Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2021 3 22 /09 /septembre /2021 12:22

Les vaccins Covid-19 ne fonctionnent pas selon trois études publiées par le CDC, le gouvernement britannique et l'Université d'Oxford.

Les vaccins Covid-19 ne fonctionnent pas selon trois études publiées par le CDC, le gouvernement britannique et l'Université d'Oxford

Source: The True Defender

 

Traduction Christroi.

 

Un diplômé de l'université de Yale, titulaire d'un doctorat de l'université de Princeton et d'un diplôme de médecine de l'école de médecine de l'université John Hopkins, a publié un article concluant que forcer le public à se faire vacciner est un acte nuisible et préjudiciable en raison d'excellents documents de recherche scientifique démontrant que les vaccins ne préviennent pas l'infection ou la transmission de l'infection Cov.

 

Le 9 septembre, Nina Pierpont (MD, PhD) a présenté un rapport analysant de nombreuses recherches publiées en août 2021 qui montrent que la prétendue version Delta du Covid-19 échappe aux injections existantes de Covid-19 et ne prévient donc pas l'infection ou la propagation du Covid-19.

 

[...] L'immunité collective ne sera pas obtenue par la vaccination, selon le docteur en médecine, car de nouvelles recherches menées dans de multiples contextes démontrent que la variation dénommée Delta provoque des charges virales très élevées qui sont tout aussi élevées dans la population vaccinée que dans la communauté non protégée.

 

Étant donné que toutes les gravités de la maladie de Covid-19 créent des niveaux sains d'immunité naturelle, le docteur en médecine conclut que l'immunité naturelle est bien plus protectrice que la vaccination.

 

Nine Pierpont (MD, PhD) cite trois études dont les résultats et les données appuient ses conclusions, dont une publiée dans le "Morbidity and Mortality Weekly Report" du Center for Disease Control (CDC) le 6 août 2021, une autre réalisée par l'Université d'Oxford le 10 août 2021 et une dernière étude financée par le ministère britannique de la Santé et des Soins sociaux le 24 août 2021.

 

[...] L'étude a également révélé que les charges virales des personnes vaccinées et non vaccinées étaient remarquablement similaires, ce qui implique qu'elles étaient toutes deux également infectieuses.

 

Entre mars et avril 2021, 900 membres du personnel hospitalier au Vietnam ont été vaccinés avec l'injection du vecteur viral Oxford / AstraZeneca, selon l'étude de l'Université d'Oxford. À la mi-mai 2021, l'ensemble du personnel hospitalier a été testé négatif pour le virus Covid-19 ; néanmoins, le 11 juin, le premier cas parmi les membres du personnel vacciné a été détecté.

 

Le virus Covid-19 a ensuite été retesté sur l'ensemble des 900 employés de l'hôpital, et 52 cas supplémentaires ont été découverts juste après, entraînant le confinement de l'établissement. 16 autres cas ont été découverts au cours des deux semaines suivantes.

 

L'étude du ministère britannique de la Santé et des Soins sociaux porte sur la surveillance continue du SRAS-CoV-2 à l'échelle de la population au Royaume-Uni et inclut des mesures de la charge virale.

L'étude a révélé que les charges virales dans les populations vaccinées et non vaccinées sont pratiquement les mêmes, et qu'elles sont nettement plus élevées qu'avant le lancement de l'injection Covid-19. La majorité des cas au sein de la population vaccinée ont présenté des symptômes après avoir été testés positifs, selon l'étude.

 

Les auteurs de l'étude concluent que les injections Pfizer et Oxford / AstraZeneca ne sont plus efficaces contre la version Delta du Covid-19, bien qu'ils maintiennent qu'elles le sont toujours.

 

Nine Pierpont (MD, PhD) pose une bonne question dans son travail sur la façon dont ils peuvent arriver à cette conclusion étant donné que 82% des nouveaux tests PCR positifs dans la recherche provenaient de personnes entièrement vaccinées.

 

- docteur en médecine : -

[...] la proportion de vaccinés dans l'échantillon infecté, très proche des proportions de vaccinés dans la population totale, est incompatible avec les chiffres d'efficacité générés par les auteurs.

Il me semble, comme dans l'étude du Massachusetts, que le vaccin ne diminue pas du tout la susceptibilité à l'infection et qu'il se situe en réalité quelque part entre une légère (insignifiante) diminution de la susceptibilité et une légère augmentation de la susceptibilité à la variante Delta.

L'étude britannique indique clairement que la charge virale (et donc la contagiosité pour autrui) est beaucoup plus importante avec la variante Delta qu'avec la variante Alpha, et qu'avec la variante Delta, la charge virale et la contagiosité sont égales chez les personnes infectées vaccinées et non vaccinées".

 

 

Dans ses recherches, Nina Pierpont (MD, PhD) tire la conclusion que le fait de forcer quelqu'un à prendre un vaccin est une conduite potentiellement préjudiciable et dommageable.

Elle écrit qu'étant donné que le but premier d'un mandat est de protéger les autres de l'infection, et que ces études montrent sans l'ombre d'un doute que ce n'est pas le cas, ceux qui imposent les injections de Covid-19 devraient demander des conseils juridiques concernant leur culpabilité et leur responsabilité pour les dommages potentiels à long terme causés aux personnes qui sont forcées de se faire vacciner sous la menace de perdre leur emploi.

Partager cet article
Repost0

commentaires