Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 10:45

"Comment réorganiser le monde ? Comment le contrôler ?

 

"Préconiser la lutte. 

 

"Enseigner le matérialisme et l'athéisme dans les écoles.

 

"Apprendre au peuple à lutter pour obtenir ce qu'il désire. Et pour assouvir ses pulsions, dites-leur de nier les valeurs morales élevées et de nier l'existence de Dieu. Car celles-ci ne sont pas en adéquations avec le 'progrès' et la 'science'.

 

"Qu'arrive-t-il alors quand les gens ne croient plus en Dieu ? Où vont-ils rechercher refuge ? À qui vont-ils demander de l'aide ? Et bien ils vont demander de l'aide ... au gouverne-ment.

 

"Vous savez que pendant longtemps, l'interprétation marxiste de l''histoire nous a laissé entendre que les rois d'autrefois étaient tout aussi autoritaires que les dirigeants communistes des régimes totalitaires.

 

"On nous a laissé entendre que la monarchie de droit divin avait amené les rois à se prendre pour des dieux vivants sur terre. Il s'agit en fait d'une confusion. Dans une société où les gens sont tous profondément convaincus de l'existence de Dieu, où ils sont convaincus que les mauvaises actions seront rétribuées par des punitions célestes, ils sont moins enclins à faire du mal.

 

"En fait on disait autrefois que la Couronne du roi était ce qui permettait de connecter le roi avec le ciel. Elle faisait le lien entre le Ciel ... et la terre.

 

"Je ne dis pas bien sûr que tous les rois du passé étaient de bons rois. Je ne dis pas qu'il n'y a pas eu de mauvais rois dans l'histoire. Ce n'est pas ce que je dis. Ce que je dis c'est que la monarchie de droit divin faisait du roi le représentant de Dieu sur terre. C'est-à-dire qu'il devait régner sur son Royaume en se conformant aux lois divines. Il avait été investi de cette mission. Or dans un régime sans Dieu, dans un régime fondé sur l'athéisme et sur la croyance dans le marxisme-léninisme, comme le régime soviétique ou le régime communiste chinois, les dirigeants ne sont pas des représentants de Dieu sur terre, ce sont des dieux vivants sur terre. Cela veut dire qu'ils considèrent qu'il n'y a personne au-dessus d'eux, qu'il n'y a personne pour les juger et les punir s'ils agissent mal. Dès lors, ils n'ont plus aucune crainte. Et la censure, la propagande et le contrôle social ne leur pose aucun problème. La terreur amène donc le peuple à penser que la seule façon d'échapper à la souffrance est de s'en remettre au gouverne-ment. Il n'y aura personne d'autre que le gouvernement pour sauver le peuple. Et s'ils ont le malheur de s'en remettre à quelqu'un d'autre, alors ils seront considérés comme des dissidents... (Des "complotistes", ... Ndlr.)

 

"Le communisme est responsable de la mort de 100 millions de personnes.

 

"Or ce fait est très peu enseigné dans les écoles. Et nombre d'historiens et de sociologues cherchent encore à défendre l'idéologie marxiste.

 

"En parler, c'est briser un tabou. C'est permettre aux jeunes de ma génération, et tous ceux qui viendront après nous, de comprendre les dangers d'une société qui repose sur la lutte des classes et le rejet des valeurs du passé.

 

"L'Amérique actuelle (celle des "démocrates" de Biden. Ndlr.) et la société moderne promeuvent la lutte des races. L'assouvissement sans fin des pulsions, l'éradication de la croyance et de la morale d'autrefois. Elle façonne des dissidents et les accuse de toutes sortes de crimes pour mieux justifier la répression et la restriction de la liberté de conscience et de parole, par le biais des entreprises de hautes technologies et en prônant la cancel culture dans les universités et dans les milieux intellectuels.

 

"Si on vous accuse d'être un dissident, un élément mauvais pour la société ou un danger pour la démocratie, songez-y à deux fois.

 

"(...) En fait, le seule moyen de savoir si une chose est juste ou non est de juger avec son cœur tout en sachant s'en remettre aux valeurs morales de nos ancêtres basées sur la justice, la vérité, et la gentillesse."

 

(Fin de citation)

 

___________

Pour compléter ce que dit Laetitia Rodrigues dans cette video, précisons par exemples que la mère de Saint Louis, disait à son fils : "je vous aime après Dieu plus que toutes choses; cependant, sachez-le bien, j'aimerais mieux vous voir mort que coupable d'un seul péché mortel." Ces quelques 26 mots sont à eux seuls tout un traité politique.

 

Sous Louis XIV, encore, écrit l'historien François Bluche citant les Instructions ou Mémoires rédigés par Louis XIV pour la formation du Dauphin :

"Le droit divin, (...) impose au souverain des devoirs. 'Le ciel, écrit Louis, nous confie des peuples et des États', apportant aussitôt une limitation au pouvoir des princes. Un monarque, surtout le roi 'très-chrétien', doit appliquer mieux que ses sujets les commandements de Dieu et de l'Église. Même la modestie lui incombe : 'S'il y a une fierté légitime en notre rang, il y a une modestie et une humilité qui ne sont pas moins louables.' Le roi doit pratiquer l'examen de conscience, gage de lucidité politique, antidote des flatteries de cour. Enfin, plus que tous les autres hommes, les souverains doivent 'instruire leurs enfants par l'exemple et par le conseil.' 

 

"Les Mémoires pour l'année 1661, (...) sont justement célèbres. S'ils n'avaient pas les réflexions d'un Marc-Aurèle ou d'un Frédéric II, ils renferment, en excellent style, l'essentiel du message politique du Roi : la théorie de la monarchie absolue française et sa pratique." (François BLUCHE, Louis XIV, Fayard, Paris 2002, p. 178-179.)

 

"Aujourd'hui ces faits sont trop oubliés. (...) [D]epuis 1789, un enseignement simplificateur a noirci le concept de monarchie absolue;. Le XIXe siècle l'a d'ailleurs peu à peu remplacé par l'horrible mot d'absolutisme, faisant de l'ancien régime un système de l'arbitraire, voire du despotisme ou de la tyrannie. La monarchie de Louis XIV devenait rétrospectivement comme le règne du bon plaisir.

 

"(...) Mais absolutus, venant du verbe absolvere (délier), les Français du XVIIe siècle savent aussi que monarchia absoluta signifie monarchie sans liens, et non pas sans limites. (sans liens avec les puissants, les "lobbies" dirions-nous aujourd'hui. Ndlr.)

 

"(...) Pour les juristes comme pour les Français instruits, le pouvoir royal, s'il est absolu, est également circonscrit. Le monarque doit respecter les maximes fondamentales dites encore lois du royaume." (François BLUCHE, Louis XIV, Fayard, Paris 2002, p. 185-187.)

 

"Le Décalogue est un redoutable cahier des charges ! (...) Si le Roi devient par exemple idolâtre, sacrilège, polygame, il risque dès ici-bas d'attirer sur lui et sur le royaume la colère divine. dans les cas les plus graves, la révolte des sujets serait légitime, ces derniers étant ipso facto déliés du devoir de soumission. 

"Le monarque est aussi tenu au respect de la loi naturelle, cette force mystérieuse, immuable, qui rend l'homme capable de raison, de justice et d'équité. Ce droit naturel est lui aussi d'origine divine; mais indépendant des lois révélées. La loi naturelle représente ce qui est tacitement commun aux chrétiens et aux non-chrétiens.. Il résulte, de l'obligation de s'y soumettre, que le Roi quand il fait des lois, doit légiférer conformément à la raison et à la justice. Une loi de déraison ou d'iniquité n'engage pas en conscience les sujets." (François BLUCHE, Louis XIV, Fayard, Paris 2002, p. 191.)

 

Tout au long de l’histoire de la monarchie française, cette constitution bornera la volonté du prince — conformément aux commandements de Dieu d’abord, ensuite au respect des lois naturelles — et tout acte qui y portera atteinte sera frappé de nullité.

___________

Partager cet article
Repost0

commentaires