Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 13:10
https://www.marcotosatti.com/2020/07/04/vigano-troppi-errori-al-vat-ii-per-non-renderlo-sospetto/

https://www.marcotosatti.com/2020/07/04/vigano-troppi-errori-al-vat-ii-per-non-renderlo-sospetto/

Source: Marco Tosatti

 

 

Marco Tosatti

Chers amis et ennemis de Stilum Curiae, la récente intervention de l'archevêque Carlo Maria Viganò au sujet du Concile Vatican II a suscité la discussion et la controverse. John Henry Westen, directeur de LifeSiteNews, a posé quelques questions à l'archevêque. Voici les questions et les réponses.

 

§§§

Cher archevêque Viganò,

 

J'espère obtenir de vous des éclaircissements sur vos derniers textes concernant le deuxième concile du Vatican.

 

Dans votre texte du 9 juin, vous avez déclaré qu'"il est indéniable qu'à partir de Vatican II, une église parallèle a été construite, s'est superposée et s'est diamétralement opposée à la véritable Église du Christ".

 

Dans votre entretien ultérieur avec Phil Lawler, il vous a demandé: "Quelle est la solution? L'archevêque Schneider suggère qu'un futur pontife répudie les erreurs; L'archevêque Viganò trouve cette proposition insuffisante. Mais alors comment corriger les erreurs de manière à maintenir l'autorité d'enseignement du Magistère?

 

Vous avez répondu: "Il appartiendra à l'un de ses successeurs, le Vicaire du Christ, dans la plénitude de sa puissance apostolique, de rejoindre le fil de la Tradition là où il a été coupé. Ce ne sera pas une défaite mais un acte de vérité, d'humilité et de courage. L'autorité et l'infaillibilité du successeur du prince des apôtres ressortiront intactes et reconfirmées."

 

De cela, il n'est pas clair si vous croyez que Vatican II est un concile invalide et qu'il doit donc être complètement répudié ou si vous croyez que bien qu'il s'agisse d'un concile valide, il contient de nombreuses erreurs pour lesquelles les fidèles seraient mieux servis en l'oubliant, et de se référer plutôt à Vatican I et à d'autres conciles pour leur contenu. Je pense que cette clarification serait bienvenue.

 

 

En Christ et sa Mère bien-aimée,

 

JH

 

***

 

1 juillet 2020

 

En la fête du Précieux Sang

 

Domini Nostri Iesu Christi 

 

Cher John-Henry,

 

Merci pour votre lettre, avec laquelle vous me donnez l'occasion de clarifier ce que j'ai déjà eu l'occasion d'exprimer sur Vatican II. Ce sujet délicat implique des personnalités éminentes du monde ecclésiastique et pas quelques laïcs érudits: je suis convaincu que ma modeste contribution pourra aider à lever la couverture d'équivoques qui pèsent sur le Concile, conduisant ainsi à une solution commune.

 

Vous commencez par mon observation initiale: "Il est indéniable qu'à partir de Vatican II une église parallèle a été construite, s'est superposée et s'est diamétralement opposée à la véritable Église du Christ", pour citer ensuite mes propos sur la solution à l'impasse dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui : "Il appartiendra à l'un de ses Successeurs, le Vicaire du Christ, dans la plénitude de sa puissance apostolique, de rejoindre le fil de la Tradition là où il a été coupé. Ce ne sera pas une défaite mais un acte de vérité, d'humilité et de courage. L'autorité et l'infaillibilité du Successeur du Prince des Apôtres ressortiront intactes et reconfirmées."

 

Vous déclarez ensuite que ma position n'est pas claire - "si vous croyez que Vatican II est un concile invalide et donc complètement répudié, ou si vous croyez que bien qu'un concile valable contienne de nombreuses erreurs, il n'est pas clair si vous croyez que Vatican II est un concile invalide et qu'il doit donc être complètement répudié ou si vous croyez que bien qu'il s'agisse d'un concile valide, il contient de nombreuses erreurs pour lesquelles les fidèles seraient mieux servis en l'oubliant". Je n'ai jamais pensé et encore moins affirmé que Vatican II était un Concile œcuménique invalide: en fait, il a été convoqué par l'autorité suprême, par le Souverain Pontife, et tous les évêques du monde y ont participé. Vatican II est un concile valide, soutenu par la même autorité que Vatican I et Trente. Cependant, comme je l'ai déjà écrit, depuis son origine, il a fait l'objet d'une grave manipulation par une cinquième colonne qui a pénétré au cœur même de l'Église, en pervertissant ses buts, comme le confirment les résultats désastreux qui sont sous les yeux de tous. Souvenons-nous qu'à la Révolution française, le fait que les États généraux furent légitimement convoqués le 5 mai 1789 par Louis XVI n'empêcha pas les choses de dégénérer en Révolution et en Terreur (la comparaison n'est pas hors de propos, puisque Le cardinal Suenens qualifia l'événement conciliaire de "1789 dans l'Église").

 

Dans son récent discours, Son Eminence le Cardinal Walter Brandmüller soutient que le Concile se place dans la Tradition continue et le confirme: "Jetez un œil aux notes du texte. Ainsi, on peut voir que dix conciles précédents sont mentionnés dans le document. Parmi ceux-ci, Vatican I est pris comme référence 12 fois, Trente jusqu'à 16. Déjà, il est clair que, par exemple, un "détachement de Trente" doit être exclu de manière absolue. La relation avec la Tradition est encore plus proche, si l'on pense que, parmi les papes, Pie XII est mentionné 55 fois, Léon XIII à 17 reprises et Pie XI en 12 passages. Benoît XIV, Benoît XV, Pie IX, Pie X, Innocent I et Gelasius y sont ajoutés. L'aspect le plus impressionnant est cependant la présence des Pères dans les textes de Lumen Gentium. Les Pères, dont les enseignements se réfèrent au concile, sont même 44. Parmi eux se distinguent Augustin, Ignace d'Antioche, Cyprien, Jean Chrysostome et Irénée. Les grands théologiens, ou les docteurs de l'Église sont également mentionnés: Thomas d'Aquin en 12 étapes, ainsi que sept autres noms de poids."

 

Comme je l'ai souligné dans le cas analogue du Concile de Pistoie, la présence de contenus orthodoxes n'exclut pas la présence de propositions hérétiques, n'atténue pas leur gravité, et la vérité ne peut pas être utilisée pour cacher une seule erreur. Au contraire, les nombreuses citations d'autres conciles, d'actes du magistère ou de Pères de l'Église peuvent vraiment servir à cacher avec une intention malveillante les points controversés. À cet égard, il est utile de se souvenir des paroles du Tractatus de Fide orthodoxa contra Arianos, cité par Léon XIII dans l'Encyclique Satis Cognitum :

 

"Il ne peut y avoir rien de plus dangereux que ces hérétiques, qui, tout en parcourant [la doctrine ] sans erreurs, en un mot, comme avec une goutte de poison, infectent la foi pure et sincère enseignée par Notre Seigneur et transmise par la tradition apostolique". Léon XIII commente: "Telle était précisément la conduite de l'Église, et cela aussi pour le jugement unanime des saints Pères, qui considéraient toujours les hérétiques et excommuniaient tous ceux qui, même pour une courte période, s'éloignaient de la doctrine proposée par le magistère légitime."

 

Dans les colonnes de L'Osservatore Romano, dans un article daté du 14 avril 2013, le cardinal Kasper a admis que "dans de nombreux endroits [les Pères du Concile] ont dû trouver des formules de compromis, dans lesquelles, souvent, les positions de la majorité (conservateurs) sont à côté de celles de la minorité (progressistes), destinées à les délimiter. Par conséquent, les textes du Concile eux-mêmes ont un énorme potentiel de conflit, ouvrant la porte à une réception sélective dans les deux sens. C'est de là que dérivent les ambiguïtés pertinentes, les contradictions manifestes et les graves erreurs doctrinales et pastorales.

 

On pourrait objecter que la prise en considération de la présomption de malveillance dans un acte magistral devrait être rejetée avec dédain, car le Magistère doit viser à confirmer les fidèles dans la foi; mais c'est peut-être une faute intentionnelle qui fait qu'un acte s'avère non magistral et autorise sa condamnation ou que l'on décrète sa nullité. Son Eminence Brandmüller clôt son propos par ces mots: "Il conviendrait d'éviter" l'herméneutique de la suspicion "qui accuse l'interlocuteur dans le départ des conceptions hérétiques." Certes, je partage ce souhait dans l'abstrait et en général, mais je pense qu'il convient de formuler une distinction pour mieux cadrer le cas concret. Pour ce faire, il faut abandonner cette attitude un peu trop légaliste qui considère toutes les questions doctrinales concernant l'Église comme attribuables et résolvables principalement sur la base d'une référence normative: n'oublions pas que la loi est au service de la Vérité, et non l'inverse. Et il en va de même de l'Autorité qui est ministre de cette loi et de cette vérité gardienne. D'un autre côté, lorsque Notre Seigneur a affronté la Passion, la Synagogue avait abandonné sa fonction de guider le peuple élu dans la loyauté envers l'Alliance, comme le fait la Hiérarchie depuis soixante ans.

 

Cette attitude légaliste est à la base de la tromperie des Novatori, qui ont imaginé un moyen très simple de mettre en œuvre la Révolution: l'imposer en vertu de l'autorité avec un acte que l'Église enseignante adopte pour définir des vérités de foi ayant une valeur contraignante pour l'Église apprenante, réitérant cet enseignement dans d'autres documents tout aussi contraignants, bien qu'à un degré différent. En bref, il a été décidé d'apposer le label "Concile" sur un événement conçu par certains dans le but de démolir l'Église, et pour ce faire, les conspirateurs ont agi avec une intention malveillante et à des fins subversives. Le père Edward Schillebeecks op dit franchement: "Nous sommes les premiers d'une manière diplomatique, mais après le Concile nous tirons les conclusions implicites". "Maintenant, nous le disons diplomatiquement, mais après le Concile, nous en tirerons les conséquences implicites" (De Bazuin, n.16, 1965).

 

Nous ne sommes donc pas confrontés à une "herméneutique du soupçon", mais au contraire à quelque chose de bien plus grave qu'un soupçon, corroboré par l'évaluation calme des faits, ainsi que par les aveux des protagonistes eux-mêmes. À cet égard, lequel d'entre eux fait plus autorité que le cardinal Ratzinger de l'époque?

 

"L'impression grandit de plus en plus qu'il n'y avait plus rien de stable, que tout pouvait être révisé. De plus en plus, le Concile semblait ressembler à un grand parlement de l'Eglise, qui pouvait tout changer et tout remodeler selon ses propres désirs. La montée du ressentiment envers Rome et la Curie était très claire, et ils semblaient être le véritable ennemi de tout ce qui était nouveau et progressiste. Les discussions conciliaires ont été de plus en plus présentées selon le modèle des partis typique du parlementarisme moderne. Ceux qui ont été ainsi informés se sont vus amenés à prendre position pour un parti. [...] Si à Rome les évêques pouvaient changer l'Église, en effet, la même foi (comme cela semblait au moins), pourquoi était-il seulement légitime que les évêques le fassent? Elle pouvait être changée et, contrairement à ce que l'on pensait jusque-là, cette possibilité ne semblait plus éloignée de la capacité humaine de le décider, mais, selon toutes les apparences, elle était précisément mise en place par elle. Maintenant, cependant, nous savions que les évêques avaient appris des théologiens les nouvelles choses qu'ils proposaient dorénavant ; pour les croyants, c'était un phénomène étrange: à Rome, leurs évêques semblaient montrer un visage différent de celui qu'ils portaient chez eux." (voir J. Ratzinger, La mia vita, Edizioni San Paolo, 1997, p. 99).

 

À ce stade, il est juste d'attirer l'attention sur un paradoxe récurrent également dans les affaires mondiales: le courant dominant appelle les "théoriciens du complot" ceux qui révèlent et dénoncent le complot que le courant dominant a lui-même conçu, pour détourner l'attention du complot et délégitimer ceux qui s'en plaignent. De même, il me semble qu'il existe un risque de définir "l' herméneutique du soupçon" comme ceux qui révèlent et dénoncent une fraude conciliaire, comme s'il s'agissait de personnes qui accusent "l'interlocuteur sans justification de conceptions hérétiques". Au lieu de cela, il est nécessaire de comprendre si l’action des protagonistes du Concile peut justifier le soupçon à leur égard, sinon de prouver effectivement le soupçon;  et si le résultat obtenu justifie une évaluation négative pour l'ensemble du Concile, pour certaines de ses parties ou pour aucune. Si nous persistons à penser que ceux qui ont conçu Vatican II comme un événement subversif rivalisaient avec saint Alphonse en piété et saint Thomas en doctrine, nous démontrons une naïveté qui ne peut être conciliée avec le précepte évangélique, et qui frise en effet, sinon avec la connivence, sinon avec la négligence. Évidemment, je ne parle pas de la majorité des Pères conciliaires, qui étaient certainement animés d'intentions pieuses et saintes; Je parle des protagonistes de l'événement-Concile, des soi-disant théologiens qui, jusqu'à Vatican II, avaient été frappés par des censures canoniques et se sont détournés de l'enseignement, et qui précisément en raison de cela ont été choisis, promus et aidés, de sorte que les licences d'hétérodoxie valaient une raison de mérite, tandis que le l'orthodoxie incontestée du Cardinal Ottaviani et de ses collaborateurs au Saint-Office était une raison suffisante pour mettre au feu les plans préparatoires du Concile avec le consentement de Jean XXIII.

 

Je doute qu'en ce qui concerne Mgr. Bugnini - pour ne citer qu'un nom - une attitude de soupçon prudent soit répréhensible ou soit dénué de charité. Au contraire: la malhonnêteté de l'auteur du Novus Ordo dans la poursuite de ses objectifs, son appartenance à la franc-maçonnerie et ses propres aveux dans ses journaux intimes de presse nous montrent que les mesures prises par Paul VI à son égard étaient trop indulgentes et inefficaces, car tout ce qu'il fit dans les commissions conciliaires et à la Congrégation des rites est resté intact et, malgré cela, est devenu partie intégrante de l'Acta Concilii et des réformes connexes. Bienvenue donc à l'herméneutique du soupçon si elle sert à démontrer que les raisons de la suspicion sont là et que ces soupçons se matérialisent souvent en certitude de malveillance intentionnelle.

 

Revenons à Vatican II, pour montrer quel est le piège dans lequel les bons bergers sont tombés, ont été induits en erreur avec leur troupeau par une ruse astucieuse de personnes connues pour être infectées par le modernisme et pas rarement induites en erreur même dans la conduite morale. Comme je l'ai écrit plus tôt, la fraude réside dans l'appel à un Concile comme contenant pour une manœuvre subversive, et dans l'utilisation de l'autorité de l'Église pour imposer la révolution doctrinale et morale, liturgique et spirituelle qui est ontologiquement contraire au but pour lequel un Concile est appelé et l'autorité magistrale exercée. Je le répète: l'étiquette "Concile" apposée sur l'emballage ne reflète pas son contenu.

 

Nous avons assisté à une manière nouvelle et différente de comprendre les mêmes mots du lexique catholique: l'expression "concile œcuménique" donnée au concile de Trente ne coïncide pas avec le sens donné par les partisans de Vatican II, pour qui le terme "concile" fait allusion à la conciliation et le terme "oecuménique" au dialogue interreligieux. "L' esprit du concile" est "l'esprit de conciliation, de compromis", tout comme l'assemblée a été une attestation solennelle et publique d'un dialogue conciliant avec le monde, pour la première fois dans l'histoire de l'Église.

 

Bugnini a écrit: "Nous devons retirer de nos prières catholiques et de la liturgie catholique tout ce qui pourrait être l'ombre d'une pierre d'achoppement pour nos frères séparés, c'est-à-dire les protestants" (voir L'Osservatore Romano, 19 mars 1965) . D'après ces mots, nous comprenons que l'intention de la réforme, le résultat du mens (esprit) conciliaire, était d'atténuer la proclamation de la vérité catholique afin de ne pas offenser les hérétiques: et c'est exactement ce qui a été fait non seulement dans la Sainte Messe - horriblement défigurée au nom de l'œcuménisme - mais aussi dans l'exposé du dogme des documents doctrinaux; l'utilisation du subsistit in en est un exemple très clair.

 

Il sera peut-être possible de discuter des raisons qui ont pu conduire à cet événement unique, si lourd de conséquences pour l'Église; mais nous ne pouvons plus nier les preuves ni prétendre que Vatican II n'est pas quelque chose de différent de Vatican I, malgré les tentatives héroïques, nombreuses et documentées, venant même de la plus haute autorité, de l'interpréter avec force comme un Concile œcuménique normal. Une personne avec un simple bon sens voit déjà une absurdité à vouloir interpréter un Concile, car il est et doit être une norme claire et sans équivoque de Foi et Morale. Deuxièmement, si un acte magistral soulève des arguments sérieux et motivés qu'il peut manquer de cohérence doctrinale avec les actes du magistère qui l'ont précédé, il est évident que la condamnation d'un seul point hétérodoxe discrédite le document tout entier. Si l'on ajoute à cela le fait que les erreurs formulées ou laissées volontairement en oblique entre les lignes ne sont pas limitées à un ou deux cas, et que les erreurs affirmées correspondent à l'inverse à une énorme masse de vérités qui ne sont pas confirmées, nous pouvons nous demander s'il est juste de radier la dernière réunion du catalogue des conciles canoniques. La sentence sera prononcée par l'histoire et le sensus fidei du peuple chrétien avant même un document officiel. L'arbre est jugé par ses fruits, et il ne suffit pas de parler de printemps conciliaire pour cacher l'hiver rigoureux qui a saisi l'Église; ni d'inventer des prêtres mariés et des diaconesses pour remédier à l'effondrement des vocations; ni d'adapter l'Évangile à la mentalité moderne pour obtenir plus de consensus. La vie chrétienne est un combat, pas une belle sortie, et c'est d'autant plus vrai pour la vie sacerdotale.

 

Je termine par une demande à ceux qui interviennent avec profit dans le débat sur le Concile: je voudrais que nous cherchions avant tout à proclamer la vérité salvifique à tous les hommes, car leur salut et notre éternel salut en dépendent; et que nous ne nous préoccupions que secondairement des implications canoniques et juridiques soulevées par Vatican II : anathema sit ou damnatio memoriae, ça change peu. Si en effet le Concile n'a rien changé à notre Foi, nous prenons le Catéchisme de Saint Pie X en main, nous retournons au Missel de Saint Pie V, nous restons devant le Tabernacle, nous ne désertons pas le Confessionnal, nous pratiquons la pénitence et la mortification avec un esprit de réparation. D'où jaillit la jeunesse éternelle de l'Esprit. Et surtout: veillons à ce que ce que nous prêchons donne à nos œuvres un témoignage solide et cohérent.

 

+ Carlo Maria Viganò, archevêque

Partager cet article

Repost0
Publié par Ingomer - dans Religion Vatican II