Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2021 3 17 /02 /février /2021 08:05

Le nouveau gouvernement n'est pas encore opérationnel mais Walter Ricciardi, consultant auprès du ministre de la Santé et nouvellement nommé membre de l'Académie pontificale pour la vie, appelle déjà à un verrouillage total avec une vaccination de masse. Peu importe si les cas et les décès sont en baisse, le croque-mitaine des variants est maintenant en train de s'agiter pour resserrer davantage les mesures de ségrégation.

Le consultant gouvernemental Walter Ricciardi

Le consultant gouvernemental Walter Ricciardi

 

C'était sa première sortie après sa nomination en tant que membre de l'Académie pontificale pour la vie, et comme cela arrive invariablement après chacun de ses discours, cela a immédiatement déclenché un foyer de controverses. Nous parlons de Gualtiero Walter Ricciardi, le professeur d'hygiène, consultant personnel du ministre de la Santé renouvelé, Roberto Speranza.

 

Ricciardi ces derniers jours a été nommé par le pape Bergoglio membre de la prestigieuse institution fondée par Saint Jean-Paul II dans le but de défendre et de promouvoir la valeur de la vie humaine et la dignité de la personne, en utilisant également la contribution de scientifiques impliqués dans la bioéthique. Le professeur Ricciardi ne se vante, parmi ses publications scientifiques, d'aucune intervention sur des questions telles que l'avortement, l'euthanasie, le contrôle des naissances. Au cours de sa carrière, il a traité des questions d'hygiène publique, mais n'a jamais été signalé pour un engagement pro-vie.

 

Ces dernières années, cependant, et notamment à l'occasion de la crise sanitaire actuelle, il s'est distingué comme l'un des partisans les plus convaincus de la vaccination de masse, vaccination que dans un article récent d'Avvenire il avait déclaré qu'il fallait aussi le faire en mode "drive through", c'est-à-dire aux personnes qui sortent un bras par la vitre de la voiture dans les parkings - au mépris des règles de base de la sécurité vaccinale - ou dans les salles de sport et hangars. La nomination faite par Bergoglio a semblé une sorte d'approbation du Vatican à la stratégie de vaccination du ministre Speranza et de son Richelieu. En revanche, derrière les murs Leonine, les vaccinations anti-Covid avec le vaccin Pfeizer battent leur plein depuis des semaines, et le "carnet de vaccination" controversé a déjà été créé, ce qui prouve que la vaccination a bien eu lieu.

 

Ainsi, fort de cette ardente nomination, le nouvel académicien pontifical s'est prononcé sur un autre thème qui lui est cher: le confinement. Une fermeture radicale et totale est nécessaire. "La stratégie de coexistence avec le virus, adoptée jusqu'à présent, est inefficace et nous condamne à l'instabilité". Ainsi a-t-il déclaré, avec la rhétorique belliqueuse qui distingue chacun de ses discours, en vérité pas très évangélique. Il a ajouté qu'il est urgent de changer immédiatement la stratégie de lutte contre le virus, au moyen d'un confinement total immédiat dans toute l'Italie, qui prévoit également la fermeture des écoles "sans préjudice des activités essentielles".

 

En bref: le tout fermé dans la maison, sauf ceux qui doivent sortir pour se faire vacciner. Mais face à la diminution constante des cas et des décès, quelle est la raison qui devrait conduire au confinement total du pays? Pour Ricciardi, comme pour d'autres virologues catastrophiques, à cause des variants. C'est le nouveau mot-clé de la stratégie de peur: il existe des variants. De nos jours, il n'est même pas question d'une éventuelle "troisième vague": c'est une vague continue et imparable. Un tsunami de nouveaux variants.

 

En réalité, la Covid a été caractérisé dès les premiers mois par ses nombreuses variantes, dont la plupart n'ont pas abouti à des formes plus sévères ou agressives de la maladie. Comme les cliniciens peuvent le documenter, les formes actuelles de Covid ont une gamme de manifestations cliniques différentes allant de la dermatite aux myalgies, mais ce qui conduit à la gravité clinique et à la mort est toujours une insuffisance respiratoire aiguë. Et ici, rien n'a changé, et les malades, lorsqu'ils sont traités avec des thérapies adéquates, par des anti-inflammatoires FANS et des stéroïdes, avec des antibiotiques et d'autres aides thérapeutiques, réagissent comme avant.

 

Le cas des vaccins est différent: les formes variantes pourraient en effet mettre sérieusement en difficulté l'efficacité des vaccins. Alors? Puis point final. En attendant de nouveaux vaccins encore à mettre en œuvre, nous revenons à ce qui est pour Ricciardi la seule solution: la ségrégation totale. Tout le monde à la maison, en attendant le "passe à nuttata", comme on le disait sur les scènes de la comédie napolitaine que Ricciardi pratiquait dans sa jeunesse.

 

Selon Ricciardi, toute possibilité de rassemblement doit être absolument évitée, au moins jusqu'à ce que l'immunité collective soit atteinte. Nous avons donc des temps difficiles à venir. Tant de larmes et de sang sont encore nécessaires, car comme l'a déclaré il y a peu de temps le consultant du ministre Speranza, nous sommes en guerre et nous sommes encore en 1941. 1945 est très loin.

 

Et en attendant, allez-y avec les trois armes: le confinement dur, le suivi des cas, qui selon le professeur doit être rétabli de manière massif, et les vaccinations, qui doivent être effectuées à raison de 300 000 par jour. Plus de deux millions par semaine. Un nombre surréaliste de vaccins théoriques pas encore disponibles. Mais Ricciardi a l'intention de parler directement avec Draghi, pour le convaincre de la bonté de ses théories. Dans cette phase d'interrègne entre l'ancien gouvernement Conte et l'actuel, Ricciardi semble vouloir faire son chemin et dépasser le même ministre dont il est également consultant. Une sorte de sous-secrétaire à Covid, avec la bénédiction d'au-delà du Tibre.

 

L'espoir est qu'au contraire le ministère pourra faire appel à un véritable sous-secrétaire, éventuellement compétent et qui fera un changement dans la gestion de la crise sanitaire sans infliger de nouvelles souffrances à un pays qui n'en a pas du tout besoin.

 

SourceLa Nuova Bussola Quotidiana

Partager cet article
Repost0

commentaires