Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2020 3 07 /10 /octobre /2020 17:31

"Les prêches même de Saint François d'Assise au sultan d'Egypte al-Malik al-Kâmil, ou aux animaux, ses frères, c'était toujours dans le but de les convertir" : nous le disions dans notre commentaire de l'encyclique Tous Frères du pape François. C'est confirmé aujourd'hui par des experts dans cet article sur LifeSiteNews : 

 

Le pape François a utilisé un récit trompeur de saint François d'Assise dans Fratelli Tutti, selon des experts

 

Le pape François avait dépeint Saint François d'Assise comme un précurseur du dialogue interreligieux moderne.

 

Mer.7 oct.2020 - 8h28 EST

L'image sélectionnée

VATICAN CITY, 7 octobre 2020 ( LifeSiteNews ) - Le portrait de Saint François d'Assise comme précurseur du dialogue interreligieux moderne dépeint par le pape François dans sa nouvelle encyclique Fratelli Tutti ne rend pas justice à l'original, disent les experts.

 

Dans le préambule de Fratelli Tutti, le pape François parle de la mission de saint François auprès du sultan Malik-el-Kamil à Damiette, en Égypte : 

 

La fidélité à son Seigneur était proportionnelle à son amour pour ses frères et sœurs. Bien que conscient des difficultés et des dangers, saint François est allé à la rencontre du Sultan en adoptant la même attitude qu’il demandait à ses disciples, à savoir, sans nier leur identité, quand ils sont « parmi les sarrasins et autres infidèles … de ne faire ni disputes ni querelles, mais d’être soumis à toute créature humaine à cause de Dieu ». Dans ce contexte, c’était une recommandation extraordinaire. Nous sommes impressionnés, huit-cents ans après, que François invite à éviter toute forme d’agression ou de conflit et également à vivre une ‘‘soumission’’ humble et fraternelle, y compris vis-à-vis de ceux qui ne partagent pas sa foi.

 

Cependant, ce récit de l'histoire de saint François et du sultan a été contredit par les journalistes et les universitaires qui soutiennent qu'il est en contradiction avec les récits historiques.

 

Le Dr Samuel Gregg, directeur de recherche de l'Action Institute, a souligné dans Catholic World Report que Saint François n'était pas le personnage "doux et mielleux" que François semble suggérer.

 

"Lorsque le sultan a demandé à François et à son compagnon le but de sa visite, le saint 'est allé immédiatement droit au but. Il était l'ambassadeur du Seigneur Jésus-Christ et était venu pour le salut de l'âme du sultan. Francis a exprimé sa volonté d'expliquer et de défendre le christianisme'", a raconté Gregg, citant le spécialiste Augustine Thompson OP, Francis of Assisi: A New Biography (2012).

 

"Ce qui a suivi a été un échange de déclarations de François et des conseillers religieux du sultan (qui ont dit au sultan d'exécuter François pour "prêche contre Muhammad et l'islam") dans lequel les deux parties ont exposé les revendications de vérité respectives du christianisme et de l'islam. François s'est alors engagé dans une 'longue conversation' avec le sultan dans laquelle il 'a continué à exprimer sa foi chrétienne dans le Seigneur crucifié et sa promesse de salut'', a poursuivi Gregg.

 

"À aucun moment, le saint, souligne Thompson, n'a dit du mal du prophète Mahomet. Mais François n'était pas là pour un échange de plaisanteries diplomatiques. Il voulait convertir le sultan au christianisme par la parole et l'action."

 

Gregg a dit qu'il soulevait ces faits parce que, contrairement à la description de la rencontre trouvée dans Fratelli tutti, le "saint se souciait d'aborder la question de la vérité religieuse". Ainsi, l'encyclique "manquait" dans sa description.

 

Le professeur Roberto de Mattei a moins pardonné la fausse représentation de saint François par le pape François.

 

"Le pape François présente [la visite au sultan] comme une recherche de dialogue, alors que toutes les sources de l'époque disent que saint François voulait convertir le sultan et soutenait les croisés qui combattaient en Terre sainte", a-t-il déclaré dans une déclaration enregistrée pour RadioRomaLibera.org .

 

"Mais la rencontre entre saint François et le sultan a échoué, et le pape Bergoglio semble vouloir démontrer qu'il est plus capable que saint François de mener à bien le projet, à commencer par le document d'Abu Dhabi."

 

La Déclaration d'Abu Dhabi de 2019 a soutenu que Dieu voulait "le pluralisme et la diversité des religions" de la même manière qu'il a voulu une diversité de sexe et de couleur de peau. Le document a été signé par le pape François et le grand imam musulman d'al-Azhar, Ahmed el-Tayeb.

 

Cependant, il est peu probable que le pape François lui-même ait été le premier à présenter saint François comme un précurseur du dialogue interreligieux moderne.

 

Selon Church Militant, un compte rendu révisionniste des efforts missionnaires du saint parmi les musulmans pendant la cinquième croisade a été publié par les franciscains eux-mêmes en 2019. Saint François et le sultan, 1219-2019 : Un livret commémoratif , produit par les frères franciscains mineurs (OFM), "rétrograde les sources primaires qui rapportent la rencontre de saint François avec le sultan comme étant 'fortement hagiographique ou stéréotypiquement hostile à l'islam, ce qui fait échouer nos tentatives de rassembler une image claire de ce qui aurait pu réellement se passer lors de cette rencontre mémorable'", a rapporté Church Militant.

 

L'image de François comme quelqu'un qui est entré dans le dialogue interreligieux avec l'Islam et est rentré chez lui édifié a été promue par le chef des Frères mineurs, le frère Michael A. Perry.

 

"Peut-être était-ce [Saint] François, et non al-Kamil, qui avait besoin d'être 'converti' après tout", a écrit Alison Kenny de Salt and Light Media au Canada peu après la publication du livret.

 

Il existe plusieurs sources médiévales d'histoires sur saint François, l'une écrite par son presque contemporain saint Bonaventure en 1260, 34 ans après la mort du saint. Selon la Vie de saint François de saint Bonaventure, le fondateur de l’ordre franciscain aspirait à être martyrisé et l’avait en vue lors de ses diverses missions de conversion des musulmans au christianisme.

 

Selon l'histoire de saint François et du sultan de saint Bonaventure, le saint et son compagnon ont été battus par les soldats du sultan avant d'être traînés devant lui. Lorsque le sultan a demandé à François qui l'avait envoyé et pourquoi, le saint a dit que Dieu l'avait envoyé prêcher l'Évangile.

 

Le sultan a été si impressionné qu'il demanda à François de rester avec lui, mais François a répondu qu'il ne resterait que si le sultan et son peuple se convertissaient "au Christ". Il a également suggéré que lui et les conseillers religieux actuels du sultan subissent ensemble un procès par le feu. Cela ne s'est pas produit, car, comme l'a souligné le sultan, ses aumôniers n'étaient pas disposés à le faire.

 

François a alors proposé de faire cavalier seul mais le sultan, craignant apparemment une rébellion s'il acceptait le Christ, a essayé d'amadouer François avec "de nombreux cadeaux coûteux". Lorsque François les rejeta, le sultan fut encore plus impressionné. Malheureusement, selon l'histoire de Saint-Bonaventure, François n'a pas été impressionné par le sultan, ne voyant aucune "racine de vraie piété" en lui, a abandonné sa mission et est rentré chez lui.

___________

Add. 11-10-2020. Gloria.tv. Spécialiste reconnu de l'Eglise catholique, Boulevard Voltaire (bvoltaire.fr) a demandé à Laurent Dandrieu, rédacteur en chef des pages culture et religion de Valeurs Actuelles de nous éclairer sur le contenu de la nouvelle encyclique du pape François : 

 

"[...] Il est assez peu question de conversion. Et c'est assez choquant, dans cette encyclique, de voir qu'elle commence par un éloge de l'imam de l'université d'Al-Azhar (FT 5) et une instrumentalisation d'une citation de saint François d'Assise qui est, d'ailleurs, un peu tronquée par le pape et détournée de son sens. C'est-à-dire que le Pape raconte cette anecdote de saint François allant rencontrer le sultan en 1219 et en revenant Saint François dit à ses disciples 'quand vous êtes en pays musulmans, il faut ne pas chercher ni dispute ni querelle mais avoir une attitude soumise à leurs égards'. Sauf que le pape oublie la fin de la phrase, qui dit qu'il faut avoir une attitude soumise à leurs égards mais néanmoins s'affirmer comme chrétien; cette phrase est passée sous silence. Et par ailleurs cette phrase qu'il cite n'est qu'une partie d'une alternative que le pape ne cite pas. Le second volet de l'alternative dit que 'si toutefois, Dieu vous inspire que c'est le moment de prêcher l'Evangile - je paraphrase - allez-y et faites en sorte que ces gens à qui vous parlez entendent la Bonne nouvelle, se convertissent et se fasse baptiser.'

"Je trouve cela extrêmement significatif que le pape transforme cette phrase de Saint François  qui est juste un appel à la courtoisie et à la prudence quand on évangélise pour ne pas prêcher à torts et à travers, dans toutes les circonstances, mais uniquement quand les circonstances s'y prêtent et que le pape transforme cette phrase en un 'appel' - c'est lui qui emploie ce mot - à la soumission.

"Que le pape François emploie dans le contexte géopolitique actuel le mot de soumission dans un passage d'une encyclique qui rend hommage à l'islam (FT 5) je trouve cela terriblement inquiétant sur sa méconnaissance des réalités géopolitiques et peut-être aussi malheureusement du poids des mots.

"Je pense qu'il y a une part d'angélisme dans la façon dont le pape décrit dans son encyclique la possibilité de concilier l'ouverture maximale des frontières sans que cela ne rpovoque du tout de choc entre les peuples. C'est malheureusement de la politique qui ignore le droit des nations, le droit de tous les peuples à conserver leurs identités, et qui ignore le bien commun ou ne le voit plus que sous l'angle d'un bien commun universel, et mondialisé d'une certaine façon. Ce qui ne me paraît pas très conforme à la doctrine traditionnelle de l'Eglise." (Fin de citation)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires