Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2021 1 31 /05 /mai /2021 07:00
Le pasteur dit au premier ministre de l'Alberta: les chrétiens servent une "loi supérieure", une "autorité supérieure" au gouvernement.

Le pasteur Tim Stephens a été emprisonné pendant plusieurs jours pour avoir tenu des services religieux à l'intérieur en violation des verrouillages dans la province.

Vend 28 mai 2021 

 

CALGARY, Alberta, 28 mai 2021 ( LifeSiteNews ) - Un pasteur canadien emprisonné pour avoir défié les règles de santé du COVID-19 a appelé son premier ministre à "honorer Dieu et la liberté qu'il a accordée à son église et à tous les hommes".

 

"Permettez-moi de vous rappeler que moi, et d'autres chrétiens, faisons cela par conviction et obéissance à notre Seigneur Jésus-Christ. Rien de ce que nous pouvons souffrir ne se compare à ce qu'il a souffert pour nous", a écrit le pasteur Tim Stephens de la Fairview Baptist Church à Calgary, en Alberta, dans une lettre ouverte le 24 mai au sujet de "l'action excessive du gouvernement" adressée au premier ministre de l'Alberta Jason Kenney et à ses députes du Parti conservateur uni (UCP).

 

"L'église n'est pas un bâtiment, c'est un rassemblement ou une assemblée de croyants avec Jésus-Christ à sa tête. Le gouvernement humain peut tenter de forcer l'obéissance (à ses lois Ndlr.) au mépris des commandements du Christ, mais le royaume du Christ survivra et vaincra toutes les juridictions humaines. Les chrétiens servent une loi supérieure et une autorité supérieure.

 

Stephens a été arrêté devant sa famille et emprisonné le dimanche 16 mai, après avoir organisé un service religieux dans l'église qui allait à l'encontre des règles du gouvernement provincial qui, à l'époque, limitaient les services religieux à seulement 15 personnes. À partir d'aujourd'hui, les églises de l'Alberta ont droit à une capacité de 15 pour cent.

 

Stephens a été libéré la semaine dernière, obligé de se conformer à une ordonnance d'injonction du 6 mai maintenant modifiée émise par les services de santé de l'Alberta (AHS), en vertu de laquelle ses avocats disent qu'il a été illégalement arrêté.

 

Dans sa lettre ouverte à Kenney et aux membres de son caucus UCP, Stephens a écrit qu'il avait soutenu Kenney pour devenir premier ministre, croyant à l'époque qu'il défendait les valeurs conservatrices.

 

"Merci de travailler pour le bien de l'Alberta. Monsieur le premier ministre, moi et de nombreux autres membres de mes cercles vous avons soutenu, vous avons aidé à créer le Parti conservateur uni, puis vous êtes devenu notre premier ministre", a écrit Stephens. "Au moment d'écrire ces lignes, notre église a reçu l'ordre de fermer et je suis le troisième pasteur en Alberta à être emprisonné sous votre gouvernement. Quel était mon crime ? Exercer mes libertés fondamentales de religion, de réunion et de conscience, données par Dieu, en me rassemblant avec d'autres chrétiens en tant qu'église. Nous devons le faire en obéissant aux commandements de notre Seigneur Jésus-Christ."

 

Stephens a écrit que bien qu'il sache que "les décisions de Kenney aient été difficiles à prendre", il a souligné que jamais "jamais" les habitants de l'Alberta n'ont été soumis à "une telle règle de l'État".

 

« Nous ne sommes jamais allés pendant des mois avec des intrusions du gouvernement dans nos maisons, nos lieux de travail, nos mariages, nos funérailles, nos églises, nos entreprises et nos écoles. Ceux qui en supportent les conséquences devraient être ceux qui prennent les décisions. Responsabilité et liberté vont de pair. Vous nous avez pris les deux", a écrit Stephens.

 

"Vous n'êtes pas en mesure de gérer ma maison et de nous dire qui peut entrer ou qui nous pouvons visiter"

 

Dans sa lettre ouverte, Stephens a déclaré que lorsqu'il s'agit de s'occuper de son troupeau et de sa famille, "Personne n'est mieux équipé que moi pour faire des choix pour ma famille."

 

"Monsieur le premier ministre et mesdames et messieurs les députés, je sais que vous aimez beaucoup notre province. Mais personne n’aime ma famille plus que moi. Personne n’est mieux équipé que moi pour faire des choix pour ma famille. Vous n’êtes pas en mesure de microgérer mon ménage et de nous dire qui peut venir ou qui nous pouvons visiter", a écrit Stephens.

 

"Vous ne pouvez pas non plus aimer les gens de mon église plus que moi. Monsieur, ce sont les personnes que je visite à la naissance d'un bébé. Ce sont les gens que j'enterre quand ils meurent et je réconforte leurs proches en deuil. Ce sont les gens que je me suis donné pour les soigner, les enseigner, les diriger et les équiper. Je les connais tous par leur nom et je connais leur vie, leur famille, et nous vivons ensemble en tant que famille de foi. Ne sommes-nous pas les mieux placés pour prendre soin les uns des autres en cette période de crise plutôt que dans un État bureaucratique impersonnel?"

 

Stephens a poursuivi en écrivant que bien que son église ait été qualifiée de "nuisance publique pour avoir eu des événements soi-disant 'super-propagateurs'," il a vu "zéro transmission" de COVID-19 dans son église, mais a vu le mal causé par les verrouillages.

 

"Nous n'avons fait aucun mal. Pas un seul cas d'hospitalisation ou de soins intensifs ne peut être attribué à nos rassemblements. Ce que nous avons vu, c'est un préjudice beaucoup plus grave commis par votre gouvernement! Nous servons ceux qui sont blessés et vulnérables, ceux qui sont le plus affectés par vos politiques. Notre église est un centre de culte qui mène de la prévention de la dépression, du désespoir, de la toxicomanie et même du suicide. Plus important encore, c'est une communauté de joie en Christ, et de sel et de lumière au monde pendant cette période d'épreuve", a écrit Stephens.

 

Dans un communiqué de presse envoyé aujourd'hui, l'équipe juridique représentant Stephens devant le tribunal, le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF), a annoncé que l'Alberta Health Services (AHS) avait "abandonné" une demande d'outrage au tribunal contre Stephens.

 

"Face à cette preuve indéniable, AHS a admis que la poursuite des poursuites et les tentatives de faire condamner le pasteur Stephens pour outrage au tribunal sont sans espoir. Cela abandonne complètement l'affaire contre le pasteur Stephens", a déclaré JCCF.

 

Selon le JCCF, AHS avait voulu le garder en prison jusqu'à ce qu'il accepte de "consentir à la violation de ses droits et libertés garantis par la Charte par les ordonnances de santé publique de l'Alberta".

 

La JCCF a noté que Stephens avait été arrêté sur la base d'une injonction du tribunal du 6 mai émise par le juge en chef adjoint Rooke, qui était dirigée contre le propriétaire du Whistle Stop Café à Mirror, en Alberta, qui avait défié les ordres de santé du gouvernement et ouvert pour le service de restauration.

 

L'injonction du 6 mai avait été initialement formulée pour s'appliquer à tous les Albertains et permettait à la police d'arrêter toute personne qui enfreignait les règles du COVID-19, mais a été modifiée peu de temps après.

 

"Changer de cap et honorer Dieu et la liberté qu'il a accordée à son église et à tous les hommes"

 

Stephens a écrit que Kenney et son gouvernement devraient considérer l’injonction judiciaire du 6 mai comme la "goutte d’eau qui fait déborder le vase pour réveiller votre gouvernement à sa tyrannie croissante".

 

"Je vous appelle, en votre qualité de chef de file de cette province, à changer de cap et à honorer Dieu et la liberté qu'il a accordée à son église et à tous les hommes. Que Dieu vous accorde grâce et miséricorde pour comprendre la vérité en cet âge de confusion", a écrit Stephens.

 

Le premier pasteur chrétien à être arrêté et emprisonné a été le pasteur James Coates de la Grace Life Church à Spruce Grove, en Alberta. Il a été emprisonné pendant plus d'un mois.

 

Le procès de Coates a été ajourné au 7 juin, date à laquelle un juge rendra sa décision sur les "violations de la Charte et réparation potentielle".

 

En plus de Coates, le pasteur Artur Pawlowski de l'église Cave of Adullam, également située à Calgary, a été arrêté sur une autoroute et emprisonné pour avoir enfreint les règles de santé COVID-19.

 

Il a été libéré de prison après un sursis de trois jours et défend actuellement sa cause devant les tribunaux.

___________

Note du Blog Christ-Roi. Les pasteurs protestants qui ne croient pas en la Présence réelle nous font la leçon; ils résistent plus que les prêtres catholiques dociles aux mesures covid (au point de supprimer l'eau bénite, mettre le masque lors de la consécration et pour distribuer l'Eucharistie), eux qui pourtant croient que Jésus est réellement présent dans la sainte Eucharistie (Il ne devrait donc pas rendre malade !) 

Ce magnifique témoignage de foi venant de pasteurs protestants devrait interroger nos épiscopes sur leurs propres croyances.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires