Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 20:47

Une même tyrannie en France, en Italie, en Allemagne, aux Etats-Unis a aboli illégalement le Saint-Sacrifice et refuse catégoriquement le retour de la messe publique. Deux articles ce soir (deux traductions) sur ce sujet : "Les évêques allemands "veulent" une messe publique", et "Trois autres évêques américains annoncent le retour des messes publiques".

 

Premier article :

 

( traduction rapide )

https://www.corrispondenzaromana.it/i-vescovi-tedeschi-rivogliono-la-messa-pubblica/

https://www.corrispondenzaromana.it/i-vescovi-tedeschi-rivogliono-la-messa-pubblica/

Les évêques allemands "veulent" une messe publique

22 avril 2020 - 12h35

 

(Mauro Faverzani) Il est inutile de le cacher: l'urgence du Coronavirus, parmi les nombreuses questions posées, a également fortement soulevé le problème de l'autonomie effective ou non de l'Église vis-à-vis de l'État. En Italie [comme en France où l'épiscopat a anticipé plus de quinze jours à l'avance le confinement général annoncé par Emmanuel Macron le soir du 16 mars. Ndlr. Messes : N'est-il pas déjà trop tard pour les évêques ?] il y a eu une sorte de reddition sans précédent, non seulement totale, mais même préventive, avec les évêques, qui ont annulé toute fonction religieuse, avant même qu'un décret ne les y oblige. Les doutes et les questions ne sont venus que plus tard. Ailleurs, cependant, la question semble peut-être moins évidente.

 

En Allemagne, par exemple, non seulement les évêques ont critiqué l'interdiction répétée, imposée par la chancelière Angela Merkel, de pratiquer le culte en public - comme l'a révélé l'agence catholique allemande Kna - mais même la Cour constitutionnelle fédérale a "certifié" par son propre jugement une violation grave d'un droit fondamental, celui de la liberté religieuse, foulée aux pieds et humiliée par le pouvoir civil, et a exigé par conséquent un réexamen de la question. Pas question. S'adressant aux gouverneurs des Länder, le Premier ministre allemand, tel un panzer, a une nouvelle fois interdit tout service religieux, y compris les messes bien sûr, jusqu'à une date à fixer. Ceci, au moment même où il a autorisé la réouverture de milliers de magasins dans tout le pays. Annonçant une intervention du vice-ministre de l'Intérieur, qui devrait bientôt s'adresser aux responsables des différentes confessions religieuses.

 

Mgr Georg Bätzing, président de la Conférence épiscopale allemande, n'a pas manqué d'exprimer sa déception, affirmant qu'il ne comprenait pas pourquoi ces restrictions devaient rester en vigueur uniquement pour la sphère spirituelle, alors qu'elles sont éliminées de nombreux autres secteurs de la vie civile publique. C'est précisément en période d'urgence, comme celle du Coronavirus, que les célébrations liturgiques et les services religieux en général peuvent représenter un soutien important pour des millions de personnes - a souligné Mgr. Bätzing -, précisant comment il est absolument possible de s'assurer que les protections, les règles d'hygiène et les distances de sécurité, requises pour tout autre espace public, soient respectées dans les églises. Pour cette raison, au nom de la Conférence épiscopale allemande, il s'est dit confiant de pouvoir trouver prochainement un accord avec la chancelière Merkel, afin de pouvoir reprendre une vie religieuse prudente mais en même temps ordinaire.

 

Il convient de noter que, pour le seul fait d'avoir critiqué les mesures de confinement du coronavirus adoptées par l'État allemand, une avocate de Heidelberg, spécialisée en droit de la santé, Beate Bahner, a été arrêtée par la police, d'ailleurs, le dimanche de Pâques. La femme a ensuite été emmenée dans un centre psychiatrique, internée et libérée seulement trois jours plus tard, le 15 avril, comme le rapporte le Huffington Post. Ces derniers jours, en tant qu'avocate, elle avait publiquement dénoncé, sur son blog et les médias sociaux, le fait que les restrictions imposées par le gouvernement, considérées comme excessives et "manifestement inconstitutionnelles", "mettaient en danger la protection des droits fondamentaux de l'homme et la protection de l'ordre libre et démocratique en République fédérale d'Allemagne" dans une "mesure sans précédent", suggérant de promouvoir des manifestations de protestation partout.

 

Lire : Le confinement est-t-il illégal ?

 

Mme Bahner a voulu souligner que le virus est inoffensif ou facilement soluble pour 95% de la population : pour cela, a-t-elle dit, cela n'aurait pas pu être pardonné "si, en tant qu'avocate, je n'avais pas pris des mesures pour protéger la loi avec tous les moyens à ma disposition". 

 

( Fin de citation )

 

***

 

Deuxième article :  

https://www.catholicnewsagency.com/news/three-more-us-bishops-announce-return-of-public-masses-46313

https://www.catholicnewsagency.com/news/three-more-us-bishops-announce-return-of-public-masses-46313

Trois autres évêques américains annoncent le retour des messes publiques

 

Rédaction de CNA, 23 avril 2020/20 h 45, heure de Montréal ( CNA ) .- Trois diocèses catholiques ont annoncé cette semaine qu'ils reprendraient la célébration publique de la messe, sous réserve des exigences des ordres de santé publique et de distanciation sociale.

 

Les diocèses du Montana de Great Falls-Billings et Helena ont tous deux annoncé la réouverture le jeudi 23 avril, un jour après que l'évêque de Lubbock, au Texas, ait demandé à ses prêtres de se préparer à rétablir l'accès à la communion pour les catholiques du diocèse.

 

La célébration publique de la messe est interdite dans les diocèses des États-Unis depuis plus d'un mois dans le cadre des efforts visant à stopper la propagation de la nouvelle pandémie de coronavirus.

 

Les décisions interviennent une semaine après que l'évêque Peter Baldacchino de Las Cruces, au Nouveau-Mexique, soit devenu le premier évêque des États-Unis à lever l'interdiction de célébrer publiquement la messe dans son diocèse.

 

Dans une courte vidéo publiée sur le site Internet diocésain jeudi, Mgr Austin Vetter de Helena a noté que le gouverneur du Montana avait lancé la "phase un" d'un réajustement des ordres de fermeture. "Cela nous permet de commencer à nous rassembler pour la messe", a déclaré l'évêque.

 

Le plan de réouverture progressive du gouverneur Steve Bullock permet une réouverture limitée de certains lieux de vente au détail et lieux de rassemblement publics, y compris les bars et les casinos.

 

"À partir de dimanche, les paroisses qui sont en mesure de se conformer à tout ce qui est nécessaire dans la première phase d'un rassemblement sont en mesure de célébrer la messe", a déclaré Vetter.

 

L'évêque a ajouté qu'il n'était pas possible de garantir que chaque église du diocèse pourrait ouvrir ce week-end, en raison des limites d'espace à certains endroits et de l'approvisionnement en matériaux de nettoyage nécessaires pour se conformer à la réglementation de l'État dans d'autres.

 

"Il est si important que vous compreniez que toutes les paroisses ne pourront pas [rouvrir immédiatement]. Pas par manque d'effort ou de volonté", a-t-il dit. "Je vous demande à tous, braves gens de Dieu, d'être patients avec nous. Être patient avec nous et les uns avec les autres alors que nous entamons la première phase, pour voir comment cela se passe."

 

Notant qu'en certaines occasions, plus de catholiques voudront assister à la messe qu'il ne sera possible d'en accueillir en raison de la distanciation sociale, M. Vetter a déclaré : "Il est tellement important que vous réalisiez que l'obligation du dimanche est toujours suspendue pour vous. C'est si important, si vous êtes vulnérables, de rester à la maison - si vous êtes âgés, si vous n'êtes [simplement] pas encore à l'aise, ne venez pas. Ne venez que lorsque vous êtes prêt".

 

Vetter a également déclaré que les parents avec de jeunes enfants qui auraient plus de mal à observer la distanciation sociale peuvent trouver plus facile de rester à la maison ou d'assister à la messe comme ils le peuvent individuellement, "au moins jusqu'à ce que nous puissions obtenir un rythme et devenir plus à l'aise avec la façon dont cela va fonctionner."

 

La messe de la cathédrale d'Helena continuera d'être diffusée en direct, a-t-il dit, mais sera désormais déplacée au vers le maître-autel car il y aura une congrégation.

 

Jeudi soir, dans une lettre publiée sur la page Facebook diocésaine de Billings-Great Falls, Mgr Michael Warfel a annoncé qu'il levait l'interdiction de la célébration publique de tous les sacrements.

 

"Les célébrations publiques des sacrements sont autorisées aussi longtemps qu'un espacement adéquat et une distanciation sociale sont gérés et maintenus", écrit-il.

 

En plus de la messe, la nouvelle directive couvre également les confirmations et les premières communions, qui doivent être programmées à la décision du pasteur de la paroisse, et les baptêmes doivent être limités à la famille immédiate et aux parrains.

 

"Les mariages peuvent être célébrés avec les limitations énoncées ci-dessus", indique la lettre, et prévoit des dispositions similaires pour les funérailles.

 

Les prêtres ont été invités à consulter les services de santé du comté sur les précautions à prendre lors de l'administration du sacrement de l'onction des malades aux patients atteints de COVID-19.

 

"Tous les prêtres sont encouragés à prendre des mesures raisonnables et prudentes pour assurer la sécurité de tous, y compris la leur", a déclaré Warfel. "Tout le monde est encouragé à continuer de pratiquer une bonne hygiène. Les personnes qui se sentent malades devraient rester à la maison, tout comme les populations vulnérables et à risque."

 

Dans une vidéo publiée sur YouTube le 22 avril, Mgr Robert Coerver de Lubbock, évêque du Texas, a déclaré que, conformément aux nouvelles directives du procureur général de l'État, il était désormais possible pour les églises de prévoir la distribution de la Communion par le biais de services de drive.

 

La vidéo était accompagnée d'une lettre sur le site Internet diocésain.

 

"Par conséquent", a déclaré Coerver, "je demande que nos paroisses préparent, dès que possible, que la communion soit rendue disponible aux gens à la fin des messes en direct ou à la fin des messes qui pourraient être offertes à l'extérieur."

 

Dans ses propres dispositions, publiées la semaine dernière pour Las Cruces, Mgr Baldacchino a souligné sa propre préférence pour les messes en plein air, qui pourraient accueillir un plus grand nombre de fidèles de manière sûre - soit dans des voitures espacées, garées ou ailleurs sur la propriété de la paroisse.

 

"Nous devons être créatifs, nous devons répondre à l'époque et aux besoins des gens", a déclaré Baldacchino à CNA. "J'ai été très inspiré par notre Saint-Père, le pape François. Il a expliqué que les mesures drastiques ne sont pas toujours bonnes. Il a ouvert les églises de Rome - d'une manière sûre, bien sûr - et nous a avertis que nous devons rester très proches du troupeau du Seigneur en ce moment. Nous ne pouvons pas nous cloisonner."

 

"Bien sûr", a déclaré Coerver, les paroisses ne pouvaient organiser des messes en plein air "qu'en respectant les lignes directrices en matière de distanciation sociale".

 

"La meilleure prévention de la propagation du virus reste de rester à la maison", a-t-il averti. "Les personnes de plus de 60 ans ou celles qui ont des problèmes de santé préexistants qui les rendent plus vulnérables aux effets du virus ne devraient pas assister aux services religieux à ce moment."

 

L'évêque a réitéré que la suspension de l'obligation du dimanche restait en vigueur.

 

Tous les participants à une messe en plein air à Lubbock doivent porter des masques, a souligné l'évêque, et il a dit qu'il fournirait au clergé du diocèse des "instructions très précises" sur la distribution de la communion.

 

"Nous devons continuer d'être extrêmement prudents sur la propagation du virus", a déclaré Coerver. "J'ai toujours suivi les directives des autorités civiles et je continuerai à le faire, même si je suis personnellement en désaccord avec certains des aspects de la réouverture qu'elles pourraient mettre en œuvre."

 

Lorsqu'il est devenu le premier évêque à réinstaurer la célébration publique de la messe pendant la pandémie de coronavirus, Mgr Baldacchino a noté que de nombreuses juridictions civiles, y compris l'État du Nouveau-Mexique, avaient donné la priorité aux magasins d'alcools et aux dispensaires de marijuana comme "services essentiels" avant les églises, appelant les priorités "totalement à l'envers".

 

"J'espère que cela pourrait être une lueur d'espoir de Pâques pour nous tous", a déclaré Coerver.

Partager cet article
Repost0
Publié par Ingomer - dans Religion