Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 10:55

"Des gens ont attaqué un hôpital, les forces de l'ordre sont intervenues pour sauver le service de réanimation. Des infirmières ont dû préserver le service de réanimation", a affirmé le ministre de l'Intérieur Castaner lors de la manifestation du mercredi 1er mai. Or, 

la situation désormais à 24 heures de l'évènement est désormais connue, et elle a été fact-checkée par nombre de nos confrères. Check-new de Libération, Le Monde, qui parle d'un "repli chaotique" et en aucun cas d'une "attaque" et même les deux journalistes du Figaro qui étaient sur place. On sait pour quelles raisons les manifestants ont défoncé cette grille pour échapper à un air irrespirable avec des personnes prises en tenailles par des policiers leurs distribuant des coups de matraques. Et ce qui est sûr, c'est qu'on voit les coups de matraques.

(Dans la version de l'attaque livrée par Castaner) on est au-delà de l'exagération. On est dans la contre-vérité. Encore une fois les faits sont établis. Christophe Castaner dit "on a attaqué un hôpital". C'est faux. Ce sont des personnes qui se sont réfugiées. Rien n'a été attaqué. Il dit "les forces de l'ordre sont intervenues pour sauver le service de réanimation". C'est faux. Il a dit "on a agressé le personnel soignant". C'est faux. Tous les témoignages des personnels soignants justement disent qu'ils ne se sont jamais sentis menacés.

Conclusion: on est de l'ordre de ce qu'il faut bien appeler un mensonge officiel. [...] Castaner cherche à jeter le discrédit sur un mouvement social en utilisant des faits dont on sait maintenant qu'ils ne sont pas établis.

Ce gouvernement semble avoir un rapport à la vérité assez curieux. Jeudi dernier, Emmanuel Macron, pour justifier l'allongement de la durée de cotisation nous expliquait que "la France travaille beaucoup moins que ses voisins". Cela été amplement vérifié et là aussi tout le monde sait que c'est un argument erroné. Donc Emmanuel Macron, Christophe Castaner utilisent des arguments qui sont des mensonges pour tenter de justifier leur politique et pour tenter de jeter le discrédit sur un mouvement social. Ce rapport perverti à la vérité me semble extrêmement grave.

Clément Viktorovitch sur C-News

Pour une fois que les médias font leur travail :

 

- Le Monde: un "repli chaotique" plus qu'une "attaque délibérée"

- "Tous les éléments, notamment vidéo, recueillis par Le Monde plaident en faveur d’une autre thèse : celle de nombreux manifestants s’étant réfugiés dans l’enceinte hospitalière pour s’abriter des gaz lacrymogènes. Un air devenu irrespirable. ... des dizaines de manifestants cherchaient des endroits de repli."

(Source : La Pitié-Salpêtrière : la thèse de l’« attaque » s’effondre, les gardes à vue levées)

- "Hôpital attaqué" : la version de Castaner démentie par des témoignages et des vidéos

Non, la Pitié-Salpêtrière n’a pas été “attaquée” le 1er-Mai (Le Monde)

Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : la thèse de "l’attaque" s’effondre, Castaner vivement critiqué 

Source: https://francais.rt.com/france/61719-quand-executif-ment-fake-news-marquantes-macronie

Source: https://francais.rt.com/france/61719-quand-executif-ment-fake-news-marquantes-macronie

Quand l'exécutif ment : ces «fake news» marquantes de la Macronie (RT)

 

Emmanuel Macron a fait de la guerre contre les fausses informations un véritable cheval de bataille.

Comble de l'ironie, le gouvernement a même fait voter en décembre 2018 une loi relative à la manipulation de l’information. Or, depuis sa prise de fonction, le président de la République et ses ministres les ont accumulées. Recension non-exhaustive des grosses fake news véhiculées par le pouvoir exécutif : 

 

Geneviève Legay poussée par un policier

Lors d'un rassemblement de Gilets jaunes à Nice, le 23 mars, Geneviève Legay, porte-parole d'Attac, est blessée.

Au cours d'une conférence de presse tenue le 25 mars, le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, annonce que la militante «n'a pas été touchée par des policiers», cette dernière s'étant «cognée contre un pylône fixe». De son côté, Emmanuel Macron, dans un entretien à Nice Matin, publié le 25 mars, déclare que Geneviève Legay «n'a pas été en contact avec les forces de l'ordre».  Néanmoins, dans un procès-verbal daté du 23 mars, auquel Mediapart a eu accès, un policier explique que la victime, âgée de 73 ans, a été heurtée par «un homme portant un bouclier».  Jean-Michel Prêtre revient sur ses propos le 29 mars lors d'une conférence de presse. «Hier soir, des éléments ont établi que contrairement à ce qui pouvait être interprété des premières images, il y a eu un contact direct entre un membre des forces de l'ordre et Mme Legay [...] C'est bien le geste d'un policier qui est à l'origine de la chute de Mme Legay», explique ainsi le procureur de la République.

 

La vidéo truquée de l'affaire Benalla

Selon des révélation du Monde du 29 mars, Ismaël Emelien a récupéré illégalement auprès de la préfecture des images des incidents du 1er mai 2018 place de la Contrescarpe à Paris. Celles-ci montrent notamment un jeune couple lancer des projectiles sur les policiers, quelques instants avant l'intervention d'Alexandre Benalla. Un montage vidéo, avec des images d'une autre scène, montrant cette fois-ci un autre homme poursuivant un policier avec une chaise, a été réalisé, dans le but possible de justifier l'usage de la violence par Alexandre Benalla.   D'après Le Monde, Ismaël Emelien a ensuite transféré la vidéo à Pierre Le Texier, responsable du pôle e-influence d'En Marche, pour faire diffuser et propager ce montage... qui présente bien des caractéristiques d'une fausse nouvelle : montage trompeur et propagation sur les réseaux sociaux.  Un comble puisque le 6 avril, sur le plateau d'On n'est pas couché sur France 2, l'ancien conseiller d'Emmanuel Macron s'était dit très inquiet de la manipulation de l'information. «Les fake news, c'est un problème monstrueux [...] Il y a beaucoup de gens sur les réseaux sociaux qui n'arrivent plus à faire la part des choses entre ce qui est vrai et ce qui n'est pas vrai», avait-il déclaré.

 

L'hommage aux maréchaux de la Grande Guerre

A l'occasion du centenaire de l'armistice de 1918, une cérémonie était prévue afin de rendre hommage «aux huit maréchaux qui ont dirigé les combats pendant la Première Guerre mondiale, œuvré pour la victoire finale tout au long de la guerre, et dont cinq sont inhumés aux Invalides», d'après le site internet de la Mission du Centenaire comme celui de l'Education nationale.  Florence Parly, ministre de la Défense, conteste cette affirmation le 30 novembre sur BFMTV : «Si ce que vous voulez me faire dire, c'est qu'il y avait une intention d'honorer la mémoire du maréchal Pétain, il n'en a jamais été question. Jamais», s'était-elle indignée.

Or, le président de la République avait lui même qualifié, au début du mois de novembre, le maréchal Pétain de «grand soldat» pendant la Première Guerre mondiale ayant commis des «choix funestes» pendant la Deuxième Guerre mondiale.

"La France qui travaille moins que ses voisins" :

Temps de travail et "revalorisation" du travail : la fake new de Macron débunkée

 

La récession en 2019 provoquée par les "Gilets jaunes"

Récession 2019 : la faute aux "Gilets jaunes" ou la faute à Macron ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents