Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2021 1 18 /01 /janvier /2021 08:02

12/07/20

 

The Defender

 

 

Cette étude s'ajoute à une liste croissante d'articles publiés à comité de lecture qui comparent la santé des enfants vaccinés à la santé des enfants non vaccinés. Ces études suggèrent que nous avons longtemps sous-estimé l'ampleur des effets néfastes des vaccins et que l'épidémie de maladies chroniques chez les enfants n'est guère un mystère.

 

Par

Alix Mayer, MBA

 

Les enfants non vaccinés sont en meilleure santé que les enfants vaccinés, selon une nouvelle étude publiée dans l'International Journal of Environmental Research and Public Health. L'étude - "Incidence relative des visites de bureau et taux cumulatifs des diagnostics facturés le long de l'axe de la vaccination" - par James Lyons-Weiler, PhD et Paul Thomas, MD, a été menée auprès de 3300 patients du cabinet de pédiatrie du Dr Thomas Oregon, Integrative Pédiatrique.

 

Cette étude s'ajoute à une liste croissante d'articles publiés à comité de lecture ( Mawson, 2017 ; Hooker et Miller, 2020) qui comparent la santé des enfants vaccinés à la santé des enfants non vaccinés. Ces études suggèrent que nous avons longtemps sous-estimé l'ampleur des effets néfastes des vaccins et que l'épidémie de maladies chroniques chez les enfants n'est guère un mystère.

 

L'étude que le CDC a refusé de faire

 

Depuis 1986, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) sont légalement tenus de mener des études de sécurité et de publier un rapport de sécurité sur la vaccination des enfants tous les deux ans. En 2018, il était déterminé qu'ils ne l'avaient jamais fait. Il incombe donc aux groupes non gouvernementaux de faire le travail que le CDC refuse de faire.

 

En tant que principale organisation gouvernementale responsable de la vaccination chez les Américains, le CDC refuse de s'incriminer dans l'épidémie de maladie chronique infantile. C'est un cas classique du renard gardant le poulailler. Ils sont complices de la création d'un vide de preuves pour gérer délibérément la possibilité que le public se retourne contre la vaccination.

 

Étant donné que l'étude de Lyons-Weiler et Thomas démontre que les enfants vaccinés ont plus de maladies chroniques et étaient également plus susceptibles de contracter des infections respiratoires, ceux qui minimisent les risques liés aux vaccins seront envoyés dans une autre série de machinations apoplectiques pour tenter d'invalider les résultats.

 

[...]

 

Résultats de l'étude basés sur l'incidence relative des visites au cabinet

 

L'étude Lyons-Weiler et Thomas a été menée sur des dossiers de patients pédiatriques s'étendant sur 10 ans, issus de la pratique de Thomas dans l'Oregon. Au lieu d'utiliser les rapports de cotes des diagnostics dans les deux groupes, les auteurs ont constaté que l'incidence relative des visites au bureau était plus puissante. Même après avoir contrôlé l'exposition aux soins de santé, l'âge, les antécédents familiaux d'auto-immunité et le sexe, les associations de la vaccination avec de nombreux mauvais résultats pour la santé étaient solides.

 

Les enfants non vaccinés ont moins de fièvre, recherchent 25 fois moins de soins pédiatriques en dehors des visites d'enfants en bonne santé

 

L'étude a révélé que les enfants vaccinés de l'étude voient le médecin plus souvent que les enfants non vaccinés. Le CDC recommande 70 doses de 16 vaccins avant qu'un enfant n'atteigne l'âge de 18 ans. Plus un enfant de l'étude a reçu de vaccins, plus l'enfant a de la fièvre lors d'une visite au bureau.

 

[...]

 

Toute inquiétude selon laquelle les enfants non vaccinés ou moins vaccinés éviteraient le médecin est sans fondement et met en perspective la différence extrêmement grande des visites au cabinet - en dehors des visites d'enfants en bonne santé, les enfants qui ont reçu 90 à 95% des CDC -Les vaccins recommandés pour leur groupe d'âge étaient environ 25 fois plus susceptibles que le groupe non vacciné de voir le pédiatre pour un rendez-vous lié à la fièvre.

 

 

 

Par rapport à leurs homologues non vaccinés, les enfants vaccinés de l'étude étaient trois à six fois plus susceptibles de se présenter au cabinet du pédiatre pour un traitement lié à l'anémie, l'asthme, les allergies et la sinusite. Les graphiques frappants ci-dessous montrent les visites de bureau cumulées par âge pour diverses affections parmi les personnes entièrement vaccinées par rapport aux non vaccinées.

 

 

 

Pas de TDAH chez les non vaccinés

 

Dans une découverte étonnante qui ne manquera pas de secouer la communauté psychiatrique, pas un seul enfant non vacciné de l'étude n'a été diagnostiqué avec un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH), tandis que 0,063% du groupe vacciné a reçu un diagnostic de TDAH. Probablement en raison de la prise de décision de la dyade parent-médecin du plan favorable aux vaccins au cabinet du Dr Thomas, les taux globaux de TDAH et d'autisme dans la pratique étaient environ la moitié des taux trouvés dans la population générale des enfants américains.

 

[...]

 

Les vaccinés sont 70% fois plus susceptibles d'avoir une infection respiratoire

 

Les vaccinations semblent rendre les receveurs plus généralement vulnérables aux infections, il est donc ironique, mais pas surprenant que les enfants vaccinés dans l'étude se soient présentés au cabinet du médecin pour des infections respiratoires 70% plus souvent que les non vaccinés. Cette découverte explique probablement pourquoi les enfants vaccinés se présentent si souvent au pédiatre avec de la fièvre. Votre grand-mère avait raison lorsqu'elle a demandé pourquoi les enfants de nos jours semblent être malades tout le temps, malgré une forte vaccination.

 

Antécédents familiaux d'auto-immunité en corrélation avec une infection de l'oreille et des affections allergiques

 

Le Dr Yehuda Shoenfeld et d'autres ont décrit une maladie appelée syndrome auto-immun induit par des adjuvants (ASIA), où la génétique et les antécédents familiaux d'auto-immunité semblent prédisposer les patients vaccinés à des risques plus élevés de développer une maladie auto-immune. Dans cet esprit, les auteurs ont comparé les dossiers de patients de ceux ayant des antécédents familiaux de maladies auto-immunes - telles que la sclérose en plaques, le diabète de type I ou la thyroïdite de Hashimoto - à des patients dont les familles ne sont pas auto-immunitaires. Les résultats étaient frappants. La vaccination chez les enfants auto-immunitaires de leur famille semble augmenter le risque d'infection de l'oreille, d'asthme, d'allergies et d'éruptions cutanées par rapport aux non-vaccinés ayant des antécédents familiaux d'auto-immunité.

 

[...]

 

Conclusion

 

Étant donné que l'étude a révélé que le comportement de recherche de soins de santé ne pouvait pas expliquer les taux de vaccination, la seule explication restante de la raison pour laquelle les patients vaccinés ont besoin de plus de soins pour les symptômes de maladie chronique associés à la vaccination est que les vaccins ne sont pas seulement associés à des résultats défavorables pour la santé - ils sont également associés à plus effets indésirables graves et chroniques sur la santé. Rappelant que 54% des enfants et des jeunes adultes aux États-Unis ont des maladies chroniques qui conduisent à des prescriptions pharmaceutiques à vie, il semble que beaucoup de douleur et de souffrance humaines pourraient être réduites en adhérant à un choix éclairé concernant les vrais risques de la vaccination, et en tenant compte signes de sensibilité au vaccin.

Partager cet article
Repost0

commentaires