article
Repost0

commentaires