Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 22:27

Source: La Nuova Bussola Quotidiana

10-11-2017

"La contraccezione mi ferì e il cattolicesimo mi salvò"

"La contraception m'a blessé et le catholicisme m'a sauvé"

Une structure physique faite pour recevoir, un utérus conçu pour accueillir, un système psychologique qui a besoin de remblais et de réassurance continue. Un corps, une âme et un esprit qui nécessitent continuellement d'être protégés, complétés, prêts à recevoir entièrement les fruits de la communion (les enfants) et à prendre soin d'eux.

La femme a toujours été ceci, et cela n'a pas changé, même si le féminisme qui a dominé dans les écoles, les médias, les foyers et les familles pendant soixante ans, l'a convaincue du contraire. En fait, sa fausseté est si évidente qu'il a gravement blessé toutes celles qui l'ont adopté en pensant ainsi à son affirmation et à sa gratification.

Jusqu'ici, seule l'Église catholique est restée pleinement vigilante à propos des femmes, bien que les cultures insidieuses "roses" d'aujourd'hui amènent plusieurs catholiques et médias à s'interroger sur la morale et la doctrine nécessaires pour protéger pleinement l'être humain.

Pour raconter la tromperie dans laquelle elle avait été entraînée, malgré qu'elle ait été élevée dans la foi chrétienne (mais protestante favorisant la contraception), une jeune Américaine nommée Becca Roberts a rapporté la semaine dernière les blessures causées par la "libération sexuelle" et le processus de guérison qui vint par la suite qui finalement lui permit de vivre en se respectant pleinement.

Il y a environ 4 ans, elle a eu un entretien à Focus (le magazine des étudiants des universités catholiques américaines), "j'ai eu un garçon", un garçon avec qui elle eut des relations préconjugales. Pour éviter une grossesse "j'ai pris la pilule contraceptive". Mais un jour, Becca oublia de l'avaler, et après avoir passé un week-end avec son petit ami, elle commença à ressentir une étrange inquiétude et à se demander: "Et si j'étais enceinte?"

Après le dérapage initial, la jeune femme pensa qu'il était "hautement improbable que pour une seule pilule oubliée elle puisse tomber enceinte ... mais l'anxiété ne passait pas". Puis elle fut agressée par des pensées sur la maternité: "Je ne peux pas tomber enceinte maintenant ... Je ne suis pas prête, nous ne sommes pas prêts, je dois finir l'école ... Abandonner, serait-ce faux?" Rebecca était en troisième année d'université.

Comme toute femme qui se trouve dans une situation similaire du rejet de la vie et en même temps du désir d'elle, selon une ambivalence féminine typique, certainement accentuée dans un sens par les circonstances difficiles, la jeune femme aurait dû se sentir réconfortée par l'homme dont le rôle est aussi d'endiguer les craintes des femmes et de fixer les règles à suivre, en assumant la responsabilité de ses actions.

Mais étant donné le masculinisme (l'homme qui agit selon ses impulsions oubliant le rôle de protection des femmes et des enfants que lui confère la nature masculine) a pris la norme de la libération sexuelle, au lieu de dire: "nous allons faire face ensemble à une grossesse". "Je vous emmène tous avec le fruit de notre union", la jeune femme se vit répondre: "allons à la pharmacie ... et prenons la pilule du lendemain ... oui je l'ai fait avec mon ex petite amie." Comme pour dire: "Tu n'es pas la première dont je me sers sans tenir compte des conséquences" (que tu sois d'accord ou pas, quoi qu'il en soit, c'est le message indirect qui revient à toute femme confrontée à cette réponse). Tant et si bien que Becca finit par penser, "je suis cette fille maintenant". Et le sentiment était le même "que lorsque vous avez perdu la virginité l'année d'avant: un peu de honte avec un sentiment d'affirmation de soi. "Quel triste sentiment que cette sorte d'émergence d'une fierté en moi."

La fierté, c'est-à-dire la maîtrise, et pourtant "ce n'était pas suffisant pour me faire entrer dans la pharmacie", ce que le garçon fit. Comme d'habitude, cependant, un peu plus tard vint la rupture. Puis "j'ai commencé un lent chemin de conversion" dans lequel, l'attention à ce que le Seigneur a demandé, "Jésus m'a appelé à me libérer de mon histoire sexuelle" en demandant "de vivre la vertu de chasteté". Une décision qui amena la jeune protestante peu de temps après et avec surprise, à se convertir au catholicisme, une foi incarnée, qui professe ce que Jésus avait déjà demandé pour défendre sa dignité.

Tout d'abord, Becca aurait à avouer, ce qu'elle fit après une longue période de prière et de jeûne. Parmi les choses qui lui vinrent à l'esprit au cours de la préparation, il y eut l'utilisation de la contraception, qu'elle mit dans la liste des péchés à confesser. Mais le prêtre qui la suivait, entendant son histoire sur la pilule du lendemain, la stoppa: "Désolé je dois vous demander, savez-vous si cela a empêché la grossesse de se poursuivre? La jeune femme embarrassée et frappée d'orgueil répondit "je ne le pense pas". Mais le prêtre, déterminé à guérir son âme, lui expliqua que dans ce cas elle devrait commencer un chemin de guérison et de prière spéciale.

Becca est entrée en crise, déchirée par le doute et la culpabilité, "mais Dieu Merci, le prêtre est revenu me rendre visite", "Père, dit la jeune fille, je crains que j'ai avorté." De là a commencé un profond voyage pour demander au Christ de lui montrer, si elle avait conçu l'enfant et s'il fut un homme ou une femme. "Après cela, tu lui donneras un nom, tu prieras Dieu de te pardonner et de prier pour ton enfant." Ce fut dur, mais Becca s'abandonna, "croire que Dieu pouvait me pardonner." En effet, après de longues méditations, la jeune femme vit dans son esprit Jésus approchant avec "quelque chose de très petit enveloppé par une couverture rose..." "C'est elle", a-t-elle pensé, "j'ai avorté d'une petite fille".... Jésus souriait ..."ce n'est pas encore la tienne", dit-il, "mais un jour..."

Ainsi, alors qu'émergent dans l'Église catholique des signes inquiétants de protestantisme, obscurcissant le visage d'un Dieu vivant et donc capable de vivre l'homme selon l'image avec laquelle il a été créé, une jeune converti explique comment la vision catholique du Christ est plutôt la seul pleinement humaine: "Le mal et la douleur de la contraception, l'avortement et le sexe pré-conjugal sont réels. Très, très réel. Les femmes se sentent piégées et non désirées, elles se sentent comme si elles n'avaient pas de place à occuper. Les femmes sont en morceaux et sont laissées seuls. "Même si la plupart du temps, nous ignorons totalement pourquoi nous nous sentons mal." Il n'y a qu'un moyen d'arrêter la souffrance: laissez-vous guider par la beauté du magistère de l'Église et "commencez votre chemin de guérison".

Partager cet article
Repost0

commentaires