Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 18:19
https://www.bfmtv.com/politique/emmanuel-macron-emporte-le-second-tour-avec-6606percent-des-voix-1159358.html

https://www.bfmtv.com/politique/emmanuel-macron-emporte-le-second-tour-avec-6606percent-des-voix-1159358.html

Le président de la République Emmanuel Macron, élu à 66,06%, s’est entretenu avec les responsables des cultes, mardi : la réouverture des édifices religieux au public n’interviendra pas avant juin.

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/les-lieux-de-culte-ne-rouvriront-pas-en-mai-emmanuel-macron-se-veut-prudent-6814241

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/les-lieux-de-culte-ne-rouvriront-pas-en-mai-emmanuel-macron-se-veut-prudent-6814241

Le culte public rendu à Dieu est supprimé par endroits depuis le 1er mars, premier dimanche de Carême et partout depuis le troisième dimanche de Carême 15 mars ("Recommandation de l'épiscopat concernant les sacrements", Famille Chrétienne du 13 mars). Les évêques de France qui n’ont pas pu tenir leur Assemblée de printemps à Lourdes ont finalement rendu un "communiqué final" commun vendredi 24 avril, pour évoquer ensemble les délais et les modes du « déconfinement » non seulement des cérémonies liturgiques mais aussi des activités catéchétiques et caritatives de l’Eglise." Sous le poids des propositions des catholiques de la base ils ont "dit "combien il leur semble essentiel que la vie ecclésiale puisse retrouver son caractère pleinement communautaire au même rythme que la vie scolaire, sociale et économique de notre pays à partir du 11 mai 2020."

"... [L]e Président de la Conférence des évêques a pu témoigner de la qualité du dialogue engagé tant avec le Président de la République qu’avec le Gouvernement..."

"... Tous se sont réjouis de la convergence de vue entre le Pape François et le Chef de l’Etat sur les enjeux internationaux et humanitaires de la pandémie..." (Sources du "communiqué final" : 1, 2, 3)

"La proposition sera formellement déposée la semaine prochaine aux services du Premier Ministre, par Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre. Sur Radio Notre-Dame, ce dernier a déclaré : "La réalité est simple. Si les établissements scolaires reprennent une partie de leurs activités le 11 mai, tout comme un certain nombre de réalités économiques, il n’y a aucune raison pour que les églises ne puissent pas accueillir à nouveau des fidèles, avec évidemment des précautions sanitaires adaptées. S’opposer à cela serait une remise en cause inacceptable de la liberté religieuse, qui fait partie du socle fondamental de notre droit commun."

Dans le "communiqué final", on ne trouve pas un mot sur notre obligation de rendre collectivement comme individuellement un culte public à Dieu. Pas un mot sur le Christ ! Rien sur Jésus. Alors qu'"en nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver." (Ac 4,12)

Pie XI en instituant en 1925 la fête du Christ Roi nous enseignait pourtant très clairement :


... les gouvernants et les magistrats ont l'obligation, aussi bien que les particuliers, de rendre au Christ un culte public et d'obéir à ses lois. Les chefs de la société civile se rappelleront, de leur côté, le dernier jugement, où le Christ accusera ceux qui l'ont expulsé de la vie publique, mais aussi ceux qui l'ont dédaigneusement mis de côté ou ignoré, et punira de pareils outrages par les châtiments les plus terribles.

Pie XI, Lettre encyclique Quas Primas, § 21.

"Alors j’entendis une voix forte venant du Sanctuaire, qui disait aux sept anges : « Allez répandre sur la terre les sept coupes de la fureur de Dieu. » Le premier partit et répandit sa coupe sur la terre : il y eut un ulcère malin et pernicieux sur les hommes qui portaient la marque de la Bête, et sur ceux qui se prosternaient devant son image." (Ap 16, 1-2)

En réponse à l'épidémie de coronavirus, les évêques d’Amérique latine, des Caraïbes, des États-Unis, du Canada et des Philippines ont ont consacré les peuples des Amériques et des Caraïbes à Notre-Dame de Guadalupe

Aujourd'hui, "de nombreuses initiatives de prêtres mais aussi de laïcs demandent avec insistance la reprise de la célébration de la messe dans les églises. Parmi ces initiatives celle de 130 prêtres (curés, vicaires, aumôniers en ville ou à la campagne) qui demandent au président de la République la reprise des messes publiques en respectant les nécessités sanitaires (Extrait du Figaro du 25/04/2020) :

 

Nous ne demandons pas plus, mais pas moins que les autres. Nous avons compris qu’à partir du 11 mai, tout ne serait pas «comme avant». Nous ne demandons pas la reprise totale du culte sans discernement ni prudence. Mais nous demandons qu’on nous fasse confiance pour mettre en place et vivre un déconfinement progressif, par étapes, totalement respectueux des règles sanitaires. Nos évêques ont fait de nombreuses propositions dans ce sens. Nous avons prouvé depuis deux mois qu’on pouvait nous faire confiance. Nous sommes en lien permanent avec les élus de nos communes. Nous saurons une fois encore montrer notre sens des responsabilités.

 

Monsieur le président, dans une crise, chacun doit être à sa place et faire ce qu’il a à faire. Les soignants soignent. Les forces de l’ordre contrôlent et protègent. Les commerçants font du commerce. Les enseignants enseignent. Les élèves étudient. Les agriculteurs cultivent et nourrissent… Laissez sans tarder les croyants célébrer, prier et se rassembler. Le dimanche, notre place est dans l’église."

 

Pour Mgr Tournyol du Clos, "un châtiment providentiel peut nous sauver". "Et nous avons été châtiés par là où nous avions péché : les églises désolées, les sacrements impraticables, les fidèles et les pasteurs comme exilés, la Semaine Sainte prohibée, la Messe interdite, horresco referens... comme si Dieu n’en voulait plus. L’heure de sa Justice nous a surpris. Aurons-nous le temps de faire pénitence ?"

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Religion