Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2019 5 27 /09 /septembre /2019 07:02

Extrait :

 

"Vous croyez au système républicain comme vous êtes persuadé qu'il peut encore offrir des possibilités d'actions pour résoudre nos problèmes, voire sortir la France du marasme dans lequel elle patauge depuis bien trop longtemps.

"[...] Si vous êtes sceptique quant à la viabilité de cette pseudo-démocratie, alors analysons les choses. Ne croyez-vous pas que les problèmes des cités, de l'immigration, du chômage, de l'insécurité, de l'éducation, du droit des femmes, comme du salaire maternel, etc., auraient pu être résolus depuis bien longtemps déjà ?

"En politique, tout est possible. Mais, est-ce dans la logique des partis pour qui ces problèmes en sont le moteur ? En conséquence, qu'attendons-nous de plus de la part des partis politiques ?

"Croyez-vous réellement qu'un chef de parti au pouvoir arborant de ce fait le titre de président de la république d'être réellement indépendant dans ses actions, pour la mise en oeuvre de son programme politique pour lequel il fut élu, sauf si sa victoire est le fruit d'une punition contre un autre candidat ? Un président de la république est tout sauf indépendant. Il ne fait pas ce qu'il veut, mais il doit au contraire se soumettre aux lobbys en tous genres, qui dictent sa politique. Danièle Mitterand en fit l'aveu dans une interview. 'Après 1981, je demandai à François Mitterand, pourquoi maintenant que tu as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais promis. Il me répondait qu'il n'avait pas le pouvoir d'affronter la Banque mondiale, le capitalisme, le néo-libéralisme, qu'il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir. J'appris ainsi qu'être le gouvernement, être président ne sert pas à grand chose dans ces sociétés sujettes, soumises au capitalisme. J'ai vécu l'expérience directement durant quatorze ans. [...] En France, on élit et les élus font des lois qu'ils n'ont jamais et dont nous avons jamais voulu.'

"On se souvient également du discours de François Hollande du 22 janvier 2012 au Bourget lorsqu'il annonçait que son principal adversaire était la finance internationale. Une fois élu, sa politique allait plus dans le sens de cette finance qu'à son encontre, ce qui expliqua en partie son impopularité.

"Les présidents seront tous soumis aux lobbys et grandes puissances mondiales qui contrôlent notre pays. Il n'y a donc rien à attendre d'une république en France. Envisager une VIe, VIIe, VIIIe république, etc. ne servira à rien. Ce système est trop faible et inadapté.

L'illusion démocratique de la Ve république

"[...] La mascarade des présidentielles n'est que du vent. Un peu comme une mauvaise publicité présentant une belle cabane de jardin pour enfant et lorsque vous la recevez chez vous on est plus proche de la vielle niche à chiens.

"Et puis, si on veut être puriste, réellement démocrate, ou plutôt démophile pourquoi les pères et mères de familles n'auraient-ils pas le droit de voter pour leurs enfants jusqu'à leur majorité. Ils en sont les responsables. C'est eux qui permettent à la retraite de tenir ses engagements. Il n'y a de richesses que d'hommes. La société est représentée de familles qui socialement font la diversité vivante d'une nation. Pourquoi au XXIe siècle ne permet-on pas d'organiser, de moduler le travail pour les femmes qui le désir, de travailler selon leur choix 10, 20, 30, 50, 80% de leur temps et d'ailleurs pourquoi ne reconnait-on pas le droit aux femmes de percevoir salaires et retraites associées (salaire + retraite maternelle) pour celles qui désirent élever leurs enfants. C'est cela la juste reconnaissance pour les femmes, pour celles qui donnent la vie et se sacrifient bien trop souvent pour leurs familles. On est loin du désir de cantonner les femmes à la maison comme le droit romain le désirait, mais plutôt dans l'esprit d'ouverture vers un réel choix féminin libérateur. C'est aux femmes au travers de referendums de choisir leur destin loin des lobbys prétendant parler en leur nom. Cette fenêtre permettrait de régler nombre de difficultés éducatives, nombre d'abandons de personnes âgées, nombre de délinquance, comme elle agirait sur le taux de chômage, mais il est vrai : c'est trop socialement naturel. la république travaille plutôt à la destructuration des familles afin de changer la nature même de l'homme. Toujours cette volonté totalitaite, comme l'endoctrinement des esprits à l'école..."

L'illusion démocratique de la Ve république
Partager cet article
Repost0

commentaires