Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2018 5 16 /03 /mars /2018 15:28

Ces derniers temps, nous entendons de plus en plus d'informations selon lesquelles des gens meurent aux urgences sur des brancards en salle d'attente, du fait du manque de lits, de personnels hospitaliers, ou simplement faute de prise en charge. Il ne serait pas étonnant que d'ici peu de temps ce genre d'informations soient passés sous silence comme d'autres faits divers liés à l'insécurité. Pourtant, la république dite française est le pays le plus taxé au monde : on se demande donc où passe l'argent de nos impôts et pourquoi il y a un déficit de la Sécurité sociale ? 

Il y a quelques mois, pour réduire ce déficit, la ministre de la santé Agnès Buzin avait promis "une révolution douce"[1]. Elle lance la traque aux économies, ferme des lits d'hôpitaux et supprime les "dépenses inutiles", qualifiées "d'énormes marges de progrès". [2] Une "révolution douce", mais criminelle quand même.

Et ce constat de carence des services de l'État, alors que nous sommes le pays le plus taxé au monde, peut être élargi à bien d'autres domaines, par exemple la dégradation des routes avec l'augmentation des nids de poule qui rendent les routes dangereuses et accidentogènes (particulièrement pour les deux roues).

 

Notes

 

[1] Dans une interview au Journal du dimanche, le 22 octobre 2017, la ministre de la Santé dévoile les pistes gouvernementales pour réduire le déficit de la Sécurité sociale. Évoquant une "révolution douce", elle estime que "30 % des dépenses de l'assurance-maladie ne sont pas pertinentes". (BFM)

[2] Invitée du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro dimanche 22 octobre, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn n'a pas donné de chiffres précis concernant la fermeture de ces nouveaux lits. "Je ne sais pas, mais je sais que l'on a d'énormes marges de progrès". Pour mener cette "révolution douce" et pouvoir réaliser des économies, Agnès Buzyn a également émis le souhait de voir les Français "moins recourir aux urgences hospitalières". "Nous sommes en train de repenser une réforme cohérente du système de santé", a-t-elle déclaré. "Aujourd'hui, 30% des dépenses de l'Assurance maladie sont inutiles."

Partager cet article
Repost0

commentaires