Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

20 novembre 2017 1 20 /11 /novembre /2017 05:11

Source: La Nuova Bussola Quotidiana

La visione di Giovanni Paolo II: «L'islam invaderà l'Europa»

18-11-2017

Valerio Pece

 

 

La vision de Jean-Paul II: "L'Islam envahira l'Europe"

NdCR. J'ai rajouté des liens en français dans cette traduction.

La vision de Jean-Paul II: "L'Islam envahira l'Europe"

 

"Je vois l'église du troisième millénaire affligée par une peste mortelle, elle s'appelle l'Islam. Elle envahira l'Europe. J'ai vu les hordes venir de l'Ouest à l'Est: du Maroc à la Libye, de l'Egypte aux pays de l'Est." C'est la vision choquante de saint Jean-Paul II, jamais publiée auparavant. Témoin de la confession destinée à faire du bruit, Monseigneur Mauro Longhi du Presbytère de la Prélature de l'Opus Dei, très souvent en contact étroit avec le Pape polonais pendant son long pontificat. L'évêque de de Trieste a révélé l'épisode depuis l'ermitage "Saints Pierre et Paul" à Bienno Val Camonica lors d'une conférence organisée en mémoire de Jean-Paul II, le 22 octobre, jour où l'Eglise célèbre la mémoire liturgique du saint .

Faire la clarté nécessaire et encadrer la vision prophétique de Karol Wojtyla comme rapportée par un prêtre au-dessus de tout soupçon (Monseigneur Longhi a bénéficié de l'estime personnelle non seulement de Jean-Paul II, mais aussi de Benoît XVI, tant qu'il fut appelé en 97 au dicastère Vatican pour la Congrégation du Clergé), certaines références géographiques et temporelles sont nécessaires.

Entre 1985 et 1995, le jeune économiste Mauro Longhi (ordonné prêtre en 95) accompagna et accueillit le pape Wojtyla dans ses fières randonnées de ski en montagne. Régulièrement, quatre à cinq fois par an pendant dix ans, et il l'a fait dans ce qui est maintenant le lieu d'été du Séminaire international de la Prélature de l'Opus Dei, mais qui était alors une simple maison de campagne pour ceux qui dans le travail ont voulu se préparer pour la prêtrise et à l'enseignement de la théologie. Nous sommes dans la province de l'Aquila, environ à 800 mètres, en direction de la Piana delle Rocche, hameau d'Ocre. "Le Saint-Père est sorti de Rome avec beaucoup de confiance, accompagné d'une petite voiture de son secrétaire, Mgr Stanislaw Dziwisz et de quelques amis polonais, et au péage de l'autoroute - le seul endroit où l'on pouvait le reconnaître - faisait semblant de lire un journal devant le visage." Ainsi Mgr. Longhi, inaugura un interminable tas d'anecdotes subtiles (souvent accompagné –  d'un berger minutieux, qu'il est  d'explications théologiques opportunes).

Mais c'est certainement le Karol Wojtyla mystique, que l'évêque a diverti les auditeurs chanceux, montés à Bienno; Ce que très peu savent, le secret et le mystérieux, le grand protagoniste de l'un des plus longs pontificats de l'Église. C'est le pape que Mgr Longhi a rencontré la nuit dans la chapelle de montagne agenouillée pendant des heures sur les bancs de bois inconfortables devant le Tabernacle. Et c'est le pape qui, la nuit, habitait la maison des Abruzzes, a entendu, parfois même de façon animée, le dialogue entre le Seigneur et sa Mère bien-aimée, la Vierge Marie.

Pour enquêter sur le mystique Karol Wojtyla (ce qu'Antonio Socci a magistralement fait dans son livre bien documenté "Les Secrets de Karol Wojtyla", édité par Rizzoli en 2008), Mgr Longhi dit combien confié fut Andrzej Deskur, le Cardinal polonais, compagnon de séminaire de Jean-Paul II, secrétaire cubain de Cracovie. Deskur, pendant des années le Président de la Commission Pontificale pour les Communications sociales (1973-1984), peut certainement être considéré comme le plus grand ami de Wojtyla, qui, à l'appui de son pontificat, s'est offert en victime - en acceptant la volonté divine de l'accident vasculaire cérébral et la paralysie conséquente - dans ce profond mystère qu'est la "substitution du vicaire" (ce sera d'aller à l'hôpital pour l'ami souffrant qui le soir même de l'élection Jean Paul II fera sa première, incroyable et clandestine "évasion du Vatican).

C'est ce que dit l'évêque Longhi: "Il a le don de vision", m'a dit Andrzej Deskur. Je lui ai demandé ce que cela signifiait. "Il parle avec Dieu incarné, Jésus, il voit son visage et il voit aussi le visage de sa mère." Depuis quand? "Depuis sa première messe le 2 novembre 1946, lors de l'élévation de l'Ostie. Il était dans la crypte Saint Léonard de la cathédrale de Wawel à Cracovie, où il a célébré sa première offrande de messe au suffrage de l'âme de son père. Monseigneur Longhi ajoute que le secret révélé par le Cardinal Deskur - ces yeux de Dieu qui se tiennent sur Wojtyla chaque fois qu'il érige la coupe et l'hostie - peut paradoxalement être compris en lisant la dernière encyclique de Jean-Paul II, Ecclesia de Eucharistia. A la conclusion 59, le pape polonais se souvenant du moment de sa première messe, finit par dévoiler le mystère qui l'a accompagné toute sa vie: "mes yeux se sont concentrés sur l'hostie et sur le calice, dans lesquels le temps et l'espace se sont en quelque sorte 'contractés' et dans lesquels le drame du Golgotha s'est à nouveau rendu présent avec force, dévoilant sa mystérieuse 'contemporanéité'."

Parmi les nombreux témoignages, cependant, l'épisode qui a le plus frappé le public de l'ermitage de Bienno, et qui s'inscrit dans le cadre de l'une des nombreuses promenades sur le Massif du Gran Sasso, est sans aucun doute ce qui a trait à l'islam et à l'Europe. Monseigneur Longhi anticipe les paroles du saint polonais - objectivement impressionnantes - d'un prologue très humain, parfois hilarant, composé de blagues, d'échanges de sandwichs et de reproches théâtraux sur la première publication de ce Catéchisme de l'Église catholique, fortement voulu par Wojtyla (ne pas attendre l'édition latine typique, en fait, infligera des erreurs que vous devrez réparer avec des corrections rigoureuses). A cette occasion, le Saint-Père et Monseigneur, évidemment plus rapides que les autres, ont séparé le groupe, dans lequel - comme toujours quand le Pape a quitté Rome - il y avait son secrétaire spécial, le plus fiable Stanislao Dziwisz, qu'en 2006 Benoît XVI créera cardinal et est maintenant archevêque émérite du diocèse de Cracovie. Le passage de Mgr. Longhi (avec ses approches de la terrible vision mystique du Pape) doit donc être complètement rapporté (la conférence est sur YouTube, à partir de la minute 48 vous pouvez voir le passage que nous vous rapportons).


Les deux se penchent sur un rocher, face à face, mangent un sandwich et attendent que le groupe arrive. Voici le récit textuel de Monseigneur: "Je l'avais regardé en pensant qu'il pourrait avoir besoin de quelque chose, mais il se rendit compte que je le regardais, il eu le frisson dans la main, c'était le début de la maladie de Parkinson. "Cher Mauro, c'est la vieillesse...", et j'ai immédiatement dit: "Non, Sainteté, elle est jeune!" Quand il a été contredit dans certaines conversations familiales, il est devenu bête. "Ce n'est pas vrai! Je dis que je suis vieux parce que je suis vieux!". De l'opinion de Monseigneur, c'est précisément l'écoulement du temps avec l'introduction de la maladie qui amène le Pape polonais à ressentir le besoin urgent de transmettre cette vision mystique. "Ici alors, Wojtyla change de ton et de voix, continue le Monseigneur, et prenant part à une de ses visions nocturnes, il me dit: 'Souviens-toi de ceux que tu rencontreras dans l'Église du troisième millénaire. Je vois l'Église affligée par une plaie mortelle. Plus profonde, plus douloureuse que celles de ce millénaire', se référant à celles du communisme et du totalitarisme nazis. 'Ça s'appelle l'Islam. Ils envahiront l'Europe. J'ai vu les hordes venir de l'Occident à l'Orient', et il fait une description des pays: du Maroc à la Libye en Egypte, et ainsi de suite à la partie orientale. Le Saint-Père ajoute: 'Envahissant l'Europe, l'Europe sera une cave de vieilles reliques, de crépuscules, de toiles d'araignées. Des souvenirs de famille. Vous, l'église du troisième millénaire, devrez contenir l'invasion. Mais pas avec des armes, les armes ne suffiront pas, avec votre foi vécue avec intégrité.' "

C'est le précieux témoignage de ceux qui, pendant des années, ont été en contact étroit avec le Saint-Père, et avec qui il a concélébré maintes fois. Il va sans dire que la confession du pape Wojtyla remonte à mars 1993, et il y a 24 ans, très différents étaient à la fois le cadre social et le nombre de la présence islamique en Europe. Ce n'est pas par hasard, sans doute, que dans l'Exhortation Apostolique de 2003, Ecclesia in Europa, Jean-Paul II a clairement parlé d'une relation avec l'Islam qui devait être "correcte", menée avec "prudence, des idées claires sur ses possibilités et ses limites", consciente de la "divergence notable entre la culture européenne, qui a de profondes racines chrétiennes, et la pensée musulmane" (n° 57). Bien qu'avec le langage d'un document magistral, par sa nature même, il a semblé que le Saint-Père a imploré l'établissement d'une connaissance "objective" de l'islam (No.57). Un paradigme et une sensibilité, donc, claire et sans équivoque, surtout si l'on considère un autre passage d'Ecclesia in Europa, dans lequel le pape Wojtyla après avoir stigmatisé "l'étonnement et le sentiment de frustration des chrétiens qui accueillent", pendant que dans de nombreux pays islamiques ils "se voient interdire tout exercice du culte chrétien" (n ° 57 parle des arrivées des flux migratoires, espérant même une "ferme répression des abus" (n ° 101). 

Nous devons prendre note que nous sommes confrontés à la lecture politiquement incorrecte du phénomène islamique par un pape canonisé par l'Eglise catholique; une première lecture "prophétique", puis magistrale (il n'est pas difficile d'imaginer que la jeune vision prophétique choquante ait influencé l'écriture d'Ecclesia in Europa). "L'Islam va nous envahir." Peut-être qu'il le fait déjà. Tandis qu'inexorablement, s'éteint la lumière sur l'Europe chrétienne, réduite à une cave pleine de vieilles reliques et de toiles d'araignées. "Karol le Grand" a parlé, encore aujourd'hui nous invite à résister à l'invasion avec la foi vécue dans son intégralité.

Partager cet article
Repost0

commentaires