Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 13:49
Pourquoi les chrétiens célèbrent-ils aujourd'hui l'un des pires instruments de torture et de mort de l'histoire

Pourquoi les chrétiens célèbrent-ils aujourd'hui l'un des pires instruments de torture et de mort de l'histoire

 

14 septembre 2018 ( LifeSiteNews ) - Il y a des années, je suis parti en retraite avec un guide spirituel sage qui a partagé de profondes connaissances sur le mystère de la Croix. En l'honneur de la fête d'aujourd'hui, le triomphe (ou exaltation) de la Sainte-Croix, j'aimerais les partager avec les lecteurs de LifeSite, au mieux de mes capacités. Cela semble d'autant plus approprié de le faire, compte tenu de la participation toujours croissante de l'Église au mystère de la crucifixion à ce stade de l'histoire.

 

La Sainte Trinité, l'infini et l'éternel Trois-en-Un qui existe avant et au-delà de toutes choses et règne sur l'univers avec puissance, sagesse et amour - cette Trinité demeure dans l'âme en état de grâce. Une merveille trop belle à saisir! L'âme spirituelle faite à l'image de Dieu devient Son tabernacle, Son temple, Son lieu de repos, Son délice. Que nous goûtions cette présence de Dieu dans un souvenir tranquille ou que nous y ayons simplement foi en nous basant sur les paroles de Notre-Seigneur (Jn 14, 23), la vérité est une source de joie et de force, surtout lorsque nous traversons la mort - que ce soit la mort métaphorique, la mort en institution ou la mort physique.

 

La foi et l’espoir sont surtout nécessaires lorsque nous ne voyons rien et que nous n’avons rien entre les mains lorsque nous sommes pauvres. Et c'est en soi quelque chose dont on peut se réjouir: que nous sommes pauvres! "Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux." Il est à eux à ce moment-là. Lorsque nous sommes dans l'obscurité, "la vallée de l'ombre de la mort" (comme le dit très sobrement les Écritures), nous avons d'autant plus besoin de foi et d'espoir. Dieu nous demande de nous livrer entre ses mains, de compter sur lui, de lui faire confiance, de regarder vers lui, de chercher sa face.

 

La joie de la Sainte Trinité est présente au cœur du Crucifié, au centre même de la Croix. La Croix est la source de notre vie chrétienne; la passion est ce qui nous a racheté du péché, nous a ouvert les portes du ciel, gagné pour nous l'amitié de Dieu. Mais la Croix n'est jamais la fin, ni pour le Christ ni pour le chrétien. La Passion a son accomplissement dans la résurrection. "Si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine et votre foi aussi est vaine" (1 Co 15, 14). Pourquoi l'apôtre dit-il cela? Parce que s'il n'était pas ressuscité, alors la souffrance et la mort seraient le dernier mot sur la vie. Mais la mort ne peut pas être le sens de la vie; c'est plutôt la vie, la vie du Seigneur ressuscité, qui explique la signification de la mort, le point de mourir, et pourquoi il est bon de mourir au monde et de le faire par amour. En dépit des difficultés rencontrées, nous n'oublions jamais le but: "notre maison est au ciel" (2 Cor 5: 1; cf. Phil 3:20). Les moments de joie sur la terre sont des signes pour nous rappeler notre destination: la joie éternelle.

 

Jésus, qui est la vérité, ne tient pas la vérité de nous; il ne nous "épargne pas", il ne nous cache pas la vérité. Cela est devenu plus clair que jamais avec les scandales ecclésiaux qui nous entourent, dans lesquels des hommes supposés être "d'autres christs" ont tenu et nous ont caché la vérité. Jésus n'est pas comme les gens qui parlent (avec une condescendance fière) de l'ignorance bienheureuse, ou promettent une vie sans douleur. Il n'offre pas de médicaments qui peuvent enlever toute douleur, car de tels médicaments enlèvent aussi quelque chose de notre humanité et peuvent même nous enlever notre conscience et notre vie. Jésus a enseigné ses disciples la Croix et la Résurrection en même temps, car elles vont toujours ensemble. Il ne nous trompe pas en nous disant qu'il ne peut y avoir Pâques sans Vendredi saint.

 

L'Église est sortie du côté transpercé du Christ endormi. Si toute l'Église est née de cette façon, alors chaque baptisé naît de cette manière: conçu dans le Cœur de Jésus et sortant de Son côté percé. Jésus a donné sa dernière goutte de sang et d'eau pour vous, à qui Il a donné naissance. Et pourquoi? Parce qu'il vous aime, veut partager sa joie éternelle, son amour et sa gloire avec vous, et fera tout son possible pour vous permettre d'atteindre cet objectif.

 

C'est pourquoi il nous donne le Paraclet - le Consolateur, l'Avocat. Comme saint Jean déclare dans l'Apocalypse: "Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur : ce qui était en premier s’en est allé." (Ap 21: 4). Le Paraclet nous réconforte déjà, pour ne pas nous faire perdre courage. "Dieu demande trop, je suis trop faible" - pour être honnête, c'est ce que nous pensons souvent. Mais c'est faux. Rappelez-vous Elie dans le désert: "Enlève ma vie, car je ne vaux pas mieux que mes pères", gémit-il. Dieu lui envoie un ange: "Lève-toi, mange quelque chose, sinon le voyage sera trop grand pour toi" (1 R 19: 7). Dieu sait ce dont nous avons besoin et nous l'a donné abondamment; nous devons nous décider à prendre et à manger. Par nous-mêmes, le chemin est trop dur; c'est seulement avec Dieu que c'est possible.

 

Nous essayons toujours de faire les choses par nous-mêmes; Dieu nous enseignera, de la manière facile ou difficile, que "sans moi, vous ne pouvez rien faire" (Jn 15, 5), mais "je peux tout en celui qui me donne la force" (Phil 4: 13). "Notre secours est le nom du Seigneur qui a fait le ciel et la terre." (Ps 123, 8). S'il a fait le ciel et la terre, il peut certainement nous aider à sortir de nos pires épreuves. Notre plus grande dignité est d'être aidé par Dieu, car alors il se met, d'une certaine manière, à notre service (cf. Lc 12, 37).

 

Pour l'humble, pour le pauvre qui compte sur Dieu, le chemin devient plus facile. Il ne nous décevra pas, il ne manquera pas de remplir ses promesses. Il est notre Père fidèle et aimant. "Si vous lui demandez du pain, vous donnera-t-il une pierre?" (Cf. Mt 7, 9). "Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien": et il le fait, dans le la transsubstantiation du pain des anges, la très sainte Eucharistie.

 

Il n'attend de nous que de demander, de faire confiance, de nous mettre entre ses mains aimantes. C'est ce que fait la foi; c'est l'acte de foi. Nous sommes fidèles à Dieu quand nous avons confiance en Lui, indépendamment des ténèbres. Quand l'Écriture dit que nous sommes "sauvés par la foi" (Ep 2, 8), c'est ce que cela signifie: nous sommes sauvés chaque fois que humblement et en toute pauvreté, nous prions Dieu: "J'ai confiance en toi, je me donne à toi Je me mets entre tes mains, fais de moi comme tu veux, fais de moi ce que tu voudras, car je suis à toi." C'est l'attitude d'un enfant de Dieu qui sait que son Père aime, c'est l'amour.

 

C'est ce que le sacrifice parfait de la Croix nous montre, nous enseigne et nous permet de faire nous-mêmes. C'est ce que le saint sacrifice de la messe rend encore et réactualise parmi nous, de sorte que le mystère de la Passion, de la mort, de la résurrection et de l'ascension du Seigneur peut toujours être la nôtre. C'est pourquoi un chrétien qui a la foi est invincible et aucune force sur la terre ne peut le vaincre.

Partager cet article
Repost0

commentaires