Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2021 1 15 /03 /mars /2021 08:05

Cette video de Swann Cimbé-Brianceau explique ce qui oppose les théories révolutionnaires aux théories authentiquement contre-révolutionnaires, c'est à dire anti-révolutionnaires, en les examinant dans leur processus.

 

"Révolutionnaire, c'est un terme plutôt positif aujourd'hui : 'Regardez cette technologie, elle est révolutionnaire', et on pense la Révolution comme quelque chose de bon, de sain, alors que systématiquement la Révolution c'est la mort de milliers de personnes, c'est un changement brutal de régime dans lequel beaucoup souffrent. Et on n'est jamais sûr au final (de savoir) si le régime que l'on met en place est vraiment meilleur. Est-ce que l'URSS est un bien meilleur régime que le Tsar ? Est-ce que la République française est un meilleur régime que l'Ancien Régime ? Est-ce que le nazisme était un meilleur régime que l'empire allemand ? Il faut comprendre ce qu'est la Révolution, et ce, qu'en fait, elle cherche à faire.

 

Qu'est-ce que la Révolution ?

 

En science, une Révolution c'est le tour complet sur lui-même, et dans ce tour complet il y a une force, une énergie, que l'on va utiliser pour passer d'un point a à un point b dans un moteur. Le moteur utilise la Révolution. 

 

Lire : Principe du moteur de la Révolution  

 

En fait, on va mettre en tension deux forces.

 

Tension = Résistance x intensité

 

La tension crée une différence de potentiel, le courant passant de a (potentiel -) vers b (potentiel +). C'est comme cela que fonctionne un moteur hydraulique dans le cas du moulin à eau, où une roue tourne avec une différence de potentiel entre le haut et le bas, l'eau passant de l'un à l'autre en créant de l'énergie, en créant une Révolution qui active le moteur.

 

Lire : Franc-maçonnerie "religion de la république" : Vincent Peillon jette le masque

 

Et donc, selon Vincent Peillon, et le titre de son ouvrage, 'La Révolution française n'est pas terminée'. Vincent Peillon a été ministre de l'éducation nationale. Il nous dit que ce que nous avons commencé en 1789 nous devons continuer de l'accomplir. Et qu'a-t-on commence ? On a commencé la libération. Et il faut (toujours selon Vincent Peillon) une nouvelle religion à la France, qui soit la laïcité; une religion qui ne soit pas négative (attention, reste bien à ta place, etc..), mais plutôt une religion positive qui s'impose à nous, qui fasse corps avec nous.

 

La Révolution est un processus

 

Lorsqu'on a commencé la Révolution de 1789, on a voulu 'régénérer' l'être humain ('rééditer l'espèce humaine améliorée' in Xavier MARTIN, Régénérer l'espèce humaine, Utopie médicale des Lumières 1750-1850, Dominique Martin Morin édition, Mayenne 2008), régénérer l'homme en rétablissant la société qui le fasse passer de la tyrannie, à enfin la 'Liberté, l'Egalité, la Fraternité'. Et donc, il faut faire passer les gens d'un régime à un autre; il faut abolir ce régime qui était fondé sur certains principes, et arriver à d'autres principes qui sont ceux de l'idéologie, qui sont l'autonomie (l'Ancien régime était basé sur l'hétéronomie), la culture (la culture d'un contrat que nous avons réfléchi mûrement et que l'on sait être bon alors qu'avant on est fondé sur la nature), le progrès (avant c'était la tradition d'où les progressistes contre les tradis, les gens bien intentionnés et les réactionnaires, les bons et les mauvais...). Et on met en intention ces deux choses, cet ordre ancien et cet ordre nouveau qu'il faut arriver à créer.

 

Lire : La fabrication d'un "homme nouveau" (thème obsessionnel des révolutionnaires) manipulé et heureux d'être manipulé    

 

Et donc, en république, comme en Urss, ou partout ailleurs en totalitarisme, on arriverait à voir poindre des révolutions nouvelles. Exemples : enfin les femmes se sont émancipées, Me Too est une révolution, la Révolution de mai 68, la Révolution verte de Greta Thunberg, la Révolution fasciste, la Révolution nationale,  la Révolution de ceci, de cela...

 

Et, à chaque fois, si vous n'êtes pas pour ce progrès, on nous dit vous êtes un odieux réactionnaire, le méchant de l'histoire. C'est exactement cela processus révolutionnaire. Et tous les progressistes s'en sont bien saisis et l'ont bien compris et d'autres l'utilisent bon gré mal gré, sans s'en rendre compte, se disant qu'il faut le progrès, que c'est une bonne chose et foncent du moment qu'on leur dit que c'est un progrès. Et évidemment le rôle des médias là-dedans est énorme (sans rentrer dans le détail et la polémique, ce que l'on pourra se donner la liberté de faire plus tard.) Voilà comment fonctionne la Révolution. Maintenant comment fonctionne la Contre-Révolution ?

 

"Il ne faut pas penser la Contre-Révolution comme une révolution contraire", où il s'agirait de renverser la table, de tout casser, de buter tous ceux qui ne sont pas d'accord, et de refaire le même processus révolutionnaire, de faire passer les gens de cette société antichrétienne, anti-traditions, donc républicaine, à une contre-révolution qui voudrait rétablir ces choses qu'on avait perdues mais en le faisant de la même manière.

 

Donc, non "la Contre-Révolution n'est pas une Révolution contraire, mais le contraire de la Révolution" (Jospeh de Maistre) C'est-à-dire que l'on ne veut pas se battre contre ce système en utilisant les mêmes armes qui sont la Violence, la Terreur, le Mensonge, la Diabolisation (manichéenne) ... le Clivage ... la Polarisation à l'extrême ... la Guerre (à l'intérieur et à l'extérieur en 1792)...

 

Ce qu'il faut faire seulement, c'est simplement rester dans la tradition de la philosophie politique qui fonde cette Vérité philosophique (d'Aristote) qui est que 'l'homme est un animal politique', avoir la vertu de Force. C'est dans notre Nature que d'être Politique, c'est-à-dire de fonder des sociétés (Bien commun) et d'avoir des relations avec les autres (évangélisation, témoignage), et de vouloir que ces relations avec les autres soient bonnes (Union). C'est dans notre Nature que de s'accommoder avec les uns les autres (Paix), de faire respecter la nature humaine telle qu'elle est, et de ne pas chercher à lui imposer un cadre, de ne pas chercher à lui imposer une structure de pensée, de ne pas chercher à lui imposer des idées du genre cela c'est le bien, cela c'est le mal, mais de respecter les gens tels qu'ils sont (Libre Arbitre). En fait, la Contre-Révolution c'est de respecter la Loi naturelle, le droit naturel. Et nous verrons dans un prochain épisode ce qu'est un système fondé sur la loi naturelle et non pas sur l'idéologie.

 

Lire : Contre le Nouvel Ordre mondial : en finir avec la "révolution" (Ière partie)

Partager cet article
Repost0

commentaires