Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 17:12
Le général de l'Obamagate parle de guerre eschatologique

Source: 

Benedetta Frigerio 

La Nuova Bussola Quotidiana

 

(Traduction)

03/07/2020

Exonéré après les actes qui ont ouvert l'enquête sur Obama, Biden et le FBI, le général Michael Flynn parle d'une guerre épique à mener par des actions et des prières. Derrière la lutte contre le racisme se cache une attaque électorale visant "à établir le socialisme" et dernièrement "à chasser Dieu de nos familles, de nos écoles et de nos tribunaux... même de nos églises". "Nous sommes découragés mais il y a une issue."

 

Le général Michael Flynn n'est pas seulement le visage clé de l'"Obamagate", le scandale qui éclata à la suite de la récente déclassification de documents montrant que le conseiller à la sécurité nationale de Trump était alors surveillé par le chef du FBI James Comey (à la demande d'Obama et avec la complicité de Biden et d'autres démocrates) et déclaré coupable de collusion avec la Russie. Flynn est en fait l'un des généraux les plus renommés et charismatiques de l'armée américaine, à tel point qu'il réussit à déterminer la politique étrangère des présidents qu'il servit, s'écartant des conceptions de politique étrangère de l’administration Obama-Clinton : ses paroles sur l'avènement de l'Etat islamique en Syrie lui coûtèrent sa destitution en 2014 du poste de directeur de la Dia (Defense Intelligence Agency). Interviewé par Al Jazeera Flynn, il déclara avoir informé Obama de la montée du terrorisme syrien, mais "l'administration ignora délibérément nos informations en continuant à faire ce qu'elle faisait", c'est-à-dire en favorisant l'Etat islamique.

 

Flynn est également parmi les premiers qui ont déjà commencé en 2016 à parler de l'existence d'un "État profond" corrompu, à tel point que via Twitter, il a dénoncé comme véridique le scandale "PizzaGate", dans lequel Clinton et certains de ses employés de campagne auraient été impliqués dans d'énormes séries de pédophilie et de blanchiment d'argent. Il a également accusé Comey et d'autres agents du FBI d'avoir commis plusieurs erreurs lors d'enquêtes au cours desquelles des courriels ont fuité prouvant la corruption à la Maison Blanche. La confirmation des scandales par un général bien connu, qui servit le pays en première ligne pendant 33 ans, a également élevé la suspiscion de ceux qui avaient initialement pensé que "Pizzagate" était une attaque électorale d'un complotiste de droite. Quelques mois plus tard, Trump gagna et plaça Flynn à un endroit clé de son administration, mais en quelques mois, il fut condamné par les mêmes qu'il avait sévèrement accusés.

 

Il est maintenant disculpé et réhabilité, après qu'une conversation à son sujet ait été publiée dans les actes d'Obamagate faite par deux agents du FBI qui se demandaient "Quel est notre objectif ? Vérité/Admission ou le pousser à mentir, afin qu'il puisse faire l'objet d'une enquête ou être mis à la porte"; Flynn a écrit deux articles expliquant comment mener un combat plus crucial que celui des élections précédentes, se souvenant qu'il ne peut pas être gagné si vous ne le regardez pas d'abord d'un point de vue eschatologique.

 

Tout comme le père Livio a parlé du monde et de Viganò dans la lettre envoyée au président Trump, Flynn a précisé dans le Western Journal qu '"il y a un petit groupe de gens acharnés qui travaillent dur pour détruire notre mode de vie américain". Ce serait 2% qui voudraient prendre possession de la population indifférente restante. Le général indique clairement que bien que la majorité du peuple américain soit bonne, la "majorité silencieuse", telle que définie par Trump, doit agir sachant qu'il s'agit d'un affrontement entre "deux forces opposées: l'une des" enfants de la lumière "et l'autre des" enfants des ténèbres".

 

"Comme une policière de Virginie me l'a dit - a-t-il poursuivi -" les gens ne se sentent pas en sécurité chez eux et nos forces de police sont tellement démoralisées que nous ne pouvons pas fonctionner comme nous le devrions. Au cours de mes 23 années dans mon département, je n'ai jamais vu un moral si bas". Le Général décrit la guérilla urbaine comme une attaque contre la démocratie, pour laquelle "il faut soutenir la police" mais aussi "défier chaque politicien à tous les niveaux": cette attaque contre l'ordre et les symboles de l'histoire américaine vise "à établir le socialisme". Et à la fin "il s'agit de chasser Dieu de nos familles, de nos écoles et de nos tribunaux... même de nos églises, dans l'espoir essentiellement de retirer Dieu de notre vie quotidienne".

 

Selon Flynn, "dans la guerre, comme dans la vie, la plupart des échecs dérivent de l'inertie", mais grâce à l'action décrite ci-dessus, il assure, "nous pouvons l'emporter", car "rappelez-vous qu'il est inévitable que même nos ennemis (la force noire) ont des difficultés que nous ignorons". Et même si "pour la majorité des Américains, ces forces semblent être fortes", selon le stratège "seule une petite poussée de notre part est nécessaire, c'est tout ce qu'il nous faut pour vaincre ces forces". Flynn rappelle que cette poussée est faite d'action mais aussi de prière.

 

En fait, comme le général l'avait déjà écrit dans un article précédent, "bien que nous sentions que nous sommes descendus dans un état infernal d'existence, nous ne devons jamais oublier que l'enfer n'est pas invincible", à travers la prière, la conscience de Dieu, la "Capacité de sacrifice" et celle de vivre selon les "idéaux (du bien et du mal, ndlr) que nous avons reçus de Dieu, qui sont la base de notre république constitutionnelle".

 

Le scénario pour les enfants de la lumière fait maintenant peur, mais il ne faut pas craindre "l'incertitude qui dérive de l'inconnu, l'accepter à la place et lutter contre ce sentiment de peur". Même l'optimisme, qui ne doit pas se terminer par l'exaltation qui se transforme en désespoir à la première difficulté, est nécessaire en temps de guerre. En fait, a-t-il conclu, "nous devons nous souvenir: le pouvoir de l'enfer, bien que fort, est limité. Dieu est le dernier juge et décideur. Sa providence sacrée est notre pays, les États-Unis d'Amérique. Tant que nous accepterons Dieu comme moteur de notre nation, nous serons en sécurité. "Sinon, nous allons vraiment "rencontrer une existence infernale".

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Contre-information Religion