Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2021 1 30 /08 /août /2021 19:08
Source : https://www.lifesitenews.com/blogs/a-mandatory-covid-vaccine-would-be-the-beginning-of-the-apocalypse-bishop-schneider/

Source : https://www.lifesitenews.com/blogs/a-mandatory-covid-vaccine-would-be-the-beginning-of-the-apocalypse-bishop-schneider/

L'évêque Schneider a déclaré à LifeSite que si une obligation vaccinale mondiale contre le coronavirus dérivée de lignées cellulaires provenant de bébés avortés était mise en place, "nous entrerions alors dans le temps de l'Apocalypse".

 

ven août 27, 2021

 

 

(LifeSiteNews) - Dans une interview accordée à LifeSiteNews en octobre 2020, l'évêque Athanasius Schneider a exposé un scénario "apocalyptique" concernant les vaccins mondiaux forcés dérivés de bébés avortés. Aujourd'hui, alors que les gouvernements du monde entier, y compris la France, l'Italie, l'Australie, le Canada et les États-Unis, pour n'en citer que quelques-uns, commencent à imposer ou ont déjà imposé la piqûre du COVID contaminé par l'avortement, les paroles de Son Excellence n'auraient pas pu être plus prophétiques.

 

L'évêque Schneider a déclaré à LifeSite que si un vaccin mondial obligatoire contre le coronavirus dérivé de lignées cellulaires de bébés avortés était mis en place, "nous entrerions alors dans le temps de l'Apocalypse".

 

Il l'a expliqué de la façon suivante. Il a déclaré:

 

Je me trompe peut-être, mais je soupçonne qu'en partie cette situation du COVID a été créée non seulement pour mettre en place une nouvelle dictature et contrôler la population, mais aussi, d'une certaine manière, pour légaliser l'avortement au niveau mondial - le meurtre des bébés à naître - de sorte que la planète entière collaborera au processus de meurtre des bébés grâce au vaccin qui utilisera des parties de bébés avortés. Le vaccin sera imposé et obligatoire - de sorte que vous ne pourrez pas travailler, voyager, aller à l'école sans lui, obligeant toute la population à recevoir le vaccin, mais le seul vaccin efficace sera celui fabriqué avec des cellules de bébés avortés. Peut-être n'accepteront-ils pas d'autres vaccins, et ils mentiront, en disant que ceux-ci ne sont pas efficaces, que le seul vaccin efficace proviendra de bébés avortés. Je n'affirme pas maintenant que cela va se produire, mais c'est mon soupçon : il me semble réaliste que cela puisse arriver. C'est pour moi la dernière étape du satanisme : que Satan et le gouvernement mondial - en fin de compte le gouvernement mondial maçonnique - obligent tout le monde, même l'Église, à accepter l'avortement de cette manière. Et donc nous devons résister très fortement contre cela, si cela vient. Nous devons même accepter d'être des martyrs.

 

"Et donc nous devons résister très fortement à cela, si cela arrive. Nous devons même accepter d'être des martyrs." Oh. Sommes-nous prêts pour cela ? La seule préparation peut être de s'assurer que nous sommes en état de grâce par la prière fervente et la pénitence.

 

Mais c'est après avoir dit cela que Mgr Schneider en vient à la partie la plus grave. Il dit que "Malheureusement, certains évêques, même de bons évêques et prêtres, présentent déjà ce qui est pour moi un sophisme en justifiant que vous pouvez accepter ce vaccin provenant de bébés avortés selon des principes moraux."

 

Un sophisme est "un argument habile mais faux, en particulier un argument utilisé délibérément pour tromper."

 

Mgr Schneider dit donc que certains évêques, même bons, "expliquent énormément, pour moi de manière sophistique, le principe de la seule coopération morale, sans votre volonté, sans votre consentement. Mais il s'agit pour moi d'un sophisme qui ne peut être appliqué à ce cas concret, car il est évident pour le simple bon sens que lorsque vous savez cela - que ce vaccin provient de bébés avortés - alors vous ne pouvez pas appliquer ce principe moral, ou cette théorie, à ce cas concret. Nous devons donc faire très attention à ne pas nous laisser induire en erreur par cet argument sophistique, même s'il provient de bons prêtres traditionnels. Tel est le danger, et nous devons y résister".

 

Et c'est vraiment le cas. Aujourd'hui, dans le monde entier, la grande majorité des évêques font pression en faveur d'un vaccin, qu'il soit ou non issu de lignées cellulaires de bébés avortés. Comme l'a rapporté LifeSite, l'ensemble de la conférence des évêques d'Angleterre et du Pays de Galles a déclaré que les catholiques ont "un devoir prima facie d'être vaccinés", faisant référence à un vaccin contre le coronavirus. "L'Église catholique soutient fermement la vaccination et considère que les catholiques ont un devoir prima facie de se faire vacciner, non seulement pour leur propre santé mais aussi par solidarité avec les autres, en particulier les plus vulnérables", peut-on lire dans la lettre publiée jeudi 30 juillet. "Nous pensons qu'il existe une obligation morale de garantir la couverture vaccinale nécessaire à la sécurité d'autrui. Ceci est particulièrement important pour la découverte d'un vaccin contre le COVID-19", poursuivent les évêques.

 

L'Académie pontificale pour la vie, organisme corrompu du Vatican, a publié en 2017 un document qui affirme qu'il existe une "obligation morale de garantir la couverture vaccinale nécessaire à la sécurité des autres", et ajoute que "tous les vaccins recommandés cliniquement peuvent être utilisés en toute conscience et l'utilisation de ces vaccins ne signifie pas une quelconque coopération avec l'avortement volontaire."

 

D'autre part, dans une lettre ouverte publiée en mai, plusieurs cardinaux et évêques catholiques menés par l'ancien nonce apostolique Mgr Carlo Maria Viganò et les cardinaux Gerhard Ludwig Mueller, Joseph Zen et Janis Pujats ont déclaré que "pour les catholiques, il est moralement inacceptable de développer ou d'utiliser des vaccins dérivés de matériel provenant de fœtus avortés."

 

En outre, lors du Forum sur la vie organisé à Rome en mai 2020, le cardinal Raymond Burke a déclaré : "Il doit être clair qu'il n'est jamais justifié moralement de développer un vaccin en utilisant les lignées cellulaires de fœtus avortés." Il a ajouté que les vaccins forcés violent "l'intégrité des citoyens".

 

Dans le sillage de la déclaration des évêques britanniques, l'évêque Joseph Strickland de Tyler, au Texas, a réitéré son opposition aux vaccins créés à partir de lignées cellulaires de bébés avortés. "Je renouvelle mon appel à rejeter tout vaccin développé à partir d'enfants avortés", a tweeté M. Strickland.

 

"Même s'il a été créé il y a des dizaines d'années, cela signifie toujours que la vie d'un enfant a été interrompue avant sa naissance & que son corps a ensuite été utilisé comme pièces détachées. Nous ne mettrons jamais fin à l'avortement si nous ne mettons pas FIN A CE MAL !"

 

Plus de 870 000 personnes ont signé la pétition de LifeSiteNews demandant aux gouvernements du monde entier de ne pas rendre obligatoires les vaccins contre le coronavirus.

 

Nous avons maintenant le scénario de cardinaux contre des cardinaux et d'évêques contre des évêques prédit dans la vision approuvée de Notre Dame à Sr Agnès Sasagawa à Akita au Japon. Le 13 octobre 1973, la Vierge a dit à Sr Sasagawa : "L'œuvre du diable s'infiltrera même dans l'Église de telle sorte que l'on verra des cardinaux s'opposer à des cardinaux, des évêques à des évêques. Les prêtres qui me vénèrent seront méprisés et opposés par leurs confrères... des églises et des autels saccagés ; l'Église sera pleine de ceux qui acceptent les compromis et le démon poussera de nombreux prêtres et âmes consacrées à quitter le service du Seigneur."

 

Mais la corruption dans la hiérarchie a été prédite dès le début de l'Église. Dans les Actes des Apôtres, saint Luc écrit : "Je sais qu'après mon départ, des loups ravisseurs entreront parmi vous, sans épargner le troupeau. Et de vous-mêmes surgiront des hommes qui diront des choses perverses, pour entraîner les disciples après eux." Actes 20:29-30

 

L'évêque Schneider espère que son scénario d'un vaccin mondial forcé utilisant des cellules de bébés avortés dans sa fabrication ne se réalisera pas. Il a déclaré : "Mais j'espère que cela ne se produira pas au niveau mondial. Lorsque cela se produira, nous entrerons dans le temps de l'Apocalypse. Dans un temps d'Apocalypse, dont nous avons déjà maintenant quelques signes, nous devons invoquer encore et toujours les anges, Saint Michel Archange, et le message de Notre Dame de Fatima qui devient toujours plus opportun et nécessaire".

 

Dans ces moments-là, les fidèles laïcs se demandent souvent ce qu'ils peuvent faire face à la folie des évêques, des cardinaux et même du pape. Mais une réponse nous a été donnée. Cette réponse est venue en réponse au journaliste de LifeSite Stephen Kokx qui demandait à l'archevêque Viganò ce que les fidèles pouvaient faire dans une lettre ouverte publiée sur Catholic Family News. Je vais vous lire une partie de la réponse de Mgr Viganò.

 

L'un de mes privilèges les plus chers, depuis près d'un quart de siècle que je travaille pour LifeSite, a été de donner la parole à Mgr Viganò, ce courageux soldat du Christ qui, à part prier le chapelet avec nous récemment, n'a jamais parlé en public et ne nous donne ses conseils que dans des lettres.

 

Je conclurai par ses mots :

 

"Nous ne pouvons pas faire de procès d'intention à nos pasteurs, ni supposer qu'ils sont tous corrompus dans la foi et les mœurs ; au contraire, nous pouvons espérer que beaucoup d'entre eux, jusqu'ici intimidés et silencieux, comprendront, à mesure que la confusion et l'apostasie continueront à se répandre, la tromperie dont ils ont été l'objet et sortiront enfin de leur sommeil. Les laïcs qui élèvent la voix sont nombreux ; d'autres suivront nécessairement, ainsi que les bons prêtres, certainement présents dans chaque diocèse. Ce réveil de l'Église militante - j'oserais dire presque une résurrection - est nécessaire, urgent et inévitable : aucun fils ne tolère que sa mère soit outragée par les domestiques, ni que son père soit tyrannisé par les administrateurs de ses biens. Le Seigneur nous offre, dans ces situations douloureuses, la possibilité d'être ses alliés pour mener cette sainte bataille sous sa bannière : le Roi vainqueur de l'erreur et de la mort nous permet de partager l'honneur de la victoire triomphale et la récompense éternelle qui en découle, après avoir enduré et souffert avec lui.

 

"Mais pour mériter la gloire immortelle du Ciel, nous sommes appelés à redécouvrir - dans une époque émasculée dépourvue de valeurs telles que l'honneur, la fidélité à la parole donnée et l'héroïsme - un aspect fondamental de la foi de tout baptisé : la vie chrétienne est une milice et, avec le sacrement de la confirmation, nous sommes appelés à être des soldats du Christ, sous les insignes desquels nous devons combattre. Bien sûr, dans la plupart des cas, il s'agit essentiellement d'un combat spirituel, mais au cours de l'histoire, nous avons vu que, souvent, face à la violation des droits souverains de Dieu et de la liberté de l'Église, il était également nécessaire de prendre les armes : la résistance acharnée pour repousser les invasions islamiques à Lépante et dans les faubourgs de Vienne, la persécution des Cristeros au Mexique, des catholiques en Espagne, et aujourd'hui encore la guerre cruelle contre les chrétiens dans le monde entier nous l'enseignent. Jamais comme aujourd'hui nous ne pouvons comprendre la haine théologique venant des ennemis de Dieu, inspirée par Satan. L'attaque contre tout ce qui rappelle la Croix du Christ - sur la Vertu, sur le Bien et le Beau, sur la pureté - doit nous pousser à nous lever, dans un sursaut d'orgueil, pour revendiquer notre droit non seulement à ne pas être persécutés par nos ennemis extérieurs, mais aussi et surtout à avoir des pasteurs forts et courageux, saints et craignant Dieu, qui feront exactement ce que leurs prédécesseurs ont fait pendant des siècles : prêcher l'Évangile du Christ, convertir les individus et les nations, et étendre le Royaume du Dieu vivant et vrai dans le monde entier.

 

"Les fidèles laïcs ont aujourd'hui une tâche sacrée : réconforter les bons prêtres et les bons évêques, qui se rassemblent comme des moutons autour de leurs bergers. Donnez-leur l'hospitalité, aidez-les, consolez-les dans leurs épreuves. Créez une communauté dans laquelle ne prédominent pas les murmures et les divisions, mais plutôt la charité fraternelle dans le lien de la Foi. Et comme, dans l'ordre établi par Dieu, les sujets doivent obéissance à l'autorité et ne peuvent faire autrement que de lui résister quand elle abuse de son pouvoir, aucune faute ne leur sera imputée pour l'infidélité de leurs chefs, sur lesquels repose la très grave responsabilité de la manière dont ils exercent le pouvoir vicaire qui leur a été donné. Il ne faut pas se rebeller, mais s'opposer ; il ne faut pas se réjouir des erreurs de nos pasteurs, mais prier pour eux et les admonester respectueusement ; il ne faut pas mettre en cause leur autorité, mais la manière dont ils en usent.

 

"Je suis certain, avec une certitude qui me vient de la Foi, que le Seigneur ne manquera pas de récompenser notre fidélité, après nous avoir punis pour les fautes des hommes d'Église, en nous accordant de saints prêtres, de saints évêques, de saints cardinaux, et surtout un saint Pape. Mais ces saints naîtront de nos familles, de nos communautés, de nos églises : des familles, des communautés et des églises dans lesquelles la grâce de Dieu doit être cultivée par la prière constante, par la fréquentation de la Sainte Messe et des Sacrements, par l'offrande de sacrifices et de pénitences que la Communion des Saints nous permet d'offrir à la Divine Majesté pour expier nos péchés et ceux de nos frères, y compris ceux qui exercent l'autorité. Les laïcs ont un rôle fondamental à jouer à cet égard, en gardant la Foi au sein de leur famille, de telle sorte que nos jeunes, éduqués dans l'amour et dans la crainte de Dieu, soient un jour des pères et des mères responsables, mais aussi de dignes ministres du Seigneur, ses hérauts dans les ordres religieux masculins et féminins, et ses apôtres dans la société civile.

 

"Le remède à la rébellion est l'obéissance. Le remède à l'hérésie est la fidélité à l'enseignement de la Tradition. Le remède au schisme est la dévotion filiale pour les Pasteurs sacrés. Le remède à l'apostasie est l'amour de Dieu et de sa Très Sainte Mère. Le remède au vice est l'humble pratique de la vertu. Le remède à la corruption des mœurs est de vivre constamment en présence de Dieu. Mais l'obéissance ne peut pas être pervertie en une servilité impassible ; le respect de l’autorité ne peut être perverti en une obéissance de cour. Et n’oublions pas que si c’est le devoir des laïcs d’obéir à leurs pasteurs, c’est un devoir encore plus grave des pasteurs d’obéir à Dieu."

Partager cet article
Repost0

commentaires