Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2021 6 09 /01 /janvier /2021 10:25

Le raid sous faux drapeau sur le Capitole, dirigé par des agents d'Antifa et du BLM déguisés en partisans de Trump, a préparé le terrain pour justifier la trahison finale de l'Amérique alors que les démocrates et les républicains ont voté pour installer Joe Biden en tant que président, même après la preuve irréfutable d'un trucage électoral généralisé et de la fraude dans les États.

 

Les images videos de NTD (video ci-dessus) montrent de vrais partisans de Trump essayant d'empêcher les infiltrés d'Antifa de casser des fenêtres du bâtiment du Capitole. D'autres partisans de Trump plus loin en arrière, en voyant cela, ont commencé à crier des choses comme: "Non Antifa!" et "Ne cassez pas la fenêtre!" On peut les entendre dire "Quiconque fait cela n'est pas des nôtres!" 

Un homme a été entendu criant aux gens devant : "Arrêtez-les!", les exhortant à empêcher les infiltrés de devenir violents. 

 

D'autres images montrent des partisans de Trump essayant d'arrêter les casseurs ou de les pousser vers la police.

 

Il est certain que des vrais supporters de Trump ont passé les barrières du Capitole, mais des images montrent des policiers leur ouvrant les barrières.

 

Le reportage video de NTD montre un manifestant pro Trump interrogé peu de temps après avoir quitté la manifestation au moment où celle-ci a commencé à mal tourner. Ce manifestant affirme avoir entendu des personnes préparer un plan pour ternir l'image des supporters de Trump.

 

Un dépliant est apparu mercredi qui appelle les Antifa à se déguiser en supporters de MAGA (trumpistes) afin de se faire passer pour eux tout en incitant à la violence:

 

 

Les patriotes sont polis. C'est la gauche radicale qui utilise la violence à des fins politiques ("la fin justifie les moyens" depuis 1789).

 

Lire : Contre le Nouvel Ordre mondial : en finir avec la révolution (IIe partie)

 

La "prise d'assaut du Capitole américain" est ainsi présentée partout dans le monde par les fausses nouvelles des médias de gauche pour diaboliser les partisans de Trump en tant que terroristes violents. 

 

Pourtant, les mêmes médias, l'été dernier, avaient décrit la violence Antifa / BLM comme "principalement pacifique", même lorsque ces acteurs de gauche lançaient des cocktails Molotov et brandissaient des lasers aveuglants contre les forces de l'ordre.

 

Maintenant, les médias de gauche, la Big Tech et les législateurs font valoir que Trump a incité au terrorisme, que tous les partisans de Trump sont des insurrectionnels violents et que le président Biden doit invoquer la loi sur l'insurrection pour "purger" tous les partisans de Trump de la nation et destituer Trump. Un directeur d'ABC News appelle même à un "nettoyage" de la nation en éliminant / exécutant tous les partisans de Trump.

 

La gauche utilise l'attaque sous faux drapeau pour blanchir toutes les preuves de fraude électorale. D'une manière ou d'une autre, depuis que des personnes prétendant être des partisans de Trump prenant d'assaut le bâtiment, les preuves massives de la fraude et de la tricherie écrasantes de Biden n'ont plus d'importance. La gauche prétend une fois de plus occuper le haut niveau moral, alors même qu'elle opère en tant que criminelle.

 

L'assaut sous faux drapeau du Capitole est utilisé par les médias et les membres du Congrès pour blanchir toutes les preuves accablantes de fraude électorale lors des élections générales. Soudain, dans le récit des médias, même la possibilité de fraude électorale du camp de Biden n'a plus d'importance car certaines personnes ont "pris d'assaut" le bâtiment du Capitole et c'était effrayant. (Dcdirtylaundry)

 

Voici les faits saillants de ce qui s'est passé au Capitole :

 

Dems et GOP conspirent pour mettre DC sous la loi martiale, puis installent Biden en tant que président sous le couvert de la nuit.

La membre du Congrès Cori Bush appelle tous les membres du Congrès à expulser tous ceux qui se sont opposés à la fraude Biden. Si vous remettez en question la fraude, vous êtes banni!

Les videos de l'opération sous faux drapeau montrent comment Antifa / BLM s'est coordonné avec la police du Capitole pour s'assurer qu'ils prennent le bâtiment, organisant l'événement de l''assaut" devant les caméras des nouvelles.

La seule "violence" réelle qui a eu lieu hier était le meurtre / l'exécution par la police du Capitole d'une jeune femme partisan de Trump qui n'était pas armée.

La rapidité avec laquelle les médias de gauche oublient toute la violence réelle de la gauche radicale et leurs protestations, les incendies criminels, les attaques contre les forces de l'ordre, les incendies de bâtiments et de voitures de police, les dégradations de biens publics, etc.

"Ce matin le président Trump a explicitement appelé à ce que les manifestations et les protestations soient pacifiques. Il a été bien plus explicite que ce ce que vous pouvez imaginer, et il a été bien plus explicite dans ses appels à la paix que certains dirigeants des membres de BLM et des militants de gauche cet été lorsque nous avons vu la violence déferler sur le pays", a déclaré le député républicain de Floride Matt Gaetz (Ntd YouTube: La maison blanche: la violence au Capitole; Bilan des débats du congrès USA; Qui sont les casseurs?

Les agents Antifa ont été mis en place avec la protection de la police, pour mener leur attaque sous faux drapeau.

Twitter et Facebook agissent ensemble contre Trump, bloquant tous ses messages et tweets.

Une censure totale du président des États-Unis sur les réseaux sociaux instagram, facebook, twitter.

Le VP Mike Pence ne s'oppose pas à la certification de Biden.

Même Rand Paul refuse de s'opposer au vol de Biden.

Trump publie une déclaration de dispersion, dit aux gens de "rentrer chez eux en paix". (DcDirtyLaundry)

Hypothèses quant aux choix restants:

 

1) Trump invoque l'autorité militaire.

 

Trump n'a PAS concédé, et la "transition du pouvoir" ne signifie pas nécessairement une transition vers Biden.

Quelques heures plus tard, Trump a publié une déclaration sur une "transition de pouvoir" : 

 

"Même si je ne suis pas du tout d'accord avec le résultat de l'élection, et les faits me le confirment, il y aura néanmoins une transition ordonnée le 20 janvier. J'ai toujours dit que nous continuerions notre combat pour que seuls les votes légaux soient comptés. Bien que cela représente la fin du plus grand premier mandat de l'histoire présidentielle, ce n'est que le début de notre combat pour rendre l'Amérique à nouveau formidable!"

 

Cette déclaration est largement interprétée par les médias comme une déclaration de concession du président. Cependant, Trump n'a pas du tout concédé . Il n'a pas félicité Joe Biden et il n'a pas dit qu'il quitterait la Maison Blanche.

 

Dans un tweet qui a passé la censure, Trump a tweeté au contraire qu'il n'assistera pas à l'investiture de Biden le 20 janvier. Cela indique qu'il ne reconnait pas la légitimité des résultats de l'élection et qu'il ne reconnait pas qu'il a perdu. 

 

Quand il dit "la fin du plus grand premier mandat", le second mandat de Trump commencerait le 20 janvier. Son premier mandat se terminerait donc.

 

Plus important, Trump n'a pas précisé ce que signifie la "transition ordonnée". Il n'a pas dit qu'il y aurait une transition vers l'installation de Biden en tant que président. Il pourrait faire référence à la transition de l'Amérique loin de la tyrannie de l'État profond et au retour du pouvoir au peuple.

 

En fait, la déclaration de Trump semble être conçue pour désarmer ceux qui appellent à sa destitution immédiate en vertu du 25e amendement afin que Trump puisse continuer à travailler la solution militaire qui chercherait des arrestations massives des traîtres qui ont tenté de réussir leur coup d'État criminel contre l'Amérique.

 

"De nombreux traîtres seront arrêtés et emprisonnés au cours des prochains jours", a écrit l'avocat Lin Wood dans un tweet sur "Parler" qu'il a publié tôt le matin (8 janvier), après que le Congrès ait achevé son dernier acte de trahison de l'Amérique.

 

Trump ne savait pas avec certitude qui étaient les traîtres avant 3 heures du matin ce matin, car c'est à ce moment-là que les votes finaux ont eu lieu au Congrès, confirmant la liste complète des sénateurs américains et des députés de la Chambre complices du coup d'État criminel contre le Les États-Unis d'Amérique.

 

2) "Les MILICES américaines ne laisseront PAS passer BIDEN LE 20 JANVIER 2021". Le 16 janvier est la date fixée par les "militias" pour faire ce que, selon eux, les fédéraux auraient dû faire. C'est l'hypothèse de "Première de couverture" :

3) Les États peuvent se séparer de l'union ou annuler les lois fédérales.

Leçons à tirer 

 

Quoiqu'il advienne de la suite des événements aux Etats-Unis, ces faits doivent servir de leçons à tous les activistes politiques chez nous, en France... 

Manifester n'a plus aucune utilité sauf de se voir infiltré puis décrédibilisé aux yeux de l'opinion comme activistes violents. 

La seule utilité des manifestations est simplement de circonscrire les résistants et de les faire passer pour des personnes violentes aux yeux de l'opinion et de les décrédibiliser.

La résistance doit trouver d'autres chemins que les seules actions classiques traditionnelles.

La résistance passive, l'immobilité sociale horizontale, sont des moyens efficaces et pacifiques de bloquer la machine révolutionnaire qui finit par s'arrêter toute seule..., faute de combattants et de relai dans les territoires. 

Le peuple continue d'apprendre de ces événements à se réapproprier le pouvoir qu'il peut avoir sur la décision politique. Ce qui est le propre de la démocratie organique, celle qui existait avant 1789 où le peuple avait plus de prise sur la décision qu'il n'en allait avoir après...

Depuis 1789

 

"(e)n théorie, le nouveau citoyen se voit reconnaître un pouvoir de contribuer à la formation des décisions, ... Mais en réalité, il a moins de prise sur la décision qu'il n'en a jamais eu (Voir P. Gueniffey, Le Nombre et la raison, p. 208-213). En effet, la participation démocratique" transfère "le pouvoir théoriquement possédé par les individus à une oligarchie composée de professionnels de la politique. Cette oligarchie trie les problèmes et définit les termes dans lesquels ils peuvent être résolus, médiation indispensable pour transmuer la poussière des volontés individuelles en 'volonté collective'. La toute-puissance de la 'machine', ou du parti, est la réalité de la liberté du citoyen moderne. ...[L]e pouvoir réel se trouve entre les mains du 'cercle intérieur'. ... [L]e peuple est réellement dépossédé de son pouvoir au profit du parti indispensable au fonctionnement de la démocratie. ... [L]e mensonge: la dictature d'une minorité prétendant énoncer la Volonté générale au nom du peuple mais à la place du peuple" (Patrice Gueniffey, La Politique de la Terreur, Essai sur la violence révolutionnaire, Fayard 2000, réed. Tel Gallimard, Mesnil-sur-l'Estrée 2003, p. 206-207).

Partager cet article
Repost0

commentaires