Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 13:58

Dieu a exalté sur Terre un roi chrétien qui a utilisé son autorité pour promouvoir la foi, notre plus grand bien ici-bas, et pour prendre soin de son peuple, y compris les pauvres et les emprisonnés.

LifeSiteNews Mar 25 août 2020 - 6 h 00 HNE
 
(Traduction rapide
L'image sélectionnée
STLJB / SHUTTERSTOCK.COM

25 août 2020 ( LifeSiteNews ) - Aujourd'hui, 25 août, est la fête de l'un des dirigeants les meilleurs et les plus sacrés que la race humaine ait jamais connus: Louis IX, roi de France (25 avril 1214 - 25 août 1270).

Br. André Marie écrit :

Alors que l'Occident autrefois chrétien s'enfonce encore plus dans la tyrannie du libéralisme, il est bon pour l'âme de considérer que le peuple de la France de Louis était plus libre que nous ne le sommes aujourd'hui. Ils étaient libres de toute ingérence gouvernementale dans leur vie et leur portefeuille. Et ils étaient libres de la manière la plus importante, car saint Louis croyait en un ordre chrétien dans lequel l'État n'était ni hostile ni neutre à l'Église, mais aidait l'Église à assurer le bonheur, temporel et éternel, de ses sujets. Notre «liberté» moderne, en revanche, est la servitude.

 

Malheureusement, il semble que les dirigeants de l'Église catholique aient été embarrassés par l'exemple de ce grand roi. Dans son article «Les principes théologiques qui ont guidé la rédaction du missel romain (1970)» dans The Thomist 67 (2003), la grande érudit liturgique Lauren Pristas a écrit, entre autres , sur les modifications qui ont été apportées dans la réforme liturgique aux siècles. ancienne collecte ou prière d'ouverture de sa messe.

La vieille prière se lisait (et, où la messe latine traditionnelle est célébrée, se lit encore):

Deus, qui beatum Ludovicum confessorem tuum de terreno regno ad caelestis regni gloriam transtulisti: eius, quaesumus, meritis et intercessione, Regis regum Iesu Christi Filii tui facias nos esse consortes. Qui tecum vivit et regnat ...

Ô Dieu, qui a enlevé le bienheureux Louis, ton confesseur, d'un royaume terrestre à la gloire du royaume céleste, accorde, nous te supplions, par ses mérites et son intercession, que nous soyons les époux de Jésus-Christ, ton Fils, le roi des rois, qui avec toi vit et règne ...

La nouvelle prière, rédigée à la fin des années soixante, se lit comme suit:

Deus, qui beatum Ludovicum, e terreni regiminis cura ad caelestis regni gloriam transtulisti, eius, quaesumus, intercessione concede, ut, per munera temporalia quae gerimus, regnum tuum quaeramus aeternum.

Ô Dieu, qui a amené Saint Louis des soucis de la domination terrestre à la gloire d'un royaume céleste, accorde, nous prions, par son intercession, qu'en accomplissant nos devoirs sur la terre, nous puissions rechercher votre Royaume éternel.

Les changements ici sont importants. Commentaires de Pristas (mentionnant également l'empereur Henri, dont les collections ont été modifiées de la même manière):

La collection originale pour Louis ne mentionne pas explicitement son règne en tant que roi. Ceci est fourni dans la révision - mais, encore une fois, en des termes plus reflétant nos circonstances historiques que les siennes. La révision peut avoir été conçue pour s'adapter à une mentalité moderne. Son effet, cependant, est d'obscurcir la vérité selon laquelle la sainteté se trouve chez les personnes de tous âges et de tous rangs sociaux. Henry et Louis n'étaient pas simplement chargés du soin du gouvernement terrestre; c'étaient des dirigeants chrétiens qui devinrent saints en gouvernant à cause de la manière chrétienne dont ils gouvernaient.

Elle continue:

Le changement dans la pétition de la collecte révisée pour Louis est frappant et partage des caractéristiques communes avec le nouveau discours pour Henry. La prière de 1962 pour Louis demande que nous puissions avoir un partenariat avec le Christ qui est le roi des rois - ici, en particulier, le roi du roi Louis - alors que le texte révisé demande que nous puissions chercher, mais ne précise pas que nous trouvons aussi, " votre royaume éternel. La pétition du texte révisé est donc étonnamment effacée par rapport à celle de la collection originale qui ne cherche rien de moins qu'une incorporation complète dans le Christ. De même, l'ancien rassemblement pour Henry prie Dieu de nous faire atteindre, ou atteindre ( pervenire ), lui-même, alors que la nouvelle version demande seulement que nous nous hâtions ( festinimus ) vers lui. Le verbe pervenirestipule l'arrivée, mais pas le tarif . Une deuxième caractéristique commune aux deux collections révisées [c.-à-d., Louis et Henry] est un nouvel accent sur les choses de ce monde qui, en plus, sont présentées sous un jour entièrement positif.

Pristas note enfin que la Collecte originale demande que nous puissions atteindre le Roi des rois du ciel par les mérites  et l'intercession de Saint-Louis; dans le nouveau Collect, les mérites ont étrangement disparu.

Le secret et la postcommunion de la messe traditionnelle pour Saint-Louis sont également éloquents. Le secret se lit comme suit:

 

 

Praesta, quæsumus, omnípotens Deus: ut, sicut beátus Ludovícus Conféssor tuus, spretis mundi oblectaméntis, soli Regi Christo placére stúduit; ita ejus orátio nos tibi reddat accéptos. Per eúmdem Dominum nostrum Jesum Christum Filium tuum, qui vivit et regnat ...

Accorde, nous te supplions, ô Dieu tout-puissant, qu'en tant que bienheureux Louis, ton confesseur, méprisant les délices du monde, ne se soit efforcé que de plaire au Christ, son Roi, afin que sa prière nous rende agréables à toi. Par le même Seigneur Jésus-Christ, ton Fils, qui vit et règne ...

«Rejeter les délices du monde» était le genre de langage «négatif» qui (comme Pristas le démontre dans le même article) a été systématiquement retiré du missel Novus Ordo. «S'efforcer uniquement de plaire au Christ Roi» n'est pas moins gênant pour une mentalité qui ne voit plus l'Incarnation comme le centre de la vie de l'Église, de l'histoire humaine et du cosmos tout entier. Inévitablement, cette prière devait disparaître; il ne sera pas trouvé - même sous forme bowdlerized - dans le nouveau missel. La Postcommunion frappe une note militante:

Deus, qui beátum Confessórem tuum Ludovícum mirificásti in terris, et gloriósum in cœlis fecísti: eúmdem, quæsumus, Ecclésiæ tuæ constítue defensórem. Per Dominum nostrum Jesum Christum Filium tuum, qui vivit et regnat ...

Ô Dieu, qui a rendu ton bienheureux confesseur, Louis, merveilleux sur terre et glorieux dans le ciel, constitue-le, nous t'en supplions, le défenseur de ton Église. Par notre Seigneur Jésus-Christ, ton Fils, qui vit et règne ...

Dieu a exalté sur Terre un roi chrétien qui a utilisé son autorité pour promouvoir la foi, notre plus grand bien ici-bas, et pour prendre soin de son peuple, y compris les pauvres et les emprisonnés. De cette manière, Louis s'oppose absolument à la perspective démocratique moderne qui privatise et relativise la religion, tout en favorisant une «prise en charge» humaniste des défavorisés qui ne respecte pas leur dignité ou leur destin surnaturel. La prière demande également à Dieu de faire de Louis un défenseur céleste de l'Église. La défense est réservée à ceux qui ont des ennemis belligérants. Sans surprise, cette prière a également été coupée du nouveau missel.

Il convient également de souligner, en passant, que la coutume s'était développée d'honorer la Sainte Trinité à la fin des trois oraisons (Collecte, Secret et Postcommunion) avec une doxologie complète. Avec un antiquarisme réducteur typique, les réformateurs liturgiques ont coupé les doxologies de la prière sur les offrandes et de la prière après la communion. De cette manière a été obscurcie non seulement la reconnaissance de la nature trinitaire de toute prière chrétienne, mais la seigneurie du Christ: «qui vit et règne. » La doxologie complète, qui se multiplie dans la liturgie tridentine (elle apparaît dans les prières au pied de l'autel, les oraisons, les prières de l'offertoire, les prières avant la communion - tout cela aboli dans le nouveau rite de la messe), sert ainsi comme un rappel constant que le Christ, en tant que Dieu et homme, est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs - une leçon que nous devons entendre aujourd'hui plus que jamais.

Un prêtre de 35 ans, le P. Dylan Schrader, n'est pas gêné par la gloire royale de Saint-Louis ou la royauté du Christ. Fr. Schrader a collaboré fréquemment avec le P. Samuel Weber, OSB dans l'écriture d'hymnes qui peuvent être chantés sur des mélodies de chant traditionnelles. Voici les paroles composées par Fr. Schrader pour la fête d'aujourd'hui (par courrier électronique du P. Samuel):

Très chrétien roi et homme de Dieu,
Saint Louis, amoureux des pauvres,
Tu as servi les humbles de Christ sur la terre
Et tu régnes avec lui pour toujours.

Lève-toi, ô prince et champion,
fais à nouveau campagne pour le Christ Seigneur,
dont la croix, les clous et la couronne épineuse
Vaincre la tyrannie du péché.

Défendez cette Église, qui porte votre nom,
son berger, et votre ville aussi;
Offrez l'amour du Christ que nos coeurs poussent,
Notre soif de justice se renouvelle.

Sois notre foi notre bouclier et espère notre barre,
Sois charité notre cuirasse, Seigneur,
ta vérité une lumière à nos pieds
Et plus tranchante qu'une épée à deux tranchants.

O Père, Fils et Saint-Esprit,
Un seul Dieu que nous adorons;
Par la grâce, guidez les pèlerins chez vous
Pour demeurer dans la gloire à jamais.

Amen. Roi Saint Louis IX, priez pour nous.

 

Partager cet article
Repost0