Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2020 3 29 /07 /juillet /2020 11:47

Le 27 juillet 1920, face à l'avancée de l'Armée rouge, les évêques polonais consacrent la nation au Sacré-Cœur de Jésus et, en réponse à leurs lettres, Benoît XV promeut des prières pour la Pologne, ridiculisées par les communistes. Ceci, au temps de l'Assomption, devait cependant permettre de faire face à ce qui est passé dans l'histoire comme le "Miracle de la Vistule".

100e anniversaire du "Miracle de la Vistule" : la Pologne consacrée au Sacré-Cœur arrête les communistes

Source: Wlodzimierz Redzioch

29/07/2020

La Nuova Bussola Quotidiana

Consacrée au Sacré-Cœur. Et la Pologne a arrêté les communistes

 

Le lundi 27 juillet, dans l'église des Sœurs Visitandines à Cracovie, une messe d'action de grâces a été célébrée (sur la photo, par la Curie Archiépiscopale de Cracovie) à l'occasion du centenaire de l'acte de consécration de la nation polonaise au Sacré-Cœur de Jésus.

100e anniversaire du "Miracle de la Vistule" : la Pologne consacrée au Sacré-Cœur arrête les communistes

En 1920, face à la menace bolchevique, les évêques polonais se sont réunis à Jasna Góra sous la direction du primat polonais, le cardinal Edmund Dalbor, et le 27 juillet ils ont consacré la nation et toute la patrie au Sacré-Cœur de Jésus, réitérant l'élection de Notre-Dame comme Reine de Pologne. "Au moment où des nuages ​​sombres se rassemblent sur notre patrie et notre Église, nous crions comme vos disciples surpris par une tempête en mer: Seigneur, sauve-nous, car nous mourons. Et comme autrefois, en tendant la main droite, vous avez calmé la tempête d'un seul mot, maintenant, Seigneur, enlevez le danger qui nous menace", plaidèrent les évêques.

 

L'épiscopat s'est donc engagé à répandre la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus parmi les fidèles (surtout dans les séminaires) et à encourager les familles à se consacrer à lui.

 

En 1918, un an après la révolution bolchevique, le Conseil des commissaires du peuple (le gouvernement bolchevique) a pris la décision de former au sein de l'Armée rouge la soi-disant Armée occidentale pour mener militairement la "révolution mondiale". Le 10 mars 1920, à Smolensk, a lieu une réunion des dirigeants de l'Armée rouge, du "Front occidental" et des commissaires communistes, dont Staline, qui prirent des décisions sur l'attaque de la Pologne et de l'Europe qui devait avoir lieu sur la trajectoire Varsovie-Poznan-Berlin-Paris.

 

À l'été 1920, l'Armée rouge s'avança menaçante vers la Vistuleaux portes de Varsovie. Et dans ces circonstances, les évêques polonais ont pris la décision de consacrer la nation polonaise au Sacré-Cœur de Jésus. En même temps, pour éveiller les consciences de tous, ils ont envoyé des lettres: à la nation, aux épiscopats du monde entier et au Pape, demandant à Benoît XV la bénédiction et les prières pour la Pologne menacée par les bolcheviks. Dans la courageuse lettre aux Eglises du monde, les évêques ont donné une analyse très précise de la situation, en écrivant: «La Pologne n'avait pas l'intention de se battre; elle y a été forcée. De plus, nous ne luttons pas du tout contre la nation, mais plutôt contre ceux qui ont piétiné la Russie, qui ont sucé son sang et son âme, aspirant à occuper de nouvelles terres. Comme un essaim de sauterelles qui, après avoir détruit tout signe de vie dans un lieu, se déplace ailleurs, forcé par son action destructrice de migrer; de même maintenant le bolchevisme - «empoisonné» et pillé la Russie - se tourne de manière menaçante vers la Pologne ».

 

Au cours de l'été 1920, l'Armée rouge avança de façon menaçante vers la Vistule jusqu'aux portes de Varsovie. Et dans ces circonstances, les évêques polonais prirent la décision de consacrer la nation polonaise au Sacré-Cœur de Jésus. En même temps, pour éveiller les consciences de tous, ils envoyèrent des lettres : à la nation, aux épiscopats du monde entier et au Pape, demandant à Benoît XV sa bénédiction et ses prières pour la Pologne menacée par les bolcheviks. Dans la courageuse lettre aux Églises du monde, les évêques donnèrent une analyse très précise de la situation, en écrivant : "La Pologne n'avait pas l'intention de se battre ; elle y a été contrainte. De plus, nous ne luttons pas du tout contre la nation, mais plutôt contre ceux qui ont piétiné la Russie, qui ont sucé son sang et son âme, aspirant à occuper de nouvelles terres. Comme un essaim de sauterelles qui, après avoir détruit tout signe de vie en un endroit, se déplace ailleurs, forcées par leur action destructrice à migrer ; de même maintenant, le bolchevisme - la Russie "empoisonnée" et saccagée - se tourne de façon menaçante vers la Pologne".

 

Mais les évêques voulurent tout d'abord attirer l'attention du monde sur le fait que les Polonais n'étaient pas les seuls menacés : "Pour l'ennemi qui nous combat, la Pologne n'est pas la dernière destination de sa marche, c'est plutôt une étape et une rampe de lancement vers la conquête du monde." L'expression "conquête du monde" n'était en rien trop audacieuse car "le bolchevisme enveloppait les nations loin de la Russie d'une toile subversive comme une araignée (...) Et aujourd'hui tout est prêt pour cette conquête du monde. Dans tous les pays, des rangs sont déjà organisés, n'attendant que le signal de la bataille ; les préparatifs pour des frappes continues sont fervents, qui devront paralyser la vie normale des nations. La discorde entre les différentes classes sociales se transforme en une haine exacerbée, et les influences internationales bloquent astucieusement tout jugement et toute légitime défense des nations." Alors chacun devait être conscient que dans cette situation "la Pologne est la dernière barrière placée sur la route du bolchevisme vers la conquête du monde : si elle s'effondrait, le bolchevisme se répandrait dans le monde entier, avec toute sa puissance destructrice. Et la vague, qui menace aujourd'hui d'envahir le monde, est vraiment terrible".

 

Les évêques polonais ont souligné que l'Église était en danger avec le bolchevisme : "En plus de la doctrine et de l'action, le bolchevisme porte un cœur plein de haine dans sa poitrine. Et cette haine est dirigée avant tout contre le christianisme, dont il est définitivement une négation, il se retourne contre la croix du Christ et contre son Église. (...) Le bolchevisme est précisément l'incarnation et la manifestation sur terre de l'Antéchrist". Des mots clairs et vrais que tout le monde en Occident ne voulait pas entendre.

 

Malheureusement, le monde est resté sourd aux demandes d'aide des Polonais. Il semble que tout le monde, même les chancelleries occidentales, se résignèrent à la victoire communiste. Et, paralysés, elles ne firent rien. Au lieu de cela, les prières pour la Pologne commencèrent dans les différentes Églises, sollicitées par le Pape lui-même. Le 5 août, Benoît XV adressa une lettre au Cardinal Vicaire de Rome, Basilio Pompili, exprimant toute la proximité du Pape avec le peuple polonais : "Cardinal, avec une profonde satisfaction, nous avons appris qu'elle, suivant Notre suggestion, a ordonné que de ferventes prières solennelles soient élevées au Très-Haut dans la Vénérable Église de Jésus dimanche prochain pour invoquer la miséricorde du Seigneur sur la malheureuse Pologne. Des raisons très sérieuses nous poussent à désirer que l'exemple donné par vous, Cardinal, soit suivi par tous les évêques du monde catholique. En fait, on connaît l'inquiétude maternelle avec laquelle le Saint-Siège a toujours suivi les événements heureux de la nation polonaise." Lorsque toutes les nations civilisées s'inclinèrent silencieusement devant la force dominante de la loi, le Saint-Siège était seul pour protester contre le partage inégal de la Pologne et contre l'oppression non moins injuste du peuple polonais. Mais maintenant, il y eut beaucoup plus; non seulement l'existence nationale de la Pologne était en danger, mais toute l'Europe était menacée par les horreurs de nouvelles guerres. Ce n'est donc pas seulement l'amour pour la Pologne, mais l'amour pour toute l'Europe qui nous poussa à désirer que tous les fidèles se joignent à nous pour implorer le Très-Haut afin que par l'intercession de la Très Sainte Vierge, protectrice de la Pologne, ce désastre suprême soit épargné au peuple polonais, et en même temps élimine ce nouveau fléau de l'Europe ensanglantée."

 

La campagne de prière massive de toute l'Église fut ridiculisée par les cercles socialistes et communistes en Occident. Le journal socialiste Avanti!, tourna ainsi en dérision l'initiative du Pape: "Le Pape compte sur l'intercession de la Vierge. (...) Le Pontife romain est frais s'il croit en l'efficacité de la Vierge! Trois millions de soldats portent l'uniforme russe. (...) Ces soldats et leurs canons valent bien plus que tous les chapelets du monde. Nous en aurons la preuve dans quelques jours." Mais la réalité devait réfuter les paroles méprisantes des révolutionnaires italiens.

 

La bataille finale entre l'armée polonaise dirigée par le maréchal Piłsudski et l'Armée rouge a eu lieu à l'époque de l'Assomption de 1920. La bataille de Varsovie a duré plus de 10 jours: du 13 au 25 août. Malgré la supériorité numérique des soldats bolcheviks, l'armée polonaise vainquit les communistes. Cette année, nous célébrons le 100e anniversaire de cette bataille épique qui est entrée dans l'histoire comme "le miracle de la Vistule". Mais une question se pose: qui voudra se souvenir de la victoire des Polonais qui, il y a cent ans, ont sauvé l'Europe du communisme?

Partager cet article
Repost0