Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2021 5 26 /02 /février /2021 08:19
Le directeur de l'OMS en Europe laisse entendre que la fin de la pandémie est en vue, sans nécessité de vaccination

Alors que les avertissements sur les mutations virales et la "troisième vague" deviennent publics dans de nombreux pays, l'OMS parle d'une tendance qui évolue dans la direction opposée depuis des semaines. Certains parlent déjà de mettre fin à la situation exceptionnelle dans le courant de cette année, sans recourir à aucun vaccin, rapporte RT Allemagne .

 

Alors que de plus en plus d'avertissements sur de nouvelles mutations virales et sur une "troisième vague" supposée encore plus dangereuse sont émis en Allemagne ces jours-ci, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment présenté une perspective légèrement différente. Selon des responsables de l'OMS, la situation du COVID, qu'elle a elle-même déclarée pandémie mondiale, a déjà culminé au cours de la deuxième semaine de janvier. ( Jusqu'à ce qu'ils annoncent que les PCR n'étaient pas suffisants pour diagnostiquer un "patient covid" )

 

Depuis lors, non seulement le nombre de ceux qui ont été testés positifs par jour, mais aussi le nombre de ceux qui sont décédés de ou avec COVID a pratiquement diminué de moitié en un mois .

 

Cette tendance peut être observée dans toutes les régions du monde, à l'exception de la Méditerranée orientale.

 

Cependant, alors que le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a averti que "nous devons maintenant stabiliser la tendance positive", le directeur général de l'OMS pour l'Europe, le belge Hans Henri Kluge, s'est montré un peu plus optimiste.

 

À la télévision publique danoise, il était convaincu que COVID prendrait fin dans quelques mois .

 

Les mutations qui se produisent sont "normales" et n'ont pas rendu le virus incontrôlable. Les "taux d'infection" ont été réduits à la fois dans les pays à taux de mutation élevé et ailleurs. Les pires scénarios sont terminés. Kluge a déclaré:

 

"Il y aura toujours un virus, mais je ne pense pas que des restrictions soient nécessaires."

 

L'OMS ne fournit pas d'explication claire des raisons de la baisse de "l'incidence des infections". Cependant, les vaccins ne peuvent être tenus pour responsables, car s'ils étaient efficaces, seule une fraction de la population mondiale a été vaccinée jusqu'à présent.

 

L'épidémiologiste Klaus Stöhr, qui a dirigé le programme mondial de lutte contre la grippe de l'OMS et y était également coordonnateur de la recherche sur le SRAS, a évoqué des expériences historiques il y a des semaines avec une diminution soudaine de la propagation du virus dans la grippe pandémique.

 

Celles-ci se sont terminées relativement rapidement peu de temps après une "troisième vague". Par conséquent, explique-t-il, les mutations sont souvent le début de la fin d'une pandémie. Plusieurs autres médecins partagent apparemment cette évaluation. Par exemple, le virologue Friedemann Weber de l'Université de Giessen a déclaré à n-tv :

 

"Le printemps 2021 devrait déjà être nettement plus insouciant, l'été à nouveau presque normal et l'automne aussi bien que d'habitude."

 

SourceRT.deTrikooba

 

Partager cet article
Repost0

commentaires