Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 17:47

Après Roberto Mattei, après le père abbé de Fontgombault Jean Pateau, après le Père Dominique Duten, après l'Homme nouveaule Cardinal Sarah, une autre voix dans le monde catholique, de langue anglaise cette fois-ci nous vient des Etats-Unis avec Scott Hahn, auteur contemporain, ancien presbytérien converti au catholicisme, théologien catholique, qui a publié Rome Sweet Home, De la foi de Luther à la foi de Pierre, avec son épouse Kimberly Hahn, née Kirk, qu'il épousa en 1979 et The Lamb's Supper: The Mass as Heaven on Earth. Scott Hahn est actuellement professeur de théologie à l'université franciscaine de Steubenville, une importante université catholique aux États-Unis:

 

Source : LifeSiteNews

Mar 21 avr.2020 - 20h49 HNE

 

( traduction rapide )

https://www.lifesitenews.com/blogs/scott-hahn-on-why-coronavirus-is-a-strangely-blessed-time-for-catholics

https://www.lifesitenews.com/blogs/scott-hahn-on-why-coronavirus-is-a-strangely-blessed-time-for-catholics

Scott Hahn sur la question de savoir si le COVID-19 est une punition de Dieu

 

« Quand les gens demandent: "Est-ce une punition divine?"… C'est une question délicate. C'est aussi une question compliquée », a déclaré Hahn.

 

21 avril 2020 (LifeSiteNews) - Aujourd'hui sur mon podcast, j'ai eu le grand plaisir de parler avec le Dr Scott Hahn de son dernier livre, "Hope to Die : The Christian Meaning of Death and the Resurrection of the Body" (L'espoir de mourir : la signification chrétienne de la mort et la résurrection du corps). C'est une exploration étonnante de ce que la foi catholique enseigne sur la signification de la mort et sur notre éventuelle résurrection.

 

Le Dr. Hahn est connu dans le monde entier pour ses conférences pénétrantes, ses plus de 40 livres et ses influents efforts d'évangélisation. Il m'a dit aujourd'hui que la sortie de "Hope to Die" était un "timing divin" étant donné l'épidémie de COVID-19.

« J'ai appelé l'imprimeur et lui ai dit : "Arrêtez les presses ! Je dois réécrire ce dernier chapitre !" Donc... j'ai essentiellement réécrit le dernier chapitre à la lumière de cette crise que nous vivons tous en quelque sorte.»

 

« Vous savez, c'est étrangement bien et inquiétant pour nous», a-t-il remarqué. «Pour moi et pour ma famille, ce fut le plus long Carême que j'aie jamais connu - une période étrangement bénie et angoissante. »

 

« Mais maintenant que nous sommes de l'autre côté de Pâques, je suis vraiment impatient de voir le Corps mystique du Christ sortir de ce tombeau, sortir de cette crise et redécouvrir la gloire de l'Évangile. »

 

J'ai demandé au Dr. Hahn ce qu'il pensait de l'impact du coronavirus sur la fermeture de nos églises et sur le fait que les laïcs ne pouvaient pas accéder aux sacrements.

 

« Nous avons tous été pris au dépourvu [par ce virus] et nous ne voulons pas mettre en danger la vie de nos prêtres ou de nos évêques », a-t-il expliqué. « Et donc nous devons éviter toute sorte de rassemblement qui mettrait les gens en danger. »

 

« En même temps », a-t-il ajouté, « je suis père et je désire non seulement subvenir aux besoins de mes enfants, mais aussi les nourrir, les protéger, mais aussi de veiller à ce qu'ils soient nourris. Et donc pour moi, ne pas avoir la Sainte Eucharistie pendant la majeure partie du Carême et maintenant jusqu'au début de Pâques n'est pas une chose facile. »

 

« Je souhaite que nos pères spirituels, nos prêtres, soient plus créatifs en imaginant des façons de dispenser les sacrements au lieu de simplement fermer les portes. Je ne suis pas en mesure de les juger, vous savez. Ce n'est pas mon rôle. C'est bien au-delà de mon niveau de rémunération. Mais, en même temps, en tant que fils de Dieu et frère de la famille de Dieu, je peux demander à notre Père céleste de donner à nos bergers une plus grande énergie pour imaginer de manière créative les moyens de nourrir les brebis malgré tout. »

 

Le Dr Hahn a deux fils au séminaire qui étudient pour être prêtres pour le diocèse de Steubenville. Il a déclaré qu'il espérait que cette crise ne serait pas seulement un « appel au réveil pour examiner ce que nous avons tous parfois pris pour acquis », mais que les catholiques « saisiront l'occasion et se réapproprieront les mystères sacrés ».

 

« Cela nous oblige à reconnaître non seulement le caractère inévitable de nos souffrances et de notre mort, mais aussi le sens dans lequel nous pouvons reconnaître ce que Dieu veut en faire », a-t-il déclaré.

 

« Nous avons une peur si démesurée de la souffrance et de la mort. Et c'est compréhensible. Mais en même temps… il y a une autre vie qui n'est pas seulement humaine et naturelle, mais divine et surnaturelle. Et ce n'est pas moins précieuse, mais infiniment plus précieuse. »

 

Le Dr Hahn et moi avons également discuté de la question de savoir si COVID-19 est une sorte de punition de Dieu ou non.

 

« Eh bien, vous savez, quand les gens demandent: "Est-ce une punition divine?"… C'est une question délicate. C'est aussi une question compliquée. Vous savez, je dirais: "Dieu est-il égal avec nous? Est-ce que Dieu se venge de nous ? Non. Dieu essaie de nous ramener à Lui-même. C'est le but de la punition. Alors c'est une punition ? Eh bien, oui. Et pourquoi ? Parce que nous avons péché." »

 

« Nous devons voir que Dieu est un père aimant. Mais j'ai essayé de l'être aussi avec mes six enfants. Et donc quand j'ai puni mes six enfants… je n'ai pas puni les enfants du voisin - même quand c'était plus de leur faute. J'ai puni mes enfants, mais je ne les ai pas punis parce que j'ai cessé de les aimer ou que je me suis mis à les aimer de moins en moins. Non, j'ai puni mes enfants parce que ce sont mes enfants et parce que je les aime. »

 

« Alors, Dieu nous punit-il ? Oui, mais c'est réparateur. C'est rédempteur. Il nous purifie... La miséricorde de Dieu est lorsque Dieu nous donne ce dont nous avons besoin. Que ce soit un virus, une épidémie, un tremblement de terre ou un volcan, ou qu'un flic nous arrête et nous donne une amende pour conduite en état d'ivresse lorsque nous sommes enfin obligés d'accepter la responsabilité de toute notre liberté mal utilisée. Ce n'est pas de la colère. C'est de la miséricorde. C'est de l'amour. Et il est généralement enveloppé dans ce qui ressemble à une punition. »

 

( Fin de l'article

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Religion