Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 11:10
Accusée de relayer de fausses informations, la députée Martine Wonner répond en exclusivité aux questions de Nexus

Source: NEXUS.FR

Accusée de relayer régulièrement de fausses informations autour du coronavirus par un collectif de médecins, nous avons contacté la députée et psychiatre Martine Wonner pour connaître son point de vue sur ces accusations.

 

On peut lire dans de nombreux articles, notamment dans le Figaro, que le collectif FakeMed a accusé Martine Wonner, députée du Bas-Rhin et médecin-psychiatre, de relayer régulièrement de fausses informations autour du coronavirus. Nous l’avons contactée pour avoir sa version des faits.

 Le Figaro déclare que vous avez refusé de répondre à leurs questions au sujet de ces accusations. Est-ce que c’est vrai ? Et si oui, pourquoi ?

C’est tout à fait vrai, car je n’ai absolument plus confiance par expérience dans les médias mainstream en ce qui concerne le traitement de l’information. Ceci s’est aggravé depuis l’ère de la Macronie et j’ai vu un basculement au moment où j’ai été exclue du groupe majoritaire à l’Assemblée nationale.  La transformation récurrente de mes propos, voire la sortie de leurs contextes, m’interpellent quant à l’éthique actuelle des journalistes, incapables d’investiguer de façon équilibrée les sujets. L’AFP impose sa marque à la virgule près. Et la doxa n’est pas ma tasse de thé.

 Pourquoi acceptez-vous de répondre aux nôtres ?

J’ai déjà eu affaire aux équipes de Nexus qui suivent depuis plusieurs mois maintenant les activités de Laissons les médecins prescrire, collectif que j’ai porté sur les fonts baptismaux avec quatre confrères, et je dois dire que j’apprécie la qualité des interviews, reflet d’un journalisme d’investigation honnête et vital à la démocratie.

 Dans cet article, on vous reproche :

– d’avoir pris position publiquement contre les vaccins à ARN messager, le port du masque et les traitements anti-Covid.
– d’avoir dit que les « personnes âgées ont été achevées, assassinées, seules, avec le Rivotril », un médicament utilisé dans les soins palliatifs, lors de la première vague et que ceci est « totalement impardonnable , et s’appelle un « crime contre l’Humanité ».
– d’avoir mis à disposition « du grand public et des professionnels de santé d’un “protocole”, censé prévenir le Covid-19 grâce à des substances, comme les huiles essentielles ou de l’hydroxychloroquine. Or, leur efficacité n’est pas prouvée contre la maladie. ». Et de conseiller sur votre site « d’autres traitements, comme la sophrologie, le zinc, la vitamine C et D, l’homéopathie, l’ivermectine, afin de lutter contre le virus. »
– d’avoir les appelé les vaccins ARN « d’espèce de cochonnerie génétiquement modifiée »,  et d’avoir affirmé que  « le seul vaccin qui fonctionne, c’est celui des Chinois, parce que c’est un vaccin normal, à virus atténué. »
– d’avoir déclaré que « le masque ne sert strictement à rien », en citant comme source le Center for Disease Control américain. Vous auriez déclaré : « Le CDC, qui est l’équivalent de notre Conseil scientifique et de la Haute Autorité de santé réunis, vient de prendre des mesures pour expliquer que le virus circule par manuportage, et qu’il n’a jamais été prouvé qu’il soit aérien ». Une  information « démentie par l’autorité américaine », selon le Figaro.

Est-ce que ces faits sont totalement vrais ? Et si oui, les assumez-vous et sont-ils blâmables selon vous ? Ou vous êtes-vous trompée, avez-vous changé d’avis en cours de crise sanitaire sur les points relevés par le Figaro ?

(Sourire) La liste des reproches, prenant souvent l’apparence d’accusations, est longue comme le bras ! Et je remarque le besoin de reprendre des éléments éculés qui ont déjà été exploités à plusieurs reprises. L’intérêt d’un tel article est-il simplement porté par une volonté de nuire ?

Je rappelle ici ma légitimité de parlementaire de questionner en permanence l’action du gouvernement, éclairée par ma formation et ma pratique médicale.

Les faits qui sont rapportés sont vrais, mais sortis du contexte systématiquement, voire extraits d’interventions dans l’hémicycle où les temps de parole sont courts, ne permettant pas d’éclairer longuement les propos, lesquels sont souvent coupés.

 

 

J’assume tout ce que j’ai dit, tant à l’Assemblée nationale que lors de manifestations publiques. Mes propos sont étayés par la lecture des revues scientifiques internationales sur l’effet des traitements précoces et à ce jour plus de 200 articles démontrent l’intérêt de l’hydroxychloroquine, de l’ivermectine, etc. Les résultats sont très nets quant à la diminution de la mortalité, y compris chez les personnes âgées et vulnérables.

Les protocoles proposés par mes confrères généralistes sont éprouvés dans leur pratique quotidienne ; ils sont mis à disposition pour permettre un dialogue patient-médecin et informer la dyade tant sur la prévention que les traitements ambulatoires précoces. J’avais en 2018 accompagné Agnès Buzyn quant au renforcement de la politique vaccinale, et je le répète, je n’ai jamais été antivax, ces derniers ayant pu jusqu’alors bénéficier de phases d’expérimentation et d’évaluation au complet avant l’autorisation de mise sur le marché. (AMM)

Or, ici, la phase d’expérimentation de ces outils OGM ne sera terminée que dans de longs mois, voire des années. Les citoyens du monde ne sont pas informés en transparence quant à l’AMM conditionnelle.

J’ai écrit en recommandé au ministre de la Santé et aux instances telles que l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et des agences régionales de santé (ARS), pour les mettre en demeure afin de stopper la vaccination le temps de l’évaluation approfondie bénéfices/risques, sans jamais avoir de réponse. Je l’avais fait auparavant à plusieurs reprises,  notamment au sujet de l’absence des traitements précoces.

Un point aujourd’hui sur lequel je souhaite revenir, alors que nous avons quelques mois de recul sur la stratégie vaccinale dans différents pays, est l’efficacité du vaccin chinois Sinopharm. Malgré sa composition classique, il ne semble pas procurer une protection à la hauteur des attentes initiales. Alors qu’ils l’ont utilisé, les Seychelles voient exploser le nombre de cas.

Je réaffirme que le CDC avait remis en cause l’utilité du masque, éléments trouvés le jour de mon intervention dans l’hémicycle sur leur site, et supprimés depuis, y compris dans l’historique.

D’autres scientifiques se sont déjà largement prononcés dans le même sens et si on observe les pays qui ne l’ont pas imposé comme la Suède, ils n’ont pas de moins bons résultats.

 Trouvez-vous qu’il existe deux poids, deux mesures dans le traitement médiatique, politique et judiciaire par rapport aux  droits à l’erreur, de changer d’avis ou de penser différemment ?

Ce que j’observe et dénonce depuis plusieurs mois maintenant est la pensée unique, l’absence de débat et une véritable censure des contradicteurs.

Je suis inquiète des coups portés à la démocratie par l’absence de contre-pouvoir réel médiatique, tant audiovisuel que presse écrite.

L’acharnement que je subis est le reflet d’une véritable mainmise de l’exécutif. Par contre, je me réjouis que plusieurs médias libres et indépendants, comme Nexus, fassent un travail qualitatif.

 Le gouvernement ou d’autres scientifiques que vous connaissez ont-ils relayé, involontairement ou non, de fausses informations, sans en être inquiétés et sans même avoir à s’en justifier ?

Depuis le début de la crise, le gouvernement a avancé en se contredisant régulièrement et en entretenant le flou et la déstabilisation de la population, ce qui pourrait s’apparenter soit à de l’incompétence totale, soit à une stratégie d’ingénierie sociale.

Sur le plan sanitaire, les experts ou soi-disant experts perclus de conflits d’intérêts se sont succédé sur les plateaux se contredisant entre eux ou eux-mêmes d’une semaine à l’autre, et les médias n’ont jamais pris le temps d’une analyse critique et je ne pense pas avoir vu de démenti.

Exemples : masques, absence de traitement, intérêt des couvre-feux et du confinement, de la vaccination en pleine épidémie, etc. Tout cela, sans preuve scientifique.

 S’il vous est arrivé de vous tromper, les médias prennent-ils le temps de relayer ce que vous avez dit de juste et de prouvé, plutôt que faire le zoom sur le reste ?

Quelles que soient les prises de parole sur le sujet de la crise sanitaire, j’ai souvent eu l’impression que les articles étaient écrits à l’avance, ou mes propos, quelles que soient les nuances ou précautions, déformés, interprétés toujours dans l’objectif de dénigrer ma personne.

Sur les plateaux, à deux reprises pourtant, deux confrères (Martin Blachier et Roger Prud’homme) ont validé mes propos en direct, mais cela n’a été que de très brèves satisfactions.

 Les arguments que l’on reproche aux traitements que vous avez défendus sont-ils appliqués aux vaccins ? A-t-on la même exigence au sujet de leur efficacité, de leurs risques d’effets secondaires et des études à leur sujet ?

Je ne constate aucune prudence vis-à-vis des vaccins et de leur mise sur le marché conditionnelle en phase 3, donc en pleine expérimentation à l’échelle mondiale sans recul suffisant sur l’évaluation bénéfices-risques.

Les seuls éléments sont fournis à ce stade par les laboratoires eux-mêmes, qui pour deux d’entre eux ont déjà été condamnés.


 Savez-vous qui compose Fakemed et quelle est la légitimité de ce collectif ?

Je suis parlementaire et je n’ai pas de temps à perdre avec tous mes détracteurs. J’essaie de mettre toute mon énergie sur mon travail au fond et pas sur la forme.

Je laisse le soin de l’analyse à mon conseil juridique : ce collectif qui porte un nom révélateur regroupe des professionnels dont certains ne seraient pas médecins !

Leur acharnement est tel à mon encontre qu’ils ont fait l’effort de se constituer en association pour porter plainte contre moi.

 Vous faites partie de Laissons les médecins prescrire et de Reinfocovid. Certains médias comme LCI ont dit qu’il était faux que le collectif Laissons les médecins prescrire était constitué de 30000 soignants, mais plutôt de 2400. Est-ce que c’est vrai ?

Je ne suis que la cofondatrice de Laissons les médecins prescrire (LLMP), je ne suis pas dans Reinfocovid. Par contre j’ai œuvré avec d’autres confrères au rapprochement des deux sous l’égide de La Coordination Santé Libre et de la création du Conseil scientifique indépendant.

👉 Voir une de leurs conférences que nous avons filmées, censurée par Youtube

Le collectif LLMP comporte 30000 soignants environ, médecins et autres professionnels de santé, en France majoritairement, mais aussi à l’étranger.
Les 2400 comptabilisés sont ceux qui ont osé s’identifier malgré toutes les menaces de l’Ordre des médecins ; les autres en première ligne du soin font leur métier et accompagnent au mieux leurs patients.

Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Je dénonce cette stratégie gouvernementale mortifère, qui entraîne notre pays vers un modèle social et sociétal malveillant pour le plus grand nombre de citoyens.Les effets de la gestion de la crise et non pas de l’épidémie elle-même seront démesurés sur le plan économique sanitaire et social ; les enfants et les jeunes adultes en seront les premières victimes à court, moyen et long terme.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires