Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 20:27
https://www.lanuovabq.it/it/cattolici-in-piazza-conta-la-verita-da-difendere

https://www.lanuovabq.it/it/cattolici-in-piazza-conta-la-verita-da-difendere

(traduction)

 

Pour s'opposer au projet de loi Zan, il faut du courage, comme pour les manifestations Restons Libres. Le catholique qui veut descendre dans la rue aujourd'hui contre les lois inhumaines qui sont proposées doit savoir qu'il le fait contre l'Église officielle. Le problème est que l'Église n'éduque plus à la vérité et change sa théologie morale. La morale qui mène à la rue est celle d'avant Amoris laetitia.

 

Lorsqu'il s'agit de descendre dans la rue, pour les catholiques, les problèmes commencent. Certaines personnes ont le courage, comme dans le cas des prochaines manifestations de Restiamo Liberi (Restons Libres) samedi 11 juillet dans de nombreuses villes italiennes. Mais les nombreux incidents qui se sont produits en cours de route, les tentatives de dissuasion, les boycotts en coulisses, le manque de soutien de l'épiscopat en général et les silences de nombreux évêques en particulier, montrent qu'aujourd'hui les catholiques descendent dans la rue à leurs risques et périls et avec beaucoup de difficultés, même si la raison, à savoir l'opposition populaire au très dangereux projet de loi Zan contre la soi-disant homophobie, est plus que justifiée. Pourquoi est-il aujourd'hui si difficile pour les catholiques de descendre dans la rue ?  

 

Le catholique qui veut descendre dans la rue aujourd'hui contre l'une ou l'autre des lois inhumaines qui sont proposées doit savoir qu'il le fait contre l'Église officielle. Il s'agit d'une première donnée de prise de conscience requise par la situation. Et c'est aussi une donnée qui explique les difficultés à organiser une présence d'un peuple sur la place publique. Beaucoup de fidèles n'ont pas envie de s'écarter de la ligne pastorale de l'Église, des évêques italiens, de leur évêque diocésain... Rassembler les troupes est devenu une entreprise. Les associations laïques qui gravitent directement ou indirectement dans l'ombre de la CEI (Conférence des évêques d'Italie. Ndlr.) ne participent pas ni ne boycottent. Les mouvements sont ignorés. Jusqu'à ce qu'un prélat contacte l'homme politique ou l'autre qui promet un report de la loi en question et le front restant est divisé.

 

Aujourd'hui, seul le catholique ou l'association qui a pris cette décision adhère à une mobilisation de rue : en matières de principes non négociables pour la foi et la juste raison, j'agis non seulement sans le soutien du clergé mais aussi contre la ligne ecclésiastique officielle, même au prix de mettre en évidence l'existence d'une fracture dans l'Église. Le courage catholique est nécessaire pour descendre dans la rue aujourd'hui.

 

En outre, notre peuple catholique ne sait rien de ces choses. La messe catholique n'informe pas de la mobilisation prévue le 11 juillet. L'entretien de Zan, le premier signataire de la loi, à Avvenire, qui se dit ouvert à différentes contributions, puis interroge Lupi, qui adoucit le problème comme il l'a fait à l'époque de Cirinnà, les hebdomadaires diocésains n'en parlent pas ou publient une intervention ecclésialement correcte de Agensir, l'agence de presse de la CEI. Les paroisses sont silencieuses, pas de réunion d'information sur le sujet le soir, pas même un mot de l'ambon pendant les homélies, pas d'affiches de Restiamo Liberi sur les tableaux d'affichage de l'église. L'Église n'éduque plus, elle dit simplement que Dieu nous aime, que Dieu nous aime, que Dieu nous aime. Bien sûr, il y a une contre-information catholique de qualité et croissante qui - grâce à Dieu - maintient le sujet en vie, mais c'est précisément une contre-information et, comme toute contre-information, ce n'est pas un régime et donc même pas une majorité. Le fait de descendre dans la rue se heurte donc à une information institutionnelle contraire de l'Église.

 

L'Église change rapidement sa théologie morale. Aujourd'hui, il y a trois mœurs catholiques: celle d'avant Amoris laetitia, celle d'Amoris laetitia, et celle d'après Amoris laetitia. La morale catholique qui mène à la rue est celle d'avant Amoris laetitia, les deux autres ne sont plus capables de le faire, en effet elles considèrent que c'est une erreur morale et pastorale que de le faire (mais morale et pastorale pour la nouvelle théologie morale sont identiques). Ce qui était autrefois considéré comme une obligation est maintenant considéré comme un péché. L'Église - dit-on - ne parle pas à l'extérieur, mais aux consciences; elle n'enseigne pas les règles abstraites à appliquer mais forme les consciences capables d'évaluer librement une situation; elle n'enseigne pas le bien et le mal du haut de sa présomption mais les fait découvrir en dialogue avec les autres; il n'y a pas de lois à rejeter, mais seulement des lois à examiner et éventuellement à améliorer; le bien ne précède pas les lois, mais les traverse de l'intérieur; Le christianisme est une interprétation continue de l'intérieur de l'histoire, etc. À partir de ces croyances, aucun carré n'existe. Pour ce faire, il faudrait croire qu'il y a une vérité à annoncer et à défendre même sur la place publique, une vérité que seule l'Église peut annoncer et défendre, et que si elle ne le fait pas, personne d'autre ne le fera jamais.

 

Je ne pense pas qu'il existe actuellement d'autres voies : tous ceux - laïcs et associations - qui sont disposés à faire le choix que j'ai indiqué ci-dessus doivent se connecter les uns aux autres, multiplier les informations pour les catholiques en dehors des canaux institutionnels, augmenter, plutôt que réduire la présence dans la rue et créer une véritable culture catholique. En assumant aussi le risque d'être accusé de diviser et en gardant à l'esprit que de nombreux catholiques, y compris des prêtres et des évêques, qui aujourd'hui par peur se taisent, soutiennent secrètement  ces gestes du fond du cœur, même si ce n'est pas de mise, applaudissent, attendant de pouvoir revenir pour le faire, même dans la rue.

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Contre-information Religion Italie

Articles Récents