Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 18:55

Featured Image

Seuls 300 cas asymptomatiques ont été découverts dans l'étude portant sur près de 10 millions de personnes, et aucun d'entre eux n'a été testé positif au COVID-19.

LifeSiteNews

Mer.23 déc.2020 - 19h18 EST

 

LifeSiteNews a produit une vaste page de ressources sur les vaccins COVID-19. Regardez-la ici.

 

UNE ANALYSE

 

WUHAN, Chine, 23 décembre 2020 (LifeSiteNews) - Une étude portant sur près de 10 millions de personnes à Wuhan, en Chine, a révélé que la propagation asymptomatique du COVID-19 ne s'est pas produite du tout, ce qui rend moins nécessaire la mise en place de mesures de confinement, qui reposent sur le principe que le virus est propagé involontairement par des personnes infectieuses et asymptomatiques.

 

 

Publié en novembre dans la revue scientifique Nature Communications, l'article a été compilé par 19 scientifiques, principalement de l'Université de science et de technologie de Huazhong à Wuhan, mais aussi d'institutions scientifiques de toute la Chine ainsi que du Royaume-Uni et de l'Australie. Il s'est concentré sur les habitants de Wuhan, point de départ de COVID-19, où 9 899 828 personnes ont participé à un programme de dépistage entre le 14 mai et le 1er juin, qui a fourni des résultats clairs quant à la possibilité de toute transmission asymptomatique du virus.

 

La transmission asymptomatique a été la justification sous-jacente des mesures de confinement appliquées dans le monde entier. Les dernières directives des Centers for Disease Control (CDC) indiquent toujours que le virus "peut être transmis par des personnes qui ne présentent pas de symptômes". En fait, le CDC a affirmé que les personnes asymptomatiques "représentent plus de 50 % des transmissions".

 

Le ministre britannique de la santé Matt Hancock a également fait la promotion de ce message, expliquant que le concept de propagation asymptomatique de COVID-19 a conduit le Royaume-Uni à préconiser le port de masques et à évoquer le "problème de la transmission asymptomatique".

 

Cependant, la nouvelle étude de Nature Communications, intitulée "Post-lockdown SARS-CoV-2 nucleic acid screening in nearly 10 million residents of Wuhan, China", a démystifié le concept de transmission asymptomatique. 

 

Elle indique que sur les près de 10 millions de personnes ayant participé à l'étude, "300 cas asymptomatiques" ont été découverts. La recherche des contacts a ensuite été effectuée et sur ces 300 cas, aucun cas de COVID-19 n'a été détecté. "Au total, 1 174 contacts proches des cas positifs asymptomatiques ont été retrouvés, et tous ont été testés négatifs pour le COVID-19".

 

Les patients asymptomatiques et leurs contacts ont été placés en isolement pendant deux semaines, et après quinze jours, les résultats sont restés les mêmes. "Aucun des cas positifs détectés ou de leurs contacts proches n'est devenu symptomatique ou nouvellement confirmé avec COVID-19 pendant la période d'isolement."

 

D'autres preuves ont montré que les "cultures de virus" des cas positifs et des cas positifs asymptomatiques étaient toutes négatives, "indiquant qu'aucun "virus viable" n'a été détecté dans les cas positifs de cette étude".

 

L'âge des personnes trouvées asymptomatiques variait entre 10 et 89 ans, le taux de positivité asymptomatique étant "le plus bas chez les enfants ou chez les adolescents de 17 ans et moins" et le taux le plus élevé chez les personnes de plus de 60 ans.

 

L'étude a également permis de constater qu'en raison de l'affaiblissement du virus lui-même, "les personnes nouvellement infectées étaient plus susceptibles d'être asymptomatiques et d'avoir une charge virale plus faible que les cas d'infection antérieurs".

 

Ces résultats ne sont pas sans précédent. En juin, le Dr Maria Van Kerkhove, chef de l'unité des maladies émergentes et des zoonoses de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a jeté un doute sur la transmission asymptomatique. Lors d'une conférence de presse, Mme Van Kerkhove a expliqué : "D'après les données dont nous disposons, il semble encore rare qu'une personne asymptomatique transmette effectivement à un individu secondaire".

 

 

Elle a ensuite répété les mots "C'est très rare", mais malgré son choix du mot "rare", Van Kerkhove n'a pas pu indiquer un seul cas de transmission asymptomatique, notant que de nombreux rapports "ne trouvaient pas de transmission secondaire par la suite".

 

Ses commentaires allaient à l'encontre du discours prédominant justifiant les confinements, et à l'époque, l'Institut américain de recherche économique (AIER) a souligné qu'elle "sapait les derniers arguments en faveur des confinements, des masques obligatoires, de la régulation de la distance sociale et de tout l'appareil de contrainte et de coercition sous lequel nous avons vécu pendant trois mois".

 

Rapidement, l'OMS a fait volte-face et le lendemain, Van Kerkhove a déclaré que la transmission asymptomatique était "une question vraiment complexe... Nous n'avons pas encore la réponse".

 

"Je pense que c'est un malentendu d'affirmer que la transmission asymptomatique est très rare dans le monde. Je faisais référence à un petit sous-ensemble d'études", a-t-elle ajouté.

 

Cependant, la nouvelle étude de Wuhan semble présenter des preuves scientifiques solides que la transmission asymptomatique n'est pas seulement rare, mais inexistante. Étant donné qu'elle n'a trouvé "aucune preuve que les cas positifs asymptomatiques identifiés étaient infectieux", l'étude soulève d'importantes questions sur le confinement

 

Commentant l'étude, The Conservative Tree House a noté que "toutes les réglementations actuelles en matière de confinement, les exigences en matière de port de masque et les règles/décrets de distanciation sociale sont basées sur une falsification complète de fausses hypothèses". Les preuves présentées dans l'étude montrent que "très rare" signifie en fait "jamais", la propagation asymptomatique n'a tout simplement pas eu lieu - JAMAIS".

 

Une étude scientifique d'une telle ampleur, portant sur 10 millions de personnes, ne doit pas être négligée, a soutenu Jeffrey Tucker dans l'AIER, car elle devrait être "une énorme nouvelle", ouvrant la voie "à tout ouvrir immédiatement". Pourtant, les rapports des médias ont été pratiquement inexistants et "ignorés", un fait que Tucker a expliqué : "Le lobby du confinement ignore tout ce qui contredit son récit, préférant les anecdotes non vérifiées à une étude scientifique réelle sur 10 millions d'habitants de ce qui a été le premier grand point chaud du monde pour la maladie que nous essayons de gérer".

 

Selon l'AIER, les récents résultats devraient permettre à la société de rouvrir une fois de plus. Sans transmission asymptomatique, "toute la base de l'enfermement après l'aplatissement des courbes", la vie devrait reprendre et "nous pourrions nous réconforter dans notre intuition normale que les personnes en bonne santé peuvent sortir et se déplacer sans risque pour les autres".

 

"Nous entendons sans cesse parler de la façon dont nous devrions suivre la science", a ajouté M. Tucker. "La revendication s'est épuisée à présent. Nous savons ce qui se passe vraiment." 

 

Il a terminé son commentaire par une question : "Avec des preuves solides que la propagation asymptomatique est absurde, nous devons nous demander : qui prend les décisions et pourquoi ?"

Partager cet article
Repost0

commentaires