Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2021 4 22 /07 /juillet /2021 06:33
Source: https://uncutnews.ch/wir-erleben-das-comeback-der-experimentellen-impfstoffe-die-nach-der-niederlage-der-nazis-1945-verboten-wurden/

Source: https://uncutnews.ch/wir-erleben-das-comeback-der-experimentellen-impfstoffe-die-nach-der-niederlage-der-nazis-1945-verboten-wurden/

Depuis au moins 2500 ans, la pratique de la médecine repose sur le serment d'Hippocrate : la tâche du médecin est de guérir les malades ou du moins de veiller à ce que leur état de santé ne se détériore pas. Ce principe a disparu depuis les Lumières. Le but de la médecine n'était pas de guérir, mais de savoir. L'attention a commencé à passer du patient au médecin. Le sujet est le médecin et le patient est l'objet, d'où le nom de « patient ».

 

Elle était argumentée avec une conception erronée du « progrès scientifique » qui masquait un problème de classe : des expérimentations étaient menées sur des marginalisés tels que les pauvres, les prisonniers, les internés, les esclaves, les Indiens, les prostituées… Depuis le XVIIIe siècle, les médecins de l'Europe les colonies ont mené des expériences sur des esclaves noirs et leur ont même délibérément inoculé des maladies telles que la variole. En 1884, Pasteur écrivit à l'empereur du Brésil pour lui demander la permission d'infecter les condamnés à mort avec le choléra afin de tester sur eux des traitements médicaux.

 

Dans les camps de concentration, le fascisme exprimait pleinement la "nouvelle médecine". L'unité 731, créée par le Japon en 1932, a tué plus de 10 000 prisonniers qui ont été utilisés comme cobayes humains. En 1944, le médecin-chef de l'armée japonaise Nakamura Hirosato a tué 900 Indonésiens en leur injectant un vaccin expérimental contenant une toxine tétanique modifiée chimiquement. Le Troisième Reich a également mené des expériences à grande échelle sur les antifascistes emprisonnés à Auschwitz, Buchenwald, Dachau et Natzwzeiler. Les médecins nazis ont vacciné les détenus avec des agents pathogènes tels que la typhoïde, la fièvre jaune, la variole, la typhoïde, le choléra et la diphtérie à la recherche de vaccins ou pour développer des traitements médicaux.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, vingt médecins et trois nazis ont été inculpés de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité et traduits en justice à Nuremberg. Pour leur défense, les nazis ont fait valoir que le serment d'Hippocrate ne s'appliquait pas en temps de guerre et que l'État pouvait placer les intérêts de la science au-dessus de ceux de l'individu au profit du collectif. Cependant, le jugement du tribunal militaire a établi dix critères d'évaluation des expériences médicales, qui sont maintenant connus sous le nom de « Codex de Nuremberg ».

 

La réglementation légale des expériences médicales est donc une conséquence de la défaite du fascisme lors de la Seconde Guerre mondiale. Elle est à la fois nationale et internationale et s'est historiquement construite sur la base du consentement libre et éclairé du sujet. L'article 7 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, adopté par l'Assemblée générale des Nations Unies le 16 décembre 1966, stipule que « nul ne peut être soumis à des expériences médicales ou scientifiques sans son libre consentement ».

 

L'Association médicale mondiale, une organisation non gouvernementale de médecins fondée en 1947, a adopté la Déclaration d'Helsinki en juin 1964, qui affirmait le Code de Nuremberg et rappelait la nécessité d'un « consentement libre, éclairé et exprès ». Il existe des dizaines de réglementations similaires dans chaque association professionnelle, dans les répertoires législatifs des différents pays, dans les règles de l'Union européenne telles que la Convention d'Ovideo et dans les organismes internationaux.

 

La conclusion est qu'un médecin qui effectue une expérience sur des personnes sans leur consentement préalable commet un crime grave.

 

En 2002, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé que l'imposition d'un traitement sans le consentement du patient constitue « une violation de l'intégrité physique de la personne concernée » et que « la vaccination obligatoire en tant que traitement médical involontaire est une ingérence dans le droit à la vie privée ». .

 

Mais les expériences médicales n'ont pas pris fin en 1945, comme nous l'avons déjà expliqué ici à plusieurs reprises. Dans les années 1940 et 1950, le MIT (Massachusetts Institute of Technology) a donné du granola radioactif à des enfants souffrant de problèmes psychiatriques. Nous avons éclairci le faux traitement des Noirs atteints de syphilis à Tuskegee entre 1932 et 1972, la contamination d'enfants handicapés mentaux par l'hépatite par deux médecins de la Wilowbrook State School de New York entre 1956 et 1972. Il en va de même des expériences sur 20 000 Américains avec la thalidomide, un sédatif responsable de graves malformations fœtales qui ont duré jusqu'en 1961,

 

Le 8 avril dernier, au plus fort de la pandémie, l' arrêt Vavricka de la Cour européenne des droits de l'homme a modifié la jurisprudence en la matière en déclarant que certains vaccins peuvent être rendus obligatoires, ce qui est la pratique actuelle. A l'instar du service militaire, certaines vaccinations sont obligatoires par la loi et sont donc massivement et indistinctement vaccinées, même dès la naissance.

 

Cependant, l'arrêt Vavricka fait référence à un cas de 2015 et à des vaccins qui ont déjà été testés, et non à ceux qui doivent encore être testés, comme c'est le cas pour les vaccins qui sont administrés dans le cadre de la pandémie actuelle et qui le sont grâce à la vague de l'hystérie déclenchée par la pandémie dans le monde n'a reçu qu'une approbation « d'urgence » de l'Agence européenne des médicaments.

 

L'agence elle-même admet avoir accordé hâtivement l'approbation "sur la base de données moins complètes que normalement requises", de sorte que le fabricant est obligé de "fournir des données cliniques complètes à l'avenir". Les rapports d'évaluation européens de l'Agence ajoutent que les laboratoires pharmaceutiques doivent fournir « les résultats de l'étude principale » dans un délai de deux ans.

 

Il ne fait donc aucun doute que nous sommes en présence d'une expérience massive en dehors d'un laboratoire sans précédent dans l'histoire de la médecine. Hormis l'incertitude entourant la nouvelle technique d'ARNm, l'Agence reconnaît qu'"aucune étude de cancérogénicité n'a été menée" pour le vaccin Moderna et "aucune étude de génotoxicité ou de cancérogénicité n'a été menée" pour les vaccins Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson.

 

Par conséquent, ces vaccins ne peuvent pas être prescrits.

 

Quiconque s'est déjà rendu dans un centre de vaccination peut désormais juger si les agents de santé qui s'occupent des candidats leur posent des questions, leur demandent leur consentement, les informent du caractère expérimental du vaccin avec lequel ils vont être vaccinés, ou s'il le bétail espère-t-il sortir indemne de l'expérience.

 

Les entreprises n'embauchent pas d'employés qui ne sont pas vaccinés et peuvent licencier ceux qui sont déjà sur la liste de paie. Il leur suffit d'inscrire les vaccins sur leurs plans « risques professionnels ». Cela s'appelle-t-il « libre consentement » ou est-ce un crime de coercition ?

 

Demandez à ceux qui ont besoin d'un vaccin de s'inscrire dans une école, de voyager, d'entrer dans un magasin ou d'assister à un concert. Est-ce un consentement ou est-ce un chantage permanent ?

 

En février, la Galice a tenté d'introduire des vaccinations obligatoires, et El Confidencial titrait un article : « Hitler's Galicia is Coming ». Heureusement, la Cour constitutionnelle l'a empêché, du moins pour le moment.

 

En mai, les îles Baléares, communauté autonome dirigée par Francina Armengol, pharmacienne et membre du PSOE, ont approuvé la vaccination obligatoire, mais uniquement pour « certains groupes » de travailleurs qu'elle n'a pas définis. Un autre gouvernement "progrès" que Vox a une nouvelle fois contrecarré le projet de loi, qui a assigné la cour constitutionnelle contre le décret.

 

Source: https://uncutnews.ch/wir-erleben-das-comeback-der-experimentellen-impfstoffe-die-nach-der-niederlage-der-nazis-1945-verboten-wurden/

Partager cet article
Repost0

commentaires