Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 20:06
https://www.lanuovabq.it/it/il-silenzio-della-chiesa-sul-lockdown-e-una-resa-ai-barbari

https://www.lanuovabq.it/it/il-silenzio-della-chiesa-sul-lockdown-e-una-resa-ai-barbari

John Waters *

 

Source: La Nuova Bussola Quotidiana

 

( traduction )

 

La crise mondiale du confinement constitue l'assaut définitif sur les fondements de la civilisation occidentale construite sur les principes du christianisme. Mais plus encore que la reddition de la politique, du droit et des médias aux nouveaux tyrans, le silence des dirigeants chrétiens frappe, comme si Dieu n'avait rien à dire dans cette situation: un drapeau blanc de reddition qui invite les barbares à enfin prendre d'assaut les citadelles du christianisme.

La crise mondiale de confinement, du moins dans la mesure où sa logique et le vol de la liberté ont imprégné l'Occident - Europe, Amérique, etc. -, peut être décrite comme une attaque potentiellement définitive et mortelle contre les quatre États de la société moderne, c'est-à-dire de la communauté humaine qui a résisté pendant deux millénaires sur la base des propositions de Jésus-Christ pour un monde en harmonie avec sa véritable histoire de la création.

Bien que leur signification et leur définition aient changé au fil du temps, ces États, au cours de l'évolution de la civilisation occidentale - c'est-à-dire le christianisme - ont été les piliers qui ont soutenu et maintenu cet ordre social et spirituel historique durant sa période de croissance, de consolidation, d'apothéose et de déclin récent. Bien qu'ils aient muté, fusionné, rétréci et multiplié au fil du temps et des changements dans les formes de gouvernement - de la monarchie à la démocratie et maintenant, apparemment, à autre chose - les quatre États sont restés jusqu'à récemment les piliers de la sécurité, de la gouvernance, du leadership et de l'éducation, et ont assuré la survie, l'expansion et la prospérité de la plus grande civilisation que le monde ait jamais connue.

Les États, ou "États du royaume" tels qu'ils étaient au début, ont changé au fil du temps. Au début, cela signifiait une division entre noblesse, clergé, bourgeoisie et paysans; plus tard, à mesure que les sociétés se sont institutionnalisées, le concept est passé à quelque chose de proche de la séparation des pouvoirs au sein du gouvernement: exécutif, législatif, judiciaire et de presse.

Le terme "quatrième État", qui renvoie à la presse, a été inventé à la Chambre des communes en 1787 par le philosophe et homme politique irlandais Edmund Burke, dans le discours prononcé lors d'un débat à l'occasion de l'ouverture du Parlement à la presse. Il a commencé la discussion en se référant d'abord à ce qui à l'époque était considéré comme les "trois États" - les seigneurs cléricaux du royaume, les seigneurs laïques et la Chambre des communes - puis, en désignant les bureaux de presse, il a déclaré: "Il y a un quatrième État plus important que tous les autres réunis ».

À notre époque, nous avons donc vu le concept d'États gouvernementaux changer à nouveau parce que, dans les vagues de laïcité qui ont traversé la civilisation occidentale depuis les Lumières, les Églises sont devenues de plus en plus marginales, et leur rôle et leur fonction ont été usurpés par d'autres, comme des artistes et des célébrités. Cependant, on peut dire qu'en ce qui concerne le leadership intellectuel, les quatre piliers ont continué d'être généralement compris comme la politique, la religion, le pouvoir judiciaire et les médias.

Dans la crise de Covid-19 de ce printemps 2020, nous avons assisté à ce qui semble être l'assaut final contre les quatre, un coup d'État culturel imposant qui menace désormais de submerger et de supplanter le cœur de la société démocratique, comprise en termes chrétiens.

Au fil des jours, des semaines et des mois de confinement, l'Occident , autrefois relativement calme, a connu une aliénation et une gêne croissantes, provoquées par l'explosion soudaine du chômage, les fermetures d'entreprises, la pauvreté généralisée et les difficultés croissantes, la dislocation sociale, l'augmentation de la criminalité et de la violence, la perte de maisons et de propriétés en raison d'hypothèques non payées, de problèmes de santé causés par l'anxiété et la dépression, l'effondrement de petites entreprises et d'entreprises familiales, des pertes d'emplois considérables, des "décès par désespoir" , y compris les suicides, l'alcoolisme et d'autres dépendances, etc. : tout cela, à son tour, se traduit par une réduction de la santé et du bien-être personnel et général, annulant complètement et même renversant les objectifs déclarés du confinement.

Les statistiques de la "pandémie", qui paraissaient déjà très contestables, prouvent désormais le résultat d'exagérations, de manipulations et de falsifications des taux de mortalité.

 

Lire : Le Covid-19 est une maladie qui tue moins qu’on ne le pensait au départ de la pandémie

 

Les statistiques indiquant les conséquences du "confinement" sont cependant préoccupantes et décrivent d'emblée une civilisation en crise. Des magasins, des entrepôts et des entreprises ont dû fermer. La production industrielle a chuté. Les écoles et les universités sont fermées. Les rues se sont vidées, les installations sportives sont fermées, tout comme les théâtres, cinémas, cafés, restaurants, bars et presque tous les services que l'on retrouve dans une société civile normale. Le gouvernement a ordonné aux gens de rester chez eux indéfiniment et de ne pas avoir d'interactions sociales avec des personnes extérieures à leur famille. Les plus de 70 ans ont été interdits de quitter leur domicile. Même en temps de guerre, le peuple de Grande-Bretagne, sous l'attaque quotidienne d'avions de guerre allemands, n'a pas été soumis à de telles restrictions draconiennes. Le pays était en guerre et menacé d'une invasion imminente, mais une vie normale était toujours possible.

Sous la domination d'organisations de santé mondiales et d'experts scientifiques, la classe politique occidentale a substantiellement sauvé, renversé et cédé ses responsabilités représentatives, annonçant essentiellement la loi martiale à la demande de personnages non élus et largement invisibles, sur le fondement d'une maladie de type de grippe. Les médias, le célèbre Quatrième État baptisé par Edmund Burke, ont assumé le rôle de bras de propagande de l'insurrection, refusant de remettre en cause le moindre aspect pertinent du coup d'État. L'organe judiciaire du gouvernement a montré, en principe, la volonté de consentir à la logique et aux impératifs de ce qui ne semble être qu'une peur colossale, sinon un véritable battage médiatique.

Dans mon pays, l'Irlande, j'ai tenté d'intenter une action en justice contre les termes de ce confinement mondial, introduit par le gouvernement irlandais pendant la Semaine Sainte; mais jusqu'à présent, la réponse a été le silence, l'évitement et l'hostilité. La semaine dernière, un juge a rejeté notre demande de traduire en justice la législation pertinente.

Mais peut-être le pire a été le comportement des églises: pas nécessairement parce qu'elles ont refusé d'ouvrir leurs églises, même si c'est là que tout commence, mais surtout parce qu'elles ont refusé d'ouvrir la bouche et de parler à leurs fidèles des tyrans qui ont infligé de telles blessures à notre civilisation et à nos communautés.

Pour la première fois de mémoire humaine, les services religieux ont été suspendus et les églises fermées. À une époque de stress et d'anxiété énormes, les gens se voyaient refuser le confort des pratiques et des rites religieux, souvent sans même la moindre considération de la possibilité d'une "distanciation sociale" au sein des églises ou d'autres options pour protéger la santé des fidèles contre la propagation du virus. Pour de nombreuses personnes âgées et dévouées, cela équivaut à un traitement cruel et inhumain.

Le fait que les fidèles chrétiens se soient vu refuser l'accès à leurs églises, aux sacrements, pendant cette horrible période de Pâques 2020, est quelque chose d'impardonnable pour moi. Que les personnes qui ont vécu leur vie au sein de la communauté chrétienne soient laissées seules, non seulement sans le confort de leurs proches, mais aussi sans les ministères d'un prêtre de Dieu, est une infamie qui ne pourra plus jamais être effacée de l'histoire humaine. Le fait que ces fidèles chrétiens aient été enterrés à la hâte par des groupes de membres de la famille masqués et terrifiés, sans la présence d'amis et de parents, alors que les dirigeants des Églises se sont alliés aux tyrans responsables au niveau mondial, est, je crois, irrécupérable.

Le fait qu’il n’y ait presque pas eu de prises de paroles de la part de ceux qui ont la responsabilité du leadership spirituel et qui sont consacrés par le courage de leur foi, est pour moi l’aspect potentiellement définitif de la crise actuelle. Parce que si ces supposés dirigeants des Églises ne parlent pas courageusement du Christ et de ce que signifie le Christ, cela ne suggère-t-il pas une conviction de leur part - comme d’autres éléments de la culture le montrent - selon laquelle tout cela est insignifiant ? Qu’il n’y a pas de Dieu qui ait un projet pour l’humanité ? Que tout dépend à présent de la science? Qu’ils ont hissé le drapeau blanc de la reddition pour inviter les barbares à enfin prendre d’assaut les citadelles du christianisme?

N'est-ce pas le sens du silence? Sinon, c'est quoi?

 

* Journaliste et écrivain irlandais

Partager cet article
Repost0