Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 19:10

Mis à jour le 23-11-2019. Pour lire un regard différent sur la cérémonie du 4 octobre au Vatican, lire un article de Peter Gabriel pour le site "Where is Peter".

Pour les anglophones, dans les paramètres de la video, dans sous-titres choisir anglais généré automatiquement, traduction phonique générée automatiquement.

Alors que la conférence sur l'identité catholique commence, Michael Matt, éditeur du site The Remnant a rencontré Mgr Athanasius Schneider pour discuter de tout, du synode amazonien, à la franc-maçonnerie dans l'Église, du Concile Vatican II, au sédévacantisme et à la nécessité de rester fidèle à l'Église malgré la révolution aux plus hauts niveaux de l'Église.

 

La critique franche de Monseigneur Schneider à l’égard du Synode amazonien est suivie d’une belle explication sur la raison pour laquelle abandonner l’Église Mère à cette heure sombre est tout simplement impossible et comment tous les hommes et les femmes de la chrétienté sont appelés à prendre la défense de la jeune mariée du Christ.

 

La rencontre a fait l'objet d'un article du site Gloria.Tv. Selon Monseigneur Schneider, François ne fait pas seulement la promotion, mais récompense les traîtres du Christ. 

 

La crise actuelle de l'Église est enracinée dans la franc-maçonnerie, a déclaré Mgr Athanasius Schneider à RemnantNewspaper.com (2 novembre, vidéo ci-dessus).

 

Il décrit la franc-maçonnerie comme une "Anti-Église" et l'"ennemie de l'Église du Christ", expliquant qu'ils ne sont pas contre la religion en général, mais contre le caractère unique et exclusif de Jésus Christ, son Église et la Révélation divine. "La franc-maçonnerie, ce n'est pas des théories du complot, ce sont des faits."

 

Selon Schneider, les modernistes du XXe siècle ont suivi une pensée similaire à celle des francs-maçons, sans nécessairement en être membres.

 

Il a observé que la pénétration de l'Église par le modernisme a atteint son apogée au Concile Vatican II (1962-1965) et que cette assemblée a été utilisée pour promouvoir la pensée naturaliste, anthropocentrique et relativiste des maçons. Par exemple, il évoque la "doctrine du relativisme, la doctrine de l'ambiguïté qui a inspiré quelques textes du concile Vatican II, comme le fait que nous aurions le même Dieu avec l'islam, ou que l'homme est le centre de tout ce qui culmine ici sur terre, ou le fait que vous auriez un droit naturel par nature en vous-même de choisir votre propre religion : cela peut s'expliquer du fait que vous ne pouvez pas être contraint en matière de religion, mais cela veut surtout signifier que vous avez la liberté de choisir une religion. Ainsi les textes dogmatiques du Concile disent que chaque personne a l'obligation de chercher la vérité - et c'est là l'Eglise catholique -, mais d'un autre côté, un peu plus loin, il est dit que vous avez la liberté de religion naturelle. C'est dans le texte de Dignitatis humanae du Concile Vatican II." (Paragraphe 2 : "En vertu de leur dignité, tous les hommes, parce qu’ils sont des personnes, c’est-à-dire doués de raison et de volonté libre, et, par suite, pourvus d’une responsabilité personnelle, sont pressés, par leur nature même, et tenus, par obligation morale, à chercher la vérité, celle tout d’abord qui concerne la religion. Ils sont tenus aussi à adhérer à la vérité dès qu’ils la connaissent et à régler toute leur vie selon les exigences de cette vérité. Or, à cette obligation, les hommes ne peuvent satisfaire, d’une manière conforme à leur propre nature, que s’ils jouissent, outre de la liberté psychologique, de l’exemption de toute contrainte extérieure. Ce n’est donc pas sur une disposition subjective de la personne, mais sur sa nature même, qu’est fondé le droit à la liberté religieuse.")

"Et donc c'est ambiguë, ce n'est pas clair. Et la conséquence, après le concile, est que tous les catholiques, la plupart des séminaires, facultés de théologie, et dans l'épiscopat, et même le Saint-Siège a promu la doctrine selon laquelle vous avez réellement le droit de choisir votre religion, de choisir l'idolâtrie. Or, vous n'avez pas le droit d'offenser Dieu à travers l'idolâtrie ou au travers du blasphème. Et c'est déjà ici une conséquence. Si vous avez un droit donné par Dieu à vous-même, par nature, de choisir des actes d'idolâtrie, (comme on l'a vu au Vatican) avec Pachamama, quand c'est induit dans votre dignité humaine même de choisir la religion de Pachamama, c'est la dernière conséquence de l'expression du texte du Concile. Et je le répète, cette expression d'ambiguïté du texte doit être formulée d'une autre façon pour éviter ces applications dans la vie de l'Église." (Pour éviter d'avoir des clercs qui justifient tout et n'importe quoi, y compris les actes d'idolâtrie. Ndlr.)

 

Après le Concile, les modernistes et même les vrais francs-maçons se sont emparés des hautes positions de l'Eglise. 

 

Avec François, les "vrais hérétiques" et les "négationnistes de la vérité catholique" sont "non seulement promus aux hautes fonctions ecclésiastiques", mais ils reçoivent même "une récompense pour leur trahison du Christ", remarque Schneider.

 

"L'Église vit sa Passion, comme le Christ au jour du Vendredi Saint. Et je crois que nous arrivons à ce temps du Calvaire du Golgotha où l'Église est humiliée comme Jésus-Christ l'a été."

Partager cet article

Repost0

commentaires